En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

06.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

07.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 10 heures 39 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 12 heures 17 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 15 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 16 heures 5 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 17 heures 12 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 18 heures 16 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 19 heures 9 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 19 heures 33 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 20 heures 13 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 20 heures 37 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 11 heures 10 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 13 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 15 heures 44 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 16 heures 51 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 17 heures 27 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 18 heures 56 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 19 heures 23 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 20 heures 7 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 20 heures 30 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 20 heures 38 min
© BERTRAND GUAY / AFP
professeurs enseignants Conflans-Sainte-Honorine
© BERTRAND GUAY / AFP
professeurs enseignants Conflans-Sainte-Honorine
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

Publié le 21 octobre 2020
L'attentat de Conflans-Sainte-Honorine a visé un professeur. Cet acte n'est-il pas l'exemple extrême de l'abandon du métier d'enseignant. Les professeurs ne sont pas suffisamment écoutés. Ont-ils été abandonnés notamment sur le sujet de la laïcité ?
Jean-Paul Brighelli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Brighelli est professeur agrégé de lettres, enseignant et essayiste français. Il est l'auteur ou le co-auteur d'un grand nombre d'ouvrages parus chez différents éditeurs, notamment  La Fabrique du crétin (Jean-Claude Gawsewitch, 2005) et La...
Voir la bio
Pierre Duriot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot est enseignant du primaire. Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'attentat de Conflans-Sainte-Honorine a visé un professeur. Cet acte n'est-il pas l'exemple extrême de l'abandon du métier d'enseignant. Les professeurs ne sont pas suffisamment écoutés. Ont-ils été abandonnés notamment sur le sujet de la laïcité ?

Atlantico.fr : Cet attentat n’est-il-pas l’exemple extrême de l’abandon de leur métier par la France ?

Jean-Paul Brighelli : On ne peut même pas dire que les enseignants soient abandonnés. Ils ont même toute une hiérarchie d’administratifs qui les encadre, les gère, les contrôle. Une hiérarchie qui, accomplissant des tâches aussi nobles, est nettement mieux rémunérée qu’eux. Une hiérarchie qui depuis la loi Jospin — qui a marqué le début de l’apocalypse de l’Ecole, promulguée par un représentant de cette gauche que 80% des profs adoraient à l’époque — veille également à ce que les profs enseignent bien, c’est-à-dire le plus mal possible, en se souciant surtout de sociologie bien plus que de pédagogie, et de respect des us et coutumes des uns et des autres bien plus que de transmission des savoirs. S’il fallait accuser quelqu’un, en dehors des islamistes qui ont comploté et exécuté cet assassinat, ce serait justement tous ces gens qui ont dégradé le métier pour en faire finalement un boulot de gardiennage.

Pierre Duriot : Ce n’est pas si simple. On ne peut pas dire que les profs aient été abandonnés par l’Etat. Tout le monde a été, plus ou moins, artisan de leur abandon, à commencer par les profs eux-mêmes, qui sont très majoritairement de gauche et qui ont spontanément, dans les années 80, « respecté la culture » de l’arrivant et commencé à passer dans des accommodements dits, à l’époque, « raisonnables ». Par exemple, ils n’ont rien dit lors des absences des élèves pendant les fêtes religieuses musulmanes. Des collègues m’ont parfois confié, qu’ils hésitaient à mettre de trop mauvaises notes à des élèves issus de l’immigration arabo-afro-musulmane, de peur de se sentir « racistes ». Ils se sont même pâmés devant la culture de l’arrivant, étudiant les cultures des pays d’origine, en vantant l’originalité, l’apport, les vertus. Des collègues de maternelle font attention à ne pas donner de bonbons susceptibles de contenir de la gélatine de porc, afin de ne pas provoquer d’histoire, comme si c’était leur rôle ? J’ai dû intervenir plusieurs fois sur cette thématique, comme maître spécialisé, face aux familles qui venaient poser leurs conditions.

Dans les années 80, une amie, conseillère d’éducation, à Creil, m’avait expliqué comment les « jeunes », issus de cette même immigration, venaient casser au lycée, en cas d’échec au bac. Il y eut aussi les phénomènes de harcèlement au voile, qui consistaient en une obligation, faite aux jeunes maghrébines de porter le voile sur le chemin de l’école, puisqu’il était interdit au lycée. J’ai eu l’obligation, moi-même, par la hiérarchie, à la fin les années 80, d’accepter, dans ma classe, les deux filles du responsable de l’institut islamique de Château-Chinon, installé à l’époque, par François Mitterrand. Ces deux mêmes filles qui ont, quelques années plus tard, amené ce même voile au lycée Jules-Renard de Nevers, qui a connu une empoignade sur ce thème. Les renoncements sont anciens.

Les maires de droite comme de gauche s’en sont mêlés aussi, arrangeant des menus de remplacement, avec même, ça et là, des accommodements encore moins raisonnables, comme des tables à part, des jeux de vaisselle à part…

La hiérarchie enfin n’a pas été à la hauteur, choisissant souvent la reculade, plutôt que les vagues et le risque d’affrontement. Ce furent des salles de prière plus ou moins clandestines, avec l’affaire Mayol, à Saint-Denis. Le soutien aux parents plutôt qu’aux enseignants et l’autorisation des accompagnantes voilées, par Najat Vallaud-Belkacem. Ce furent autant de coins dans l’espace laïque, le tout, pour de bonnes mauvaises raisons de « respect de la culture », ou de « ne pas heurter la sensibilité ». Si bien qu’au fil du temps, est venue l’autocensure des professeurs, pour simplement « assurer leur sécurité », sur des thématiques pourtant au programme, comme la naissance des religions ou la géopolitique touchant à la question palestinienne. Les voyants d’alarme en tous genres sont allumés depuis bien longtemps et pas mal de livres s’en sont fait l’écho, comme celui de Georges Bensoussan, taxé de raciste, la ficelle habituelle...

On l’a vu avec le mouvement "pas de vague", les profs ne sont pas suffisamment écoutés. Ont-ils été abandonnés notamment sur le sujet de la laïcité ?

Jean-Paul Brighelli : Au contraire : nous avons été abreuvés de circulaires et de recommandations. En 2016 le ministère de Mme Vallaud-Blekacem a pondu un « Livret Laïcité » qui affirmait que « Nul ne peut se prévaloir de son appartenance religieuse pour refuser de se conformer aux règles applicables dans l'École de la République ». Magnifique ! Mais nous étions à la grande époque du « vivre ensemble », et ce Livret semble avoir été écrit par une équipe de bisounours complètement coupé des réalités du terrain. C’est en l’appliquant à la lettre que la principale du collège de Conflans a cru bon de recevoir un parent d’élève escorté d’un fiché S, et de se fendre d’une lettre « conciliatrice » qui semblait promettre aux parents que des sanctions seraient prises contre Samuel Paty. Même si dans le même temps les hautes instances du rectorat, à ce qu’elles disent, appuyaient notre malheureux collègue. C’est de ce Livret, par exemple, qu’est sortie l’invraisemblable polémique sur le port du voile par les parents encadrant les sorties scolaires — une manifestation contraire à la loi, mais acceptée alors par l’institution (Blanquer a exprimé son opposition à cette pratique, ça n’a rien changé puisqu’il n’y avait pas de texte pour soutenir le refus éventuel des enseignants).

Dans les faits, et avec la bénédiction de l’Inspection, nombre de professeurs contournent les programmes pour éviter de parler des choses qui fâchent — dont la liste ne cesse de s’allonger : en voyant que sa stratégie réussit, l’ennemi demande chaque jour davantage. Jusqu’à exiger désormais des vestiaires séparés en cours d’EPS pour les circoncis et les incirconcis… Et je ne parle même pas de l’enseignement de la sexualité en SVT, des allusions à Darwin, des textes de Voltaire (ce malfrat qui a écrit Mahomet ou la superstition, et a si bien décrit le fanatisme dans le Dictionnaire philosophique), et d’une foule de détails sidérants — jusqu’à refuser de prendre une feuille touchée par une enseignante, qui, sait-on jamais, pourrait être impure… Parce que les enseignantes sont la cible privilégiée des intégristes — ce qui, dans une profession largement féminisée, pose des problèmes sérieux.

Non, l’institution ne défend pas vraiment les professeurs contre des superstitions médiévales importées d’un autre espace-temps.

Pierre Duriot : On ne sait pas si ce sont les profs eux-mêmes, qui ont lâché du lest et que la hiérarchie a exploité leurs failles, ou si la hiérarchie a entraîné l’abandon, par les professeurs, de leurs prérogatives en matière de laïcité. C’est en fait les deux à la fois, tous étant engoncés dans des principes humanistes de « respect de la culture » et « d’apport enrichissant ». Profs et hiérarchie étant souvent du même bord politique et culturel. Sur un autre terrain, les mêmes ont abandonné toute forme d’autorité, accompagnés par une hiérarchie qui a prôné une horizontalité dans les postures, voulant transformer la relation asymétrique « traumatisante » pour l’élève en un échange horizontal. Notes et évaluations ont cédé un temps également, « traumatisantes » elles-aussi, remplacées par des mises en situation de réussite artificielles ou des « encouragements », afin de ne pas abîmer « l’image de soi » des élèves. Bref, les principes idéologiques se sont substitués aux principes de bon sens qui auraient voulu que ce soit les profs qui apprennent aux élèves et pas le contraire et que l’on apprenne et respecte la culture française plutôt que de s’esbaudir en permanence sur un « apport culturel » que l’on cherche encore.

Que faudrait-il faire pour que les profs soient de nouveau heureux de faire leur métier ?

