En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 7 heures 13 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 10 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 13 heures 36 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 13 heures 39 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 15 heures 52 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 16 heures 1 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 16 heures 20 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 16 heures 54 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 17 heures 34 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 17 heures 59 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 8 heures 25 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 11 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 13 heures 13 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 15 heures 35 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 15 heures 58 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 16 heures 8 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 16 heures 43 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 17 heures 27 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 17 heures 37 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 18 heures 6 min
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
masques protection coronavirus covid-19 santé mesures barrières
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
masques protection coronavirus covid-19 santé mesures barrières
Barrière contre le virus

Coronavirus : ce que l’on sait sur l’efficacité du port du masque… et ce que l’on ne sait pas

Publié le 26 août 2020
Le masque n’est qu’un des outils de protection personnelle contre la transmission du virus de la Covid-19 et de nombreuses innovations sont en cours de développement. Pourtant il cristallise à lui seul beaucoup de critiques car c’est avant tout une décision visible. Pour le coup il n’est pas possible d’être en même temps pour et contre le masque.
Guy-André Pelouze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guy-André Pelouze est chirurgien à Perpignan.Passionné par les avancées extraordinaires de sa spécialité depuis un demi siècle, il est resté très attentif aux conditions d'exercice et à l'évolution du système qui conditionnent la qualité des soins.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le masque n’est qu’un des outils de protection personnelle contre la transmission du virus de la Covid-19 et de nombreuses innovations sont en cours de développement. Pourtant il cristallise à lui seul beaucoup de critiques car c’est avant tout une décision visible. Pour le coup il n’est pas possible d’être en même temps pour et contre le masque.

Les anti-masques dénoncent une incroyable dérive autoritaire.

Le port d’un masque en pleine pandémie permet une réduction des émissions par le porteur. En effet le SARS-CoV-2 est très contagieux, plus morbide et plus mortel que la grippe. Chez l’adulte il se transmet principalement par l’air dans des vecteurs associant eau, protéines et particules virales dont le diamètre va de la gouttelette à un aérosol. Après huit mois de pandémie ces données sont solidement établies. Le premier argument est de les mettre en doute. C’est un véritable déni alimenté par des contrevérités comme l’invocation de la taille des particules virales. Chacun a en tête le fait que nous expirons des microgouttelettes qui par température négative se figent devenant parfaitement visibles. Les virus sont à l'intérieur de ces goutteletets pas isolés dans l’air. De même il est établi que les masques ne diminuent pas l’oxygène dans le sang pas plus qu’ils n’augmentent le CO2. Au contraire le masque tend à augmenter la capacité des muscles respiratoires comme la course à pied augmente la capacité des muscles des membres inférieurs. Une revue de la litérature scientifique sur le port du masque dans une pandémie laisse peu de doute sur la capacité du port du masque à casser la transmission. Mais au lieu de ferrailler de manière rhétorique sur des données non vérifiables il est utile de porter au débat les données récentes sur la pandémie (Figure N°1). L’association entre la décision de rendre obligatoire le port du masque à New York et la décrue de l’épidémie est incontestable. La comparaison avec la cinétique de l’épidémie dans l’ensemble des USA où le port du masque n’est pas obligatoire et ce dans le même intervalle temporel pose question. On sait combien ces corrélations et ces comparaisons sont difficiles à interpréter en terme de causalité. Mais en l’occurence il n’est pas envisageable de faire une expérience avec un état, ou un comté où le port du masque serait obligatoire et un autre non le choix étant fait au hasard. Il faut donc tenir compte de ces données publiées dans un journal de très grande valeur.

Figure N°1: Dans un article de la revue de l’Académie Nationale des Sciences des États Unis, une comparaison a été faite entre l’application des mesures de protection personnelle à New York et ce qui s’est passé dans l’ensemble des États Unis. Le port obligatoire du masque à New York dans toute la ville est associé à une décrue du nombre de nouveaux cas par jour. C’est une association et il faut être prudent avant de lier causalement les deux évènements mais l'expérience des pays asiatiques va dans le même sens. En revanche le port du masque n’a pas été rendu obligatorie dans l’ensemble du pays et la circulation du virus s’est maintenue. C’est pourquoi alors que Paris, Marseille et Lyon et d’autres grandes villes sont des foyers reconnus le port du masque en extérieur se défend en environnement urbain dense.

