En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 14 heures 28 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 15 heures 12 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 17 heures 40 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 18 heures 24 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 19 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 20 heures 31 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 20 heures 54 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 21 heures 6 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 21 heures 29 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 21 heures 47 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 14 heures 53 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 16 heures 23 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 17 heures 55 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 18 heures 52 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 19 heures 50 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 20 heures 47 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 21 heures 22 sec
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 21 heures 21 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 21 heures 39 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 21 heures 51 min
© Yann COATSALIOU / AFP
Christian Estrosi LREM Emmanuel Macron LR
© Yann COATSALIOU / AFP
Christian Estrosi LREM Emmanuel Macron LR
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

Publié le 19 octobre 2020
Le maire de Nice, Christian Estrosi, a lancé un appel afin de former un grand bloc LR/LREM pour les régionales. Que cherche Christian Estrosi avec une telle proposition ?
Xavier Dupuy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Dupuy est politiologue, spécialiste de l'opinion.
Voir la bio
Alexis Massart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexis Massart  est directeur d'Espol, école européenne de sciences politiques et sociales de l'Université catholique de Lille.   
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le maire de Nice, Christian Estrosi, a lancé un appel afin de former un grand bloc LR/LREM pour les régionales. Que cherche Christian Estrosi avec une telle proposition ?

Atlantico.fr : Si LR et LREM ne s'allient pas dans "un bloc central, beaucoup de régions sont perdues", a jugé Christian Estrosi. Le président de la métropole de Nice a appelé à la constitution d’un grand bloc LR/LREM pour les régionales : chacun des deux partis a-t-il un intérêt dans cette alliance ?

Xavier Dupuy : D'un côté nous avons des régions détenues par LR, de l'autre des régions dirigées par la gauche. Or, la situation n'est pas du tout la même selon que l'on soit sortant ou non. La réalité est qu'une alliance entre LR et LREM profitera à LREM. LREM a tout à gagner à faire une alliance avec LR, alors que l'inverse n'est pas vrai. La raison est simple : dans les régions où LR est sortant, on sait qu'ils auront le leadership ; et dans celles où ils ne sont pas sortants, la probabilité qu'En marche arrive devant eux est faible. Dans certaines régions, En marche ne sera même pas en capacité de faire 10% et donc de se maintenir au second tour. D'où le souhait d'En marche de faire des alliances dans la plupart des régions avec LR de façon avoir des sièges. Car sinon, dans les régions où ils ne feront pas 10%, ils seront éliminés et n'auront aucun siège.

Et en termes de réalité électorale, y-a-t-il un intérêt à cette alliance ? Mon sentiment est que dans le cadre d'une élection à deux tours, il n'y a pas d'intérêt pour LR de le faire. En effet, au premier tour, il est probable que dans une région tenue par la gauche, une alliance LR-LREM puisse potentiellement permettre à LR de faire mieux que s'ils avaient été seuls. En revanche, dans les régions détenues par LR, une alliance LR-LREM peut entraîner une déperdition des électeurs LR vers le Rassemblement national et des électeurs En marche vers la gauche. Et donc, vous auriez des sortants de droite qui feraient des places sur leurs listes à des LREM pour faire un résultat similaire à ce qu'ils auraient fait seuls.

Lors des élections municipales, nous avons vu des alliances entre LR et LREM où malgré l'élimination du Rassemblement national au second tour – comme à Strasbourg – l'addition des deux listes au premier tour n'a pas pas donné les résultats escomptés car des électeurs LR et LREM n'ont pas accepté cette alliance. Idem à Bordeaux où la gauche a remporté la ville car le report des électeurs En marche vers LR n'a pas été parfait.

Alexis Massart : Pas vraiment selon moi. Du côté de LREM ça ferait quand même basculer complètement à droite, alors que tout le projet politique lancé par Emmanuel Macron – et qui lui a plutôt pas mal réussi – c’était justement de constituer un vrai boc central qu’on retrouve à la fois dans son discours, dans la composition successive des gouvernements, même si, de fait, les premiers ministres étaient plutôt à droite. Ça viendrait casser le discours d’Emmanuel Macron selon moi. Du côté des Républicains, c’est plus compliqué car ça voudrait dire quasiment la disparition du parti car si certains seraient susceptibles de suivre Christian Estrosi, je pense que d’autres prendraient position contre le président de la République, et ceux-là ne suivraient pas.  Donc on aurait une implosion d’un parti qui est déjà assez mal en point, quoi qu’en disent ses dirigeants. Organiser un grand bloc tel que l’envisage Christian Estrosi est assez problématique. Par contre la question peut se poser un peu différemment au second tour, en fonction du premier tour des élections régionales. Il peut y avoir des rapprochement ponctuels dans certaines régions en fonction de la menace potentielle de l’arrivée du Rassemblement National à la tête de ces régions. Donc avant le premier tour ça me semble très compliqué, mais après celui-ci, je pense qu’on verra des choses comme on a pu en voir au moment des municipales ou LREM à dans certains cas soutenu des maires sortants issus de LR, comme issus de la gauche. C’est un peu la tendance qu’on pourrait voir dans certains cas, maintenant l’élection n’est pas la même. LREM n’avait pas forcément les forces nécéssaires pour créer des listes crédibles dans toutes les villes de France par contre on peut imaginer que sur les listes régionales ils arrivent à trouver suffisamment de monde pour créer des listes partout. Mais les résultats de LREM aux municipales ne sont pas très encourageants pour remporter des régions.

Cette alliance ne ferait donc sens que dans les régions que LR a peu de chance de remporter ?

Xavier Dupuy : En Bretagne, Nouvelle Aquitaine et Occitanie, LR a peu de chances de l'emporter. Deux autres régions tenues par la gauche pourraient par contre basculer : Centre-Val de Loire et Bourgogne-Franche Comté. Il y a ensuite les régions tenues par la droite. Mon sentiment est qu'il y a un certain nombre de régions où En marche n'est pas en capacité de faire 10%. Quel est l'intérêt de faire alliance avec eux ? Si personne ne s'associe avec eux, ils seront éliminés au deuxième tour et leurs électeurs feront ce qu'ils voudront. Avec une alliance, on peut améliorer le report des voix LREM vers LR, mais avec en contrepartie une perte d'électeurs LR et un maintien voire une progression du Rassemblement national au second tour.

C'est valable dans les régions gagnables ( Centre-Val de Loire et Bourgogne-Franche Comté) mais pas seulement. Prenez la région PACA : LREM est-il capable d'y dépasser 10% ? Pas sûr. Quel intérêt à s'allier à eux ? Et si au second tour leurs électeurs veulent barrer la route au Rassemblement national, ils savent ce qu'ils ont à faire.

LR et LREM n'ont pas du tout les mêmes électorats. Christian Estrosi veut créer un bloc central, mais le problème est qu'il n'existe pas. Les électeurs LR ne sont pas au centre, ils sont à droite pour l'immense majorité. Et une partie des électeurs LREM est à gauche : ils ne voteront pas pour LR, même en cas d'alliance. Certes, c'est une minorité, mais lorsque vous faites une alliance, c'est pour récupérer les électeurs de la liste associée mais sans perdre les vôtres !

LR peut-il gagner ou conserver des régions sans l’appui des centristes, notamment du MoDem ? On se souvient qu’en 2015 Les Républicains (LR) et l'UDI avaient présenté des listes communes dans toutes les régions métropolitaines et que le MoDem était allié avec les listes LR-UDI dans onze régions.

Xavier Dupuy : Tout dépend de ce qu'on appelle les centristes. Il y a les centristes d'Hervé Morin, ceux de l'UDI de Jean-Christophe Lagarde, et ceux du Modem. Le Modem va partir avec la majorité présidentielle. Du côté de chez Morin et Lagarde, on s'oriente plutôt vers la droite. En réalité, une partie du centre ira donc avec LR. Ensuite, il faut regarder les implantations locales. En réalité, le centre n'est pas un courant politique majeur: il s'agit plutôt de notables locaux implantés qui se positionnent sur des listes aux élections régionales. Sans vouloir être méchant, le Modem a quelques élus locaux et En marche n'en a quasiment aucun. En termes de lisibilité, les listes LR avec les centristes, en fonction des personnes qui seront dessus – et notamment des élus locaux – risquent d'être plus identifiées que des listes avec des représentants des différents courants de la majorité présidentielle qui n'ont pas d'assise locale.

Sans aucune alliance, il est difficile de dire ce que pourraient être les résultats de LR. La comparaison avec 2015 est en effet difficile car vous aurez en mars prochain des présidents sortants. Cela peut rabattre les cartes car ils bénéficient d'une assise. Je pense aux régions PACA ou Hauts-de-France. En 2015, le résultat des deux candidats n'étaient pas très forts au premier tour. Au second, ils se sont retrouvé en duel. Maintenant, ils sont sortants : ils peuvent donc peut-être caracoler au premier tour avec 30-32% des voix, ce qui n'était pas le cas la dernière fois. Vous pouvez très bien avoir un président de région qui au premier tour fait 32% : il n'a quasiment pas d'alliés, mais si derrière la troisième liste est larguée avec 15%, une dynamique se crée en faveur de la première liste. Prenons la région Auvergne-Rhône-Alpes. En 2015, au premier tour, Laurent Wauquiez a fait 31,8% au premier tour. Il n'a fait aucune alliance et est passé à 40,5% au second tour. Que s'est-il passé ? Il était à 31,8%, le Rassemblement national à 27% et les Socialistes à 23%. Cela a créé une dynamique en sa faveur.

La région Grand Est, en 2015, était particulière. Le Rassemblement national y est arrivé en tête, suivi du LR puis du PS. Les socialistes, au niveau national, ont appelé au retrait de cette liste mais leur candidat a refusé et s'est maintenu. Il y a eu, au second tour, une baisse du bloc de gauche car une partie des électeurs a voté utile. La progression de la liste de droite a été telle qu'on peut penser qu'elle a bénéficié de l'arrivée de nouveaux électeurs voulant voter contre le Rassemblement national.

