En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 14 heures 14 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 14 heures 58 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 17 heures 26 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 18 heures 10 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 19 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 20 heures 17 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 20 heures 40 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 20 heures 52 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 21 heures 15 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 21 heures 33 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 14 heures 39 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 16 heures 8 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 17 heures 41 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 18 heures 38 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 19 heures 36 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 20 heures 33 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 20 heures 46 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 21 heures 7 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 21 heures 25 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 21 heures 37 min
© JACQUES DEMARTHON / AFP
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

Publié le 20 octobre 2020
Le conservatisme s'est installé dans le paysage politique français. Edouard Husson décrypte les enjeux du débat au sein de la société et de la classe politique française sur cette notion.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le conservatisme s'est installé dans le paysage politique français. Edouard Husson décrypte les enjeux du débat au sein de la société et de la classe politique française sur cette notion.

Le conservatisme tranquille

Cela aurait pu être un événement. Le 12 octobre 2020, le mouvement « Sens Commun » a présenté les résultats d’une grande enquête sur le conservatisme dans le cadre du débat interne à LR sur les lignes de force d’un programme pour les prochaines élections présidentielle et législative. « Mais chez les LR, M’sieur, on n’débat pas, on s’tait ! » pourrait-on dire en parodiant une chanson de Brel. « On n’combat pas, on fuit ! » Chez Les Républicains, on subit Sens Commun comme un reste électoral un peu bizarre d’une époque révolue. Et pourtant, les résultats de l’enquête d’opinion sont tout à fait instructifs. 240 000 votes, 1153 propositions et un podium des thèmes les plus traités, qui donne: 1. Les institutions 2. L’immigration. 3. Les solidarités familiales et locales. On pourrait dire aussi que ce à quoi les conservateurs qui ont répondu à l’enquête d’opinion appellent, c’est à recueillir l’héritage du gaullisme, pour réajuster la pratique des institutions voulues par le Général; à répondre aux angoisses de cette France populaire qui a subi le choc du dilettantisme de nos élites (industrielles et culturelles) pour lesquelles longtemps l’immigration n’a pas été un problème puisqu’elle ne les concernait pas ou les arrangeait; à faire fructifier le message des Gilets Jaunes - dans la première partie du mouvement, celle précisément que Laurent Wauquiez, par lâcheté, a laissé écraser par les petites manoeuvres d’Emmanuel Macron et la brutalité policière. 
 
En soi, c’est une bonne nouvelle. Ce sondage montre que le conservatisme s’est installé dans le paysage politique français. Longtemps le mot fut péjoratif. Ou synonyme de cause perdue, puisque les conservateurs du XIXè siècle furent sauf exception monarchistes. Par son alliage de fidélité à l’héritage français et d’intelligence sur le monde contemporain, le Général de Gaulle fut, éminemment, un conservateur. Il est l’équivalent, pour la France, de Benjamin Disraeli pour la Grande-Bretagne. Sauf que la tradition de républicanisme conservateur qu’il proposait de fonder a été trahie par ses héritiers. Les jeunes gaullistes des années 1970 - dont un certain Michel Barnier - n’ont rien trouvé de plus malin que de s’appeler « Union des Jeunes pour le Progrès ». Il fallait quand même oser ! Georges Pompidou avait bien compris que le gaullisme est un conservatisme ou il n’est pas. Mais son héritier politique auto-proclamé, Jacques Chirac, nous a fait le coup du « travaillisme à la française », avant de construire toute sa carrière politique sur le rejet du Front National où, de plus en plus, se rassemblaient les héritiers du gaullisme populaire. Ensuite, il y a eu Nicolas Sarkozy, le meilleur de nos présidents depuis Georges Pompidou; mais peut-on mener une politique de droite avec un parti qui ne s’assume pas sur les deux sujets-clé que sont l’immigration et la sécurité? 
 
