En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 7 heures 8 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 7 heures 46 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 10 heures 29 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 11 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 12 heures 30 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 15 heures 15 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 15 heures 26 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 15 heures 47 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 16 heures 26 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 16 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 7 heures 28 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 9 heures 31 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 11 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 12 heures 24 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 15 heures 8 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 15 heures 23 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 15 heures 38 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 15 heures 51 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 16 heures 29 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 16 heures 33 min
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Débat

Gilles Kepel : "L'enseignement de la langue et de la civilisation arabes en France est aujourd'hui sinistré et nous en pâtissons"

Publié le 11 octobre 2020
L'ancien ministre de l’éducation nationale Luc Ferry a déclaré que l’enseignement de l’arabe à l’école, projet récemment proposé par le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin, était « le meilleur moyen de booster la prolifération d’écoles coraniques ». Gilles Kepel n'est pas de cet avis.
Gilles Kepel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Kepel est politologue, spécialiste de l'islam et du monde arabe contemporain. Il est professeur à l'Institut d'études politiques de Paris et membre de l'Institut universitaire de France.Il est l'auteur de Passion arabe :...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ancien ministre de l’éducation nationale Luc Ferry a déclaré que l’enseignement de l’arabe à l’école, projet récemment proposé par le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin, était « le meilleur moyen de booster la prolifération d’écoles coraniques ». Gilles Kepel n'est pas de cet avis.

Atlantico : Mercredi 7 octobre, l’ancien ministre de l’éducation nationale Luc Ferry a déclaré sur le plateau de CNews que l’enseignement de l’arabe à l’école, projet récemment proposé par le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin, était « le meilleur moyen de booster la prolifération d’écoles coraniques ». Certains perçoivent dans ce nouveau projet une récupération positive et bienheureuse, par l’enseignement, de l’arabe laissé trop longtemps aux mains d’un islam politique sous les radars ; d’autres s’inquiètent et voient dans cette mesure un nouveau pas vers la sécession et le séparatisme. Cette nouvelle promesse républicaine est-elle un cadeau empoisonné ? L’école est-elle fois encore guettée par les percées d’identitarisme ? La langue est-elle la voie royale de l’idéologisation ?

Gilles Kepel : L'enseignement de la langue et de la civilisation arabes en France est aujourd'hui sinistré - alors que notre pays a une longue tradition savante en ce domaine qui remonte à la création du collège de France par François Premier. Par la suite, durant la période coloniale l'arabe est même devenu une langue administrative qui servait à gérer l'Afrique du Nord et était enseignée comme telle, parallèlement à sa dimension proprement culturelle. La décolonisation, qui a créé l'illusion que les pays indépendants suivraient exclusivement une voie de développement "à l'Occidentale" (même sous forme soviétique), a eu un effet délétère sur l'intérêt pour cet idiome, qui s'est retrouvé méprisé parce qu'oublié. Aujourd'hui, il est à la fois associé au parler de populations immigrés considérées comme déclassées par une partie de nos compatriotes, et craint, voire détesté, parce qu'il fournit à l'islamisme politique voire au terrorisme jihadiste son vocabulaire de référence. En conséquence il pâtit d'un statut dévalorisé dans l'enseignement secondaire - où même la plupart des parents d'origine maghrébine soucieux de l'ascension sociale de leurs enfants ne veulent pas qu'ils l'apprennent - et son principal lieu d'apprentissage réside dans les milliers d'associations qui gravitent autour des mosquées, dont certaines - pas toutes bien évidemment - en ont un usage idéologique qui promeut cette langue comme un vecteur du sacré dans un sens à la fois restrictif et porteur d'un rupture culturelle avec les valeurs libérales de notre société. C'est une catastrophe - sur laquelle l'arabisant que je suis a alerté depuis longtemps les pouvoirs publics, mais aucune politique n'a été menée pour y remédier. Pour moi, qui ne suis pas d'origine arabe, son apprentissage - décidé par curiosité à la suite d'un voyage au Levant en 1974, quand j'avais 19 ans - a été la clef de la découverte d'un univers extrêmement riche et qui fait partie intégrante de la culture globale d'un Français d'aujourd'hui, même si cela est généralement occulté, voire refoulé, par ceux à qui pareil constat fait horreur. 

