En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

07.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 11 heures 58 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 12 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 13 heures 22 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 15 heures 32 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 16 heures 17 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 17 heures 46 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 18 heures 18 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 19 heures 25 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 19 heures 49 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 20 heures 18 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 12 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 13 heures 8 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 14 heures 4 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 16 heures 5 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 17 heures 35 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 17 heures 47 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 19 heures 21 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 19 heures 36 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 19 heures 56 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 20 heures 23 min
© BORIS HORVAT / AFP
école éducation nationale évaluation
© BORIS HORVAT / AFP
école éducation nationale évaluation
Education nationale

Evaluation scolaire post-confinement : comment lutter contre les inégalités en ne nivelant (plus) par le bas ?

Publié le 15 septembre 2020
Deux semaines après la rentrée des classes, les élèves de CP, CE1, sixième et seconde passent des tests d'évaluation depuis ce lundi. Ces examens vont-ils révéler l'accroissement des inégalités socio-culturelles occasionnées par la période de confinement ?
Pierre Duriot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot est enseignant du primaire. Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Deux semaines après la rentrée des classes, les élèves de CP, CE1, sixième et seconde passent des tests d'évaluation depuis ce lundi. Ces examens vont-ils révéler l'accroissement des inégalités socio-culturelles occasionnées par la période de confinement ?

Atlantico.fr : Les traditionnelles évaluations de rentrée pour les élèves de CP et CE1 revêtent une importance toute particulière cette année Elles vont en effet permettre de juger "sur pièce" des retards accumulés pendant la période de confinement. Au delà de l'aggravation générale compréhensible, ces examens risquent-ils de pointer du doigt l'accroissement des inégalités socio-culturelles occasionnées par l'autarcie?

Pierre Duriot : Oui, nous n’avons pas eu besoin des tests, dès les premiers jours, pour avoir un aperçu des difficultés et des carences générées par six mois d’absence du système scolaire. Ni besoin de cette absence pour savoir que les inégalités socio-culturelles sont un vaste terrain de travail et même de lutte, pour l’école. D’autant que les élèves qui sont restés à du travail scolaire pendant le confinement, sont principalement les bons élèves. Et que derrière, les investissements des parents et de leurs enfants ont été très disparates. Le spectre s’est donc élargi entre les bons, très bons élèves, et les autres.

Pour les enfants petits, je pense à la rentrée au CP et au primordial apprentissage de la lecture, sur lequel on bâti toute la scolarité future, c’est un genre de catastrophe. Au-delà des acquis scolaires, la dimension de la maturité, les postures, les habitudes de travail, ne sont pas là autant que les années précédentes. Non seulement, globalement, les enfants savent moins, mais ils ont aussi moins d’aptitudes transversales et moins d’intérêt pour les apprentissages.

Si les résultats des tests ne sont encore pas là, la seule difficulté à les faire passer n’augure pas de bonnes surprises. Et la différence est déjà patente entre ceux qui sont revenus à la fin du confinement, qui étaient eux-aussi, principalement des bons élèves et ceux qui n’ont pas mis les pieds à l’école depuis six mois. Ce confinement a même engendré des cas d’a-scolarité et autres phobies scolaires, réelles ou simulées. Toujours est-il que quelques élèves peinent encore à venir à l’école.

Le milieu socio-culturel est prépondérant, évidemment, mais il faut aussi relativiser le rôle de l’école, qui ne donne jamais qu’un étalonnage, qui n’est pas le seul. Nombreux sont ceux qui réussissent sans avoir de parcours scolaires mirobolants et à contrario, un beau parcours scolaire n’est pas le gage d’une réussite sociale. D’autres facteurs interviennent et fort heureusement. Et, on ne peut pas faire une société de bons et très bons élèves. Même si une nation comme la nôtre se doit de chercher à obtenir, en permanence, le niveau de qualification globale le plus élevé possible, elle aura toujours besoin de main d’oeuvre de faible compétence. Ce qui importe, est que dans le système scolaire, chaque élève puisse atteindre le maximum de ce dont il est capable. A savoir qu’à l’entrée à l’école, à trois ans maintenant, les enfants arrivent avec des compétences de base extrêmement inégales. Sur ces différences, l’école va avoir, quand elle fonctionne bien, un rôle de réduction des inégalités, mais de réduction seulement. Et encore, peut-elle ne pas donner toute sa mesure. L’éducation revient aussi aux familles et si elle n’est pas l’instruction, elle permet d’adopter la meilleure des postures face à l’instruction. Ces questions de postures des élèves et de conduites des disciplines de classes, sont devenues centrales à tous les niveaux. Après, le rôle des familles reste entier. Un enfant qui lit à la maison et qui voit ses parents lire et lire avec lui, lira toujours mieux qu’un autre, qui ne lit qu’à l’école, la page de lecture du jour. Et, selon ce principe, le confinement n’a rien arrangé, puisqu’il a permis aux premiers, de lire plus à la maison et aux seconds, de ne plus lire du tout, pendant six mois.

