En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

01.

Ces (vrais) clichés sur la Seconde Guerre mondiale

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 9 heures 21 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 10 heures 20 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 15 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 16 heures 29 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 17 heures 51 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 18 heures 58 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 19 heures 25 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 20 heures 4 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 20 heures 35 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 21 heures 12 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 9 heures 33 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 13 heures 35 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 15 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 16 heures 50 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 18 heures 48 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 19 heures 12 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 19 heures 44 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 20 heures 15 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 20 heures 52 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 21 heures 21 min
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
ehpad personnes âgées
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
ehpad personnes âgées
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

Publié le 26 septembre 2020
La crise du coronavirus a révélé le manque d’empathie envers les personnes âgées, notamment sur la question des Ehpad. De quelle manière ce mécanisme s’inscrit en psychologie politique ?
Serge Guérin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Guérin est professeur au Groupe INSEEC, où il dirige le MSc Directeur des établissements de santé. Il est l’auteur d'une vingtaine d'ouvrages dont La nouvelle société des seniors (Michalon 2011), La solidarité ça existe... et en plus ça...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise du coronavirus a révélé le manque d’empathie envers les personnes âgées, notamment sur la question des Ehpad. De quelle manière ce mécanisme s’inscrit en psychologie politique ?

Atlantico.fr : L’étude Moral Machine publiée en 2018 indique que les individus préféraient épargner davantage des jeunes personnes, des bébés plutôt que de personnes âgées. Comment expliquer une telle ignorance et un tel rejet des personnes âgées ?

Serge Guérin : L’étude Moral Machine publiée en 2018 indique que les personnes préféraient épargner davantage des jeunes personnes, des bébés plutôt que de personnes âgées. Il y a un côté désincarné et un côté idéologique car tout le discours, c’est quand même « l’investissement, c’est les jeunes », « l’avenir, c’est la jeunesse », « la modernité, c’est la jeunesse ». C’est la traduction de ce que l’on peut appeler une survalorisation idéologique du jeune par rapport au vieux. C’est comme si la jeunesse était un critère de valeur. Et un jeune, en soi, représentait l’avenir, représentait davantage qu’un vieux. C’est d’ailleurs intégré par les vieux eux-mêmes qui ont dit pendant la crise du Covid « Soignez d’abord le jeune. Moi, j’ai fait ma vie ». Cela symbolise très bien un discours idéologique très fort autour de « l’avenir, c’est la jeunesse », « l’investissement, c’est l’école ». On va parler d’investissement sur l’école, et on parlera de dépenses sur les plus âgés. Cela peut être des dépenses sur les retraites… Tous les discours politiques ressemblent à celui-ci, c’est un peu l’apitoiement, c’est un peu de la morale sur ce qui est autour des vieux « oui, faut le faire, ça coûte cher », alors que lorsqu’on va parler de la jeunesse, on va parler d’investissement, d’avenir, on va valoriser les choses.  

Quelles sont les racines d’un tel manque d’empathie auprès des personnes âgées ?

Ce sont des racines très anciennes. D’une part, il y a une espèce d’anthropologie. On était sur des sociétés qui étaient construites sur la force. Il fallait affronter les animaux, d’autres guerriers…  Donc la force est associée à la jeunesse. C’était une réalité. Sauf que la jeunesse à l’époque pouvait s’arrêter à 15 ou 20 ans. Donc les gens vivaient peu au-delà de 40 ans. On nous dit que dans certaines sociétés, les vieux sont très respectés. Un vieux peut être très respecté, mais dès lors qu’il y a beaucoup de vieux avec une notion de bouches à nourrir, le respect commence à être plus discuté. Sauf qu’avant, il y avait une notion de surévaluation car il y en avait peu.

Et puis on passe à une société plus moderne où il y a un aspect capitalistique, publicitaire, où il faut consommer. Et le jeune consomme. Le jeune est celui qui est intéressant en termes économiques. Le jeune est également à l’aise avec les technologies, donc il est plus productif. Il est plus intéressant pour l’économie. On va considérer qu’il n’y a plus rien à transmettre parce que les choses changent très vite, parce que les vieux sont complètement dépassés, parce qu’ils ne comprennent rien à ce qui se passe. Donc le jeune représente la modernité, et le vieux représente l’ancien monde. Donc c’est un poids mort, un frein pour développer la société. Ça, c’est vraiment un discours idéologique qui est beaucoup moins vécu par les gens. De plus en plus de personnes disent « Heureusement qu’il y a les gens âgés pour m’expliquer comment c’était avant ». Avant, on se moquait des vieux qui disaient qu’il n’y avait plus de saisons. Aujourd’hui, on voit bien qu’ils avaient raison. Mais eux peuvent témoigner de comment c’était il y a 80 ans.

Le discours idéologique de ceux qui ont le pouvoir, gauche-droite mélangées, c’est plutôt « L’avenir appartient aux jeunes, et les vieux sont un coût qu’il faut assurer car cela fait partie de nos missions ». Les gens ordinaires sont beaucoup moins là-dedans. Ils vont dire « Les vieux m’ont appris des choses ». Ils parlent même de réciprocité. Et même aujourd’hui, les vieux peuvent dire qu’ils apprennent auprès des jeunes. Cette leçon de réciprocité n’existait pas avant. En fait, ils créent davantage d’alliances que d’oppositions. Par exemple, lors de la crise du coronavirus, on a vu des jeunes qui ont fait des courses pour les personnes âgées.

Mais la France s’intéresse-t-elle vraiment aux personnes âgées dans les EHPAD ?

En fait, il y a une vision très négative, très fausse des EHPAD. Tout serait atroce. On a applaudi les infirmières mais les gens n’applaudissaient pas forcément les auxiliaires de vie qui travaillaient dans les EHPAD. Elles étaient les dernières roues du carrosse. Elles n’ont pas eu de masques. Les pharmacies refusaient même de leur livrer des masques. Il y a aussi le fait qu’on a plutôt mauvaise conscience quand un de ses proches doit être accueilli en maison de retraite. On ne se sent pas très glorieux parfois. D’une certaine manière, on ne veut pas voir. Si on filme sans commentaires une journée dans un EHPAD, ce sera toujours beaucoup plus triste qu’une journée dans une école maternelle car les personnes qui y rentrent ne sont pas des enfants qui grandissent. Ce sont des gens qui vieillissent, et qui arrivent dans des EHPAD au dernier moment, donc souvent très abimés en termes cognitifs et physiques.

Comment cela s’insère en politique sociale ?

Ça devrait faire partie d’une cohérence sociale. On accompagne les plus jeunes, comme les personnes qui sont en difficulté. On accompagne également les personnes plus fragiles comme les personnes âgées. En dévalorisant complètement les vieux, on dévalorise le métier autour des vieux. Donc cela renforce encore la stigmatisation, ça renforce encore la difficulté de trouver du personnel. Et ça renforce encore la fragilité des personnes car si les gens qui s’en occupent sont eux-mêmes fragilisés, ils vont fragiliser les personnes qui sont déjà fragiles.

Une maison de retraite, il y a des êtres humains dedans. Donc, ce n’est pas délocalisable. Il est nécessaire de se rendre compte qu’en accompagnant les plus âgés (dans les maisons de retraites, à domicile…), on crée une société qui est plus facile à vivre pour tout le monde, une société qui est plus heureuse. Et en même temps, c’est un levier de développement économique, c’est un levier d’emplois, c’est un levier d’intelligence.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 26/09/2020 - 21:42
J’ai bientôt 68 ans
Et pas encore en retraite néanmoins si j’avais le choix entre ma survie et celle d’un jeune j’espère que j’aurais le courage de mon sacrifice. Je partage l’avis de j’accuse MAIS je pense que notre société riche on n’aurait pas dû vivre la faillite médicale des EHPAD car globalement en France on avait en tout cas on aurait dû avoir les moyens de soigner les pensionnaires au lieu de proposer du RIVOTRIL pour l’euthanasie, déjà en autorisant le protocole Raoult mais pas seulement car j’imagine qu’une partie des morts aurait pu être évitées par une hospitalisation. Et savoir que depuis la crise des lits ont continué d’être fermés en douce derrière les jérémiades y compris en réa me rend furieux.
zelectron
- 26/09/2020 - 15:33
les responsables n'ont aucune honte dans les mouroirs
les seuls qui se frottent les mains sont les caisses de retraites . . . sauf réversions !
TPV
- 26/09/2020 - 14:21
@j'accuse
Darwin a bon dos pour justifier des comportements d'ordures que Eichmann aurait approuvé. En fait vous justifiez une société aux valeurs de merde.