Alexis Massart : Ça va être compliqué effectivement parce qu’il y a deux choses. Le MoDem et ce qui reste vaguement d’un parti centriste, qui sont maintenant plutôt proche de LREM. La constitution des listes LREM se fera avec ces alliés-là. Une partie de l'électorat va suivre ces listes composées avec le MoDem même si globalement ça ne sera pas suffisant pour remporter des régions ça va assécher l’électorat de 2015 pour les candidats LR qui risquent de se retrouver en difficulté pour le second tour. Ce sont plutôt des scénarios de type triangulaire ou quadrangulaire auxquels il faut s’attendre. Aujourd’hui c’est très compliqué de tirer des plans sur la comète concernant les résultats parce que ça va dépendre de l’ordre d’arrivée au premier tour. Si le Rassemblement national est une forte menace dans certaines régions, les comportements ne seront pas les mêmes. Il pourrait très bien y avoir des retraits comme on l’avait connu la dernière fois dans les Hauts-de-France ou chez Christian Estrosi, ou la gauche s’était purement et simplement retirée dans ces régions. C’est d’ailleurs sans doute un peu ce que Christian Estrosi a derrière la tête dans ses propos. Ça peut être des triangulaires, des quadrangulaires. Dans certains cas, notamment dans les Hauts-de-France, celui qui va conduire la liste socialiste, Patrick Kanner, a déjà fait savoir qu’il était hors de question de reproduire ce qui s’était passé la dernière fois : un retrait. Donc on se dirige tout droit vers une triangulaire voire une quadrangulaire. D’ailleurs les Hauts-de-France vont être une région particulièrement compliquée.

Que cherche Christian Estrosi avec une telle proposition ?

Xavier Dupuy : Vu ce qui s'est passé en 2015, Christian Estrosi se dit peut être que pour gagner, il faut rassembler toutes les forces car si la gauche se maintient, ce sera difficile. Sauf que sa capacité à rassembler ne doit pas l'amener à gagner quelques pourcents au premier tour pour ensuite être battu au deuxième. Imaginons qu'il parte avec En marche et que LREM représente 10% dans sa région : il récupérera peut-être 6 ou 7%. Mais s'il en perd 3 ou 4 au Rassemblement national et qu'il perd une partie des électeurs RN du premier tour qui comptaient voter LR au second, il n'aura rien gagné.

C'est pour cela que je pense que cette idée de Christian Estrosi est une fausse bonne idée, du moins dans une élection à deux tours.

Alexis Massart : Une aventure personnelle peut être en partie. C’est plutôt donner des gages à une certaine partie de la droite qu’Estrosi cherche à incarner, qui serait plutôt Macron compatible. Sa déclaration va dans la continuité de ce qu’il avait déclaré fin-août sur l’intérêt que la droite et le centre avaient à avoir un accord avec Emmanuel Macron. Ça incarne un courant au sein de la droite qui est plutôt centriste, en tout cas plus proche du parti du centre que potentiellement d’autres types d’alliance et notamment des alliances ponctuelles avec le RN comme on a pu en avoir ponctuellement par le passé. Et en même temps il y a un enjeu très fort sur sa région. Les successions de déclarations de ce type vont lui assurer le soutien, inévitablement, de LREM et de la famille centriste. De quelle manière ? Est-ce que ça sera dès le premier tour ou entre les deux tours, difficile de le dire aujourd’hui ? Mais ça pourrait être potentiellement un soutien dès le premier tour à Estrosi et sa famille politique pour lui permettre d’être en paix et moins menacé derrière par le Rassemblement national. Ces déclarations donne des gages au président de la République de quelqu’un se déclarant toujours de droite qui très clairement propose un pacte de non-agression sur la région. Et sur la présidentielle ce n’est pas à exclure, ça dépendra sans doute de qui il y aura en face, mais c’est plutôt la tendance actuelle. Mais l’élection est en 2022, il peut encore se passer des choses. De ce point de vue-là, il a un positionnement complètement inverse à Xavier Bertrand.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 20/10/2020 - 17:37
TPV
Route nationale ? quelqu'un a dit boulevard ! mais personne ne parle d'autoroute ou de petit chemin de campagne . Il est certain que les planètes sont bien alignées pour elle : voie céleste ?
jurgio
- 20/10/2020 - 15:20
Pour Estrosi le LR n'est plus que la queue de sa redingote
Le parti "républicain" n'est plus qu'un consortium où plusieurs personnes débattent sur une opportunité mais où chacun s'occupe de ses affaires.
philippe de commynes
- 20/10/2020 - 12:25
Bas les masques !
Au moins maintenant les choses sont claires, Estrosi n'est pas de droite (on pouvait déjà s'en rendre compte avant, mais il y avait toujours une masse de gens qui n'avaient pas encore percuté), donc aux régionales les gens de droite ne pourront plus voter pour lui (au prétexte qu'il incarnerait une droite "raisonnable"), ils ne pourront plus que voter pour le RN.