En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

07.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 2 heures 5 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 2 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 3 heures 30 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 5 heures 40 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 6 heures 25 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 7 heures 54 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 8 heures 26 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 9 heures 33 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 9 heures 57 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 10 heures 25 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 2 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 3 heures 16 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 4 heures 12 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 6 heures 13 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 7 heures 43 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 7 heures 55 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 9 heures 28 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 9 heures 44 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 10 heures 4 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 10 heures 31 min
© ALAIN JOCARD / AFP
© ALAIN JOCARD / AFP
Saison 3

Gilets jaunes : même colère, même absence de débouché

Publié le 13 septembre 2020
Avec Luc Rouban
Plusieurs groupes se réclamant des Gilets jaunes ont manifesté ce samedi 12 septembre dans toute la France lors d'un "Acte 96". A Paris, la manifestation a été émaillée de violences.
Luc Rouban
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luc Rouban est directeur de recherches au CNRS et travaille au Cevipof depuis 1996 et à Sciences Po depuis 1987. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plusieurs groupes se réclamant des Gilets jaunes ont manifesté ce samedi 12 septembre dans toute la France lors d'un "Acte 96". A Paris, la manifestation a été émaillée de violences.
Avec Luc Rouban

Atlantico : Après une pause cet été, les Gilets jaunes font leur grand retour avec l’Acte 96. De nombreux troubles violents sont intervenus dans la capitale en marge des cortèges qui ont fait réagir le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin qui en appelle à l’ordre républicain. Comment expliquer cet arrière-fond de violence permanente ? 

Luc Rouban : On remarque tout d’abord que le mouvement des Gilets jaunes reste extrêmement composite, tout comme leurs manifestations. Une fois de plus, samedi 12 septembre, on a pu observer deux cortèges, l’un « officiel » suivant le trajet indiqué à la préfecture de police et le second, « sauvage », porteur de violences et largement investi par des casseurs ou des radicalisés, qui cherchaient à rejoindre les Champs-Elysées. Une fois de plus, on a vu comment les professionnels de la violence ont su s’échapper à temps, laissant d’authentiques Gilets jaunes pris dans les mailles du filet policier. Quoi que l’on puisse en penser, le mouvement des Gilets jaunes reste associé depuis 2018 à l’idée de manifestations qui tournent parfois à l’émeute, au combat contre les force de l’ordre, voire à la destruction, comme au début du mouvement, de commerces ou de cafés. On est donc loin des manifestations organisées par les syndicats, lesquels avaient d’ailleurs dû exfiltrer le patron de la CGT lors de la manifestation du 1er mai 2019. On est donc toujours face à un mouvement ambivalent : d’un côté des salariés ou des indépendants modestes qui réclament plus de pouvoir d’achat, moins de charges fiscales, davantage de démocratie participative ou directe et, de l’autre, des groupuscules, black blocs ou autres, porteurs d’une contestation totale du système social et du pouvoir. Le problème vient que certains Gilets jaunes oscillent entre ces deux registres, invoquant les revendications légitimes de personnes qui subissent la pauvreté et se sentent abandonnées, de l’autre, exprimant une colère contre « le système » en dehors d’un véritable cadrage politique à la différence de ce qui s’est produit en mai 68. Ils ne sont ni trotskystes, ni maoïstes, ni staliniens, ni anarchistes et refusent toute assimilation ou tout rapprochement avec un mouvement politique. La permanence de la violence vient de cette position qui se veut résolument étrangère au champ politique. La contestation du macronisme vient alors s’inscrire dans une symétrie : au macronisme jugé « hors sol », loin des réalités quotidiennes des « gens qui en chient » comme le dit Jean-Marie Bigard, s’oppose alors une contestation « hors politique », comme expression d’une spontanéité et d’une authenticité populaire qui rejette toute représentation. On retrouve cependant alors ce que les philosophes politiques connaissent bien, c’est-à-dire l’état de nature décrit par Hobbes avant la signature (théorique) du contrat social : un état violent, imprévisible, instable. Mais cette violence n’est pas que le produit d’une culture de l’anti-politique qu’on peut qualifier de populiste, même si on est en face d’une forme renouvelée du populisme qui refuse tout leader et qui ne prône pas par ailleurs le parti unique. Elle constitue aussi l’expression d’une exaspération, celle de se sentir piégé dans un système socio-économique qui semble incontournable. C’est la violence du condamné à perpétuité en prison. Ce qui est en jeu ici, c’est le déclin social d’une petite-bourgeoisie qui redescend très vite l’échelle sociale et se retrouve prolétarisée mais sans le secours de la culture ouvrière et de l’encadrement politique ou syndical. C’est la fin d’un monde et de bien des espoirs. Du reste, on remarque que les Gilets jaunes s’en prennent à l’État, pas aux patrons, car l’État est l’institution qui, en France, classe et sélectionne les élites, qui reste garante de la mobilité sociale. Paradoxalement, on peut se demander si les Gilets jaunes n’aspirent pas à une société réellement libérale, à l’américaine, dans laquelle ils conserveraient leurs chances de réussite sociale, bien plus qu’à une société égalitariste.

