En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 1 heure 6 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 4 heures 8 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 4 heures 59 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 6 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 8 heures 16 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 10 heures 26 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 11 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 11 heures 37 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 12 heures 11 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 1 heure 31 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 4 heures 33 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 6 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 8 heures 1 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 8 heures 35 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 10 heures 32 sec
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 10 heures 36 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 11 heures 33 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 12 heures 7 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 12 heures 29 min
© LOUAI BESHARA / AFP
Bachar Al-Assad peuple syrien
© LOUAI BESHARA / AFP
Bachar Al-Assad peuple syrien
Bonnes feuilles

Syrie : comment l’Occident a tenté de remettre en cause la légitimité du président Bachar Al-Assad

Publié le 29 août 2020
Jacques Baud publie "Gouverner par les Fake News" aux éditions Max Milo. L'auteur passe en revue les principaux conflits contemporains, gérés par les pays occidentaux à coups de fake news, ces trente dernières années. Extrait 1/2.
Jacques Baud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Baud, colonel, expert en armes chimiques et nucléaires, formé au contre-terrorisme et à la contre-guérilla, a conçu le Centre international de déminage humanitaire de Genève (GICHD) et son Système de gestion de l'information sur l'action contre...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Baud publie "Gouverner par les Fake News" aux éditions Max Milo. L'auteur passe en revue les principaux conflits contemporains, gérés par les pays occidentaux à coups de fake news, ces trente dernières années. Extrait 1/2.

"Le  président Bachar al-Assad est illégitime"

L’image que nous avons de la Syrie est celle d’un État totalitaire. Elle a été façonnée au cours de la guerre froide sous la dictature d’Hafez al-Assad, père de Bachar, et nous est surtout parvenue à travers le prisme d’Israël, qui s’efforce de donner de ses voisins une image menaçante. Mais la réalité est plus nuancée.

Arrivé au pouvoir un peu malgré lui, Bachar al-Assad n’est pas l’homme sanguinaire que l’on décrit habituellement. Avec une formation de médecin ayant étudié et vécu en Occident, il cherche immédiatement à dépoussiérer et réformer le régime dont il a hérité, et avec lequel il doit fonctionner. Il développe la numérisation de la société syrienne et l’accès aux réseaux sociaux. Au début des années 2000, ses efforts pour poursuivre les tentatives d’ouverture initiées par son père sont réels[1]. Mais le contexte international ne lui est pas favorable, et le monde est dominé par des dirigeants « va-t-en-guerre » et à la rationalité douteuse : Ariel Sharon en Israël, Georges W. Bush aux États-Unis, Tony Blair en Grande-Bretagne.

Un Marine américain, qui a séjourné en Syrie avant le conflit nous donne une image diamétralement différente de celle que les médias nous assènent aujourd’hui[2]. D’ailleurs, depuis le début du conflit, les médias traditionnels ignorent la population qui vit – volontairement – dans les zones gouvernementales. Ceci étant, la Syrie n’est pas un État démocratique au sens où nous l’entendons en Europe et nécessite sans doute des réformes, tout comme la Tunisie et l’Égypte. Mais elle n’est pas non plus une tyrannie méthodique et impitoyable comme l’Europe en a connu au début du XXe siècle.

Dès le début des révoltes en Tunisie et en Égypte, l’éventualité d’une contagion en Syrie est évoquée. En janvier 2011, une page Facebook intitulée Syria Revolution 2011 est créée par les Frères musulmans (depuis la Suède[3]) et annonce des « Journées de colère » les 4 et 5 février. Le gouvernement réagit en coupant l’accès à Facebook. Mais le succès de l’appel est limité : les participants scandent davantage des refrains contre le régime libyen que contre le gouvernement syrien[4]. L’accès à Facebook est rétabli le 8 février 2011 et les réseaux sociaux fonctionneront normalement, sans interruption, depuis. L’opposition tente une nouvelle action au début mars, mais sans réel succès, comme le rapporte le magazine américain TIME :

Même les critiques s’accordent sur le fait qu’Assad est populaire et proche de l’immense cohorte de jeunes du pays, à la fois émotionnellement, idéologiquement et, naturellement, en âge[5].

La journaliste confirme sa constatation dans un autre article :

(…) Bien qu’il y ait eu des appels sur Facebook pour des manifestations en Syrie, la jeunesse du pays, qui constitue la majorité des 22 millions de citoyens du pays (65 % en dessous de 30 ans), a pour une grande part ignoré les activistes d’Internet[6].

