En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 7 heures 27 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 10 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 13 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 13 heures 53 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 16 heures 5 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 16 heures 15 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 16 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 17 heures 8 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 17 heures 48 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 18 heures 12 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 8 heures 39 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 11 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 13 heures 27 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 15 heures 48 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 16 heures 12 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 16 heures 22 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 16 heures 56 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 17 heures 41 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 17 heures 50 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 18 heures 20 min
© FRED TANNEAU / AFP
Ronan Le Moal Epopée gestion
© FRED TANNEAU / AFP
Ronan Le Moal Epopée gestion
Atlantico Business

Ronan le Moal, ex-Arkea, lance "Épopée gestion" : des fonds d’investissement du troisième type

Publié le 16 septembre 2020
La situation économique et l’exigence de mutation appellent sans doute des fonds d’investissement qui ne soient pas exonérés de responsabilités sociétales et environnementales.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La situation économique et l’exigence de mutation appellent sans doute des fonds d’investissement qui ne soient pas exonérés de responsabilités sociétales et environnementales.

Pour Ronan le Moal, l’ancien directeur général de Arkéa-Crédit Mutuel, les fonds d’investissement ne peuvent pas continuer à s’exonérer d’exercer une responsabilité sociale, sociétale et environnementale.

Agitateur d’idées il était, agitateur d’idées il restera. Ronan le Moal ne pouvait pas rester inactif après avoir quitté le Crédit Mutuel de Bretagne, Arkéa, où il avait déjà converti la banque à la nécessité de prendre en compte très rapidement la mutation digitale. Et si l’industrie française de la banque a pris conscience de prendre l’arrivée des Fintech très au sérieux, c’est parce qu‘il a été un des premiers à comprendre qu’elles répondaient plus à une demande de la clientèle, jeune notamment. Il en a été une sorte de parrain mais au-delà, il a aussi très vite compris que le digital diffusé dans tous les secteurs d’activité était un des facteurs clefs de la création de richesses et d’emplois. Et pas seulement dans les services. Quoi qu’on fasse et où qu’on soit, dans le quartier de la Défense comme au fin fond de la Bretagne. Quant au Covid-19, on sait très bien qu’il va impacter durablement les façons de travailler, de consommer et de produire, mais qu’il va aussi accélérer les mutations portées par les tendances lourdes du réchauffement climatique ou des clivages sociaux entre la France périphérique et Paris.

En créant aujourd’hui « Epopée gestion », Ronan le Moal, associé à Charles Cabillic, poursuit et accélère cette mutation au bénéfice du développement.

Le premier a travaillé pendant 25 ans dans le groupe Arkéa et il y a développé une approche collaborative et innovante au service des territoires. Arkéa est ainsi devenue la première banque partenaire des Fintech.

Charles Cabillic, quant à lui, est un serial entrepreneur. Ce Brestois d’origine a notamment écrit quelques belles « success stories » dans l’immobilier (Ac3), du digital (West web Festival), de la mobilité ou de la distribution (Openfly, Allovoisins) mais il s’est surtout appliqué à susciter l’émergence d’un tissu de startups en Bretagne, plus de 400 initiatives locales dont beaucoup de pépites nées au sein de la digital school qu’il a cofondée dans le grand Ouest.   

Ensemble, ils ont pensé que le moment était venu de se lancer dans le grand bain de l‘entreprenariat en créant une société de capital-investissement pas comme les autres. Ils ne voulaient pas et ne pouvaient pas imaginer créer des fonds comme il en existe depuis un demi-siècle et qui ont pour seul objectif d’optimiser le rendement financier. Pour eux, le problème d’aujourd’hui est d’inventer des structures qui donnent un sens au travail, qui permettent de créer de la richesse évidemment, mais au service de la région et pas seulement de Paris ou de n’importe quelle autre place financière.

Entretien avec Ronan le Moal.

Ronan le Moal : Je pense que la crise économique et sanitaire que nous traversons est un signal fort pour que nous accélérions des mutations qui étaient déjà en germe avant le Covid. Nous devons faire évoluer nos façons de travailler et nous allons le faire en accompagnant les mutations qui sont inéluctables. Alors, fort, de l’expérience acquise dans la banque, j’ai personnellement pensé qu‘il était l’heure pour moi de me lancer dans l’entreprenariat. J‘étais banquier. J’ai eu envie de passer de l’autre côté du bureau. ÉPOPÉE a un double objectif : générer de l’impact à l’échelon local par la création d’emplois et l’amélioration de la qualité́ de vie, et contribuer directement à la transition économique, écologique et sociétale – dans la droite ligne de l’Agenda 2030 des Nations Unies.

