En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 8 heures 22 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 9 heures 3 sec
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 11 heures 42 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 12 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 13 heures 43 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 16 heures 29 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 16 heures 39 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 17 heures 1 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 17 heures 39 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 17 heures 46 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 8 heures 42 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 10 heures 44 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 12 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 13 heures 38 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 16 heures 21 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 16 heures 37 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 16 heures 51 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 17 heures 43 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 17 heures 47 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

Publié le 19 septembre 2020
Le système de santé français a longtemps été considéré comme le meilleur du monde. La pandémie nous a montré que ça n’était pas vrai. En plus, si ce système est financièrement le plus généreux pour les patients, il ne peut être financé aujourd’hui que par de la dette. Ça n’est évidemment pas durable.
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le système de santé français a longtemps été considéré comme le meilleur du monde. La pandémie nous a montré que ça n’était pas vrai. En plus, si ce système est financièrement le plus généreux pour les patients, il ne peut être financé aujourd’hui que par de la dette. Ça n’est évidemment pas durable.

Jusqu'à l’arrivée du coronavirus, le système de santé a été considéré comme un des meilleurs du monde. La pandémie a montré que ça n’était pas vrai. Les résultats ne sont évidemment pas à la hauteur de ce que le système coute, parce que le système de santé français reste très généreux, sûrement l’un des plus généreux au monde. Sauf que pour rester aussi généreux, les dépenses sont de plus en plus payées par de l’endettement.

Dans le dernier rapport de la DREES (la branche recherche statistique du ministère de la Santé et des Solidarités), on apprend donc que les Français ne paient réellement que 6,9% de leurs dépenses de santé, c’est ce qu’on appelle le reste à charge. Tout le reste des dépenses, soit 93%, est payé, remboursé par la Sécurité sociale pour une grande partie, soit par des mutuelles obligatoires ou facultatives.
Mais surtout, ce que l’on remarque, c’est cette part tend à diminuer d’année en année, c’est-à-dire que le système prend en charge un plus grand nombre de dépenses. A 6,9% en 2019, nous étions à plus de 9% de reste à charge il y a 10 ans.

Si l’on regarde du côté des chiffres par habitant, un Français a consacré 3 102 euros en moyenne à sa santé l’année dernière, en comptant les soins hospitaliers, de médecine de ville, de médicaments ou de biens médicaux, mais ce n’est pas le montant final qu’il devra payer en totalité.
Sur ces 3 102 euros, 78% sont remboursés par la Sécurité sociale ou assurances santé obligatoires. Les complémentaires santé privée complètent 13,4% de ce montant. Et enfin, 6,9% restent donc à charge du patient, ce qui au final, revient en moyenne à 213 euros.

Comment doit-on interpréter cette tendance d’une baisse du reste à payer ?

Le rapport de la DREES avance plusieurs pistes.

La première est une conséquence liée aux médicaments prescrits. Les auteurs notent un « net repli de la consommation de médicaments non remboursables », de -8,4%. Cela peut être du fait des patients qui se limitent en consommant moins de médicaments non remboursés, ou les médecins qui en prescrivent moins.

Une deuxième explication réside dans les tarifs des médecins. Les professionnels ont ajusté leurs pratiques, en ajustant à la baisse leurs dépassements d’honoraires qui restent, selon la plupart des mutuelles, à la charge du patient.

La dernière raison, c’est évidemment la tendance démographique de fond du vieillissement de la population. Ce qui fait augmenter les dépenses de santé certes, mais les soins aux personnes âgées sont parmi les mieux remboursés, notamment les affections longue durée (ALD).

Si ces soins augmentent en proportion, ils réduisent donc le reste à charge de la population de manière générale.

Les chiffres datent d’avant le Covid et l’explosion de la pandémie. Il faudra attendre un an pour avoir des chiffres plus complets. Mais on sait déjà que la gratuité des tests va faire exploser la facture. Cette mesure a été estimée à un coût de 250 millions d’euros par mois depuis leur prise en charge à 100%. 1 million de test serait effectué en France en ce moment, sachant que pour un test PCR, le prélèvement et son examen en laboratoire coûtent 73 euros à la Sécurité sociale.

La prévision de déficit de la Sécurité sociale n’a pas encore été actualisée, mais en juin, il devait déjà s’élever à 52 milliards d’euros, contre une prévision initiale de 5,4 milliards d’euros, en additionnant le régime général et le fonds de solidarité vieillesse.