Lors de certaines manifestations, des chauffeurs de VTC et des patrons de discothèque en colère se sont joints aux groupes. Le mouvement peut-il reprendre un second souffle avec les travailleurs fortement impactés par la crise sanitaire ? 

Il faut bien comprendre que la crise sanitaire a confirmé sinon amplifié la fracture sociale. L’utilisation du télétravail n’a pas été possible pour tous, on a bien vu comment des employés du privé ou du public, avec des salaires fort modestes, assuraient des fonctions essentielles en prenant des risques réels avec leur santé. D’une certaine manière, la crise a révélé l’importance des « invisibles », employés de commerce, aides-soignants, éboueurs, etc. qui ont permis aux confinés de vivre de manière correcte voire à certains d’écrire des romans sur leurs états d’âme. Il faut également rappeler que c’est bien en France que la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement a été la plus décriée par l’opinion alors même qu’une large majorité de Français soutenaient des mesures comme le chômage partiel. C’est ce que montre notamment la dernière vague du Baromètre de la confiance politique du Cevipof. Alors qu’Angela Merkel en Allemagne et Boris Johnson au Royaume-Uni ont largement profité d’une hausse spectaculaire de la confiance que leurs compatriotes plaçaient en eux, Emmanuel Macron n’a profité que d’une très légère hausse de la confiance des Français. La crise sanitaire n’a pas fait disparaître le malaise démocratique en France, c’est même tout le contraire. Car c’est également en France, que l’opinion est la plus sceptique à l’égard du degré de solidarité ou de civisme des citoyens eux-mêmes. Donc, la logique qui a poussé à l’émergence des Gilets jaunes est toujours à l’œuvre. Le fait que nombre de commerçants ou de petits indépendants soient confrontés désormais à la faillite, ou du moins à des moments très difficiles, ne peut qu’amplifier le sentiment d’une inégalité profonde entre divers types de travailleurs dont certains paient l’addition pour les autres. En ce sens, la crise sanitaire a ravivé le sentiment que la méritocratie n’existait pas en France malgré tous les grands discours chevrotants tenus à ce sujet. On reste dans un système où mieux vaut être protégé par des diplômes, des corporatismes, des ressources sociales que d’être confronté au risque. C’est ici que le macronisme a échoué sans doute le plus à convaincre car la société française ne permet guère la prise de risque.

Hué par des manifestants, l’humoriste Jean-Marie Bigard a dû être exfiltré dans un café, près de la place de la Bourse. Ce refus catégorique de toute représentation du mouvement est-il sa plus grande faiblesse ? 

