En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

03.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 5 min 37 sec
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 31 min 52 sec
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 1 heure 11 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 1 heure 42 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 2 heures 19 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 2 heures 34 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 4 heures 8 min
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 16 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 17 heures 58 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 19 min 19 sec
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 51 min 18 sec
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 1 heure 21 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 1 heure 59 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 2 heures 28 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 3 heures 46 min
pépites > Politique
Coronavirus
Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?
il y a 4 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 17 heures 47 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 18 heures 32 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Liberté Égalité Lâcheté

Islamisme : la République de la complaisance

Publié le 18 octobre 2020
Nous avons laissé s’installer une société dans la société. Dans dix ans, aurons-nous un Etat dans l’Etat ?
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nous avons laissé s’installer une société dans la société. Dans dix ans, aurons-nous un Etat dans l’Etat ?

« Sire, au-delà du numéro vert, que faisons-nous pour l’attentat de Conflans-saint-Honorine? 
- J’hésite entre deux solutions radicales: soit faire un Grenelle, soit faire un Ségur. »

Tel est le dialogue satirique imaginé par un compte twitter féroce qui répond au nom de « Duc de Saint-Frippon ». Peut-on mieux résumer la réalité de toute une partie de la réaction de nos dirigeants depuis que François Hollande a été confronté aux assassinats de janvier 2015?  

On pourrait même remonter à mars 2012, avec les assassinats de Toulouse et Montauban. Non pas pour mettre en cause le gouvernement sortant de Nicolas Sarkozy, dont personne ne sait ce qu’il aurait fait si le président sortant avait été réélu mais pour souligner que François Hollande ne s’est pas emparé du sujet. Le professeur assassiné à Conflans-Sainte-Honorine est la 267e personne à être tuée par un musulman radicalisé. Toulouse, Montauban, à nouveau Toulouse, Paris, Montrouge, Villejuif, Saint-Quentin-Fallavier, à nouveau Paris et Saint-Denis, Magnanville, Nice, Saint-Etienne-du-Rouvray, à nouveau Paris, Marseille, Carcassonne, Trèbes, à nouveau Paris, Strasbourg, à nouveau Paris, à nouveau Villejuif, Romans-sur-Isères, Conflans-Sainte-Honorine, forment la sinistre géographie d’autant de défaites de nos gouvernants. 

Défaites gouvernementales

Je n’irai pas jusqu’à dire défaites de l’Etat. Depuis 2015, nos services de police et de renseignement ont remarquablement travaillé et l’on peut accorder du crédit à Alain Bauer quand il dit que plusieurs dizaines d’assassinats du même type ont été déjoués. Mais la police et le renseignement ne peuvent pas pallier l’absence de volonté au sommet de l’Etat. Les remarquables enquêtes menées par l’Institut Montaigne nous ont montré que 40% des musulmans vivant en France font passer leurs convictions religieuses avant les valeurs de la République. Le chiffre est même beaucoup plus élevé chez les 15-24 ans, effrayant même : 74%, les trois-quarts ! Comment mieux signifier l’échec de l’assimilation à la République par l’Ecole ? 

Ce qu’on pourrait qualifier de « sale polémique » est en train de naître, autour du rectorat de Versailles. En allant vite en besogne, on explique que le rectorat allait en fait sanctionner le professeur qui vient d’être assassiné. Le témoignage est celui d’un parent d’élève musulman qui dit avoir reçu un appel d’un inspecteur d’académie. Et aussitôt on remonte la chaîne jusqu’à la rectrice, de la même promotion à l’ENA qu’Emmanuel Macron. Je ne sais même pas si c’est de bonne guerre politique. Le moment est trop grave, de mon point de vue, pour se livrer à ce genre de polémiques. Voulez-vous savoir la vérité, plus prosaïque ? Nos gouvernants sont dépassés et, depuis François Hollande, ils essaient d’arbitrer entre leurs peurs. On imagine très bien ce qui s’est passé quand on connaît le fonctionnement de l’administration et du gouvernement. 

Je n’ai pas encore pris mes informations mais j’imagine être plus près des faits en imaginant le scénario suivant. Samuel Paty fait cours à ses élèves. Aussitôt, les milieux musulmans durs se mobilisent et commencent à faire pression sur l’établissement. Parallèlement, le services de renseignement signalent au rectorat qu’il y a un problème. La rectrice le signale au cabinet du ministre. Jean-Michel Blanquer fait partie des gens lucides sur le danger posé par l’islamisme. Cependant il faut éviter un embrasement. La mission du rectorat est donc de soutenir le professeur et EN MEME TEMPS d’apaiser les parents. Il faut gagner du temps, que la polémique s’apaise. Je suis prêt à parier que le professeur avait reçu, par l’intermédiaire de son proviseur, un message qu’on appellera au choix de soutien conditionnel ou de désaveu constructif. Bon, la laïcité c’est important mais vous ne recommencez pas ! Il faut que tout cela s’apaise. Et il est en effet probable que l’on ait demandé à la hiérarchie de l’académie, d’être « à l’écoute des parents », dans une discussion on a vraisemblablement concédé que l’enseignant était allé « trop loin » ; ce qui se traduit chez des gens excités, pleins de haine pour Samuel Paty et appelant leurs coreligionnaires à un châtiment, par « Il allait être sanctionné ». 

