En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

06.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

07.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 9 min 4 sec
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 21 min 12 sec
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 1 heure 54 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 2 heures 9 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 2 heures 30 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 2 heures 56 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 3 heures 11 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 4 heures 28 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 5 heures 22 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 5 heures 44 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 19 min 44 sec
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 51 min 47 sec
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 1 heure 58 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 2 heures 22 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 2 heures 51 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 3 heures 1 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 3 heures 35 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 5 heures 2 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 5 heures 27 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 20 heures 48 min
© FRANCK FIFE / POOL / AFP
Lyon Bayern Munich Olympique Lyonnais champions league ligue des champions
© FRANCK FIFE / POOL / AFP
Lyon Bayern Munich Olympique Lyonnais champions league ligue des champions
Football

Ligue des Champions : malgré la force de caractère affichée, les Lyonnais s’inclinent en raison de leurs limites athlétiques

Publié le 20 août 2020
Sans passer à côté de leur match, les joueurs de Rudi Garcia s'inclinent à Lisbonne contre le Bayern de Munich. Malgré un beau millésime 2020, l'OL ne sera pas européen la saison prochaine.
Olivier Rodriguez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Rodriguez est entraîneur de tennis... et préparateur physique. Il a coaché des sportifs de haut niveau en tennis.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sans passer à côté de leur match, les joueurs de Rudi Garcia s'inclinent à Lisbonne contre le Bayern de Munich. Malgré un beau millésime 2020, l'OL ne sera pas européen la saison prochaine.

C'est fini. Pour les Lyonnais le beau voyage s'est achevé. Dommage pour eux et dommage pour nous. Parce qu'à force de les voir accumuler les exploits, on s'était quand même mis à croire à ce rêve un peu fou d'une finale 100% Française. Mais hier soir le train qui était censé nous déposer au firmament s'est arrêté au terminus des illusions. Et cette parenthèse merveilleuse s'est refermée douloureusement sur un club, des joueurs et des supporters qui auraient tous signés pour un tour supplémentaire sur le plus beau des manèges. Tout ce petit monde retrouve désormais la frustration enfantine qui consiste à regarder tourner le carrousel sans pouvoir monter dessus. Parce qu'il faut s'y faire, les confettis sont retombés. Après le temps de cerises, voici le temps des noyaux. C'est-à-dire à un quotidien un peu morne car l'Olympique Lyonnais, triste septième du dernier exercice (avorté) de notre championnat, ne disputera pas de Coupe d'Europe la saison prochaine. Quand un cador du standing de Lyon présente un tel bilan final, les conséquences sont connues. La chose s'accompagne toujours de son cortège de douleurs, de critiques sévères, de violences et de coupes budgétaires. D'un seul coup, on vous reprend les bravos, l'indulgence et le soutien qu'avaient autorisé les succès les plus récents. Et de la gestion du quotidien jusqu'à la préparation de la saison prochaine, tout se complique. Mais revenons au match.

D'habitude, tout ce que l'on a avant une rencontre, ce sont les idées qu'on s'en fait. Ensuite, le couple infernal que forment la réalité et le hasard se chargent de tordre le cou à tout ce qu'on avait imaginé. Pas cette fois. On craignait la toute-puissance du Bayern, et on avait raison. On craignait une victoire logique des Allemands. Et là aussi on avait raison. Pourtant, il est évident qu'il y a de quoi nourrir quelques regrets. Pourquoi ? Parce que le début de match avait été particulièrement prometteur et qu'il est certain que les Gones comme leurs supporters repenseront encore longtemps aux deux occasions nettes gâchées par Depay à la 4ème minute et par Toko-Ekambi à la 16ème. Une frappe à coté dans un face-à-face pour l'attaquant Batave... une autre sur le poteau gauche de Manuel Neuer pour l'attaquant Camerounais... La Coupe d'Europe, le Bayern, le poteau, vous suivez mon regard ? Depuis 76, on connait la rengaine... Tout ça pour vous dire qu'on a eu droit au hors-d'œuvre quand il nous aurait fallu un chef-d'œuvre.

La suite, c'est la terrible et implacable efficacité du jeu, j'allais dire de l'industrie, Allemande. Et le reste, c'est un Gnabry qui nous montre que la jeunesse est un risque à courir (surtout à cette vitesse) et qui plante un doublé qui pèse lourd au final. D'abord sur une frappe superbe à la 18ème (on a beau dire, c'est beau un ballon dirigé), puis en concluant une action à la manière d'un vieux renard des surfaces (33è), façon Gerd Müller (que ceux qui sont nés après les années 90 auront bien du mal à identifier). Pourtant, les Allemands, spécialistes des attaques au sol, il y a longtemps qu'on le savait... 

