En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

01.

Ces (vrais) clichés sur la Seconde Guerre mondiale

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 9 heures 21 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 10 heures 20 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 15 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 16 heures 28 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 17 heures 51 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 18 heures 58 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 19 heures 24 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 20 heures 4 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 20 heures 35 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 21 heures 12 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 9 heures 33 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 13 heures 35 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 15 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 16 heures 50 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 18 heures 47 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 19 heures 12 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 19 heures 44 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 20 heures 14 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 20 heures 52 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 21 heures 21 min
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Jean-Luc Mélenchon créolisation de la société française Edouard Glissant
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Jean-Luc Mélenchon créolisation de la société française Edouard Glissant
Société française

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

Publié le 23 septembre 2020
A l'occasion du lancement du think tank "l'Institut de la Boétie", Jean-Luc Mélenchon s'est exprimé sur la "créolisation" de la France, en référence au concept d'Edouard Glissant. Au regard de l'évolution des valeurs des Français, existe-t-il une inflexion dans ce sens ?
Guylain Chevrier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.Dernier ouvrage : LAÏCITÉ, ÉMANCIPATION ET TRAVAIL SOCIAL L’Harmattan, Sous la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion du lancement du think tank "l'Institut de la Boétie", Jean-Luc Mélenchon s'est exprimé sur la "créolisation" de la France, en référence au concept d'Edouard Glissant. Au regard de l'évolution des valeurs des Français, existe-t-il une inflexion dans ce sens ?

Atlantico.fr : Lors du lancement du Think tank de son parti « l'Institut de la Boétie », Jean-Luc Mélenchon a salué la « créolisation » de la France. Il fait référence à l’idée d’Edouard Glissant selon laquelle la créolisation est un mélange inextricable de cultures dont on ne peut prédire les résultantes. Si on regarde l'évolution des valeurs des Français, peut-on dire qu'il y a une inflexion dans ce sens ? 

Guylain Chevrier : La créolisation est le processus d'intégration de plusieurs langues en une seule, et par métaphore, le mélange entre des cultures aboutissant à une sorte de métissage. Edouard Glissant, poète et philosophe, y voyait l’avenir du monde :« Il faudrait recenser tous les créoles des banlieues métissées » disait-il « en prenant l’exemple de la banlieue parisienne, ou chez les gangs de Los Angeles. ». Même aux Etats-Unis, précisément, où on croit pouvoir voir l’exemple du melting-pot, le niveau de fragmentation ethnico-culturel atteint un point assez aigu. De plus, il tient d’une réalité des classes sociales qui recouvre largement celle des différences communautaires. La communauté noire et la communauté hispanique sont les plus pauvres, rejointes par le bas du tableau des blancs abandonnés aussi par le système. Ce n’est pas le fait pour les gangs d’origines diverses d’avoir le rap comme chant de révolte en commun, qui puisse justifier de parler de créolisation... Ils ne s’entretuent pas moins. Rien à voir avec une telle révolution des cultures. 

Lorsque le leader de la France insoumise parle de créolisation de la rue, il confond les termes, et devrait bien plutôt parler de mélange. Ce qui n’a rien à voir avec un mix culturel, car ce mélange, justement dans notre pays, se fait grâce à l’égalité républicaine. En raison de se considérer d’abord comme des égaux on se mélange plus qu’ailleurs. Donc, c’est sur le fondement de valeurs républicaines partagées, à l’image du mariage civil, qui seul aux yeux de la loi à une valeur, et protège contre les dérives de certaines cultures ou/et religions, qui sont en matière de droit matrimonial défavorables aux femmes, que ce mélange se fait. Cette vision d’une société française emprunte de créolisation est plutôt à mettre au rang des arguments de vente d’un message politique, surfant sur la vague actuelle des revendications différentialistes, sensible au symbole d’un Edouard Glissant.

