En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

03.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

04.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

07.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 26 min 1 sec
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 14 heures 43 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 16 heures 47 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 17 heures 44 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 19 heures 27 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 20 heures 44 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 21 heures 43 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 22 heures 11 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 22 heures 59 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 23 heures 44 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 40 min 44 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 15 heures 30 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 17 heures 19 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 19 heures 5 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 19 heures 41 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 21 heures 28 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 22 heures 30 sec
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 22 heures 42 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 23 heures 27 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 1 jour 8 min
© ERIC PIERMONT / AFP
Vincent Bolloré
© ERIC PIERMONT / AFP
Vincent Bolloré
L'art de l'alliance tactique

Vincent Bolloré, le Sun-Tzu du capitalisme français

Publié le 14 septembre 2020
Vincent Bolloré défraie la chronique des affaires en annonçant une saisine du tribunal de commerce pour obliger Arnaud Lagardère à convoquer une assemblée générale du groupe. En reprenant l’historique de ses « raids », ses hauts faits de piraterie semblent obéir à un art très minutieux de la guerre. Ses techniques d’approche et d’abordage sont dignes des préceptes de Sun-Tzu.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Bolloré défraie la chronique des affaires en annonçant une saisine du tribunal de commerce pour obliger Arnaud Lagardère à convoquer une assemblée générale du groupe. En reprenant l’historique de ses « raids », ses hauts faits de piraterie semblent obéir à un art très minutieux de la guerre. Ses techniques d’approche et d’abordage sont dignes des préceptes de Sun-Tzu.

Vincent Bolloré est connu pour ses « raids » sur des entreprises cotées sur lesquelles il parie pour dégager des plus-values, souvent à long terme. Il n’en fallait pas plus pour justifier que ce Breton écope du surnom de « pirate ». Mais en y regardant de plus près, on s’aperçoit que l’homme d’affaires a poussé beaucoup plus loin que la simple piraterie l’art de conquérir des entreprises.

Tout commence par un pied dans la porte

Dans tous ses raids, Vincent Bolloré commence toujours par « mettre un pied dans la porte » de façon pour ainsi dire discrète, insensible. Tout le monde se souvient ici de Bouygues pestant contre lui, parce qu’il avait acquis quelques participations et lui avait téléphoné ensuite pour l’en informer. Bouygues se souvient que Bolloré avait alors annoncé que cette opération était amicale. En langage bolloréen, les coups de téléphone amicaux ne sont pas forcément bon signe.

Dans le cas de Lagardère, l’amitié de Bolloré ne s’est pas démentie. Arnaud Lagardère a effectivement demandé à Bolloré de « l’aider » face au fonds Amber Capital qui contestait son management de l’entreprise. Et c’est par une anticipation sans grande surprise que Lagardère a cherché à « blinder » sa position face au Sun-Tzu du capitalisme français.

L’art de la montée progressive

Dans l’art de la guerre selon Bolloré, les opérations à suivre une fois le pied mis dans la porte sont parfaitement théorisées. Il s’agit de monter progressivement dans le capital pour devenir un minoritaire incontournable. La plupart du temps, Bolloré opère de façon discrète, notamment avec l’aide de ses filiales, pour dépasser le seuil de 5%, puis pour se rapprocher de la minorité de blocage.

De ce point de vue, l’acquisition de Vivendi est probablement la plus emblématique. En décembre 2011, Bolloré détenait 1% du capital de Vivendi. Un an plus tard, il franchissait à pas de loup la barre des 5%. Mais ce n’est qu’en juin 2018 que Bolloré déclare détenir plus de 25% de Vivendi, par une suite d’acquisitions d’actions.

La montée dans un capital peut donc prendre beaucoup de temps et ne s’exercer que très lentement, ce qui distingue fortement Bolloré d’un « pirate » porteur d’une logique de prédation.

L’art de l’alliance tactique

Pour accélérer ses opérations de conquête, Bolloré n’hésite pas à nouer des alliances d’opportunité, au besoin par des retournements spectaculaires. Dans la prise de contrôle d’Havas, il s’était allié à Vik, un discret investisseur norvégien. Dans l’affaire Lagardère, il s’allie finalement à Amber, le fonds contre lequel Bolloré devait initialement protéger la commandite dont Arnaud Lagardère est le commandité.

L’art de la contestation

Si Lagardère accédait à la demande de Bolloré et d’Amber de tenir une assemblée générale, il sait par cœur la suite des événements. D’ordinaire en effet, une fois qu’il pèse suffisamment dans le capital (et pas forcément en atteignant la minorité de blocage…), Bolloré a coutume d’utiliser les assemblées générales pour contester le management en place.

Ceux qui ont en tête l’affaire Bouygues se souviennent par exemple que, six mois après son entrée au capital, Bolloré avait refusé d’approuver les comptes en assemblée. Chez Havas, Bolloré en 2006 avait obtenu la nomination de 4 administrateurs malgré l’avis du management, et alors qu’il ne détenait encore que 25% du capital.

La revendication désormais ouverte de disposer de 4 sièges sur 9 au conseil de surveillance est ici la chronique d’une fin annoncée pour Arnaud Lagardère.

L’art d’écarter le management en place

Arnaud Lagardère dispose de suffisamment de précédents pour savoir à quelle sauce la montée de Bolloré dans son capital le fera manger. Tout le monde se souvient de la mise à l’écart d’Alain de Pouzilhac, en 2006, quelques mois après l’arrivée de Bolloré dans le capital. On se souvient aussi du remplacement de Bertrand Meheut à la tête de Canal + en 2015.

La perspective, pour Lagardère, est linéaire et bien connue.

Conquérir ou partir

Une fois Lagardère parti, qu’adviendrait-il de la présence de Bolloré dans le groupe Lagardère? En l’état, le Sun-Tzu français a deux scénarios possibles. Soit il nidifie, comme chez Vivendi, chez Havas ou chez Gameloft. Soit il revend ses parts et prend le large, comme chez Bouygues ou Pathé, de préférence avec une plus-value. La fin de l’histoire est donc d’ores et déjà écrite. Il suffit désormais de la dérouler.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 16/09/2020 - 09:12
@ex abrupto
bien vu ,l'exploitation du phénomène de foire Zemmour ,sur Cnews peut ,absolument ,être considérée comme un pari sur la possible victoire lepéniste aux présidentielles C'est la première fois que les idées identitaires ont un tel marchepied médiatique ;ça peut changer beaucoup de choses
jacques brachat
- 15/09/2020 - 16:19
"l'art de la guerre"
On sait pas trop si l'auteur est un admirateur éperdu ou un critique malveillant.En tous cas il rappelle certains faits avec rigueur et compétence.Il reste quand même un chose pour l'observateur détaché mais amusé de cette bataille économique c'est queLagardère est à prendre.Les erreurs,les fantaisies de celui que la presse n'appelle que"l'héritier" laissent pantois.La vente des parts d'Airbus,le milliard perdu dans l'achat de droits sportifs,la dette inconnue du gérant Arnaud.Si j'étais actionnaire je prierais pour la réussite du plan Bolloré.
Ex abrupto
- 15/09/2020 - 15:36
Un pied dans la porte...
...des présidentielles via CNews??
Il paraitrait que c'est une des craintes de macron!