 

A partir d’une telle situation, la sécurité sociale a quatre solutions :

La première, la plus facile est de s’endetter sur les marchés. Ce qui se passe actuellement et notamment depuis le Covid 19. Avec des taux d’intérêt proches de zéro, cette dette est certes supportable, mais elle n’est garantie que par l’Etat. Or, 50 milliards de déficit, c’est 50 milliards d’endettement supplémentaires qu’il faudra bien financer, c'est donc à terme 50 milliards de coupes dans les dépenses ou 50 milliards de prélèvements supplémentaires.

La deuxième solution est d’augmenter les recettes de cotisations, ce qui augmenterait mécaniquement le cout du travail puisque ces cotisations santé sont chargées sur le salaire. Hypothèse compliquée à l’heure où on a besoin de compétitivité et de créer des emplois.

La troisième solution serait de fiscaliser une partie des besoins pour les faire supporter par l’impôt. Là encore, très compliquée dans un pays qui détient déjà le record du monde de la pression fiscale.

Reste la quatrième solution qui serait d’engager une vaste réforme structurelle en considérant que les dépenses de santé sont évidemment du ressort de la solidarité, mais qu’elles peuvent aussi être gérées selon la logique assurancielle. Un peu comme l’assurance automobile. L‘assurance automobile est obligatoire, mais l’assuré peut choisir son assureur, il peut choisir, au-delà d’un seuil minimum obligatoire, les risques et négocier sa prime selon son comportement de conducteur. Le bon conducteur bénéficie d’un bonus. Le mauvais est pénalisé par un malus.

Le système a beaucoup de défauts mais il fonctionne et les ressorts de son fonctionnement sont bien connus. Les acteurs du système les plus fragiles sont protégés par la branche solidarité de la Sécurité sociale, mais les autres sont en concurrence et la concurrence est évidemment un facteur de progrès et d’efficacité. Par ailleurs, chacun est responsabilisé sur la façon de se conduire et de conduire.

Le rapport à la santé pourrait être géré selon les mêmes principes. Le développement des assurances complémentaires, l’arrivée obligatoire des mutuelles ont préparé le terrain d’une telle évolution. Ce type de réforme permettrait de mesurer la performance des hôpitaux, les assureurs auraient intérêt à travailler avec les établissements les plus efficaces. Quant aux assurés, ils auraient intérêt à veiller à leur comportement et leur protection. La santé est injuste évidemment, mais certains terrains et certaines attitudes prédisposent plus que d’autres à certaines maladies, l’alcool, le tabac, la mal bouffe, l’hygiène personnelle sont sans doute responsables de 80 % des maladies les plus graves.

En matière de traitements, le système de santé français est sans doute encore l’un des meilleurs du monde... mais le système est aussi l’un des plus mauvais dans le domaine de la prévention. La prévention serait le moyen le plus efficace de faire des économies.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 19/09/2020 - 21:08
Ce sera des plus difficile !
puisque l'endettement est déjà une grave maladie !
tubixray
- 19/09/2020 - 15:49
Halte aux balivernes
La meilleure santé au monde !!! Tout acteur de la santé publique aura le devoir de clamer ce mensonge sans en croire un mot.
Les hôpitaux sont moribonds à l'image des urgences submergées par des usagers qui n'ont rien à y faire et au bon vouloir des internes qui assurent les 2/3 des plages horaires avec des compétences disons ... variables.
Parlons aussi de la charge de nos chers "migrants", demandeurs d'asile, ressortissants européens ; ils y sont parfois mieux traités que l'honnête retraité qui a cotisé toute sa vie.
Et que dire de l'administration ? Un ministère soviétique, des hauts machins nuisibles, des ARS dont la principale mission est de retransmettre les courriels du ministère et des GHT de façade qui ne servent à rien.
Il reste aux CHU "LA" recherche, combien de laboratoires performants au niveau européens parmi tous ceux financés ?.....
Des économies ?. Commençons par ne rembourser que les soins permettant de combattre une maladie.
La maternité n'en étant pas une, la pilule contraceptive étant prise en charge depuis des décennies, elle n'a pas lieu d'être prise en compte dans les remboursements ... Tabou? ben oui.
salamander
- 19/09/2020 - 14:25
à un moment cela devra s arrêter c sur.
nous sommes déjà recordman du monde des dépenses sociales . 31% du pib exactement.
il y a une solution, c prolonger le remboursement de la cades (17 milliards par an ) pendant le tps nécessaire.
c la solution la plus juste en fait car elle ne penalise pas les nouvelles generations.