En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 15 heures 4 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 15 heures 47 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 18 heures 15 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 18 heures 59 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 19 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 21 heures 6 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 21 heures 29 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 21 heures 42 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 22 heures 4 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 22 heures 22 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 15 heures 28 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 16 heures 58 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 18 heures 30 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 19 heures 27 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 20 heures 25 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 21 heures 22 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 21 heures 35 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 21 heures 56 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 22 heures 14 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 22 heures 26 min
© ABDULMONAM EASSA / POOL / AFP
Conflans-Sainte-Honorine Emmanuel Macron majorité LREM
© ABDULMONAM EASSA / POOL / AFP
Conflans-Sainte-Honorine Emmanuel Macron majorité LREM
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

Publié le 20 octobre 2020
Après l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine, le gouvernement et la majorité sont confrontés à un défi majeur pour apporter des solutions dans le cadre de la lutte contre le séparatisme. La République en marche est-elle divisée sur la laïcité et l'islamisme ?
Arnaud Benedetti
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine, le gouvernement et la majorité sont confrontés à un défi majeur pour apporter des solutions dans le cadre de la lutte contre le séparatisme. La République en marche est-elle divisée sur la laïcité et l'islamisme ?

Atlantico.fr : Jean-Michel Blanquer jugé trop ferme sur le voile pour être ministre de l'Intérieur, tensions après qu'une député a quitté l'audition d'une représentante voilée de l'UNEF... A quel point le parti LREM est-il divisé sur les questions touchant à la laïcité et l'islamisme... ? 

Arnaud Benedetti : Les divisions du parti sur le sujet sont le fruit d’abord de leur fondateur, Emmanuel Macron , qui s’est refusé à penser le problème, ou à ne le penser qu’en héritier du camp dont il est formellement issu : la sociale-démocratie " sociétale ". Pour le Président le communautarisme n’était pas un problème en soi. Souvenez-vous de son discours de campagne à Marseille où il vantait et flattait les communautés. L’expression des communautarismes ne posait  pas difficulté à ses yeux et s’il existait des enfants perdus de cette république communautarisée qu’il appelait implicitement de ses vœux, c’était en raison de soubassements économiques. Le redémarrage de l’économie suffirait à les ramener dans le droit chemin et à les sortir de leur "assignation". D’où les ambivalences permanentes du Président sur ce sujet dont l’amitié avec "l’humoriste" islamisant Yassine Belattar constitue l’une des multiples facettes. Par ailleurs, Emmanuel Macron, par-delà ses propres ambiguïtés, est le symptôme d’un mal qui dépasse amplement sa propre majorité. Il appartient à ces générations politiques qui ont intériorisé , par méconnaissance historique et culturelle, la culpabilisation  "décoloniale" sur laquelle joue puissamment les islamistes pour empêcher tout réflexe critique et toute défense politique contre leur idéologie totalitaire. Pour ne pas être soupçonné de "racisme", il faut au mieux éviter le sujet, soit au pire consentir à des accommodements, ce à quoi est prête une partie de la gauche qui est sortie du sillon républicain. Aurélien Taché est le produit et l’expression de cette politique d’acculturation de la République à l’Islam . Le bricolage politique que constitue le macronisme, entre gauche et droite , ni gauche ni droite , ou et de gauche et de droite , autant résultat d’un concours de circonstances que produit de marketing, apparaît dès lors particulièrement désarmé pour faire face à ce défi civilisationnel que signifie le surgissement de l’islamisme dans une société sécularisée, laïque, et dont l’héritage religieux et historique très lointain, bien en-deçà de 1789 et de 1905, a autorisé la séparation du temporel et du spirituel. Mais penser en ces termes, c’est déjà être suspect aux yeux de la doxa bien-pensante. 

Après le discours d'Emmanuel Macron contre le séparatisme islamiste, nous est présenté un "projet de loi renforçant la laïcité". Ce changement sémantique montre-t-il qu'Emmanuel Macron est sous pression de l'aile gauche de sa majorité ?

Certainement, mais en réalité Emmanuel Macron est soumis à plusieurs contraintes : les flottements en effet de certains à l’intérieur de sa majorité qui visent sans doute à "euphémiser" le projet pour ne pas se couper d’un électorat aussi qui a voté pour eux en 2017 contre Marine Le Pen, l’international avec la pression que peuvent exercer les pays musulmans proches dont quelques uns mezzo voce ont exprimé leurs craintes quant à un texte  qu’ils estiment potentiellement "stigmatisants" pour leurs ressortissants, les intimidations enfin successives du salafisme qui dans "les territoires perdus de la République" pour reprendre le titre du livre dirigé par Georges Bensoussan est devenu la source principale de socialisation... 
Ceci dit la notion de "séparatisme" caractérise in fine assez mal le projet politique de l’islamisme. Les islamistes ne veulent pas tant se séparer que soumettre la république à leurs principes par une reconnaissance de leur singularité dans un premier temps, mais leur objectif eschatologique à terme consiste à imposer leur vision de la société. Boualem Sansal l’explique très bien quand il dit que la guérilla que les islamistes cherchent à nous imposer n’est que le prélude à une guerre plus totale. Ils ont imprégné déjà nos consciences par notre complexe à les combattre, nos atermoiements sémantiques en sont l’illustration. Ils ont réussi à opérer un entrisme dans nombre de structures, associatives, sportives, syndicales comme l’UNEF, et à pénétrer parfois jusque dans certains segments de l’administration et de l’entreprise. Leur préoccupation consiste à se banaliser, pour mieux ensuite détricoter notre propre modèle.

Emmanuel Macron est désormais confronté à ce réel qu’il a cru bon d’enfouir durant toutes ces années dans l’irénisme de sa conception de la société, ceci sans vision profonde de l’histoire, sans compréhension et analyse des mécanismes idéologiques qui dictent un imaginaire politique. Il tente un retournement compliqué, indispensable sous la pression des événements.

Emmanuel Macron peut-il convaincre sa majorité de lutter de front contre l'islamisme ?

Ce n’est pas Macron qui peut convaincre sa majorité, c’est l’opinion qui y est majoritairement favorable. De ce point de vue, les annonces de dissolution du CCIF, la fermeture de la mosquée de Pantin montrent un infléchissement. Reste à savoir si cet infléchissement est conjoncturel, traduction politique d’une émotion face à la monstruosité de l’acte perpétré à Conflans ou s’il s’agit d’un aggiornamento durable. Le problème pour le Président et son gouvernement consiste à apporter la preuve de leur  crédibilité alors qu’une partie importante de l’opinion reste dubitative quant à leur volontarisme en cette matière tant leur genèse politique est forte de toutes sortes d’ambivalences, à l’instar de nombre de nos responsables politiques de gauche... comme de droite. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Hiris
- 20/10/2020 - 22:48
"White lives matter "
"White lives matter "
Lou Bïarnès
- 20/10/2020 - 18:52
Je me marre
Macron est un ectoplasme, et les députés LREM le brouillard, et certains commentaires ci-après s’y perdent. Les Français votent, et ils ont ce qu’ils méritent. Et ceux qui n’ont pas voté et qui geignent et pleurnichent n’avaient qu’à prendre leurs responsabilités. De toutes les façons, c’est globalement un peuple sans courage . C’était Marine Le Pen et le chaos disait Macron. Nous n’avons pas MLP, mais nous avons Macron et le chaos. Et qu’une seule patriote, car c’est la seule qui nomme la France dans ses discours, pour essayer de redonner sa fierté à la France.
JG
- 20/10/2020 - 14:12
La seule sanction , c'est l'élection ...
Quand les abrutis qui ont voté Macron ou qui se sont abstenus comprendront qu'ils ont voté pour ce qui se passe actuellement, peut-être réfléchiront-ils à deux fois avant de revoter pour ce pignouf ou de s'abstenir par crainte du "faschisme d'extrême droite et du chaos".