En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 11 min 42 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 46 min 42 sec
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 1 heure 31 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 1 heure 57 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 14 heures 51 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 16 heures 30 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 18 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 21 heures 24 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 22 heures 29 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 34 min 59 sec
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 55 sec
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 15 heures 23 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 19 heures 56 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 4 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 21 heures 40 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 23 heures 9 min
© Reuters Pictures
université étudiants
© Reuters Pictures
université étudiants
Dévoiement

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

Publié le 20 octobre 2020
Après l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine, de nombreuses questions se posent sur les défis au coeur de l'Education nationale. L'université est également concernée. La pensée universitaire est-elle suffisamment mobilisée face à certaines idéologies ? Les chercheurs qui travaillent sur l'islamisme ont-ils des difficultés ?
Florence Bergeaud-Blackler
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florence Bergeaud-Blackler est anthropologue, chargée de recherche au CNRS dans le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités. Paris Sciences et Lettres Université (PSL University).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine, de nombreuses questions se posent sur les défis au coeur de l'Education nationale. L'université est également concernée. La pensée universitaire est-elle suffisamment mobilisée face à certaines idéologies ? Les chercheurs qui travaillent sur l'islamisme ont-ils des difficultés ?

Atlantico.fr : Vous dénoncez les manquements de la pensée universitaire sur l'islamisme, voire leur dévoiement. Quels constats dressez-vous ?

Florence Bergeaud-Blackler : L’islamisme est étudié dans les universités mais essentiellement par les chercheurs qui travaillent sur les aires du Moyen-Orient et du Maghreb. Il y a quelques exceptions avec les travaux de Gilles Kepel poursuivis aujourd’hui par Bernard Rougier sous l’angle salafiste surtout, par Hugo Micheron qui travaille sur les jihadistes.

En revanche il y a un manque de travaux sur l’islamisme made in Europe, un islamisme bon teint, policé, costumé et rasé de près pour les hommes, en hijab ou bandana coloré pour les femmes. Cet islamisme est porté par des classes moyennes, par cette beurgeoisie initiée à l’islam par les étudiants islamistes venus se réfugier en France dans les années 1980-1990. Il s’épanouit dans le monde du halal, les salons, les associations sportives, culturelles, les entrepreneurs halal, le développement personnel, la médecine, l’aide sociale etc. Les femmes, grandes oubliées, jouent dans cet islamisme européen un rôle essentiel.

D'où vient la thèse d'un islamisme vu comme un « construit occidental » ?

Pour le comprendre, on peut distinguer trois temps. Au début des années 80-90 les spécialistes du monde arabo-musulman, souvent nourris aux idées marxistes, ont pris fait et cause pour les islamistes qu’ils voyaient comme des révolutionnaires, des Che Guevara à l’orientale.

Malgré les discours violents que les Frères tenaient dans les mosquées et leur intransigeance quasi obsessionnelle à l’égard du voile, ils ont été défendus par ces tiers-mondistes qui voyaient en eux d’authentiques révolutionnaires contre l’impérialisme euro-américain. Ces chercheurs, comme François Burgat, compagnon de route des islamistes, n’avaient aucune connaissance du terrain français, et, devant les micros tendus, appliquaient leur grille de lecture moyen-orientale ou maghrébine, à ce qui se passait en France. Les musulmans de France représentaient la revanche du tiers-monde convertit aux idéaux d’émancipation, ce qui s’associait fort bien avec l’idéologie de gauche et d’extrême gauche qui avait trouvé son nouveau prolétariat.

Ensuite, le rôle effectif de la CIA dans le développement de l’islamisme mondialisé à partir de l’invasion de l’Afghanistan par l’URSS a fini de convaincre qu’il s’agissait d’une créature occidentale. Que des révolutionnaires aspirant à la modernité avaient juste revêtus les habits de l’islamisme comme on retourne un stigmate, que, comme le résume très bien,  G.Achcar, « l’islamisme » était un simple mode d’expression – « le parler musulman ».

Enfin, la « créature » est devenue un simple « construit » sous l’influence d’autres théories de la  fabrique des identités, qui a aboutit à des « idéologies bulldozers» caricaturales et culpabilisantes, comme l’intersectionnalité ou le néo-féminisme. Celles-ci réduisent les êtres humains à la combinatoire de trois variables – sexe, race classe-, et combattent l’ « Occident » accusé d’être  responsable des malheurs du monde.

Les islamistes en costume pensent que c’est par l’éducation et la culture qu’ils s’établiront. Ils ont un plan et une conception du monde totalitaire qu’ils ne peuvent pas révéler et qu’ils ne peuvent pas négocier avec l’Occident puisqu’il implique la mort de celui-ci. Alors, ils mobilisent ces idéologies bulldozers, comme des chevaux de Troie, » sur les campus européens et américains, pour se déblayer le chemin. Ils pensent un peu comme les judokas, qu’il vaut mieux utiliser la force de l’adversaire contre lui-même.

Quelles difficultés rencontrent les chercheurs qui travaillent sur l'islamisme ?

Dans les universités, le marxisme a laissé la place à un relativisme culturel initié par la gauche culturaliste aux Etats-Unis à partir des penseurs de la déconstruction comme Foucault ou Derrida. Pour cette gauche, il n’existe que des communautés (noire,  LGBT, femme etc.). Chacune doit se définir, et aucune ne peut définir l’autre car cela revient à « juger » l’autre à partir de soi, ce qu’interdit le relativisme.