En ce sens, dans le débat que vous mentionnez, je suis tout à fait en accord avec Gérald Darmanin, et je me réjouis qu'il tienne ces propos, eu égard à la fois à sa fonction et à ses origines qu'il évoque, car une meilleure de connaissance de l'arabe peut nous permettre de mieux décrypter les mouvements et les débats qui adviennent dans les sociétés qui l'utilisent - y compris ceux de leurs enfants qui sont nos concitoyens. On se rendra compte qu'il existe dans la culture arabe tout une tradition intellectuelle qui ne se réduit pas aux harangues salafistes ou fréristes, mais qui est aujourd'hui maintenue sous le boisseau dans notre pays car les doctrinaires et autres psalmodieurs qui la prêchent en épurent l'existence même. Quant à ces idéologies elles-mêmes, pour en analyser les ressorts, les modes de mobilisation voire le type de menace qu'elles font peser sur notre société, il est évidemment nécessaire de maîtriser leurs référentiels langagiers. Je suis convaincu que les errements de la lutte anti-terroriste lorsque son patron faisait de Mohamed Merah un "loup solitaire" auraient pu être évités si les responsables avaient lu ce que mes collègues arabisants et moi-même avions découvert dans la littérature jihadiste en langue arabe (que nous avions traduite..) et qui prônait l'organisation réticulaire des activistes violents puis le "désaveu" (al bara'a) d'avec la société "infidèle" aboutissant à sa balkanisation puis sa conquête - le "séparatisme" pour le dire avec les mots du projet de loi qui va être débattu.  Mais c'était l'époque où dominait la doxa prêchée par Olivier Roy, très en cour à Paris et à Bruxelles et y captant tous les crédits de recherches au détriment des arabisants, doxa selon laquelle : " Il est inutile de connaître l'arabe pour comprendre ce qui se passe en banlieue" (lui-même ignorant cette langue, et légitimant ipso facto ses interlocuteurs politiques qui l'ignoraient également ). 

Connaître l'arabe dans toute son extension culturelle, c'est donc à la fois rendre justice à une civilisation qui ne se réduit nullement au militantisme islamiste, et aussi décrypter le projet politique de celui-ci dans sa réalité et non via des  propos lénifiants en français adoptés pour des raisons tactiques. En tous cas je peux témoigner de l'engouement remarquable dont l'apprentissage de l'arabe fait l'objet auprès des étudiants de notre master "Moyen-Orient Méditerranée" à l'École Normale Supérieure, et il en est de même à Sciences Po. Mais ce serait encore mieux si parmi nos étudiants on comptait aussi des élèves qui avaient appris cette langue dès le lycée ! 

A lire aussi sur ce sujet, notre interview de Boualem Sansal : Séparatisme, les pièges de l’enseignement de l’arabe à l'école

