En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 6 heures 58 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 7 heures 36 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 10 heures 19 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 11 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 12 heures 20 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 15 heures 5 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 15 heures 16 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 15 heures 37 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 16 heures 16 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 16 heures 23 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 7 heures 18 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 9 heures 20 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 10 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 12 heures 14 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 14 heures 58 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 15 heures 13 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 15 heures 28 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 15 heures 41 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 16 heures 19 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 16 heures 23 min
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
Bruno Le Maire Emmanuel Macron France économie
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
Bruno Le Maire Emmanuel Macron France économie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

Publié le 21 septembre 2020
Alors que le nombre de cas de coronavirus repart à la hausse, Jean-Paul Betbeze décrypte l'impact de la pandémie en France et pour l'économie mondiale.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le nombre de cas de coronavirus repart à la hausse, Jean-Paul Betbeze décrypte l'impact de la pandémie en France et pour l'économie mondiale.

France, 1 005 : c'est le nombre de grappes actives (clusters) du virus, chiffre qui s’est accru  de 58 au cours des dernières 24 heures. On compte ainsi que plus de 31 000 personnes en sont mortes et que plus de 440 000 en ont été ou sont atteintes par lui. Plus de 31 000 personnes ont été hospitalisées, dont près de 4 000 dans les sept derniers jours, dont 600 en réanimation. Ces chiffres parlent d'eux-mêmes : nous vivons en France une accélération de l'épidémie depuis quelques semaines, indépendamment de toutes les mesures proposées et annoncées, des interdictions et même des sanctions.

La France devient un pays qui, en Europe,  connaît le plus de cas par million d'habitants après l'Espagne : 6 771 contre 14 100, un chiffre préoccupant pour le rebond prévu (ou souhaité) de l’économie. Nous avons ainsi plus de 2 fois plus de personnes atteintes du virus que l'Allemagne par million d'habitants et plus de 4 fois plus de décès qu’elle ! Le virus frappe plus en France qu'ailleurs, Espagne exceptée, l’Italie est en nette rémission, au moment même où les écoles s'ouvrent et ou les entreprises essayent de retrouver une activité normale. En sommes-nous conscients ?

Dans ce contexte, les prévisions officielles indiquant que la croissance française pourrait rattraper une partie de son choc du 2e trimestre sont sujettes à caution. Pourtant, même si les chiffres de la Banque de France sont assez favorables, il reste qu’en 2021 la croissance française aura perdu 4% de son PIB du fait du COVID-19. Donc, quels que soient les efforts que nous faisons, il laissera une encoche importante. Or, et c'est ça le problème, ces efforts sont insuffisants, comme le montre le nombre croissant de cas, ce qui peut mettre en péril le succès du Plan de relance, avec ses fameux 100 milliards. Au total, les chiffres actuels du COVID-19 doivent être perçus comme un signal d'alarme. Ils mettent en péril la vie de nos concitoyens et les efforts faits pour la croissance et l'emploi, et pour rejoindre l'économie mondiale.

L'économie mondiale va relativement mieux, même dans ce contexte particulièrement compliqué. Les États-Unis font toujours face à un nombre très important de cas, presque 7 millions, encore le premier du monde. Ceci y met en péril la reprise économique, qui donne des signes d'essoufflement. C’est bien pourquoi les taux d’intérêt ne devraient pas monter avant, au moins, 2023. Le même processus de remontée devrait se produire en zone euro, mais plus limité encore, ce qui impliquera des taux bas plus longtemps – même si on ne le dit pas.

A côté des pays industrialisés en reprise, insuffisante, le groupe de pays actuellement très problématique est l'Amérique latine. Chili, Pérou et Brésil sont très atteints. La situation est particulièrement problématique au Brésil, où les effets de la pandémie se combinent avec des questions politiques qui font plonger le réal d’un tiers de sa valeur depuis le début de l'année, par rapport au dollar.

Le COVID-19 continue de se répandre. En Afrique, il atteint en particulier l'Afrique du Sud avec un nombre élevé de cas : la croissance s'effondre et la monnaie a perdu près du 5ème de sa valeur depuis le début de l'année. Le virus affecte aussi profondément la Russie où, la aussi il pèse sur la croissance et le taux de change, qui perd plus de 20% depuis le début de l'année. Pour une raison géopolitique, la Turquie est plus atteinte : la livre turque perd près de 20% depuis janvier, ce qui pourrait accélérer l'inflation, avec des taux qui ne réagissent pas, la Banque Centrale n’étant plus indépendante.  Il y a là un risque de crise de change. Enfin, le premier pays du monde par sa population, à savoir l'Inde, commence à être atteint avec des chiffres qui le mettent juste après les États-Unis, mais ceci ne durera pas. Bientôt, l'Inde sera le premier pays affecté, ce qui pèse déjà sur le taux de change de la roupie.

Dans ce contexte, où la croissance mondiale devrait baisser de l'ordre de 4% en 2021 par rapport à son trend, le pétrole est particulièrement atteint : le baril de Brent  a ainsi perdu 35% de sa valeur depuis janvier, ce qui pèse évident sur les économies pétrolières. Une bonne nouvelle apparaît pour les prix des matières premières agricoles qui commencent à remonter, notamment le soja. Ceci est sans doute lié à l'activité économique en Chine, qui a pratiquement rejoint son niveau d'avant crise sanitaire. L’or reste le placement qui reflète l'inquiétude de tous, avec une hausse de l'ordre de 30% depuis le début de l'année.

La nouveauté est le calme prévu de l’inflation sur longue période, au bord de la déflation. Du côté des pays industrialisés, le message est passé comme quoi la Banque Centrale Américaine maintiendrait ses taux courts à 0% jusqu’en 2023, ce qui est l'engagement le plus long qu’elle a jamais pris, dépassant celui de la Banque Centrale Européenne.  Ceci veut dire que la croissance sera faible, les taux courts bas, l’inflation modérée, donc les taux longs bas, d’autant que les Banques Centrales rachèteront les bons du trésor pour un quart au moins des émissions nouvelles.

Les marchés boursiers se disent alors que l’économie qui s’ouvre sera plus moderne, derrière le Nasdaq, mais aussi plus chinoise, cette économie étant de plus en plus moderne et résiliente. Par différence, les autres le sont moins, même si elles profitent des taux bas pour se concentrer ou pour racheter leurs titres. Normalement, ces titres « classiques » devraient monter, ce qu’ils ne font pas, tant l’inquiétude pèse sur les économies industrielles ou jugées faibles.

COVID-19 + révolution technologique + tensions géopolitiques : les risques montent partout, la croissance potentielle mondiale sera rabotée.  Dans ce contexte, plus vite et mieux les mesures barrières seront prises pour freiner la pandémie, tout se passera relativement moins mal. Mais tout ceci n'est pas nécessairement compris en France : le prix sera l'emploi, malgré cette dette, aujourd’hui si peu chère.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 22/09/2020 - 12:39
les articles de
Bêtebaise ne sont pas bons mais c'est nous qui sommes baisés puisqu'on paie l'abonnement
Loupdessteppes
- 22/09/2020 - 11:38
Le CAC nerveux des pétochards !
Pauvre France et ses fausses élites pétochardes.
Et l'autre de bêler ad nauséum : "cluster", le mot qu'on lui a soufflé en haut (sic) lieu, afin d'effrayer le petit peuple, ; alors que la traduction est "foyer actif".
Quel article pitoyable !
Gastoch
- 21/09/2020 - 21:30
le CAC dévisse
Tant mieux. D'une je suis couvert, de deux ce serait bien de tout de suite mettre la pression sur les incapables de larem &leur Castafiore.