En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

07.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 8 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 8 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 9 heures 26 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 11 heures 39 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 12 heures 51 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 13 heures 20 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 15 heures 19 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 17 heures 8 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 18 heures 18 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 18 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 8 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 9 heures 14 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 9 heures 53 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 12 heures 27 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 13 heures 9 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 13 heures 39 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 16 heures 27 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 17 heures 43 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 18 heures 43 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 18 heures 58 min
© JACK GUEZ / AFP
trafic de drogue argent blanchiment banditisme délinquance
© JACK GUEZ / AFP
trafic de drogue argent blanchiment banditisme délinquance
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’homme qui fabriquait du cash

Publié le 29 août 2020
Gérald Pandelon publie "La France des caïds" aux éditions Max Milo. Dans ce récit palpitant, l'auteur met en évidence la toute-puissance des grands bandits sur les milieux économiques, sociaux et politiques en France. Pour la première fois, un avocat nous raconte de l'intérieur la face cachée du crime. Extrait 1/2.
Gérald Pandelon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire et avocat à la Cour d'appel de Paris, Gérald Pandelon est docteur en droit et docteur en science politique. Diplômé de Sciences-Po, il est également chargé d'enseignement. Il est également l'auteur de L'aveu en matière...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Pandelon publie "La France des caïds" aux éditions Max Milo. Dans ce récit palpitant, l'auteur met en évidence la toute-puissance des grands bandits sur les milieux économiques, sociaux et politiques en France. Pour la première fois, un avocat nous raconte de l'intérieur la face cachée du crime. Extrait 1/2.

À la Castellane, Adir fait partie de ceux dont on peut dire :

— Tout le monde le connaît.

Non qu’il soit le big boss, ni même l’un des véritables caïds de l’énorme cité. En revanche, il est à la fois un rouage essentiel du business et un original. Bref, un personnage aussi incontournable que singulier.

L’un ne va pas sans l’autre. Si Adir est aussi connu, c’est en partie parce qu’il détone dans son environnement. La remarque est même un euphémisme. Diplômé de Sup de Co, il a un master 2 en finances. Il parle couramment anglais, complément indispensable à l’idiome des chiffres ; mais il se débrouille aussi très bien en allemand, car il a travaillé à Francfort. Plutôt cultivé, il est cérébré, comme j’aime à dire pour synthétiser ce genre de personnage en les distinguant de certains décérébrés que l’on croise parfois dans les affaires pénales. À ses heures jamais perdues, l’hurluberlu adore boursicoter. En bref, il a le savoir (théorique) et la connaissance (qui associe la théorie et la pratique).

Dès lors, rien d’étonnant à ce que cet enfant des tours soit le rouage pécuniaire sans lequel le mécanisme du narcobanditisme de sa cité serait grippé. En effet, Adir fait le lien entre des personnes qui ont besoin d’un crédit ou de cash, et les prêteurs privés potentiels. En d’autres termes, il trouve un débouché juteux aux tombereaux de billets qui encombrent les gros voyous. Il maîtrise les codes des caïds et des notables. Il comprend les enjeux des professionnels qui se plaignent des impôts ou des exigences farfelues des banques ; et il sait quel parti en tirer.

Prenons un exemple.

Lorsque, à Marseille, un chirurgien-dentiste réputé s’estime spolié par les taxes qu’il doit régler, il s’adresse à Adir qui, lui connaît des gens susceptibles de disposer de grosses sommes en espèces. Le dentiste dispose d’une solide trésorerie en chèques, et veut la transformer en sonnantes et trébuchantes. À Adir, il remettra donc des chèques que les clients n’ont pas libellés à son nom (« ne vous inquiétez pas, ma secrétaire remplira l’ordre ») en trois échéances. Avec les caïds qui fournissent les espèces, Adir partagera un taux d’intérêt de 30 %.

À une époque où les banquiers qualifient leurs taux d’« historiquement bas », le coût de la transaction peut sembler usurier. En réalité, comme on l’a esquissé pour André, il n’est rien en regard des 70 % de charges et impôts dont le praticien devrait s’acquitter, in fine, s’il déclarait ses propres revenus. Faisons les comptes pour comprendre dans quelles circonstances une commission de 30 %, a priori exorbitante, peut paraître alléchante.

Supposons au contraire que le dentiste a accumulé 140 000 € en chèques. S’il les déclare bien sagement, il payera 70 % de charges et impôts, et il lui restera 42 000 €. Sur ces 42 000 €, une fois réglés les impôts, sa marge nette bénéficiaire sera, peu ou prou, de 30 000 €. Pour les plus anciens d’entre nous, disons que, sur le quasi million de francs qu’il a gagné, il en gardera deux cents mille.

Supposons que le dentiste trouve que la pastille est dure à avaler et qu’il décide de devenir manière de gredin. Au lieu d’encaisser lui-même les chèques et de déclarer ces sommes, il les remettra à un intermédiaire. Celui-ci lui versera 100 000 € en espèces. Ainsi, le dentiste aura, certes, versé 40 000 € aux caïds et spolié l’État de 110 000 €, mais il aura fait plus que tripler son gain.

La conclusion de cette histoire, c’est que, avec les cités, les professions libérales augmentent leur taux de marge de 333 %. Or, d’autres trafics permettent aux praticiens avisés de récupérer des espèces. Ainsi, dans un monde où l’argent liquide se réduit, d’autres intermédiaires peuvent aller acheter des euros au Maroc et, sur leur taux de change informel, récupèrent 20 % de la transaction. Juteux, n’est-il pas ?