JMS : Plus précisément, vous allez créer plusieurs fonds qui consistent en quoi ?

Ronan le Moal : ÉPOPÉE lancera plusieurs types de véhicules d’investissement pour créer des écosystèmes locaux durables. L’objectif est de créer trois fonds. L'un pour accompagner les jeunes entreprises du numérique, parce qu’il y a des pépites dans ce secteur et qui sera doté de 60 millions d'euros. Un autre pour les sociétés industrielles et de services, y compris l’agricole et l’agroalimentaire qui est très présente en Bretagne et dont nous avons bien vu le caractère essentiel pendant le confinement, ces industries sont en pleine mutation. Ce deuxième fond portera entre 100 à 120 millions d'euros. Le troisième financera les infrastructures d'immobilier de bureau et de logistique pour lequel on mise sur 100 millions d'euros d'apports. Un quatrième est prévu et concerne les mobilités et le travail à distance, le télétravail qui, au-delà des nécessités actuelles, va devoir s’organiser.

JMS : Des fonds d’investissement, il y en a déjà beaucoup. Les fonds n’ont pas une très bonne image, notamment auprès des syndicats et des salariés. Ces fonds sont trop souvent obsédés par l’optimisation financière à court terme, ce qui rend beaucoup de patrons de PME très frileux.

Ronan Le Moal : Vous êtes sévère, mais c’est vrai que très souvent, le travail des fonds s'arrête à la gestion de l’investissement qu'ils engagent et s’attachent au return parce qu’ils ont eux-mêmes des comptes à rendre. Nous irons au-delà parce que la difficulté n’est pas tant d’apporter de l’argent que d’aider le chef d’entreprise et de l’accompagner dans son développement. Ça veut dire que nous lui apporterons le soutien éventuel en marketing, en organisation de production, en gestion, en internationalisation de nos différentes participations. Les chefs d’entreprises sont souvent très seuls à mettre les mains dans le cambouis. Je suis sûr qu’on peut participer à accélérer la croissance, leur croissance, et créer ainsi une nouvelle génération d'ETI.

JMS : Très concrètement, vous allez donc cherchez des pépites principalement en Bretagne.

Ronan le Moal : Pas seulement, le Grand Ouest de la France, de la Normandie à la Nouvelle-Aquitaine, en passant évidemment par la Bretagne.

JMS : Quel va être le montant de vos interventions ?

Ronan le Moal : Dans le secteur du numérique, le ticket moyen pris dans les startups sera de 300.000 à 2 millions d’euros, et de 2 à 10 millions d'euros dans l'industrie. La première participation devrait être annoncée d'ici à la fin de l'année. Mais j’insiste que, ce qui nous importe surtout, c’est d’accompagner l’entrepreneur. Nous allons donc nous équiper en propre, d’experts soit dans le métier ou les fonctions supports, soit faire appel à des consultants extérieurs. Ces entrepreneurs ont un besoin d’accompagnement si on veut accélérer leur croissance.

« Épopée gestion » est véritablement une entreprise qui, d’un côté va financer via des fonds des entreprises ou des projets mais de l’autre, va placer également autour de l’entrepreneur   une infrastructure, dite d’accélération, qui apportera du support aux sociétés accompagnées dans tous les domaines d’expertise : stratégie, marketing/commercial, digital, RH, international…

Concrètement on va développer une équipe dédiée qui sera mise en place aux côtés des directeurs de participations et qui apportera l’expertise opérationnelle permettant d’amplifier « l’euro investi ».

JMS : Vous ne créez donc pas seulement une structure de financement ?

Ronan le Moal : Nous créons une entreprise de développement. Notre idée est d’apporter un financement mais l’intérêt, c’est d’accompagner le développement. Générer un résultat financier oui, mais créer de la richesse en termes d’activité régionale, et d’emplois et autrement plus passionnant et utile.

JMS : On a compris aussi que vous alliez créer une fondation. Mais là on a l’impression que vous cédez à une mode.

Ronan le Moal : C’est vrai, mais ce n’est pas une mode, c’est une urgence. Si vous voulez maintenir en vie une campagne, un village, il faut trouver un moyen de laisser un commerce ouvert, permettre à un médecin de s’installer... Actuellement, c’est une catastrophe, cette désertification. ÉPOPÉE va lancer une Fondation ÉPOPÉE, qui a pour objet de dynamiser le financement de commerces et services de proximité́ nécessaires à la relocalisation durable des populations et des entreprises en région. Ce fonds de dotation sera alimenté par une partie des frais de gestion et du carrier (un pourcentage des plus-values des fonds) d’ÉPOPÉE, ainsi que par les investisseurs qui souhaiteront l’accompagner en direct.

Propos recueillis par JMS 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires