En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

03.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

04.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

07.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

ça vient d'être publié
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 8 min 49 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 14 heures 58 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 16 heures 47 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 18 heures 33 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 19 heures 9 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 20 heures 56 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 21 heures 28 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 22 heures 10 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 22 heures 55 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 23 heures 36 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 14 heures 11 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 16 heures 15 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 17 heures 12 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 18 heures 56 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 20 heures 12 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 21 heures 11 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 21 heures 39 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 22 heures 27 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 23 heures 12 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 1 jour 11 heures
© SAUL LOEB / AFP
accords Israël Etats-Unis Bahrein Emirats arabes unis Donald Trump Mike Pompeo Benjamin Netanyahou
© SAUL LOEB / AFP
accords Israël Etats-Unis Bahrein Emirats arabes unis Donald Trump Mike Pompeo Benjamin Netanyahou
Accords historiques

Donald Trump a-t-il plus contribué à la paix entre Israël et les pays arabes que ses prédécesseurs depuis 30 ans ?

Publié le 16 septembre 2020
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a signé, ce mardi à la Maison Blanche, avec les Emirats arabes unis et Bahreïn des accords historiques qui bousculent les équilibres au Moyen-Orient. Donald Trump a affirmé que "cinq ou six pays" arabes supplémentaires suivraient.
Frédéric Encel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Encel est Docteur HDR en géopolitique, maître de conférences à Sciences-Po Paris, Grand prix de la Société de Géographie et membre du Comité de rédaction d'Hérodote, l'auteur a fondé et anime chaque année les Rencontres internationales...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a signé, ce mardi à la Maison Blanche, avec les Emirats arabes unis et Bahreïn des accords historiques qui bousculent les équilibres au Moyen-Orient. Donald Trump a affirmé que "cinq ou six pays" arabes supplémentaires suivraient.

Atlantico.fr : L'accord signé entre les Emirats et Israël en fait des "alliés objectifs" face à l'Iran. Donald Trump (par l'intermédiaire de Mike Pompeo) vient-il en un mandat de réussir là où tous les gouvernements américains échouent depuis 30 ans?

Frédéric Encel : D'abord, je vous dirais que le rapprochement entre les Emirats arabes unis (EAU) et Israël ne date pas d'hier, puisqu'un premier bureau d'intérêts commercial entre les deux Etats - lesquels n'ont par ailleurs absolument jamais croisé le fer depuis l'indépendance des EAU en 1971 - avait été ouvert en 1996. Vous m'accorderez que Trump était alors bien loin de la Maison-Blanche. Ensuite, voilà déjà une bonne décennie que les axes chiite et sunnite s'affrontent sans cesse plus violemment, avec pour le second la nécessité d'obtenir de l'Etat hébreu des renseignement sur L'Iran honni et ses alliés ainsi que des soutiens à Washington. C'est donc une tendance lourde qui vient de se traduire par une signature qui, bien qu'historique en effet sous plusieurs aspects, ne doit pas grand chose à Donald Trump qui, au fond et en dépit de son tardif et approximatif "deal du siècle", n'a rien révolutionné.  

Cet accord à lui seul peut-il avoir des répercussions plus globales dans la zone?

Non. Je pense qu'il reflète et illustre davantage qu'il ne crée : la toile de fond déjà assez ancienne de la rivalité Iran/Arabie saoudite et leurs alliés respectifs, la coopération sécuritaire contre le Hezbollah chiite libanais et autres houthis yéménites pro-iraniens, l'effondrement de la Ligue arabe (ici parfaitement inaudible du reste) depuis le Printemps arabe de 2011-12, ou encore la relégation du conflit israélo-palestinien en un simple contentieux local ; tout cela s'incarne bien dans l'accord de reconnaissance et y contribue sans doute - surtout avec Bahrein dans la foulée - mais ne modifie pas en profondeur les grands schémas au Moyen-Orient.

L'Autorité Palestinienne et le Hamas ont naturellement dénoncé cet accord. Mais est-ce que les prédictions de Habib Bourguiba qui mettait en garde la Palestine contre la revendication du "tout et tout de suite" ne sont pas en train de s'avérer?