Évidemment, après un début de scénario pareil, la suite est souvent compliquée. Et elle l'a été. Mais en dépit des occasions vendangées, en dépit du score final, nous sommes forcés de reconnaître que les Lyonnais ont eu le courage de tout essayer et de se battre jusqu'au bout. Comme des chiffonniers. Avec leurs armes, c'est-à-dire avec leur état d'esprit irréprochable et leur jeunesse mais aussi avec des moyens inférieurs à ceux de l'adversaire. En parlant de jeunesse, il faut louer les prestations d'Aouar (la confirmation) et de Caqueret (la révélation) car tous deux ont été pris plus souvent que les autres en flagrant délit de talent. Mais après avoir montré une vraie force de caractère dans l'entame de la rencontre, ce sont les Lyonnais dans leur ensemble qui ont semblé toucher peu à peu leurs limites physiques. Pour le dire autrement, plus leurs jambes étaient lourdes, moins ils faisaient le poids. Face à un adversaire présentant un tel pédigrée, cela ne pardonne pas. L'efficacité d'Alaba, la force défensive de Goretska, le jeu ultra-complet de Kimmich, la vélocité de Davies et le but habituel de Lewandowski (88è) s'occupèrent alors de ficeler la rencontre. À propos de Lewandowski, deux ou trois choses méritent d'être soulignées : d'abord ses 55 buts marqués cette saison, ensuite ses 15 buts inscrits en Ligue des Champions (en 9 matchs) sur l'exercice en cours et enfin la panoplie complète d'un attaquant aussi bon de la tête que des deux pieds. Nous parlons donc d'un joueur protée dont les statistiques invraisemblables parlent d'elles-mêmes. Elles permettent désormais à l'attaquant Polonais de poser son rond de serviette à la table des plus grands. Posséder un caïd pareil au sein de son effectif assure certainement des nuits de huit heures au plus nerveux des managers. En agrandissant un peu la focale on se dit que malgré tout, la marche semblait un peu trop haute pour les Lyonnais. Car s'il a semblé un peu moins bien athlétiquement et s'il s'est encore montré coupable d'approximations défensives, ce Bayern n'a finalement pas eu besoin de trop forcer son talent pour assumer sa position de grand favori et se qualifier pour la finale. 

Une finale, comme expliqué en préambule, que les Lyonnais regarderont depuis leurs canapés, comme toute la prochaine saison Européenne puisqu'elle se disputera sans eux...  Une première depuis 24 ans... Une première qui coûte cher et qui obligera certainement le Président Aulas à dégraisser son effectif. Côté Lyonnais, si certaines têtes ne tomberont pas, on peut parier que d'autres changeront. Mais c'est une autre histoire.

Sur ces considérations, il nous faut pour conclure évoquer la finale. Et quelle finale ! PSG / Bayern : le cantique des cantiques ! Une affiche de rêve délicieusement contrastée et tellement belle qu'elle donnerait presque l'envie de relire les évangiles en latin ! D'un côté, un aristocrate de haute lignée, de l'autre, un nouveau riche. La rigueur et l'expérience Germanique contre des surdoués qui multiplient les vocations et forcent les conversions (c'est si rare). C'est tellement beau que ça ressemble au bonheur. Attention, nous ne parlons pas ici de joie, mais de bonheur.  Le bonheur, tout le monde en parle mais personne ne sait vraiment ce que c'est et il faut vraiment que ça vous tombe dessus pour comprendre. Chic, ça peut nous tomber dessus dimanche soir. Un dimanche soir comme une grand-messe pour tous les supporters comme pour les dirigeants du club Parisien... Avec une certitude, ce soir-là, il vaudra mieux être malade et devant la télé qu'en pleine santé et partout ailleurs. Car au-delà de légitimer des investissements colossaux et la politique d'un État, il s'agira surtout de combler les joueurs, les supporters et d'installer le club de la capitale sur le toit de l'Europe. Rien que ça. Ce rêve, le PSG ne l'a jamais approché d'aussi près. Il est là, à portée de mains... Si les années précédentes certains matchs nous étaient sortis par les yeux, celui-là est déjà sur toutes les lèvres. Ça change. Avec beaucoup de travail collectif, l'addition de grands talents individuels et avec un peu de chance, il se pourrait bien qu'il finisse dans nos cœurs. Alors vivement dimanche prochain, pour que transportés par la liesse, on entende les anges chanter. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires