En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 5 heures 45 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 9 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 11 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 12 heures 11 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 14 heures 24 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 14 heures 33 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 14 heures 52 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 15 heures 26 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 16 heures 6 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 16 heures 31 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 6 heures 57 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 9 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 11 heures 45 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 14 heures 7 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 14 heures 30 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 14 heures 40 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 15 heures 15 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 15 heures 59 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 16 heures 9 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 16 heures 38 min
© GONZALO FUENTES / POOL / AFP
Emmanuel Macron président de la République 2022
© GONZALO FUENTES / POOL / AFP
Emmanuel Macron président de la République 2022
Fin du quinquennat

Pourquoi Macron peut s’inquiéter pour 2022

Publié le 08 septembre 2020
Alors que les sondages se multiplient pour l'élection présidentielle de 2022, quelles sont les perspectives pour le chef de l'Etat ? Emmanuel Macron aborde la dernière partie de son quinquennat et n'aura pas le droit à l'erreur.
William Thay
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
William Thay, est Président du Millénaire, think tank spécialisé en politiques publiques, travaillant à la refondation idéologique de la droite. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les sondages se multiplient pour l'élection présidentielle de 2022, quelles sont les perspectives pour le chef de l'Etat ? Emmanuel Macron aborde la dernière partie de son quinquennat et n'aura pas le droit à l'erreur.

Emmanuel Macron a abordé la dernière partie de son quinquennat avec l’objectif d’une réélection à la prochaine élection présidentielle de 2022. Le chef de l’État peut pourtant s’inquiéter d’un échec, alors que les signes apparents devraient normalement le conforter (rentrées ratées des oppositions, manque d’alternatives crédibles). En effet, un sondage IFOP montre très clairement que les Français souhaite voir les Républicains présenter un candidat en 2022, mettant à mal la stratégie du parti présidentiel d’occuper l’espace politique de la droite.

Macron poursuit sa tentative d’annexion

Depuis son élection en mai 2017, Emmanuel Macron a tenté d’annexer l’électorat de droite avec la nomination d’Édouard Philippe. Il prévoyait qu’après avoir réduit le Parti socialiste à un score minimal (6,36% pour Benoit Hamon en 2017), en conquérant 50% des électeurs de François Hollande de 2012, il n’existerait qu’un camp capable de proposer une alternance crédible. La droite républicaine forte du score de François Fillon, pouvait légitiment penser que sa non-qualification au second tour reposait sur non pas l’adéquation de leur projet avec les français, mais le feuilleton judiciaire qui a affaibli son candidat.

Cette tentative s’est concrétisé positivement lors des élections législatives de 2017 ainsi que lors des élections européennes de 2019 qui ont marqué un basculement de l’électorat traditionnel de la droite sur les candidats de la majorité présidentielle. On note une évolution progressive du vote des électeurs de droite sur les candidats LREM. Près de 16% des électeurs de François Fillon du premier tour de l’élection présidentielle de 2017 qui se sont portés sur le candidat LREM aux élections législatives. Tandis qu’environ 30% des électeurs de Fillon de 2017 se sont portés sur la liste de Nathalie Loiseau aux élections européennes de 2019.

Signes d’inquiétudes lors des élections intermédiaires

Si le président de la République réussit à élargir sa base électorale à différents scrutins, il démontre aussi qu’il peut les perdre, révélant ainsi une forte volatilité de cette dernière. Les élections européennes 2019 ont ainsi démontré une première alerte lorsqu’une partie de l’électorat de gauche venu soutenir l’ancien ministre de l’Économie de François Hollande en 2017 était repartie à gauche vers la liste d’EELV et du PS. Les élections municipales 2020 vont également dans ce sens, puisque l’électorat de droite qui avait soutenu le président de la République en 2019 était retourné vers les listes de droite lors du scrutin local. Ainsi, lorsque les partis de gauche et de droite présentent des candidats adéquats, les électeurs préfèrent gagner sous leur propre couleur que de voter pour un candidat de substitution qui serait celui de la majorité présidentielle.

Le noyau dur électoral d’Emmanuel Macron est ainsi très étroit pour un parti présidentiel. Si le parti au pouvoir enregistre régulièrement des défaites lors des élections intermédiaires, il est cependant inédit que les candidats de la majorité présidentielle subissent une telle déroute. En effet, les candidats LREM ont enregistré des scores très faibles lorsqu’ils se sont présentés sans alliance avec la gauche ou la droite, comme le démontre leurs scores dans les grandes métropoles (17,26% à Paris, 14,92% à Lyon et 7,88% à Marseille) alors qu’il s’agit des municipalités sociologiquement les plus favorables à la politique menée par le Gouvernement. Ces élections municipales, même s’il s’agit du scrutin le plus local, démontrent une tendance posant un deuxième signal d’alerte pour Emmanuel Macron.

Les sondages sont finalement inquiétants

Les sondages régulièrement publiés sur l’élection présidentielle 2022 placent systématiquement Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tour. Ces sondages révèlent plusieurs failles malgré les scores affichés. D’une part, les candidats testés exceptés le chef de l’État, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon sont méconnus des français. Ainsi, dans une enquête IPSOS de juin 2020, plus de 30% des français ne se prononcent pas sur l’action de Xavier Bertrand et plus de 32% sur François Baroin. D’autre part, la situation politique marquée par la succession de crise (Gilets jaunes, réforme des retraites et Covid-19) peut conduire les sondés à exprimer un soutien au Chef de l’État alors que l’échéance est encore lointaine et que les électeurs de gauche et surtout de droite espèrent que le Gouvernement effectuera le plus d’actions possible avant une éventuelle alternance.

