En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

06.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

07.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 49 min 52 sec
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 1 heure 5 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 1 heure 25 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 1 heure 52 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 2 heures 6 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 3 heures 23 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 4 heures 17 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 4 heures 39 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 20 heures 23 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 21 heures 37 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 54 min 28 sec
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 1 heure 18 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 1 heure 47 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 1 heure 56 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 2 heures 31 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 3 heures 57 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 4 heures 22 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 19 heures 43 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 21 heures 22 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 1 jour 15 min
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
France Télévisions nominations journalistes droite gauche
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
France Télévisions nominations journalistes droite gauche
France Télévisions

Partialité du service public : le deux poids, deux mesures médiatique

Publié le 10 septembre 2020
La nomination de Stéphane Sitbon-Gomez, ancien porte-parole d’Eva Joly, à la tête des antennes et des programmes de France Télévisions ne soulève pas de critiques. La situation aurait-elle été la même si une personnalité de droite avait été choisie ?
Julien Aubert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Aubert est député LR dans la 5e circonscription de Vaucluse. Il est secrétaire général de l'Association des députés gaullistes de l'Assemblée nationale.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La nomination de Stéphane Sitbon-Gomez, ancien porte-parole d’Eva Joly, à la tête des antennes et des programmes de France Télévisions ne soulève pas de critiques. La situation aurait-elle été la même si une personnalité de droite avait été choisie ?

Atlantico.fr : Suite à l’affaire Obono, Louis de Raguenel ancien rédacteur en chef à Valeurs actuelles peine à trouver une place (Europe 1) alors qu’à l’opposé des journalistes de gauche eux ne sont jamais remis en question malgré des prises de positions parfois extrêmes. Y-a-t-il un deux poids, deux mesures sur le traitement réservé aux journalistes de droite et de gauche par leurs confrères ?

Julien Aubert : Du temps de l’ORTF, on protestait contre le côté unicolore de la télévision jugé comme docile à l’égard du pouvoir. Aujourd’hui c’est l’excès inverse. Il est étonnant qu’une rédaction puisse voter à la quasi-unanimité contre l’arrivée de Louis de Raguenel. Un tel exemple montre soit une attitude communément admise, soit une posture idéologique alors que les auditeurs ne sont pas unanimement de la même couleur politique.

Cette situation est inquiétante d’un point de vue général pour la liberté de pensée et d’opinion. Les journalistes agissent comme si la radio était à eux alors qu’elle appartient à trois groupes : un tiers aux propriétaires de la radio, un autre aux journalistes et le dernier aux auditeurs. Ces derniers ont aussi envie d’un balancement dans la manière de traiter l’information. Le fait de mélanger des gens qui ont des opinions différentes conduit à une meilleure forme de neutralité.

La nomination de Stéphane Sitbon-Gomez, ancien porte-parole d’Eva Joly, à la tête des antennes et des programmes de France Télévisions semble ne poser aucun problème dans les débats. La situation aurait-elle été la même si une personnalité de droite avait été choisie ? 

Sans faire de la politique fiction, on est forcé de reconnaître que l’on peut avoir des opinions très radicales de côté gauche sans que personne ne s’en émeuve. J’ai aussi été frappé par le fait que Geoffroy Lejeune soit remercié de LCI avec un licenciement sans aucune explication. On licencie un employé lorsqu’il émet une faute dans le cadre de ses fonctions non par conviction. Il y a un côté « chasse aux sorcières » et on veut éteindre médiatiquement certaines personnes pour leurs idées.

Il y a deux formes de dictatures, celles qui se mettent en place pour des idées nauséabondes et celles qui se mettent en place pour le bien commun. Dans les faits, cela ne change pas grand chose que l’on interdise à certaines couleurs politiques de parler, que l’on estime que leurs idées sont mauvaises, que l’on veuille avoir le contrôle de l’information ou que l’on veuille endoctriner le peuple, le résultat est le même : à la fin, le peuple n’a pas accès à la pluralité de l’information.