Quelles conclusions en tirer? Ne risque-t-on pas d'assister à un (nouveau) nivellement par le bas, dans un souci de “perdre” le moins d'élèves?

La conclusion sera ce que nous en ferons et des consignes qui vont arriver du Ministère. Soit on redouble d’exigence, de cadres, de travail et on change de braquet. Soit on choisit (comme toujours), la paix sociale, la mise en situation de réussite, la transmission horizontale et la valorisation par les bonnes notes et l’encouragement et, de fait, ce sera le nivellement par le bas.

Nous sommes effectivement face à choix crucial. Soit on rame un peu plus fort avec les méthodes habituelles qui consistent, par souci d’égalité, à donner le bac à presque tout le monde. Soit on profite de l’événement pour donner corps au discours politique de relocalisation de l’industrie et de reconstruction des indépendances nationales, en matière de production. Auquel cas, le moment est venu de se détacher du modèle actuel et de remettre en prise tissus industriels, enseignement et formation, par le biais des apprentissages professionnels, des alternances et des tutorats, pour les élèves les moins scolaires.

Quels enseignements l'Education Nationale doit-elle tirer pour l'élaboration de l'école “post-Covid”?

Cela n’engage que moi, mais l’école doit remettre le travail au centre du système scolaire et plus l’enfant, comme c’est toujours à la mode. Elle doit retrouver une forme de rigueur et d’exigence, se re-concentrer sur sa mission d’enseignement et cesser de se préoccuper de considérations sociales, d’origines ethniques et géographiques. Ceci avec des périodes et des ateliers à petits effectifs, dont on s’est aperçu, au retour du confinement, qu’ils étaient bénéfiques aux enfants. Ont été menées, au retour du confinement, puisque c’était possible, de nombreuses expériences, avec de faibles effectifs, qui se sont avérées, très concluantes. Moi-même, sans classe et spécialisé dans la difficulté scolaire, je me suis porté volontaire pour enseigner, pendant toute la période de confinement, d’abord avec les enfants de soignants, puis avec les quelques élèves revenus, afin d’expérimenter une autre manière de faire la classe. Ce fut parfaitement possible et avec des fruits encourageants, ce qui m’a donné à penser, mais j’en étais déjà persuadé, qu’il était parfaitement possible de revenir à plus d’exigence et d’excellence et ce très rapidement. Ne manque que la volonté politique et l’abandon de tout un pan de considérations ne relevant pas de la chose scolaire.

L'objectif de l'Education nationale (tel qu'on a pu le connaître sous la troisième République) était d'annihiler les différences sociales entre les élèves. Cette aspiration n'est-elle pas dévoyée et que faudrait-il faire pour y remédier ? 

Non, je ne pense pas que l’objectif ait pu être d’annihiler les différences sociales par l’éducation, mais à tout le moins de massifier l’enseignement dans une population largement analphabète à l’époque et que l’on devait reconvertir, dans un paysage en voie d’industrialisation, sur fond de mécanisation des travaux agricoles. L’objectif était de donner à tous, ce qui fut considéré comme le minimum vital en matière d’intégration d’une société scientifique, technologique et de l’écrit, c’est à dire, savoir lire, écrire et compter, ce que l’on a appelé, le Certificat de fin d’étude. Massifier, donner à tous le minimum pour réussir, n’est pas annihiler les différences sociales, c’est donner les fondations qui permettent à chacun de construire sa maison, autrement dit, permettre à chacun de s’élever sur un socle commun, de compétences et de codes sociaux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tubixray
- 16/09/2020 - 11:34
Symptome validé
Le gauchisme, c'est bien la maladie qui ronge notre pays depuis 1968.
Le collège unique est une fabrique de crétins et seuls ceux aidés par leurs parents peuvent sortir indemnes de ces 4 années.
Toutefois ne perdons pas de vue que l'enseignement obligatoire jusqu'à 16 ans existe depuis 1959 et que les parents incapables d'aider leurs enfants jusqu'à la 3ème n'ont aucune excuse.
Quant à ceux qui ne parlent pas notre langue... mais que font ils en France ???
J'accuse
- 15/09/2020 - 09:45
L'école est atteinte d'une maladie mortelle: le gauchisme
On ne peut niveler que par le bas, et l'école accentue inévitablement les inégalités, ce qui n'est pas un problème.
Niveler ? Prenez l'exemple du coiffeur à qui vous demandez d'égaliser vos cheveux: il va couper les plus longs et pas allonger les plus courts...
Ceux qui ont le plus de capacités vont aller plus vite, et si on veut égaliser, on ne peut le faire sans les ralentir, puisqu'il est impossible de faire accélérer les autres.
L'école ne peut que donner les moyens à chacun de progresser selon ses capacités, mais en aucun cas "lutter contre les inégalités", fantasme idéologique tout autant que débilité profonde.
Comme le dit M. Duriot, acquérir des capacités ne peut se faire que par le travail, et le jugement de ce travail par les maîtres.
Dans l'évolution de l'école, tout est à jeter: depuis des décennies, on fait exactement le contraire de ce qu'il faudrait.