Jean-Paul Brighelli : Il faudrait déjà que les médias arrêtent de leur casser du sucre sur le dos à la moindre occasion. Cela éviterait que le public en fasse autant. Il faudrait leur redonner un peu de considération — ce qui, dans un système libéral, passe nécessairement par une consistante amélioration des salaires. Voici 15 ans que je réclame une augmentation de 50% des salaires de départ, afin de rendre attractif un métier que plus personne ne veut faire, sauf des masochistes et des étudiants perdus dans les profondeurs des classements.

Il faudrait aussi que le ministère dise clairement, par une loi qui effacerait la loi Jospin, que le métier d’enseignant consiste à transmettre des savoirs, et non à « co-éduquer » des enfants qui nous arrivent tordus par un entourage familial létal. Et que les élèves ont, prioritairement, le devoir de se taire, et non d’exprimer leurs billevesées sur le ton de « C’est votre avis, ce n’est pas le mien ».

Il faudrait aussi que les Inspecteurs soutiennent les enseignants qui enseignent, au lieu d’applaudir, comme trop souvent ils le font, ceux qui se contentent de gérer l’ingérable. C’est cela, le « pédagogisme » — cela et rien d’autre. Faire passer les « activités » (un joli mot pour désigner un concept creux) avant la transmission. Disons-le tout net : le prof sait, il parle, l’élève écoute. Et il lève la main pour demander une précision. Pas pour donner son avis sur la bataille de Poitiers ou les discriminations supposées dont il serait victime.

Parce que les vraies victimes sont les enseignants. Et il aura fallu ce drame pour rappeler que des centaines d’enseignants et de chefs d’établissement sont agressés quotidiennement par des élèves ou des parents qui désormais contestent tout et n’importe quoi.

Il faudrait enfin que l’on inspecte sérieusement les conditions de vie de certains élèves, qui sont soumis à un bourrage de crâne qui n’est rien moins que sectaire, au sens étroit du terme. On ne laisserait pas des enfants en contact avec des parents professant des idées monstrueuses, n’est-ce pas ? On a même un Observatoire des sectes, en France. Eh bien il faut comprendre que dans nombre de familles musulmanes, la foi professée est sectaire, nocive, et à terme monstrueuse. Oui, protégeons les enfants en les dépaysant de leurs familles, si nécessaire. Ce n’est pas une proposition inédite, les révolutionnaires de 93 l’avaient déjà formulée.

Pierre Duriot : Mais il y a des profs heureux, j’en suis d’ailleurs. Je n’ai jamais lâché ma posture, gardant autorité, ne passant rien à personne sous quelque prétexte que ce soit, m’appliquant à moi même une discipline, avant de l’exiger également des élèves. Et beaucoup d’autres avec moi, mais pas suffisamment sans doute, tant la proximité et la défience entre profs, élèves et parents sont devenues telles qu’il est impossible, en beaucoup d’endroits de restaurer autorité, discipline et travail. Dans ce sens, la hiérarchie issue des gouvernements, de droite, comme de gauche, a transformé l’école en y mettant, au centre, l’élève, en lieu et place du travail, en incitant les établissements scolaires à tenir compte des cultures et à faire du social. C’est ainsi que l’on voit des associations de quartiers, travailler avec les enseignants, pour rédiger, dans la langue d’origine de chaque élève, les mots écrits par l’école. Ceux, comme moi, qui pensons que ce n’est pas à l’école de traduire mais aux parents de faire l’effort, d’apprendre eux-aussi le Français, passons pour d’odieux fachos. Pour que les profs soient heureux, il faut que l’école redevienne un lieu de savoir, où l’on ne tient pas compte de l’origine des élèves, juste de son niveau scolaire et que le prof redevienne, celui qui sait et qui enseigne à ceux qui ne savent pas encore et qui sont là pour apprendre. L’enfer que nous vivons aujourd’hui a toujours été pavé de bonnes intentions. Pour Winnicot, l’inventeur du concept de la mère suffisamment bonne, l’école aura été une mère « trop bonne ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tubixray
- 22/10/2020 - 10:34
Retour de baton
En faisant abstraction du péril islamique, on doit admettre que les professeurs d'aujourd'hui récoltent les fruits de leurs ainés soixante huitards qui ont répandu cette idéologie mortifère.
Je ne cesse de traquer dans les manuels scolaires les dérivés idéologiques et d'en rectifier le contenu pour que ma progéniture ne soit pas intoxiquée.
DANIEL74
- 22/10/2020 - 08:20
MALTRAITANCE
Les professeurs ne sont pas l'exception qui confirme la règle. En France c'est la sur administration qui contrôle et détruit tout. Même formatage et même irresponsabilité. Les pouvoirs Exécutif, législatif et judiciaire ne sont que des marionnettes aux mains des 650 hauts fonctionnaires qui tuent la France. Supprimer le statut public pour le non régalien est la première solution qui s''impose à un gouvernement qui mérite son nom
Forbane
- 21/10/2020 - 23:00
Pas pire qu’un prof
comme patient.
Beaucoup contestent et discutent tout et n’acceptent pas de ne pas être les sachants !