En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

05.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

06.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 9 min 58 sec
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 1 heure 54 sec
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 2 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 4 heures 18 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 5 heures 11 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 6 heures 27 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 7 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 7 heures 39 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 8 heures 12 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 8 heures 54 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 35 min 28 sec
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 2 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 4 heures 3 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 4 heures 36 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 6 heures 2 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 6 heures 38 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 7 heures 35 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 8 heures 8 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 8 heures 30 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 9 heures 5 min
© JOHN THYS / AFP
Brexit Royaume-Uni accord no deal négociations
© JOHN THYS / AFP
Brexit Royaume-Uni accord no deal négociations
Atlantico Business

Le Brexit retombe dans le délire, le bazar et le blocage. On va revenir très vite à la case départ

Publié le 09 septembre 2020
Brexit : à quelques jours de la deadline, le Royaume-Uni sera-t-il finalement concurrent ou partenaire économique ? Les négociations sont à nouveau bloquées sur certains points clés de l’accord de divorce.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Brexit : à quelques jours de la deadline, le Royaume-Uni sera-t-il finalement concurrent ou partenaire économique ? Les négociations sont à nouveau bloquées sur certains points clés de l’accord de divorce.

Si juridiquement, le Royaume-Uni est bien sorti de l’Union européenne, économiquement, le divorce est loin d’être réglé. Le coronavirus nous avait presque fait oublier que la période de transition, pendant laquelle le Royaume-Uni formellement sorti de l’UE restait régi par la réglementation européenne, se termine le 31 décembre 2020. Après cette date, le Royaume-Uni va redevenir progressivement un pays tiers pour les Européens.

Pour préparer les futures relations commerciales, tout devait être réglé pour le 15 octobre, date du prochain Conseil européen. Normalement l’Union européenne et le Royaume-Uni devraient se mettre définitivement d’accord sur l’acte final de divorce pour aboutir enfin à une séparation en bonne intelligence qui aurait ménagé les intérêts des deux parties. Tout aurait dû être prêt afin de pouvoir entrer en application le 31 décembre minuit, jour et heure de la fin de la période de transition. Mais les experts des deux côtés du Channel reconnaissent qu’on aura du mal à décider des dernières conditions de séparation d’ici la fin de l’année.

Car il aurait fallu que les choses avancent très vite maintenant, alors qu’elles sont au point mort. Londres multiplie les initiatives plutôt douteuses soit pour retarder les échéances, soit pour remettre en cause ce qui avait déjà été décidé en 2019, menaçant de tout remettre à plat.

C’est le Financial Times qui a lancé un pavé dans la mare en dévoilant que le Royaume-Uni concoctait un projet de loi sur son marché intérieur, qui viendrait en contradiction avec ce à quoi il s’était engagé dans l’accord de retrait de janvier 2019, l’accord préalable qui a fixé les grandes lignes de la séparation entre Royaume-Uni et Union européenne. Concrètement, Boris Johnson s’accorderait beaucoup plus de libertés que ce que l’Europe ne prévoyait de lui en laisser en échange d’un accès au marché unique.

Pour minimiser les retombées économiques de cette séparation pour les deux parties et sceller les relations commerciales futures, un accord post-Brexit se négocie en ce moment. Sauf que cette discussion se passe très mal. Des tensions réapparaissent quand Boris Johnson annonce vouloir revenir sur ce qu‘il avait accepté.

Au risque de transgresser un accord de droit international, le Premier ministre britannique menace de revenir sur l’accord de janvier 2019. Il demande notamment la liberté de circulation pour les biens et les services mais sans avoir à respecter les normes sociales, fiscales et sanitaires appliqués par l’Union européenne. Il est évident qu’aucun Européen n’acceptera l’entrée sur son marché d’un produit britannique qui n‘aurait pas la garantie de respecter les normes que les Anglais respectaient avant le Brexit. D’ailleurs aucun Britannique n‘accepterait de manger un produit européen qui n’aurait pas le label de qualité adéquat. Tout le monde a en mémoire les dégâts catastrophiques causés par la vache folle.

L’Europe souffre de beaucoup de disfonctionnements mais s’il est un domaine où elle a permis beaucoup de progrès et de sécurité sanitaire, c’est bien dans le domaine de la consommation. En vérité, et pour tous les observateurs, y compris ceux du Financial Times, ce projet de Londres qui voudrait s’affranchir de ces normes s’apparente plus à un énorme coup de bluff pour renégocier les deux points que le Royaume-Uni ne digère pas.

Premier point, la pêche. Les Européens souhaitent profiter des eaux britanniques comme si le Royaume-Uni était toujours un pays de l’Union européenne, où l’accès automatique était la règle. Évidemment, les Anglais aimeraient retrouver l’exclusivité de l’accès à leurs eaux, qui sont parmi les plus poissonneuses au monde. Même si le sujet ne concerne pas tous les pays de l’UE (seulement 8 pays), le front européen fait bloc sur le sujet. Ce doit être un préalable et une condition non négociable pour tout partenariat économique.