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
PierreReneAlbert
- 12/10/2020 - 14:11
GILLES KEPEL ET L'ENSEIGNEMENT DE 'ARABE EN FRANCE
BONJOUR, SUR CE SUJET M.KEPEL COMME BEAUCOUP D'AUTRES EN DIT TROP ET AUSSI PAS ASSEZ. SES ARGUMENTS POUR DONNER A LA CIVILISATION ARABE LA PLACE QU'ELLE DOIT ABSOLUMENT OCCUPER DANS CETTE GRANDE PUISSANCE MEDITERRANEENNE QU'EST LA FRANCE ENCORE AUJOURD'HUI SONT CONVAINQUANTS. COMME L'ETAENT CEUX DE J.LANG FACE A (MON AMI) E.ZEMMOUR SUR CNews.la LA GRANDE QUESTION C'EST DANS QUELS PROGRAMMES ET PAR QUELS ENSEIGNANTS? DONNER UN STATUT PRIVILEGIE A L'ANGLAIS , LANGUE VEHICULAIRE UNIVERSELLE, LE MONDE ENTIER LE FAIT. DONNER CE STATUT A L'ARABE A CÔTE DU FRANCAIS CONSTITUERA UNE NATION BI-CULTURELLE, CE QUE LA FRANCE N'EST PAS. CE QU'IL FAUT C'EST RENFORCER LES ENSEIGNEMENTS DES GRANDES CIVILISATIONS A VOCATION UNIVERSELLE. "L'ARABE "EN FAIT PARTIE. ET SI EN FRANCE IL Y A PLUS DE MOYENS PARCE QUE CI ET CA DERRIERE L'ARABE QUE DERRIERE LE CHINOIS OU LE PORTUGAIS OU L'HINDI, CELA NE ME GENERAIT PAS.
PierreReneAlbert
- 12/10/2020 - 14:11
GILLES KEPEL ET L'ENSEIGNEMENT DE 'ARABE EN FRANCE
BONJOUR, SUR CE SUJET M.KEPEL COMME BEAUCOUP D'AUTRES EN DIT TROP ET AUSSI PAS ASSEZ. SES ARGUMENTS POUR DONNER A LA CIVILISATION ARABE LA PLACE QU'ELLE DOIT ABSOLUMENT OCCUPER DANS CETTE GRANDE PUISSANCE MEDITERRANEENNE QU'EST LA FRANCE ENCORE AUJOURD'HUI SONT CONVAINQUANTS. COMME L'ETAENT CEUX DE J.LANG FACE A (MON AMI) E.ZEMMOUR SUR CNews.la LA GRANDE QUESTION C'EST DANS QUELS PROGRAMMES ET PAR QUELS ENSEIGNANTS? DONNER UN STATUT PRIVILEGIE A L'ANGLAIS , LANGUE VEHICULAIRE UNIVERSELLE, LE MONDE ENTIER LE FAIT. DONNER CE STATUT A L'ARABE A CÔTE DU FRANCAIS CONSTITUERA UNE NATION BI-CULTURELLE, CE QUE LA FRANCE N'EST PAS. CE QU'IL FAUT C'EST RENFORCER LES ENSEIGNEMENTS DES GRANDES CIVILISATIONS A VOCATION UNIVERSELLE. "L'ARABE "EN FAIT PARTIE. ET SI EN FRANCE IL Y A PLUS DE MOYENS PARCE QUE CI ET CA DERRIERE L'ARABE QUE DERRIERE LE CHINOIS OU LE PORTUGAIS OU L'HINDI, CELA NE ME GENERAIT PAS.
jurgio
- 11/10/2020 - 20:58
Ne nous leurrons pas ! l'anglais est un dialecte de caravanier
J'ai travaillé 20 ans dans une filiale britannique où tout était en anglais : notes de service, communications, "literature" technique (spécialement, il s'agissait de machines) J'ai connu que l'anglais était une vraie langue. Non le sabir international qu'on pratique aujourd'hui par survie. J'ai vu que cette langue était supérieure au français dans les descriptions techniques, d'une variété de vocabulaire (loin du charabia états-unien) qu'on n'a pas vu en France depuis l'Encyclopédie de D'Alembert. J'ai lu des notes pleines d'esprit et de subtilité, notamment de certains employés qui malheureusement sont partis depuis longtemps enretraite, laissant la place à des Pakistanais, des Australiens, etc. qui ont vite abaissé le niveau. Le français ne vivra pas longtemps non plus, comme cet anglais, car le haut niveau de langue est une culture à part entière. Qui croit que le dialecte anglophone est la panacée se trompe lourdement.