Une fois de plus, Jean-Marie Bigard nous a bien fait rire. Alors même qu’il était déjà présenté comme un futur candidat à la présidentielle de 2022, auréolé de ses scores d’audience à la télévision et de son succès populaire, prêt sans doute à rejouer le rôle de Coluche avant 1981, les Gilets jaunes l’ont remercié de manière musclée. C’est ici que les Gilets jaunes se séparent du populisme historique : ils ne veulent pas de représentants ni même d’incarnation. Rétifs à toute récupération par qui que ce soit, fût-il ou fût-elle (rappelons-nous comment ils ont violemment écarté Ingrid Levavasseur lorsqu’elle voulut présenter une liste aux européennes de 2019) issus de leurs propres rangs, les Gilets jaunes restent fidèles à l’expression de leur diversité et de leur irrépressible individualisme romantique : solitaire mais solidaire. C’est évidemment sur ce point que commencent les problèmes car ils recherchent l’unité dans la fragmentation, l’originalité historique (qu’on peut leur accorder bien volontiers) dans la banalité du citoyen ordinaire. On est bien au-delà du fédéralisme révolutionnaire ou anarchiste. Mais comment exprimer l’unité sans représentant ni même de porte-parole ? Comment créer un moment historique, extraordinaire par définition, avec la seule expression de la normalité du quotidien ? L’histoire politique a besoin de personnages, non pour eux-mêmes ou leurs décisions, mais pour le visage qu’ils donnent à ce qui d’évènement devient un tournant, une rupture. À vouloir passer du statut d’invisibles à celui « d’hommes invisibles », les Gilets jaunes s’assurent sans doute une certaine permanence dans la révolte sans lendemain et peuvent revenir, comme ils l’ont fait, 96 fois. Mais ne font-ils pas alors qu’ajouter un peu plus au malaise démocratique à un moment où les Français aspirent à davantage d’autorité et rejettent de plus en plus la violence ? Leur « invisibilité » politique ne les dédouanera pas de leur responsabilité politique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 14/09/2020 - 08:12
Gilets jaunes?
Ce que nos journalistes, courageux et indépendants, appellent aujourd'hui une manifestation de Gilets jaunes, n'est en réalité que la promenade hebdomadaire de la CGT qui sort, promène et agite ses grigris dans les rues de nos villes. Marcher en chantant est une excellente façon de maintenir la forme et, tous comptes faits, ne déplace que fort peu de monde.
salamander
- 13/09/2020 - 18:31
je ne comprends pas
i ly a des elections pour ça.
quelle couverture pour 6000 personnes !
bien sur que tout le monde aimerait gagner plus ...il retrouve que la France est déjà recordman du monde des dépenses sociales.
31% du pib.
le stade suivant s'appelle le communisme.
lasenorita
- 13/09/2020 - 18:16
Nos gouvernants sont incompétents!
Les Français sont les citoyens les plus imposés et les plus taxés au monde!En France,nous avons aussi les ''aides'' les plus importantes pour les ''étrangers'',c'est ce qui attire tous les terroristes musulmans chez nous:ils savent qu'ils seront mieux reçus et toucheront davantage d'argent que les Français,qui ont travaillé toute leur vie,en France et ne touchent que 500€ de retraite par an!''Ils'' savent aussi qu'ils pourront tout faire et qu'ils ne seront pas punis!Le mouvement des G.J. est légitime car beaucoup de Français ont du mal à arriver jusqu'à la fin du mois..tandis que les ''clandestins'' musulmans ''étrangers'' sont nourris,logés et ils perçoivent de l'argent de l'Etat..cet argent provient des impôts des contribuables français dont la majorité sont des non-musulmans!D'autre part,ces musulmans ''étrangers'' augmentent l'insécurité des Français!Hollande a augmenté mes impôts de 50% et Macron pique des sous dans ma retraite,Hollande et Macron donnent mes sous aux musulmans qui m'ont chassée de mon pays natal et qui arrivent,chez nous,de plus en plus nombreux,qui ne parlent pas ''le français'',qui agressent nos policiers,etc...