Le sondage récent de l’IFOP portant sur l’élection présidentielle 2022 renforce les signaux d’inquiétude pour la tentative de réélection du président de la République. En effet, 68% des français ne souhaitent pas revoir un duel entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. Cette donnée peut être mise en lien avec un sondage du même type réalisé sous le quinquennat précédent qui révélait que 75% des Français ne souhaitaient pas d’un duel entre Nicolas Sarkozy et François Hollande. Plus en détail, le duel de 2017 est uniquement souhaité par les sympathisants du Rassemblement national (82%) tandis que seulement 32% des sympathisants LREM et 18% des sympathisants LR le souhaitent, alors qu’il s’agit du duel le plus favorable pour le président sortant quasiment assuré d’une réélection. 

De plus, ce sondage montre que 73% français rejettent la proposition de Christian Estrosi de voir les Républicains se ranger derrière le président de la République en 2022 soulignant sa tentative manquée d’annexer la droite. En effet, cette idée est uniquement acceptée par 8% des sympathisants LR et seuls les sympathisants LREM (67%) y sont majoritairement favorables. La réponse quasi-unanime des sympathisants de droite (92%) démontre la volonté des électeurs à voir une offre politique de cette sensibilité, et l’échec d’Emmanuel Macron à annihiler définitivement les Républicains.

Le manque d’offres politiques conforte pour l’instant Emmanuel Macron dans l’idée de se faire réélire en 2022. Pourtant il existe des signaux d’alerte profonds qui révèlent les faiblesses du président sortant, avec une échéance majeure lors des élections régionales de mars 2021. Lors de la précédente édition, on n’avait pu observer que la victoire annoncée de la droite dans les sondages sur l’élection présidentielle 2017 était loin d’être claire à la lecture des résultats des élections régionales 2015. En effet, ces résultats démontraient que la victoire de la droite était courte par rapport au Parti socialiste pourtant à bout de souffle d’une gestion de François Hollande et qu’il existait un espace politique face à la droite victorieuse avec une gauche alliée au centre. Les élections régionales de 2021 permettront d’identifier précisément le noyau dur électoral du chef de l’État, alors que les sondages placent les listes LREM à un niveau faible. La confirmation de ces sondages hypothéquerait les chances de réélection d’Emmanuel Macron en ouvrant une porte pour les forces politiques en tête du scrutin.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JG
- 09/09/2020 - 21:01
Le pouvoir corrompt...
et le pouvoir absolu corrompt absolument.
Les macronards et leurs soutiens financiers feront tout pour rester au pouvoir. Et si ce n'est avec Macron II, ce sera avec un clone....
Ne surtout pas laisser sa chance à un populiste, des fois qu'une politique vraiment conçue pour notre pays et non pour des intérêts supranationaux ait du succès auprès des français.
Il faudra vite diaboliser celui qui sera au 2ème tour contre le candidat du système, qui que ce soit....Les merdias seront dans une unanimité totale en ce sens, faites leur confiance.
Et les français se feront piéger comme des cons et comme d'habitude....Jusqu'à ce que le pays soit suffisamment dans le trou pour qu'un homme ou une femme providentielle le sorte de l'ornière...On adore ça depuis Jeanne d'Arc....
Sauf qu'à la vitesse de l'immigration actuelle, il n'y aura peut-être plus rien de français dans ce pays dans 10 ou 20 ans.
Patyz
- 09/09/2020 - 15:11
c'est la personnalité de
c'est la personnalité de macron qui ne passe pas, il est aux antipodes d'un être authentique , qui écoute, qui accepte de regarder ce que vous lui montrez en demandant de l'aide, Macron ne voit que lui, il ne sait rien de la vraie vie , il s'est inventé un rôle , il veut être celui qui prouvera que le vivre ensemble est possible, que le multiculturalisme est l'avenir, qu'il suffira pour ça de laver les cerveaux des récalcitrants en modifiant le vocabulaire petit à petit et en supprimant progressivement les points de repères des résistants gaulois , son égo surdimensionné est son seul allié dans sa conquête de l'impossible , son orgueil lui bouche la vue , et pendant qu'il se regarde inlassablement le nombril sous les yeux de sa cour composée de roitelets insipides et coûteux, la France dévisse de jour en jour un peu plus avec le risque d'un embrasement social d'une violence inouïe , qu'ils nommeront incivilités
spiritucorsu
- 08/09/2020 - 14:24
La pire des fautes!
Quand on est contesté au point d'engendrer une révolte d'une partie du pays(gilets jaunes),le respect de la démocratie impose de se tourner vers les urnes.Le roitelet,bouffi d'orgueil,d'arrogance et de mépris,doublé d'un tempérament narcissique et despotique,a cru pour des raisons de commodité,de prestige et par peur d'une cohabitation s'affranchir de cette règle en ne dissolvant pas l'A.N.,où son parti d'automates ne représente quasiment plus rien et surtout pas la France et les Français.En refusant de donner la parole aux électeurs,il se condamne non seulement à un chemin de croix d'ici à 2022(nouvelle révolte prévisible dans le pays,dégradation de son image de marque,si cela est encore possible,lâchage des quelques alliés qui lui restent encore,désastres électoraux à venir).En effet confondre la République avec un système monarchique héréditaire est la pire des fautes aux yeux des Français dont on sait de par l'histoire qu'il n'hésite pas à renverser un roi.Le sire élyséen risque bientôt de l'apprendre à ses dépens ,au plus tard en 2022.