Intérieur et extérieur: un risque très différent

Une fois purgé ces contrevérités les anti-masques invoquent la liberté et la tentation autoritaire des Maires, une course à l’élu le plus directif. Ils n’ont pas tort de soulever cette question. Les autorités ont tellement semé de confusion pendant la pénurie. En réalité si le port d’un masque diminue le risque à l’intérieur il le fait aussi à l'extérieur. Ce qui diffère c’est la magnitude du risque qui est très important dans tous les espaces clos ou semi-clos et bien moindre à l’extérieur. Un travail scientifique a récemment quantifié la différence. La probabilité qu'un individu porteur du virus transmette la maladie dans un environnement fermé est dans cette étude 18,7 fois plus élevée qu'en plein air. Ce qui signifie que la transmission à l'extérieur n’est pas nulle. Mais en vie réelle cette différence dépend de tant de facteurs qu’il est difficile de mettre sur le même pied: un environnement sauvage, un parc peu fréquenté, une plage, une rue bondée dans un centre ville ou un match de rugby.

L’utilité d’une décision fondée c’est son application

Prendre une décision c’est surtout la faire appliquer. À l’évidence nous sommes en retard sur les mesures de protection personnelle. À l’évidence nous avons depuis longtemps, mais cela empire, une incapacité à faire régner l’ordre et à faire appliquer les lois. Les Français s’en aperçoivent dans leur quotidien. Alors cette attitude jusqu'au boutiste des maires est elle rationnelle? Plutôt que de sombrer dans le lamentable combat binaire des pour et des contre il faut reconnaître qu’elle n’est fondée que quand la densité rend l’éloignement interpersonnel impossible à respecter. Le ferment de révolte est surtout alimenté par ce sentiment qu’ils en font trop. Les récents évènements de dégradation, vols, pillages, agressions des policiers, gendarmes et pompiers et crimes contre des Français et Françaises innocents dans de nombreuses villes du pays le confirment: avant de vouloir en faire plus il faut être sur que l’essentiel est bien respecté, que les fondamentaux sont acquis et sur ce point les autorités sont prises à contrepied. L’essentiel ce sont les espaces clos, tous les espaces clos. Et à l’approche de la rentrée cet objectif est loin d’être atteint. Comme il n’est pas atteint dans les centres commerciaux où des millions de personnes se croisent. Les lieux de contamination les plus fréquemment retrouvés dans les études sont: les appartements et maisons individuelles (essentiellement quand un des membres est positif et ne le sait pas, ne peut pas ou ne veut pas s’isoler), les hôpitaux, les EHPA, les administrations et les abattoirs ou d’autres ateliers de fabrication alimentaire. Sommes nous sûr que tous ces endroits sonts sécurisés? Non car il n’y a aucune statistique sur les lieux, administrations et entreprises covid-adaptées. Nous vivons donc un paradoxe, le port du masque à l'extérieur est justifié quand l’éloignement est impossible à respecter ce qui est le cas dans certaines circonstances urbaines mais pas toutes. Cette zone grise où le risque augmente au fur et à mesure où nous nous rapprochons les uns des autres à cause de la densité est difficile à délimiter car elle est variable. Cette zone grise est celle où le port du masque protège à l’extérieur. Dans ce contexte un autre élément doit être pris en compte, celui de la protection dans l’environnement urbain des immuno-fragiles. Le masque que porte 99% des gens n’est pas étanche, l’air inspiré par un immuno-fragile n’est donc pas filtré jusqu’à le protéger efficacement si à côté de lui se trouve un porteur asymptomatique émettant beaucoup de virus. C’est le cas au marché, dans une rue de brocante ou dans d’autres circonstances difficilement anticipables. Pour ces personnes le port synallagmatique du masque en environnement urbain dense est une véritable sécurité.

Le bandeau sur les yeux que les anti-masques maintiennent à deux mains.