Une société dans la société

Gagner du temps n’aura servi à rien, puisque le professeur a été assassiné onze jours après le cours qu’il avait dispensé sur la liberté d’expression et de conscience. Il y a, dans ce délai aussi court, quelque chose de profondément terrifiant. Comme le disait très bien Marion Maréchal vendredi soir 16 octobre : « Le terrorisme n’est que la partie émergée de l’iceberg ». Nos autorités gouvernementales sont dépassées parce qu’elles ne voient pas - ne veulent pas voir ? - qu’elles ont en face d’elles une « société dans la société », qui déclenche rapidement un brouhaha lorsque l’on va contre ses croyances. Il suffit alors de l’intervention d’une personnalité musulmane radicale, en France ou à l’étranger, pour que tel écervelé se mette en marche, quelquefois avec un plan approximatif (le nouvel attentat manqué contre Charlie Hebdo il y a quelques jours), quelquefois en étant plus aguerri par une expérience étrangère (l’assassin tchétchène de Samuel Paty). 

Des gens de l’entourage de l’assassin ont été ou sont interrogés par la police. Mais il va falloir envisager un véritable changement de stratégie. Ou plutôt la mise en place d’une stratégie. Il est encore temps qu’un gouvernement agisse, à condition d’envisager tous les sujets, non pas « en même temps » mais de manière cohérente. Cela va, pour donner quelques exemples, de l’interdiction de prêcher à des personnalités ouvertement hostiles à la laïcité (et leur éventuelle expulsion immédiate) à la fermeture complète, le temps qu’il faudra, des frontières pour les ressortissants d’un certain nombre de pays musulmans en passant par le gel, aussi longtemps que nécessaire, de la construction de mosquées, le contrôle des flux financiers (dans les deux sens) entre les pays musulmans et la France, la réinstauration du service militaire afin de pouvoir contrôler toute une classe d’âge mais aussi recréer un lien social et inculquer des valeurs que l’école ne sait plus transmettre. Il faut d’urgence étoffer les services de renseignement et de police, leur donner plus de moyens. Il s’agit de reprendre en main le traitement judiciaire laxiste des dossiers - on sait que la justice avait, en 2011, donné raison à la famille de l’assassin de Samuel Paty, à qui l’administration avait d’abord refusé l’asile. 

Un président qui garantit le « droit au blasphème » mais est impuissant à défendre ceux qui le pratiquent

Le plus important à comprendre est le nécessaire passage des mots aux actes. Nos dirigeants s’enferment eux-mêmes dans l’impuissance des discours. Un jour Emmanuel Macron dit combattre le séparatisme. Le surlendemain, suite à la pourtant très résistible intimidation de musulmans en France et à l’étranger, le mot « séparatisme » disparaît du discours gouvernemental et l’on revient à « laïcité ».  Il faut moins parler et mettre en place discrètement - comme dans toute opération pensée de manière militaire - une série de contre-attaques. Notre adversaire relève de la subversion intérieure. Il a ses terroristes, ses théoriciens, ses complices; ses « idiots utiles », aussi, et ses agents infiltrés dans l’appareil d’Etat. Et il est bien plus dangereux encore que les communistes autrefois; puisqu’il mobilise non pas seulement des individus mais des familles et des communautés entières. Nous avons laissé s’installer une société dans la société et, à ce rythme, dans dix ans, nous aurons un Etat dans l’Etat. 

Nous devons sortir rapidement d’une situation où un président de la République confirme qu’il existe en France, pays de la liberté, un « droit au blasphème » mais est incapable de défendre à temps la vie d’un professeur de lycée qui prend au sérieux la liberté. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (26)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gastoch
- 21/10/2020 - 16:07
Suggestion 2 (edit)
grhollande a créé le PNF, pas le TNF.
Gastoch
- 21/10/2020 - 16:06
Suggestion
Assez parlé de ces clowns socialo et du mao zedong en carton à sa mémère, la trogneu... Si je me rappelle bien grhollande a profité du scandale cazenave pour créer le TNF. Si les socialo prennent enfin peur pour eux mêmes (l'EN est une extension du parti socialo) je leur suggère de créer un tribunal spécifique pour l'expulsion des malfaisants tueurs de profs. Sans décisions fermes et exécutoires les socialo pissent dans un violon. Pas sûr que ça leur sauve les fesses pour le temps qui leur reste aux affaires — ces affairistes.
GP13
- 19/10/2020 - 18:54
Le piège subtil
Dans le même temps où les médias commentent l'affreux attentat, ils donnent la parole à des imams qui défendent un autre islam que celui du terroriste.D'un coté on le condamne et, EN MÊME TEMPS, on le laisse s'installer. Les criminels islamistes ont donc une subtile utilité...... et même M. Husson n'arrive pas à réaliser que ce qu'il prévoit à 10 ans est déjà là.