En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 7 heures 43 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 11 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 13 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 16 heures 21 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 16 heures 31 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 16 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 17 heures 24 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 18 heures 4 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 18 heures 28 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 8 heures 55 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 11 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 13 heures 43 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 16 heures 4 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 16 heures 28 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 16 heures 38 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 17 heures 12 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 17 heures 57 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 18 heures 6 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 18 heures 36 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
énergie centrale nucléaire
© LUDOVIC MARIN / AFP
énergie centrale nucléaire
Avenir

Les mini-réacteurs nucléaires, piste prometteuse pour verdir notre production d’énergie ?

Publié le 02 septembre 2020
De nouveaux réacteurs nucléaires, beaucoup plus petits que les précédentes générations, sont développés en Chine, en Russie ou aux Etats-Unis. Ces réacteurs représentent-ils une solution intéressante pour participer à la croissance verte ?
Philippe Charlez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Charlez est ingénieur des Mines de l'École Polytechnique de Mons (Belgique) et Docteur en Physique de l'Institut de Physique du Globe de Paris. Expert internationalement reconnu en énergie, Charlez est l'auteur de nombreuses publications et...
Voir la bio
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De nouveaux réacteurs nucléaires, beaucoup plus petits que les précédentes générations, sont développés en Chine, en Russie ou aux Etats-Unis. Ces réacteurs représentent-ils une solution intéressante pour participer à la croissance verte ?

Atlantico.fr : Une nouvelle génération de réacteurs nucléaires 90 % plus petits que ceux qui ont dominé l’industrie pendant des décennies sont développés par des entreprises américaines, chinoises et russes. Quels sont ces avantages par rapport aux réacteurs déjà existants ?

Philippe Charlez : Les réacteurs classiques équipant la plupart des centrales nucléaires françaises sont de très grosses unités de puissance de l’ordre de 1GW (1000 MW) l’équivalent de 500 éoliennes de 2MW. Les réacteurs de nouvelle génération, les fameux EPR, atteignent même 1,6 GW. Mais, comme leurs ainés, ils fonctionnent suivant une technologie mature appelée « eau pressurisée ». Ces gros réacteurs sont parfaitement adaptés pour produire de façon centralisée de grandes quantités d’électricité. Toutefois compte tenu de leur complexité et des risques associés, leur construction est longue et coûteuse à cause notamment du durcissement des règles de sécurité après les catastrophes de Tchernobyl et Fukushima. Aussi ne peuvent-ils être gérés que par des opérateurs historiques comme EDF.

Pourtant depuis des dizaines d’années, la même technologie est aussi utilisée sur des porte-avions ou des sous-marins mais avec des unités beaucoup plus réduites de l’ordre de quelques dizaines de MW. Le combustible nucléaire fournit en effet à ces bateaux de l’énergie durant de très longues périodes sans devoir se ravitailler un point essentiel pour  la stratégie militaire.

La technologie SMR (Small Modular Reactor) est identique à celle des réacteurs existants sur ces géants des mers. La miniaturisation dans le civil ne pose donc aucun problème technologique et on ne peut pas proprement parler d’une nouvelle génération de réacteurs. L’avantage par rapport aux grosses unités  est de permettre une production locale d’électricité pour des populations limitées et éloignées. Les Russes ont ainsi imaginé de poser ces microréacteurs nucléaires sur des bateaux qui, suivant les besoins saisonniers, pourraient se déplacer d’un point à l’autre du pays.

Par rapport aux réacteurs existant, la micro-génération nucléaire permet donc de décentraliser la production d’électricité. Par ailleurs, compte tenu de leur taille réduite, la construction est beaucoup plus rapide. Enfin, le faible contenu en combustible nucléaire permet d’alléger les règles de sécurité et donc d’en réduire le coût. Ainsi, aux Etats-Unis, la société NuScale travaille sur un réacteur de 60 MW qui pourrait alimenter une ville de l’ordre de 50 000 habitants. Son coût est estimé à 250 Millions de dollars. A puissance équivalente, l’éolien (de l’ordre de 1,5 M$/MW) est en apparence beaucoup moins cher. Mais, quand on sait que le facteur de charge (pourcentage annuel de fonctionnement pleine puissance) de l’éolien n’est que de 20% (comparé à 90% dans le cas du nucléaire), à production d’électricité identique, ce dernier revient finalement nettement plus cher que le micro-nucléaire contrairement à la nouvelle EPR comme celle de Flamanville dont le coût reste lui prohibitif.

Ce coût doit toutefois être affiné notamment par rapport aux équipes de maintenance et de production dont les compétences sont sans comparaison avec celles requises dans des centrales à gaz.

Loïk Le Floch-Prigent : La question des petits réacteurs nucléaires ou SMR a toujours été sur la table de la politique nucléaire mondiale, les petits réacteurs sont utilisés dans les sous -marins nucléaires et les porte-avions, ils ont été développés par les militaires, en France comme ailleurs. Le nucléaire civil a considéré depuis des décades que ces réacteurs fournissaient une énergie trop chère et qu’il fallait viser les 900 MW au minimum pour obtenir des prix raisonnables de l’électricité comparés aux alternatives des fossiles, essentiellement le gaz. Traditionnellement les SMR étaient donc développés par les armées qui voulaient des performances sans trop regarder les coûts, et la France, avec l’EPR a plutôt cherché à augmenter la puissance pour atteindre les 1500 MW. Les « civils » ont donc été dissuadés de s’intéresser aux « petits » réacteurs qui avaient, en plus, le désavantage de les rendre accessibles à beaucoup de pays non nucléaires et donc d’augmenter les risques de mauvais usage et de maintenance douteuse.

Tous les pays nucléaires, USA, Chine et Russie sont en train de réviser leurs positions, aux USA avec des réacteurs allant de 60 MW à 345 MW, en Chine avec un réacteur de 125 MW, en Russie avec en 2020 l’installation d’une barge en Sibérie pour alimenter une région isolée. Le sujet continue à être tabou en France, mais parce que nous avons le nucléaire « honteux », ce n’est plus le cas ailleurs .Le consensus climatique international c’est que pour limiter les émissions de gaz à effet de serre le monde devra passer par des investissements nucléaires, on peut voir que la fermeture de Fessenheim présentée en France comme une victoire des défenseurs du climat va tout à fait en sens inverse. Pour les « verts français » le pire c’est le nucléaire, pour les autres verts internationaux, la limitation des énergies fossiles passera par le nucléaire, c’est la position dans notre pays de Jean-Marc Jancovici par exemple qui en ce sens est un « vert international ».

L’idée de petits réacteurs c’est d’être plus modulaires, de satisfaire des besoins plus locaux, de travailler en circuits courts, et de représenter moins de dangers que les « gros » réacteurs. Sur ce dernier point les avis sont partagés, bien sur, le nucléaire étant toujours l’objet de précautions quelquefois contradictoires. Les couts du MWH sont annoncés aujourd’hui par les promoteurs comme attractifs, autour de 50 dollars par MWH, et les réacteurs sont  pilotables, et donc plus intéressants que les énergies intermittentes solaires ou éoliennes ou complémentaires.

Comment la technologie nucléaire est-elle miniaturisée ? 

Loïk Le Floch-Prigent : La technologie nucléaire a toujours été miniaturisée, c’est comme cela qu’elle a émergé, et pour les utilisations civiles on a essayé de limiter les coûts d’exploitation en augmentant les dimensions, ce qui a, d’ailleurs, parfaitement réussi. Pendant des années, tandis que nos voisins avaient une énergie électrique chère, nos installations nucléaires nous ont donné une compétitivité incontestable ainsi que des rentrées d’argent confortables. Les anti-nucléaires ont brisé notre élan et ruiné une part de notre économie, mais le nucléaire reste une énergie sur laquelle le monde va s’appuyer.  Nous avons, comme les autres nations nucléaires , la technologie « miniature », mais visiblement la volonté politique est absente pour la développer. Bill Gates, dont nos dirigeants célèbrent souvent la clairvoyance, investit dans « Terrapower » depuis 2006, des réacteurs proposés à 345 MW avec des couts d’électricité à 50 dollars le MWH, il s’est associé avec les Japonais d’Hitachi, mais notre industrie française était sans doute meilleure si elle avait été disponible. Nous savons faire et nous sommes bridés par une idéologie anti-nucléaire.

Ces réacteurs représentent-ils une solution intéressante pour participer à la croissance verte ? Y-a-t-il un frein à leur développement ?

Philippe Charlez : Sauf à accepter de fréquents blackouts électriques comme celui survenu récemment en Californie, la croissance verte ne peut reposer sur les seules énergies renouvelables intermittentes. Par ailleurs, le modèle centralisé consistant à « électrifier Lille avec le soleil de Marseille ou le vent de Bordeaux » ne peut être viable : le grand intérêt des ENR est de consommer localement l’électricité là où elle est produite;. Mais même dans le cas d’une production locale, les ENR auront besoin d’être supportées par un ami compensant les intermittences.

On considère aujourd’hui le gaz comme l’ami le plus fiable des ENR : centrales de quelques dizaines de MW au coût d’installation relativement faible, possibilité d’utiliser des cycles combinés doublant le rendement. Mais le gaz a aussi ses inconvénients. D’une part son prix qui représente une part significative du coût du MWh est très fluctuant.  D’autre part, même s’il émet deux fois mois de CO2 que le charbon, il reste une source d’énergie carbonée. Et c’est ici que le micro-nucléaire prends toute sa valeur : de petites unités locales de quelques dizaines de MW pour supporter les intermittences des ENR mais produisant une électricité totalement décarbonnée. EDF l’a bien compris : l’opérateur français a signé en 2019 une JV avec le CEA, et Westinghouse Electric Company en vue de développer de petits réacteurs modulaires. 

Pourtant, si en Russie en Chine et aux US, le µnucléaire est aujourd’hui considéré comme une alternative d’avenir à la micro-génération gazière pour pallier aux intermittences des ENR, en Europe l’opposition sociétale reste forte. Elle représente même à moyen terme le principal frein au développement de cette technologie. Un village gaulois est-il prêt à vivre avec une µcentrale nucléaire installée dans sa périphérie?

En tergiversant, l’Europe risque une fois de plus de rater un train qui démarre !

Loïk Le Floch-Prigent : La notion de « verdeur » est essentiellement liée à une politique de communication. Ni l’énergie solaire, ni l’énergie éolienne ne sont sans conséquence sur la biodiversité et les émissions de gaz à effet de serre. Ce qui est certain c’est que, si l’on prend uniquement le critère « gaz à effets de serre » c’est le nucléaire qui est le plus « vert ». Cela conduirait à privilégier partout dans le monde les SMR, mais la réalité de notre monde est différente. Selon les latitudes, les climats, les écosystèmes naturels ou humains, il y a un optimum de mix énergétique, incluant les fossiles, les énergies renouvelables dont l’hydraulique, le nucléaire, et cet optimum peut varier dans le temps. Lorsque l’on a atteint, comme en France actuellement, des émissions parmi les plus faibles du globe on s’en satisfait et on essaie de ne pas détériorer cette position. La politique engagée, anti-nucléaire, par le PPE , va à l’inverse, nous allons renchérir le prix de notre électricité domestique en augmentant les émissions globales de gaz à effet de serre. Il y a des pays où la solution SMR ira dans le bon sens, il faudra être prêts à leur fournir le matériel nécessaire, pour l’instant ce sont les Russes, les Chinois et les Américains qui peuvent leur faire des propositions, mais nous pourrions aussi en faire… si nous le voulions !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 03/09/2020 - 16:33
vous n'avez rien compris
mort au nucléaire c'est définitif ,mort aux énergies fossiles, vive les énergies renouvelables et la dernière lubie tout pour l hydrogène dénommé Vert ....si tout cela entraine la compétitivité de nos entreprises c'est que vraiment les autres sont t encore pire que nous .quand je pense que Macron va soutenir les Grecs face aux Ottomans pour leur permettre d'exploiter leurs énergie fossiles , je me dis mais comment peut on se foutre de la gueule des gens à ce point?