“Le risque zéro n’existe pas”, “le port du masque peut conduire à être plus imprudent”, “le masque est un signe de peur” et d’autres slogans ne sont que le bandeau sur les yeux des négationnistes de la pandémie et ce depuis son début. Des experts en plateau TV, des psychologues de circonstance, des oracles annonçant tout et son contraire afin de toujours avoir raison, ne tarissent pas de critique systématique en refusant de voir les dégats. La réalité est tout autre, la mortalité de la Covid-19 en France est importante et nous en connaissons les causes. Il existe toujours de grandes incertitudes sur de nombreux aspects de la biologie de ce virus, ceci devrait être répété avant toute discussion. En conséquence il faut regarder cette réalité sans voile, sans bandeau, les illusions du mois de Février et Mars ont couté trop cher. Nous devons tout faire pour éviter la transmission et reprendre nos activités économiques. Il faut sortir de cette pandémie, dans plusieurs mois, avec un prix humain et économique supportable. Ce n’est pas le masque qui empêche de produire, de travailler ou de vivre. C’est le contraire, la sécurité sanitaire est le meilleur atout d’un retour de la confiance et de la croissance. Alors le masque en extérieur dans tous les espaces urbains denses va se généraliser. Au lieu de l’égalitarisme, il faudra promouvoir la différence, tous les environnements urbains ne sont pas égaux et tempérer les ardeurs des maires de petites villes pour qu’ils ne jouent pas à la grenouille. De leur côté les maires des grandes villes devront démontrer qu’il ne s’agit pas d’un raidissement autoritaire mais d’une mesure de bon sens qui est appliquée. Jusqu’à présent ils ne l’ont pas expliquée et continuent à être plutôt absents des émissions d’information. Les Français seront eux  attentifs à l’application d’un principe cardinal: la loi s’applique à tous.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 27/08/2020 - 17:14
T'as voulu voir le salon - Les Goguettes (en trio mais à quatre)
Un peu d'humour en chanson !...

https://www.youtube.com/watch?v=BFOJtRFlY-8
edac44
- 27/08/2020 - 17:05
Comme tout a été dit en dessous ...
Comme tout a déjà été dit et justement dit en dessous,
difficile d'en remettre une couche sans faire dans la redite,
une spécialité de nos politiques véreux bien en place mais les autres ne valent pas mieux non plus !...

On peut donc retenir ceci :
seuls les vieux (65 et +) mais pas tous (ouf !...), risquent d'y laisser leur peau avec ce putain de Covid 19.
La plupart des malades s'en sortent avec quelques troubles (perte gout, de l'odorat et autres ...)
et donc ...
environ 1% voire moins en décède !...

Est-ce acceptable dans le monde d'aujourd'hui où on va de nouveau faire chier la planète toute entière à porter un masque en toutes circonstances, même la nuit seul dans le désert ou sur une plage devenue désertique ....
au nom d'une soit disante responsabilité d'état devenue lui-même définitivement irresponsable ???

A quand la glu sur les masques collés de force sur la tronche des récalcitrants
comme pour chasser les grives et les merles
afin de l'imposer à tous nos insouciants à l'ordre public ???

Décidément, nous vivons vraiment une époque formidable !...
Nicolas59
- 27/08/2020 - 08:49
Jesuites
Le fond de tout cela est résumé dans la dernière phrase du texte.
Il n’y a pas de décisions crédibles si elles sont communiquées , imposées par des dirigeants formés avant tout a la casuistique mode compagnie de Jesus.
Ces gens là pratiquent la langue de bois, justifient tout et son contraire suivant le sens du vent avec le plus parfait aplomb. Ce n’est pas nouveau en politique mais cela atteint actuellement son apogée.
Retomber en permanence sur ses pieds en racontant n’importe quoi et imposer le monopole de la parole finit par créer un doute sur tout et chez tout le monde.
Le caractère réfractaire reproché aux français n’est le résultat que de la forfaiture exercée par les dirigeants successifs . Les Chinois disent bien que le poisson pourrit par la tête.
Elle est bien en état de décomposition et il ne reste que la coercition , le mensonge d’Etat et la violence pour s’imposer .