Tout discours porté sur l’islam est illégitime à moins qu’il soit prononcé par un musulman. Si je dis quelque chose sur l’islam, par exemple que l’islamisme n’est pas l’islam, on n’écoute pas ce que je dis. Je fais de « l’ingérence », ce qui est interprété comme une tentative de domination, attribuée à la couleur de ma peau, blanche, et à l’histoire dont je suis supposée être dépositaire, la colonisation.

Donc en tant que chercheuse si je pense sur la société, c’est nécessairement pour imposer mon modèle et ma domination. C’est la caricature de la science comme pouvoir de M. Foucault, qui sert de point d’appui à la « cancel culture », et hélas à la répartition des budgets de recherche…

L’institutionnalisation de l’islamophobie et la création du CCIF procèdent de cette logique d’accusation et d’annulation.

Dissoudre le CCIF est-il la solution ?

Dissoudre le Collectif Contre l’Islamophobie en France revient à abattre l’arbre qui cache la forêt de l’islamisme, ce qui ne sert pas à grand-chose si l’on ne s’occupe pas de traiter la forêt. L’islamisme est une maladie de l’islam pour reprendre l’expression de A.Meddeb. C’est une idéologie totalitaire née au début du XX°siècle comme le communisme et le nazisme. L’islamisme a infusé dans les structures islamiques bien sûr, comme les mosquées, mais aussi dans les associations, dans les universités, dans les entreprises, dans les commerces, sous couvert de culture, de mode et de style de vie. Et qui n’adhère pas à ce séparatisme culturel est taxé d’islamophobe. Pour comprendre comment on en est arrivé là il faut lire la littérature islamiste, celle des pères fondateurs Hassan El Banna (1906) et surtout Mawlana Maudoudi (1903), l’architecte de l’islamic way of life. C’est en étudiant le marché halal global, cette créature islamiste adaptée à notre monde néo-libéral, que je me suis familiarisée avec la méthodologie de l’islamisme, avec ses acteurs, avec ses stratégies. Il ne faut pas se représenter l’islamisme comme un complot, mais il ne faut pas non plus, à l’inverse, lui ôter sa colonne vertébrale. Si vous lisez la stratégie de l’ISESCO vous verrez qu’elle se base sur un certain nombre d’idées simples mais très efficaces pour faire imploser le contrat social grâce à une guérilla permanente et sourde qui s’appuie sur la culpabilisation de l’occident impie, matérialiste et sans foi. Cette stratégie peut paraître moyenâgeuse et pourtant elle commence à résonner chez les jeunes générations (musulmanes ou non) que le relativisme a désarmé et pour lesquels la laïcité n’a pas plus de sens que l’universel.

Que suggérez-vous pour traiter la forêt de l’islamisme ?

Il faut relancer les études sur l’islamisme qui ont été interrompues par le fameux « pas de vagues ». Nous avons les compétences mais il nous faut les moyens humains et financiers. Et il faut assurer la sécurité des enquêteurs.

Florence Bergeaud-Blackler est anthropologue, chargée de recherche CNRS au Groupe Sociétés, Religions, Laïcités 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 21/10/2020 - 09:26
''Le ver est dans le fruit''...
A la RATP des islamistes, qui sont chauffeurs de bus, refusent de serrer la main de leurs collègues ''femmes'' et la C.G.T., où sont affiliés ces ouvriers musulmans, trouve cela ''normal''..Les Allemands sont plus intransigeants que nous voir https://fr.yahoo.com/news/allemagne-refuse-serrer-main-dune-122900521.html...''On'' les autorise à avoir des ''tapis de prière'' et à arrêter leur travail plusieurs fois par jour...La C.G.T. n'est pas aussi indulgente avec les non-musulmans!...La C.G.T. jetait, dans les eaux du port de Marseille, les objets précieux que ma soeur et mes cousins avaient arrachés des mains des égorgeurs du F.L.N, en 1962...et maintenant mes enfants sont ''obligés'' de donner des sous, de leur salaire, aux fainéants et aux casseurs de la C.G.T....Pourquoi ''la France'' a bien accueilli les fellouzes, qui ont tué des ''civils innocents''...ces ASSASSINS vivent, chez nous, ils crachent sur la ''colonisation française'', ainsi que leurs enfants, tandis que les ''Français'' non-musulmans devaient être ''jetés à la mer''????
valencia77
- 20/10/2020 - 15:58
la foret de l'islamisme
Que suggerez vous pour traiter la foret de l'islamisme? Il faut relancer des etudes...Le genre de decision qui fit gagner la bataille de juin 1940.
Pourquoi se soucier de l'islamisme en France? Pas de musulmans en France et pas de probleme avec l'islamisme.
Que les universites s'occupent de faire des mathematiciens et des ingenieurs.
Il est peut etre temps d'eliminer les gauchistes les plus influents, du "chercheure" universitaire jusqu'au chaudronnier sur le plancher de l'usine.
Bobby Watson
- 20/10/2020 - 15:12
Bravo !
Je rejoins l'avis de hoche38. Voilà un article bien informé, argumenté , métayé d'exemples précis. Ce que notre enseignement produit de meilleur, quand il ne cède pas aux a-priori idéologiques. Tout est dit, froidement, de la méthode et des menées des islamistes. Et du rôle néfaste des philosophes de la déconstruction, Foucault et Derrida, qui ont laissé après eux un champ de ruines. Il faudra du temps , et des universitaires comme Florence BERGEAUD-BLACKLER pour reconstruire les sciences humaines dans notre beau pays.