En réalité, si les études sur l’évolution des grandes valeurs qui structurent la société française montrent que des choses changent, c’est sous un régime de constantes assez résistantes à ce concept moins sociologique que folklorique. « Les valeurs des français : quarante ans d’évolution » sous la direction de Pierre Bréchon, Frédéric Gonthier et Sandrine Astor (presses universitaires de Grenoble), tend à observer la France de ce côté, sur une période longue, plusieurs dizaines d’années. On constate que dans les domaines de la vie qui comptent le plus pour les Français, il y a toujours et d'abord « la famille », bien que les valeurs familiales aient beaucoup évolué. Ce qui est valorisé aujourd'hui, c'est une famille fondée sur les sentiments et les relations bien plus qu'une famille conçue comme une institution, nous dit-on, avec des normes familiales qui se sont renouvelées. De la contraception (maitrise de la naissance), au divorce par consentement mutuel, jusqu’à une relative banalisation du choix de l’orientation sexuelle. « Le travail » comme valeur reste aussi dans le pôle de tête, la sociabilité de proximité (les amis, les relations) et les loisirs. Une forme de liberté inscrite dans les progrès d’un libéralisme moral, à l’aune de la réalisation de soi. Il y a un mouvement d’individualisation, selon l’étude, qui caractérise l’évolution dans tous les domaines. Mais on fait remarquer qu’il s’agit moins d’un individualisme que d’une individualisation, au sens de personnalisation des valeurs à partir d’un modèle commun. La vie privée en devient un domaine réservé sur lequel la société n’est plus censée avoir de droit de regard. Il faut bien distinguer individualisation et individualisme, car plutôt que l’égoïsme et le repli sur soi, ce sont les valeurs de tolérance et de solidarité qui progressent. En reprenant ce schéma, on pourrait du coup se dire tient, la voilà la créolisation, avec la poussée de la tolérance… Mais cette dernière ne propose nullement un mix, mais l’inclinaison devant un droit à la différence amenant à vivre les uns à côté des autres, voire à faciliter l’installation du multiculturalisme. Contre-argument, c’est également une France qui est très attachée à sa solidarité nationale, avec une fierté d’être français qui atteint, comme on le dit, des sommets : 51% de nos concitoyens déclarent être fiers d’être français aujourd’hui, contre 35% en 1990. Créolisation ? Rien ici qui ne nourrisse cet argument justifiant une VIe République, comme croit le voir le patron des insoumis.

Si on regarde les populations d’origines immigrées, quelle est la part de ceux qui sont plus enclins à respecter les valeurs républicaines et à l’heure du séparatisme la part de ceux qui revendiquent le clash et la rupture ? 

Malgré le côté rassurant de ce genre d’enquête, qui entend nous convaincre que les constantes sont bonnes, les tensions qui traversent notre pays sont bien réelles. Se dessine aussi derrière les évolutions du temps un choix de modèle, sous le signe d’un libéralisme individualiste qui encourage un « chacun pour soi » tolérant, qui néglige ce qui fait notre lien social. Il y a bien un risque de perte de sens commun, laissant la voie libre à des affirmations identitaires qui visent une société des tribus, bien loin de toute rêverie de créolisation.

Les difficultés dont nous parlons, recouvrent des réalités que l’on entend évoquer à travers le terme de « séparatisme ». On connait le problème, c’est celui propre à ces franges de notre population qui entendent porter leur différence au-dessus de la loi commune, et revendiquent qu’on leur octroie le statut de minorité reconnue, en considérant cela comme un dû. Il y en a toute une série, des communautaristes islamiques, en passant par les racialistes qui ne cessent d’opposer noirs et blancs, aux évangélistes rejetant la théorie de l’évolution et entendant vivre uniquement selon la bible. Des groupes résolus à casser tout cadre commun pour imposer leurs vues.

