En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 9 heures 18 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 10 heures 18 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 15 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 16 heures 26 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 17 heures 49 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 18 heures 56 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 19 heures 22 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 20 heures 2 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 20 heures 33 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 21 heures 10 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 9 heures 30 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 13 heures 33 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 15 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 16 heures 47 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 18 heures 45 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 19 heures 10 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 19 heures 42 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 20 heures 12 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 20 heures 50 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 21 heures 19 min
© JOHN THYS / POOL / AFP
Angela Merkel Emmanuel Macron plan de relance aide économique
© JOHN THYS / POOL / AFP
Angela Merkel Emmanuel Macron plan de relance aide économique
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

Publié le 24 septembre 2020
Angela Merkel endette les Allemands pour des années et pour l’instant, les Allemands applaudissent. La Chancelière aura réussi sa fin de mandat en faisant le contraire des principes qui ont balisé son parcours politique pendant les vingt dernières années.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Angela Merkel endette les Allemands pour des années et pour l’instant, les Allemands applaudissent. La Chancelière aura réussi sa fin de mandat en faisant le contraire des principes qui ont balisé son parcours politique pendant les vingt dernières années.

La parole est frappante, quand le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz, s’excuse presque pour demander au Parlement l’autorisation d’emprunter plusieurs dizaines de milliards d’euros pour couvrir les frais de soutien et de relance. Ça s’est passé hier, lors de la présentation du projet de budget pour 2021 qui prévoit, pour la première fois depuis une dizaine d’années, un budget en déficit. A la faveur de la crise du Covid, l’Allemagne serait-elle devenue keynésienne avec la crise du Covid?

Le gouvernement allemand n’hésite en tout cas plus à endetter le pays, pour ce qui va être probablement le dernier budget de l’ère Merkel.

De champion de l’austérité, le pays va devenir un champion de la dépense et de l’endettement. L’Allemagne a brisé tous les tabous économiques qu’elle avait mis en place depuis son rebond dans les années 2000. Déjà, parce qu’Angela Merkel a utilisé le même refrain qu’Emmanuel Macron pour rassurer l’opinion. Elle sauvera l’économie allemande, « quoi qu’il en coûte ». Et cela a quand même beaucoup coûté à l’Allemagne :

Près de 1300 milliards d’euros ont été mis sur la table par les Allemands dans un vaste programme de soutien. Entre des prêts garantis par l’Etat, le financement de chômage partiel, la baisse de la TVA (baisse de 3 points préférés à la prime à la casse automobile), jusqu’à la fin de l’année pour soutenir la consommation. Et dont un plan de relance de 130 milliards d’euros, qui promet des investissements dans le climat, le numérique, d’une ampleur encore jamais égalée.

Ensuite, ce revirement de situation a surtout impressionné parce qu’il s’est fait avec un pragmatisme et une rapidité impressionnante. Le plan de relance à 130 milliards d’euros a été annoncé début juin, soit trois mois avant le plan de relance français de Jean Castex. La baisse de TVA était effective dès l’été pour permettre à la consommation allemande de repartir. On est donc sur une politique keynésienne qui mise avant tout sur la relance de la demande, quitte à ne pas présenter des comptes publics zéro défaut.

C’est une révolution parce qu’en Allemagne, c’est écrit dans la Constitution que le gouvernement ne peut pas recourir à un déficit de plus de 0,35% de son PIB. C’est le Schwarze Nulle, littéralement « pas au-dessus de zéro », où toute dépense doit être financée par une recette plutôt que par de la dette. Sauf que, quand l’économie s’effondre, les recettes fiscales sont moins nombreuses à rentrer dans la caisse et déséquilibrent les projets. Cette année, pour 2020, le déficit a dérapé à 3% du PIB, année exceptionnelle, la trajectoire devrait déjà être descendante pour les années suivantes.

Pour autant, l’Allemagne, en prévoyant un recours à la dette de près de 100 milliards d’euros, ne se met pas totalement dans le rouge. Durant toutes ses années de bonne gestion et de budget en excédent, l’économie allemande a pu mettre de côté un « coussin » de sécurité, des réserves dans lesquelles puiser en cas de coup dur et à l’origine destinée à financer l’accueil de migrants. En comparaison aux autres pays européens, d’ailleurs, l’endettement allemand reste maitrisé car la dette publique atteint 75% du PIB, quand la France, l’Espagne ou l’Italie ont dépassé les 100%.

Aujourd’hui, Angela Merkel a un boulevard pour relancer son pays par l’investissement et l’endettement, non seulement parce qu’elle va bientôt quitter le pouvoir, mais aussi parce que le débat a bien du mal à se mettre en place dans son parti, comme dans son opposition. Les Conservateurs, dont elle fait partie, avait fait un sacrosaint principe de l’équilibre budgétaire, mais ne viennent pas contester les dépenses qui ont été faites. Et les sociaux-démocrates, qui font partie du gouvernement puisque le ministre des finances est un des leurs, a bien du mal à trouver sa position. Donc pour l’instant, la Chancelière trace sa route et vite, sans contestation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 25/09/2020 - 10:25
Oui
ce n'est pas très compliqué quand on a un excédent commercial équivalent à 8% du PIB équivalent à 3 millions d'emplois réalisé grâce aux bas coûts du "Lebensraum" ouvert par la chute du mur!! Dans cette Europe pourrie , l'Allemagne a très bien tiré sa part du gâteau en mettant sous tutelle les économies des PECO, l'Italie, malgré une industrie résistante a vu son PIB ne pas bouger depuis 20 ans, l'Espagne a baissé les salaires de 20% dans l'industrie...Quant à la France on verra que la Covid aura bon dos!!! mais tout ça..... c'est la faute du Brexit hein JMS ?
vieux croco
- 24/09/2020 - 12:16
Consommateurs vous devez consommer
Tout ce qui vient d'Allemagne n'est pas une garantie. de qualité .
En réalité il y a une peur générale de modifications de la consommation par les générations montantes qui va s'amplifier avec C19
Donc il faut que tout le monde rentre dans le rang et reprenne les bonnes mais aussi les mauvaises habitudes .
La relance oui mais totale ! Bien sur on prévoit quelques investissements d'avenir .
La difficulté : Les générations montantes n'en font qu'a leur tête et cela va augmenter .