Avec une telle nomination, pouvons-nous craindre une orientation écologique des débats politiques sur le service public ? D’une manière plus générale, la mainmise d’une intelligentsia bien-pensante sur le média public ?

Il ne faut pas oublier que ce sont des collectifs et il y a une diversité d’avis. En revanche, on risque d’avoir ce qui s’est déjà produit. Quand les téléspectateurs n’ont plus leurs idées représentées sur une chaîne, ils la boycottent. Certains n’écoutent plus BFMTV car ils voient la chaîne comme une télé Macron et d’autres ne regardent plus CNEWS car ils la considèrent comme trop à droite. Le système Américain est plus honnête et affiche sa couleur, lorsqu’on écoute Fox News on sait que l’on est pas chez les Démocrates.

La mainmise de la bien-pensance sur le média public n’est pas récente. On a tort de croire que la gestion de l’information est une chose comme une autre à partir du moment où un enfant regarde la télévision plus d’heures dans la journée qu’il ne va à l’école. Par définition, le média représente pour lui une source non-négligeable lors de la construction de son identité citoyenne. Lorsque l’on voit des émissions dans lesquelles on se moque ouvertement des idées conservatrices tout en faisant de la propagande pour les idées progressistes, de-facto on modèle les esprits. Par conséquent, le pouvoir politique doit se mêler de l’information mais c’est un peu comme la justice, dans les détails il ne doit pas se préoccuper de ce que l’on montre à la télévision.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Alain Proviste
- 11/09/2020 - 09:17
Ce n'est vraiment pas nouveau
La gauche n'a jamais eu aucun scrupule à céder à sa tendance totalitaire et à monopoliser le pouvoir culturel.
Laissons donc France-Inter aux petits profs à la retraite et aux étudiants de socio.
Quant à la TV, qui est intrinsèquement une machine à décérébrer, qui la regarde encore quand on peut faire son choix sur le net ?
Reste le problème scandaleux du financement obligatoire de la radio-TV publique par une taxe. Le "beauf" reste bien utile dans sa dimension de contribuable.
raslacoiffe
- 10/09/2020 - 18:21
Bravo à Julien Aubert
Au moins, il dénonce ces nominations cosanguines . D'accord avec Liberte5 pour demander une commission d'enquête juste pour dire que l'opposition de droite n'est pas dupe sur la mainmise de la bienpensance de gauche dans les médias publics.
Le changement de ligne politique de TF1 est concomitante à l'arrivée de Thuillier et Namias = Pujadas dans ce groupe . Le seul journaliste faisant un peu de résistance à ce courant c'est Pernault.
Tout à fait d'accord pour Coudray macroniste inconditionnelle. Bouygues se soumet car trop de contingence financière en jeu face à un pouvoir qui use et abuse de cette soumission.
Liberte5
- 10/09/2020 - 15:07
J. Aubert ferait bien de reconnaitre la lourde responsabilité
de la fausse droite (LR) dans cette situation, qui a conduit au monopole des journalistes de gauche dans les médias publics. La redevance payée par tous les Français, nous sommes en droit de demander qu'il y ait pluralité d'opinion chez les journalistes. Ce qui n'est pas le cas . J. Aubert ferait bien de demander une commission d'enquête sur cette main-mise de la gauche sur les médias publics. Il ne l'obtiendra pas, mais il posera le problème. Quant aux médias privés, chacun regarde les chaines TV qui lui conviennent. C. News qui a compris le manque , a orienté ses émissions pour satisfaire les auditeurs de droite. Ce qui lui a fait gagner des parts de marché. Quant au groupe Bouygues , il s'est aligné sur une ligne progressiste. Martin Bouygues ménage ses intérêts en soutenant les pouvoirs en place. Pour le reste il s'en fout , ce n'est pas son problème. Sur TF1 A.C. Coudray est une bonne gauchiste qui est dans la pure propagande. Ce n'est pas une journaliste, c'est une personne très engagée.à gauche.