On aura une attention particulière bien sûr, pour un communautarisme islamique qui est le phénomène le plus marquant en nombre, dans ce domaine, qui fait, depuis de nombreuses années, des dégâts importants dans notre cohésion sociale. On sait depuis l’étude de l’Institut Montaigne sur « Un islam français est possible », que près de trente pour cent de musulmans en France portent la charia au-dessus de la loi commune et qu’autant considèrent leur religion comme un instrument de révolte contre la société. Aussi, le phénomène qui doit inquiéter aujourd’hui, c’est la radicalisation, autour duquel se fabrique le risque d’un point de rupture. C’est la manifestation d’un état d’effritement de notre société où s’agrègent le poison de l’islamisme, le hors la loi de la supériorité de la loi religieuse sur tout, et le hors la loi d’une délinquance qui y trouve l’excuse sinon la vertu de ses ruptures avec la République, et plus largement, avec la société. Un mélange explosif qui prolifère, et nous promet des réveils douloureux, alors que le procès des attentats de janvier 2015 bat son plein, et que les menaces qui pèsent encore sur Charlie Hebdo contraignent la DRH Marika Bret d’être exfiltrée par la police de son domicile en grand danger.

Voyons ce que sera cette loi dite contre « le séparatisme », car elle doit protéger tous nos concitoyens contre ce risque, et particulièrement une large majorité de nos concitoyens de confession musulmane qui le craignent, pouvant conduire à un moment donné à leur soumission à un ordre religieux non choisi, et à l’affrontement.

Les certificats de virginité, qui sont sur la table des débats sur la loi contre le « séparatisme », sont une illustration éloquente d’un apartheid sexuel qu’on a laissé fructifier dans certains quartiers, sous prétexte de « tradition » ou/et de « liberté » religieuse. Ils sont en général le reflet de pratiques de mariages arrangés, avec parfois le seul mariage religieux, et même l’application de la charia en matière d’héritage, la femme ne bénéficiant que de l’équivalent de la moitié de la part dévolue à l’homme dans le partage, en cas de séparation (répudiation). Tel que cela était rapporté par la note interministérielle préparant le déplacement à Mulhouse sur ce sujet, en février dernier, du Président. 

On voudrait que soient respectées les valeurs républicaines. Mais quel exemple en donne-t-on ? On voit, depuis les dernières élections municipales, des élus s’afficher sur leur matériel électoral avec des femmes voilées aussi banalement que s’il s’agissait du commerce de savonnettes. Ils jettent la confusion pour le moins sur la séparation du religieux et du politique, qui fonde notre République et toute idée de l‘intérêt général.

Ayons donc à l’esprit que ceux qui, immigrés, vivent en France ou vont y arriver, peuvent devenir des citoyens modèles ou partir dans le décor, selon ce que l’on entend leur proposer comme modèle. Il ne suffit pas de garantir cette forme d’individualité tant vantée qu’on vient dans notre pays chercher, qui est le plus facile, mais d’assurer l’intégration à une communauté nationale fondée avant toute autre chose sur un contrat social, celui des droits et des devoirs.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 24/09/2020 - 10:05
@HERENUI
Bien dit. Une toute petite précision; le créole rassemble , pas seulement les Antilles françaises, mais tout le bassin Caraïbe; le martiniquais, le Ste lucien et le dominicain (ainsi que d'autres antillais des iles britanniques) se comprennent. Les trois Guyane et les antillais se comprennent.
HERENUI
- 24/09/2020 - 00:36
Le sens des mots
Mélenchon a un certain sens des mots ....Il sait trouver la phrase qui sonne et fera parler ...Mais c'est au détriment du sens ....Il n' a absolument pas compris ce que Glissant voulait dire ....Qu'il n a sans doute jamais lu et dont il pense que puisque c'est un martiniquais il ne peut qu'adhérer à l'indigénisme de notre insoumis .

La créolisation serait la création d'une nouvelle culture par les peuples divers arrivés en France au contact des autochtones .Quelque chose d' analogue à ce qui s'est produit lorsque du contact de français venus de différentes provinces avec des africains se sont crées des langues créoles à la Réunion et aux Antilles ....Certainement il existe une culture créole,à Maurice , à la Réunion aux Antilles françaises qui au dela de la langue unit les habitants de ces iles ....Mais c'est exactement le contraire auquel nous assistons en France ...C'est l'archipel français , avec des iles qui se recroquevillent de plus en plus sur elles mêmes , des groupes ne se comprenant pas , ne se parlant pas n 'ayant pas grand chose en commun
TPV
- 23/09/2020 - 19:08
@patafanari
Tant pis pour le rhum!