Voilà pourquoi, pour nos édiles, il est hors de question de juguler le trafic dans les cités. D’un côté, les trafics qui s’y pratiquent sont producteurs de lien social. De l’autre, ils rendent des services aux notables, puisque la profusion de cash permet à de nombreux contribuables de ruser pour doper leur taux de marge face à un État gourmand et à des banques excessivement frileuses. Pour le formuler de manière à peine provocatrice, les cités desserrent l’étau et font baisser les taux.

 

43.

Dans ce jeu de dupes du blanchiment, un seul lésé : l’État. Et pourtant, celui-ci n’y voit que du feu.

D’une part parce que ça l’arrange – non pas d’être grugé, mais de laisser pérenniser des trafics qui, aussi surprenant que cela puisse sembler, vu de l’extérieur, assurent une forme de paix sociale. D’autre part parce que les dentistes blanchisseurs et leurs confrères sont des malins. Supposons que l’un d’entre eux réalise ordinairement un chiffre d’affaires annuel d’un million d’euros. L’année où il atteint 1,2 million d’euros, il peut tenter une culbute sur les 20 % supplémentaires en lavant l’argent des stupéfiants. Même calcul : si l’honnête homme déclare aux impôts 1,2 million d’euros, il gagnera peu ou prou 250 000 € ; si le filou déclare 1 million d’euros, comme de coutume, et s’arrange avec Adir pour les 200 000 € supplémentaires, il engrangera 330 000 €. 80 000 € de différence, ce n’est pas négligeable.

Cependant, pour les caïds, la remise d’espèces n’est qu’une première étape dans le blanchiment de leur cash. Leur défi est de réinjecter de l’argent dans ce que certains appellent, curieusement, l’économie réelle. En effet, ils font encaisser les chèques par des prête-noms et s’achètent ainsi, sous couverture, des parts dans des sociétés – parfois plusieurs dizaines, et pas toujours des très petites entreprises (TPE). Notons que les caïds (et les dentistes, mais évidemment pas qu’eux) ne sont pas les seuls à flouer l’État. Le principe qui finance en partie les cités est vieux comme les impôts ! Le black est le nerf de l’économie, qu’on le déplore ou non. Ainsi du restaurateur spécialisé dans l’événementiel, du cocktail d’entreprise au mariage. S’il réclame 10 000 € pour une soirée, il sait qu’il lui restera in fine autour de 2500 €. Si un particulier lui propose de payer 7 500 € en espèces, le bénéfice réel du commerçant a triplé. L’astuce ne peut être utilisée à chaque prestation mais, quand on y recourt avec une judicieuse parcimonie, elle améliore substantiellement la vie des entrepreneurs.

Quel rapport avec les caïds ? Il est simple. La cité n’invente pas le black. Elle en profite et en fait le nerf de sa guerre économique. Le nœud gordien, là où tout se joue, la clef de compréhension des cités, cela ne tient qu’en deux mots-clés, deux hashtags, deux summums de la gruge : le cash et la fraude. L’État peut feindre de vouloir s’attaquer à l’économie souterraine en fermant la vanne des espèces, il n’est pas au niveau des trafiquants qui disposent de moyens considérables et d’appuis dans toutes les sphères de la société.

Certains politiques n’interviennent pas car l’argent leur permet de contourner le plafonnement des dépenses électorales et d’acheter la paix sociale.

La police n’intervient pas car, quand elle ne croque pas elle-même, elle n’a aucun intérêt à susciter un embrasement local qui deviendrait incontrôlable et susciterait l’ire des donneurs d’ordre qui sont toujours politiques.

En définitive, il est urgent de ne rien faire : les gens puissants comme les affidés des criminels s’y retrouvent, des trafiquants aux habitants abandonnés par l’État et les villes, en passant par les élus et les grands bourgeois.

Néanmoins, bien qu’il ait beaucoup de points communs avec ceux qui trafiquent dans les cités et en dépit des sommes colossales qu’il brasse, Adir n’est ni un petit ni un gros caïd. Il est plutôt un chef d’entreprise immergé dans le monde impitoyable des cités comme un caméléon aux dents plus longues que la langue. Qu’importe son sulfureux fumet de ressortissant notoire de la Castellane ! Son côté « homme d’affaires » le rend fréquentable aux yeux des notables quand ils ont besoin de fraîche. Avec eux, et comme de très nombreux intermédiaires de son acabit, il négocie les primes, les taux d’intérêt et les détails pratiques pour la remise des espèces. Que rien ne cloche, que chacun s’y retrouve et que le business se développe, voilà son travail.

S’il n’y a pas de sot métier, force est de reconnaître que celui-ci ne manque pas d’astuce…

Gérald Pandelon publie "La France des caïds" aux éditions Max Milo

Lien vers la boutique : ICI et ICI

A lire aussi : Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

Retrouvez quatre autres extraits publiés cet été sur Atlantico :
Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme
- La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme
La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI
La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 30/08/2020 - 13:43
Pas aussi simple.
Pas aussi simple car les banques surveillent certaines remises de chèque surtout évidemment si le lien avec l'activité officielle du remettant n'est pas claire. Le risque d'être dénoncé à Tracfin est considérable. Pour le dentiste, en cas de contrôle fiscal, il faut savoir que les inspecteurs de la DGFP disposent de statistiques types par profession: part du liquide dans le CA, part normale des charges. Les achats de matériel, prothèses, produits divers par le professionnel sont mis en face des facturations comptables etc...sans parler du contrôle de son train de vie et de la façon dont il.est financé. En même temps, les contrôles sérieux sont peu fréquents et on ne peut pas remonter au-delà de 4 ans.
salamander
- 29/08/2020 - 13:27
il y a un pb dans le scenario des 140000 eur du dentiste
si les cheques sont encaissés par une autre ou d'autres personnes, comment justifient-elles ces versements non causés auprès de leurs banques?

c le minimum des normes anti blanchiment...