En février 2012, face au durcissement de la situation, la Russie propose aux pays occidentaux un plan qui prévoit le départ de Bachar al-Assad, en trois points. Il est discuté par Vitalii Churkin, ambassadeur russe auprès des Nations unies, et Martti Ahtisaari, Prix Nobel de la paix et ex-président finlandais[7] :

Un : nous ne devons pas donner d'armes à l'opposition. Deux : nous devons mettre en place un dialogue entre l'opposition et Assad maintenant. Trois : nous devons trouver une façon élégante pour qu'Assad se retire[8].

Il y avait donc dès le début une solution pour le départ de Bachar al-Assad sans passer par la violence. Mais les Occidentaux refusent : leur objectif n’est pas de remplacer Bachar al-Assad, mais de démanteler la Syrie, qu’Israël – et donc les États-Unis – perçoit comme un bastion avancé de l’Iran. Il leur faut donc insérer dans l’axe Téhéran-Beyrouth un obstacle sunnite. Ils cherchent ainsi à militariser le conflit en distribuant clandestinement des armes aux militants sunnites[9]. C’est ce qui explique le soutien d’Israël aux islamistes syriens et ses bonnes relations avec l’État islamique, comme nous le verrons plus bas.

En 2013, sur la base d’enquêtes menées par des organisations humanitaires indépendantes, l’Otan elle-même constatait que Bachar al-Assad bénéficiait du soutien de 70 % de la population syrienne, essentiellement parce que les islamistes se sont approprié la révolution soutenue par les Occidentaux[10]. La raison pour laquelle, les Occidentaux – États-Unis et France en tête – sont réticents à une élection populaire pour trouver un successeur à Bachar al-Assad, est que ce dernier pourrait bien gagner une telle élection[11] !

Cela pourrait expliquer – au moins en partie – le jeu pervers mené par la France et les États-Unis, qui ont tout fait pour vider la Syrie de ses éléments chiites et chrétiens, généralement favorables au régime, en soutenant les milices islamistes sunnites et l’ASL, bras armé des Frères musulmans de Syrie. Cela explique probablement aussi pourquoi, lors de la présidentielle syrienne du 3 juin 2014, la France, l’Allemagne et la Suisse ont interdit aux ressortissants syriens de participer au scrutin dans les ambassades[12]. Malgré l’incongruité d’un tel scrutin organisé dans un pays en guerre (même si, à cette époque, le gouvernement maîtrise la majeure partie des zones habitées du pays), on peut s’étonner du manque de confiance des démocraties occidentales dans la clairvoyance du peuple syrien, particulièrement sur le territoire européen, hors de portée des pressions du pouvoir.


[1] « Bachar Al-Assad, Dictateur ou Visionnaire Démocrate ? », YouTube, 10 novembre 2013

[2] “ISIS in Syria are CIA backed trained and funded”, YouTube, 18 novembre 2015

[3] Joshua Landis, « The Man behind “Syria Revolution 2011” Facebook-Page Speaks Out », Syria Comment, 24 avril 2011

[4] Aryn Baker, “Syria Is Not Egypt, but Might It One Day Be Tunisia ?”, Time Magazine, 4 février 2011

[5] Rania Abouzeid, “Sitting Pretty in Syria : Why Few Go Bashing Bashar”, Time Magazine, 6 mars 2011

[6] Rania Abouzeid, “The Youth of Syria : The Rebels Are on Pause”, Time Magazine, 6 mars 2011

[7] Julian Borger & Bastien Inzaurralde, “West 'ignored Russian offer in 2012 to have Syria's Assad step aside' “, The Guardian, 15 septembre 2015.

[8] Fanny Arlandis, « En 2012, la France et ses alliés auraient ignoré un plan prévoyant le départ de Bachar el-Assad », Slate.fr, 15 septembre 2015

[9] « Syrie : La France a livré des armes aux rebelles syriens », 20 Minutes/AFP, 21 août 2014 (mis à jour le 22 aout 2014).

[10] « NATO data : Assad winning the war for Syrians’ hearts and minds », WorldTribune.com, 31 mai 2013 (http://www.worldtribune.com/nato-data-assad-winning-the-war-for-syrians-...)

[11] Jonathan Steele, « Most Syrians back President Assad, but you'd never know from western media », The Guardian, 17 janvier 2012.

[12] « Syrie : Paris et Berlin interdit le vote dans leurs ambassades », Lefigaro.fr/AFP, 12 mai 2014

 

Extrait du livre de Jacques Baud, "Gouverner par les Fake News - Conflits internationaux : 30 ans d'intox utilisées par les pays occidentaux", publié aux éditions Max Milo

Lien vers la boutique : ICI et ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires