En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

05.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 2 heures 3 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 5 heures 5 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 5 heures 56 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 7 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 9 heures 13 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 10 heures 6 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 11 heures 23 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 12 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 12 heures 34 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 13 heures 7 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 2 heures 28 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 5 heures 30 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 7 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 8 heures 58 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 9 heures 31 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 10 heures 57 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 11 heures 33 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 12 heures 30 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 13 heures 3 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 13 heures 26 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Emmanuel Macron Olivier Véran Fake State Frédéric Farah crise du coronavirus Etat France
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Emmanuel Macron Olivier Véran Fake State Frédéric Farah crise du coronavirus Etat France
Bonnes feuilles

Fake state : les raisons de l’impuissance de l’Etat

Publié le 12 septembre 2020
Frédéric Farah publie "Fake State" chez H&O édition. La crise sanitaire liée à la Covid-19 et sa gestion est sans aucun doute le stigmate le plus frappant de l'instauration du ''fake state'', c'est-à-dire un état qui s'est dépouillé lui-même de tous ses moyens d'action et n'est plus que le gestionnaire au jour le jour de sa propre impuissance. Extrait 1/2.
Frédéric Farah
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Farah est diplômé de Sciences Po Paris, professeur en classes préparatoires, chargé d’enseignement à l’université de Paris V, ainsi que coauteur des deux derniers numéros de mars et d’avril de la revue Ecoflash relatifs aux dettes publiques en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Farah publie "Fake State" chez H&O édition. La crise sanitaire liée à la Covid-19 et sa gestion est sans aucun doute le stigmate le plus frappant de l'instauration du ''fake state'', c'est-à-dire un état qui s'est dépouillé lui-même de tous ses moyens d'action et n'est plus que le gestionnaire au jour le jour de sa propre impuissance. Extrait 1/2.

La crise sanitaire de la covid 19, celle dite des gilets jaunes, le démembrement et le bradage d’Alstom, la décision de vendre les Aéroports de Paris après la cession de celui de Toulouse, les incendies de Notre-Dame de Paris puis d’un site classé Seveso à Rouen ont suscité commentaires, débats et interrogations; ils ont aussi heurté et provoqué un étonnement souvent mêlé de colère. 

En pleine pandémie, la France entière découvrait avec effroi que les moyens les plus simples pour l’affronter manquaient: gel hydroalcoolique, masques, surblouses pour les soignants. Le secteur privé a été gentiment prié — et non requis — de bien vouloir remédier à la pénurie. L’État, comme le roi du conte, était nu. 

L’appel à des fonds privés pour restaurer Notre-Dame a d’emblée surpris — juste avant que n’apparaisse l’évidence: on prétend ainsi pallier le manque de moyens criant qui, malgré la compétence reconnue des personnels, a conduit à l’impéritie dans la gestion des monuments nationaux. 

En décembre 2018, la crise sociale a porté l’inquiétude du pouvoir exécutif à un point tel que celui-ci a bricolé dans l’urgence un plan de relance minimal — hommage inattendu à un volontarisme d’inspiration keynésienne dont nos gouvernants ne cessent pourtant depuis des décennies de proclamer qu’il est aussi néfaste qu’illusoire. 

Le lâche abandon d’Alstom a scellé la disparition d’un énième fleuron d’une industrie française moribonde, montrant une fois de plus que l’État n’a plus aucune politique industrielle, hors la mise en place d’un cadre « pro business » — pour le dire dans la langue néo-managériale — censé attirer les investisseurs internationaux. 

La vente des Aéroports de Paris, alors même que la Cour des comptes a dénoncé les conditions désastreuses dans lesquelles celui de Toulouse-Blagnac a été cédé, illustre une fois de plus le processus de liquidation des actifs de l’État — et partant de la nation — auquel ne préside aucune vision stratégique. Au contraire, l’État organise ainsi sa dépossession et son appauvrissement dans le seul but de trouver, en catastrophe et au seul profit d’intérêts privés, des ressources destinées à combler les déficits publics… que les cadeaux fiscaux consentis à ces mêmes intérêts et aux plus aisés ont créés ou creusés. 

En réalité, l’État se caractérise aujourd’hui par une quadruple impuissance: impuissance à entretenir l’un des plus importants patrimoines culturels du monde; impuissance à assurer une répartition des revenus plus égalitaire et à conduire une politique économique capable de maintenir ou de recréer de la cohésion sociale; impuissance à défendre notre industrie comme à offrir aux territoires en souffrance un autre avenir que le chômage et les friches industrielles; impuissance à protéger nos actifs et à garantir la pérennité de secteurs stratégiques essentiels à la sécurité de la nation.

Cette impuissance constitue la nature de ce que nous nommerons fake state: un État qui conserve l’apparence de l’État, qui met en scène son action, laquelle, au final, n’a que peu d’effets sur le réel ; un État qui, de manière habile ou non, se borne à la théâtralisation de son pouvoir volontairement diminué. 

Mais le fake state est aussi l’autre nom de la profonde crise démocratique qui frappe nos sociétés contemporaines, la crise d’une démocratie formelle mise sous tension par l’évidement de la souveraineté. Car le fake state c’est aussi l’abandon des citoyens, ou leur relégation, alors que, au cœur de la souveraineté, se trouve un échange: obéissance contre sécurité. Or, si le fake state continue à exiger l’obéissance de sa population, s’il supporte mal la résistance ou la rébellion de celle-ci, comme l’atteste la répression du mouvement des gilets jaunes, il ne lui assure plus qu’une sécurité vacillante, au périmètre sans cesse rétréci. C’est que, en régime de fake state, l’insécurité sociale aussi bien que territoriale ne cesse de progresser: outils industriels bradés, territoires dévitalisés où les services publics désertent, écoles primaires fermées, délabrement des infrastructures…

Réfléchir sur l’avènement du fake state apparaît d’autant plus important lorsque l’on mesure l’importance de l’État dans l’histoire française: des temps capétiens à nos jours, c’est l’État qui, en France, a produit la Nation; il est l’instituteur du social. Et c’est parce que la France est l’expression la plus aboutie de l’État-nation que la crise de ce dernier y est ressentie de manière particulièrement aiguë. 

Faire la généalogie du fake state c’est donc comprendre à la fois comment l’État s’est volontairement débarrassé des outils de sa puissance depuis le début de la décennie 1980, et pourquoi la France se trouve plongée dans une crise qui met en jeu jusqu’aux fondements de son existence. C’est prendre la mesure de l’impuissance dont, après quarante ans de ce processus, la nation paye aujourd’hui le prix fort: montée des inégalités, désindustrialisation, chômage de masse, précarité et surtout inquiétude face à l’avenir. 

Il faut également prendre en compte que cette installation du fake state s’est réalisée dans un contexte de mutations géopolitiques et de redistribution des cartes de la puissance — seconde mondialisation, émancipation des émergents (Inde, Brésil, Chine), élargissement à l’Est de l’Union européenne, bouleversements écologiques, mena ces terroristes d’un genre nouveau — qui ont démultiplié les effets de l’abandon par l’État français des outils de sa puissance. 

Mais à qui profite le crime? L’État s’est désarmé au profit de la puissance marchande et a favorisé la remarchandisation des sociétés humaines. À la faveur d’une mutation de la formation des élites et de la sociologie de celles-ci vers la valorisation du marché et la dévalorisation de la puissance publique, l’État a remis ses propres armes aux marchés, lesquels ont su imposer au politique leurs priorités économiques. Au lieu d’être arbitre de la lutte des classes, il s’est transformé en agent zélé des intérêts privés, qu’il s’agisse du démantèlement du droit du travail, de la défense de l’attractivité par l’institution d’un cadre favorable aux grandes entreprises étrangères (lesquelles ont obtenu et dilapidé de considérables aides en argent public), ou encore du soutien aux banques dont les activités menacent la stabilité du système économique dans son ensemble. De sorte que, par un jeu de vases communicants, la puissance s’est déplacée de l’État vers les marchés. Mais point là de coup d’État! C’est bien la puissance publique qui l’a voulu!

Extrait du livre de Frédéric Farah, "Fake State, l’impuissance organisée de l’Etat en France", publié chez H&O édition

Lien vers la boutique : cliquez ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 12/09/2020 - 16:16
Fake state
Comment peut-il en être autrement avec l’Euro et l’abandon volontaire de la Nation au profit de Bruxelles et à mon sens de l’Allemagne qui pour le moment en tire un bénéfice car elle se protège mieux au plan institutionnel (cour de Karlsruhe), par sa culture elle a une plus grosse capacité de production et que l’Euro lui assure un marché plus facile? L’Euro est plus le Mark qu’une monnaie des autres pays. Sans souveraineté monétaire il n’y a plus de souveraineté nationale et heureusement pour le Royaume Uni qu’il soit resté hors zone Euro pour sortir de l’UE.
TPV
- 12/09/2020 - 16:05
A part les armées françaises (terre, air, mer)
Qu'il y a t'il de crédible dans cet Etat, en bien triste état. (Pas mentionné les pseudo militaires et vrais policiers de la Gendarmerie).