Deuxième point, les aides d’État. C’est même devenu le principal point de blocage officiel aujourd’hui. Il concerne les aides d’État, subventions utilisant des ressources d'État et distribuées sélectivement à des entreprises, ce qui pourrait fausser la concurrence. Ce pourquoi la Commission européenne doit valider l’attribution de ces aides d’État pour tous les pays européens, comme cela a été le cas en France pour l’aide à Renault ou Air France.

La position initiale de l'UE dans les négociations de Brexit a été que le Royaume-Uni continue d’être lié par les mêmes obligations sous prétexte du statut spécifique de l’Irlande du Nord. En l’absence de frontière physique avec la République d’Irlande, ce petit territoire britannique situé en Irlande reste membre du marché unique et soumise aux règles communautaires.

Dans l’accord de retrait 2019, il avait été convenu que le Royaume-Uni adopte des règles similaires à celles de l’Union européenne. Mais Boris Johnson, pas très pressé de présenter de prendre sa copie, s’est récemment fait bousculer par les Européens, qui veulent que la question soit réglée ces prochaines semaines. Au contraire, le Premier ministre britannique joue dans la provocation et clame maintenant sa volonté d’indépendance et dénonce l’ingérence européenne. Le Royaume-Uni voudrait utiliser ces subventions pour aider le secteur technologique de son pays, sans avoir à rendre de comptes.

Au regard de laccès à son marché unique et d’un partenariat de libre-échange qui viendrait conserver l’absence de droits de douane, les Européens savent qu’ils sont en position de force pour négocier. Et la crise du Covid-19 est venue mettre le Royaume-Uni dans une position économique délicate.

Le PIB britannique a chuté de 25% au cours des trois mois précédant le mois de juin, la plus forte baisse trimestrielle de tous les pays du G7.

Si les choses continuent de s’envenimer entre le Royaume-Uni et l’UE et qu’on en vient à un non-accord, bon nombre de secteurs de l’économie britannique seront touchés.

Formalités administratives, contrôles sanitaires, droits de douane,… Les entreprises verront leurs coûts augmenter dès janvier, ce qui pourrait aggraver les dommages déjà causés par la pandémie.

Dans l’industrie automobile, la production a chuté de 70 % au cours du deuxième trimestre 2019. Les voitures représentent 7 % des exportations britanniques vers l'UE et seraient soumises à un droit de douane de 10 % si aucun accord de libre-échange n'était mis en place cette année.

Ou encore la production agricole, c'est le secteur le plus vulnérable aux droits de douane, qui dépassent souvent 30%.

C'est certainement le pire moment possible pour infliger un nouveau choc économique au pays. C'est pourtant exactement ce que Boris Johnson prévoit de faire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jacques brachat
- 12/09/2020 - 16:05
foutez les rosbifs dehors et qu'on passe à autre chose
Il faudrait que les européens,qui ont été exemplaires dans cette histoire,unis,patients,organisés arr^tent d'avoir peur d'un non deal.On sait et on vient d'en avoir une nouvelle preuve que les anglais ne veulent qu'une chose "le beurre et l'argent du beurre"ils font semblant de négocier,signent des engagements mais n'y voient rien d'autre que des palabres et du papier bon à un usage que la nature impose mais que la bienséance interdit de nommer.La meilleure chose qui puisse arriver aux européens c'est d'être une fois pour toute débarrassée des sujets de sa gracieuse majesté sinon les coups fourrés continueront de la part d'un pays qui n'est pas européen et dont la seule activité pendant des décennies à l'égard de l'europe a été d'en détruire l'économie.Chaque fois que je lis que les négociations vont mal s'enlisent je me réjouis.
Nicolas59
- 11/09/2020 - 09:01
Chicanes
Les gnomes de Bruxelles et autres séides n’ont toujours pas digérés le Brexit.
Ils chercheront querelle sur tout pour démontrer qu’ils ont raison. A ce titre leur tactique est de maintenir leur emprise par tout les moyens et s’opposer à toutes velléité d'indépendance de la GB.
En résumé l’EU veut a tout prix plomber l'économie de la GB afin de démontrer aux autres membres ce qu’il est coute de quitter la famille mafieuse de Bruxelles.
Ils ont déjà maté la Grèce et Chypre par des méthodes de chantage et d'extorsion . Ils continuent avec la GB. Le problème est que c’est une noix que personne n’a cassé depuis l'arrivée des Normands au 11 eme siècle.
LouisArmandCremet
- 10/09/2020 - 12:57
Eaux de pêche
On peut débattre des normes et des accès ou pas de façon libre aux marchés mais il y a une chose que je ne comprends pas : si la GB sort de l'UE, pourquoi alors on aurait le droit de pêcher dans ses eaux ?
Je suis pour défendre les intérêts de la France mais il faut reconnaître là que c'est intenable. Je ne vois pas au nom de quoi, on pourrait pêcher comme ça dans leurs eaux, sans contrainte comme si ils étaient encore dans l'Union Européenne.
Il faut savoir les combats qu'on peut mener et ceux qu'on ne peut pas mener. Or celui là est abolument indéfendable. C'est à force de faire des réclamations comme celles-ci qu'on va braquer les britanniques et rendre les négociations moins fructueuses sur d'autres sujets.