Bourguiba recommandait surtout aux ennemis d'Israël de faire la paix avec lui afin qu'il s'effondre de l'intérieur ! Comme bien d'autres responsables arabes, il ne croyait pas à la pérennité du projet sioniste et à la cohésion de la société israélienne, et considérait que seul le danger extérieur maintenait l'Etat hébreu à flots, ce en quoi il avait naturellement tort faute de connaître correctement la force du projet national juif. A certains égards, Yasser Arafat, le chef de l'Organisation de libération de la Palestine (puis de l'Autorité palestinienne à partir de 1994), avait caressé aussi au cours du processus d'Oslo cette vaine espérance. Concernant les exigences palestiniennes, celles du Hamas ont toujours été fidèles à l'identité de ce mouvement islamiste ; jusqu'au-boutistes, irréalistes et dommageable à la cause palestinienne toute entière. L'Autorité du président Mahmoud Abbas, elle, est prisonnière de la surenchère du Hamas d'un côté, confronté à des coalitions nationalistes israéliennes de l'autre. Dernier cas de figure en date : le plan Trump. Clairement défavorable au "camp" palestinien, il aurait pu et dû être considéré par Ramallah comme un simple document de travail, une sorte de base de départ israélo-américaine à laquelle il convenait d'opposer un plan alternatif.  Il n'en fut rien. Or Abbas n'a pas compris que le rapport de force global avait changé au fil des années en faveur d'Israël et qu'il n'était plus en mesure de rejeter net un plan de paix, fut-il très  imparfait. Puisse l'accord israélo-émirati du 15 septembre 2020 l'en convaincre...

Frédéric Encel a publié "Les 100 mots de la guerre" aux éditions Presses Universitaires de France, PUF, dans la collection Que sais-je ? 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Nicolas59
- 17/09/2020 - 08:56
Stratégie
L'agressivité et les pression que Trump a exercé sur l’Iran donne les résultats que l’on voit. La peur des etats sunnites de l'expansion iranienne n’est pas nouvelle. Le shah s’armait pour sauter sur les etats du golfe .
Cela lui a coûté son régime car les etats pétroliers étaient en position de force. Ce n’est plus le cas . Des missiles iraniens sont en mesure de pulvériser l’industrie pétrolière de l’arabie et de ses voisins.
Ils doivent donc accepter la paix avec israël et laisser tomber les palestiniens qui sont acoquine avec le Hamas chiite. C’est aussi simple .
Trump a bien joué quoiqu’on en dise. Obama s’est planté .
La haine religieuse contre Trump et l’amour pour le prix Nobel premier président Black des US ne modifie pas ce constat.
Désolé pour les prosélytes du progressisme.
ajm
- 16/09/2020 - 22:01
Peur de l'Iran
Il faut savoir que mr Encel montre régulièrement dans les médias sa haine de Trump, ce qui est son droit, mais cela rend son jugement sur ces accords quelque peu tendancieux. Ce qui est vrai, c'est que la grande peur que les états arabes sunnites éprouvent pour l'Iran ont beaucoup aidé Trump.
Marie Esther
- 16/09/2020 - 13:26
on voit que les gouvernements occidentaux ainsi que leurs media
font la fine bouche. Vous n'avez pas idee de ce que le mot paix avec 2 pays de La Ligue Arabe represente en Israel et vice versa. Ca y est on parle naturellement des enjeux sanitaires et commerciaux colossaux mais aussi des echanges individuels sur les reseaux sociaux, les livres d'Histoire des EAU integrant deja la signature du plan de paix, les hotels emiratis proposant un menu Kasher avec certification pour qu'on puisse y aller, les Emirati revent de venir a Jerusalem. Pour la vente des F35, aucun probleme s'il s'agit des modeles americains et non de ceux aux performances ameliorees par les Israeliens ... et puis les instructeurs israeliens passeront pour les pilotes emiratis des F16 aux F35. Quant a la souverainete, elle viendra en temps opportun, a priori soutenue en 2024 par les USA pour permettre aux Palestiniens de negocier avec des demandes realistes, realisables au lieu de bouder, de balancer des roquettes sur Ashkelon et Ashdod. Les Arabes ont invente la Palestine en 1967 pour continuer a combattre Israel : aujourd'hui en face des ayatollahs et des Freres Musulmans bien plus dangereux qu'Israel, celui ci est utile avec sa superiorite dans la high tech et la surveillance