Je parle du gaullisme mais le conservatisme s’est trouvé aussi à l’UDF dans les années 1980. Valéry Giscard d’Estaing était, profondément, un conservateur, mais il croyait que pour gouverner la France il fallait revêtir un costume progressiste. Il l’a payé de sa non-réélection en 1981 mais à l’UDF des années 1980, on pouvait être ouvertement conservateur (Charles Millon, Philippe de Villiers, Christine Boutin) et débattre avec les modérés, les libéraux, les centristes. On y avait certes un peu de mal avec le conservatisme anglo-américain de la période (Margaret Thatcher, Ronald Reagan) mais le parti était un modèle de démocratie interne et donc il existait: il rassemblait 20% de l’électorat; tout comme le RPR rassemblait 20% de l’électorat. Avec les 15% que faisait régulièrement le Front National, on retrouvait les 55% que représente la droite en France, le score qu’elle devrait toujours faire au second tour des élections présidentielles.  On retrouvait les orléanistes (giscardiens), les légitimistes (héritiers du Général)  et les bonapartistes (lepenistes) de la célèbre classification de René Rémond. 
 
Depuis lors, les droites gaulliste et giscardienne n’ont cessé de perdre du terrain tandis que la droite lepeniste montait mais n’arrivait pas à dépasser un quart des suffrages exprimés. Sans doute l’enquête d’opinion présentée par Sens Commun nous donne-t-elle une clé: ce à quoi la droite aspire, c’est à un « conservatisme tranquille », au sens d’une capacité des chefs de la droite à s’assumer comme étant tranquillement de droite. Il y a des évidences à opposer tranquillement aux héritiers des jacobins qui se sont maintenus au pouvoir dans le sillage d’Emmanuel Macron. Il s’agit de trouver le point d’équilibre entre autorité et liberté, entre centralisation stratégique et décentralisation de la mise en oeuvre, entre capitalisation sur l’héritage et la transmission et identification des nouveaux talents, entre innovation technologique et souci de préserver l’humanité des rapports sociaux, entre insertion dans la solidarité occidentale et souci d’ indépendance nationale, entre engagement européen et déploiement de la France sur toutes les mers du globe, entre volonté d’assimiler l’étranger et capacité à l’accueillir etc....Dans cette notion de conservatisme tranquille, il y a bien « tranquille » mais il y a aussi « conservatisme ». 
 
Chez LR, on poursuit l’impossible rêve d’un « conservatisme progressiste », qui serait au passage l’un des versants du macronisme. Ce que les conservateurs, plus nombreux dans l’électorat que ce que croient les politiques et les sondeurs, ont envoyé comme message à leur parti  en répondant à l’enquête d’opinion, c’est: « Assumez-vous !» 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Hiris
- 20/10/2020 - 23:52
Ce n est pas parce que socialistes et macronistes
Se déclarent progressistes qu' on doit prendre ça pour une réalité messieurs les journalistes ! Car si c est ça le progressisme ,à savoir la crise économique,la crise sanitaire,la crise sociale ,la crise religieuse et la crise sécuritaire que nous vivons, VADE RETRO SATANAS ! Prions pour un retour rapide du conservatisme tant honni par les bordelistes au pouvoir ....
Think a minute
- 20/10/2020 - 23:50
Les conservateurs conservent
Or, qu'y a-t-il encore à conserver ?
Lou Bïarnès
- 20/10/2020 - 18:21
Un nostalgique
Eh oui, Mr Husson continue son antienne sur la droite et LR. Il n’y a, ne lui en déplaise, qu’une seule droite actuellement, c’est le RN, qui ressemblant sur les sujets régaliens au RPR, a généré un électorat, engagé, populaire et patriote, malgré toutes les oukases et le mépris véhiculé par les divers médias écrits et audiovisuels . Soit le LR et autres micro partis se rallient, soit ils disparaîtront. Le RN et MLP ne passeront peut-être pas aux prochaines présidentielles, mais ce sera le déclin assuré, déjà fortement entamé. Et je trouve que MLP, bien moins désastreuse que l’image véhiculée par les les médias et autres médiocres et serviles commentateurs, démontre par ses différentes interventions actuelles un vrai sens de chef d’état, posant avec réalisme et pugnacité les défis de la France, ce mot France qu’elle est d’ailleurs parmi les politiques, la seule à brandir comme étendard. Et le chaos prédit par Macron si MLP avait été élue, c’est lui qui l’a amené.