En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

03.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

06.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

07.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 16 min 36 sec
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 1 heure 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 16 heures 9 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 17 heures 57 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 19 heures 43 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 20 heures 19 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 22 heures 6 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 22 heures 38 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 23 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 1 jour 6 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 1 heure 4 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 15 heures 22 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 17 heures 25 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 18 heures 23 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 20 heures 6 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 21 heures 23 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 22 heures 21 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 22 heures 49 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 23 heures 37 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 1 jour 23 min
© BORIS HORVAT / AFP
lycées éducation nationale classes
© BORIS HORVAT / AFP
lycées éducation nationale classes
#Lundi14septembre

Causes justes, moyens illégitimes : le cas des tenues "provocantes" et "indécentes" des collégiennes et lycéennes

Publié le 15 septembre 2020
Des lycéennes ont lancé un appel ce lundi à s’habiller de manière "indécente" pour dénoncer le sexisme. Marlène Schiappa, ministre déléguée à la Citoyenneté et ancienne ministre de l'Égalité femmes-hommes, a apporté son soutien au mouvement sur Twitter.
Michel Fize
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Fize est un sociologue, ancien chercheur au CNRS, écrivain, ancien conseiller régional d'Ile de France, ardent défenseur de la cause animale.Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages, dont  Le Peuple adolescent (2ème éd. Mots...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des lycéennes ont lancé un appel ce lundi à s’habiller de manière "indécente" pour dénoncer le sexisme. Marlène Schiappa, ministre déléguée à la Citoyenneté et ancienne ministre de l'Égalité femmes-hommes, a apporté son soutien au mouvement sur Twitter.

Qu’une cause soit JUSTE, faut-il en déduire que tous les moyens pour la servir le sont pareillement ? Il s’agit là, bien entendu, d’une question philosophique : celle de « la fin et des moyens ». L’affaire du port de tenues vestimentaires qualifiées par les intéressées elles-mêmes, collégiennes et lycéennes, de « provocantes » et d’« indécentes », illustre à merveille la question développée jadis par Emmanuel Kant en particulier. Dans un réflexe quasi-unanime, politiques, Marlène Schiappa en tête, « intellos » et, plus surprenant peut-être, parents eux-mêmes, soutiennent ce mouvement, autoproclamé antisexiste, né le 14 septembre dernier sur les réseaux sociaux, mouvement qui a déjà reçu un million de signatures.

Mais réflexe (à caractère émotionnel de surcroît) n’est pas réflexion. Réfléchissons donc un instant et ouvrons un débat dans ce pays qui ne le pratique plus depuis longtemps puisqu’il n’y a plus en effet, en cette société, que des opinions censées avoir, toutes, la même légitimité, que de la « pensée » unique et de la stigmatisation pour celles et ceux d’entre nous qui s’en écartent, fut-ce d’une virgule (voir le débat sur la « cancel culture » traité dans ces mêmes colonnes).

Procédons par étapes. Le combat contre les discriminations sexistes est-il une juste cause ? Bien évidemment, et c’est, je crois, l’opinion de tous les démocrates et hommes et femmes de « bonne volonté ». Que des adolescentes puissent subir quolibets, insultes, se faire harceler pour le port de tenues féminines : une jupe, une robe, un bustier, une épaule dénudée, un décolleté prononcé, relève de l’ignominie et doit par conséquent être sévèrement condamné. Les conduites masculines agressives doivent être traquées sans relâche et sans complaisance aucune. La liberté vestimentaire est un droit et un choix dont les sociétés démocratiques peuvent s’honorer. 

Cependant, depuis une trentaine d’années, des dérives (terme de chefs d’établissement scolaire) sont apparues dans nos écoles, touchant tant les garçons que les filles : pour ceux-là port de pantalons « baggy », XXL, laissant percevoir caleçon, voir raie des fesses des intéressés, pour celles-ci, jupes volontairement très courtes (au ras des fesses), bustiers laissant percevoir la poitrine des intéressées. Les chefs d’établissement ont, cas par cas, réagi en produisant des règlements intérieurs prohibant des tenues jugées à leurs yeux « incorrectes » en milieu scolaire. Faut-il les en blâmer ? Une institution, qu’elle soit scolaire ou professionnelle, a ses règles qui condamnent généralement vêtements inappropriés (voir affaire des bermudas pour les hommes travaillant dans les bureaux) ou manifestement indécents (jupes trop courtes pour les femmes pour reprendre cet exemple).

Dans l’affaire qui nous occupe ici, il y a en réalité deux questions : une question générale, celle du combat antisexiste, et une question plus particulière qui taraude l’institution scolaire depuis de nombreuses années, celle de « la tenue scolairement correcte ». Je soupçonne fortement les collégiennes et lycées, soit disant « en lutte » contre le sexisme, de « manipulation », d’utiliser en réalité la cause antisexiste comme « prétexte » pour faire avancer en fait des droits individuels au sein de leurs écoles. Réclamer le droit de se vêtir « comme bon nous semble », pour reprendre leurs termes, au nom d’un individualisme souverain dont on sait qu’il veut pour chacun le libre choix de tout, en tout et partout, est tout simplement et proprement « antisocial ». Les tenues vestimentaires sont toujours adaptées à un milieu, une circonstance, une époque. Que le choix d’une tenue soit négocié entre toutes les parties prenantes est une chose, qu’elle soit totalement libre en est une autre. La dissociation s’impose.

Reposons donc ainsi la question initiale. Faut-il, pour une collégienne ou une lycéenne, s’habiller de manière « provocante » et « indécente » (elles croient donc à l’indécence !) pour lutter contre les discriminations sexistes ? N’est-ce pas comme si l’on disait qu’il faut absolument se teindre le corps en noir pour défendre le combat contre le racisme ? Nous ne croyons pas à cette nécessité, même ponctuelle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 16/09/2020 - 11:44
Un lieu de travail n'est pas un lieu de loisir
Et la tenue vestimentaire ainsi que la présentation générale importent. Pour les deux sexes.
Loupdessteppes
- 16/09/2020 - 09:54
La vraie question est cachée par les froussards du CNRS !
Ils préfèrent, en bons fonctionnaire de l'état (petit "e" oblige), chercher des causes sociologiques bidons plutôt que de se poser la vraie et seule question : quels sont les causes à cette régression ? Au fait au CNRS, elle est bonne la retraite ?
Forbane
- 15/09/2020 - 22:30
Jurgio
Et du coup quand la fille est sexy, à partir de combien de garçons qui lui sautent dessus sans son consentement peut-elle dire stop? C’est open-bar ou juste pour vous?un? Deux?
C’est du même à cabot que le mec en Ferrari qui se la fait piquer: bien fait, il n’avait qu’à pas provoquer ou étaler son fric et sa réussite,
Et ben oui, quand on est bien élevé et pas frustré, jaloux et dérange dans sa tête, on regarde c’est tout , comme pour la Ferrari