En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

06.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

07.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 10 min 33 sec
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 22 min 41 sec
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 1 heure 55 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 2 heures 11 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 2 heures 31 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 3 heures 12 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 4 heures 29 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 5 heures 23 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 5 heures 45 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 21 min 13 sec
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 53 min 16 sec
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 2 heures 24 sec
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 2 heures 24 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 2 heures 53 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 3 heures 2 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 3 heures 37 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 5 heures 3 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 5 heures 28 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 20 heures 49 min
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
masques entreprises coronavirus covid-19 plan de relance économie
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
masques entreprises coronavirus covid-19 plan de relance économie
Lutte contre la Covid-19

Port du masque en entreprise : la France au bord du point de rupture économique irréversible ?

Publié le 19 août 2020
Le gouvernement vient d’annoncer que le port du masque en entreprise serait obligatoire à compter du 1er septembre, en dehors des bureaux individuels. En outre, la ministre du Travail encourage le télétravail partout où le virus se répand. Un nouveau confinement produirait probablement des dégâts irréversibles à l’économie du pays.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement vient d’annoncer que le port du masque en entreprise serait obligatoire à compter du 1er septembre, en dehors des bureaux individuels. En outre, la ministre du Travail encourage le télétravail partout où le virus se répand. Un nouveau confinement produirait probablement des dégâts irréversibles à l’économie du pays.

Le port du masque sera obligatoire en entreprise à partir du 1er septembre. La mesure ne surprend personne, puisqu’elle est évoquée avec insistance depuis plusieurs jours par le gouvernement lui-même. Officiellement, il s’agit de « protéger les salariés », ce fil rouge qui guide le gouvernement depuis le début de l’épidémie. Dans la pratique, on comprend rapidement la visée profonde : il faut à tout prix éviter un reconfinement qui donnerait le coup de grâce à l’économie française. Et c’est bien l’angoisse fondamentale du pouvoir en place que de ne pas retomber dans une nouvelle paralysie dont le pays ne relèverait probablement pas.

Imposer le port du masque en entreprise est-il légal ?

Immédiatement, on se demande si cette obligation du port du masque en entreprise est totalement légale. Elle se substitue en tout cas ipso facto aux règlements intérieurs qui existent partout. Elle repose la question de la nature exacte de la vie collective en entreprise : est-ce une affaire publique ou une affaire privée ?

Dans tous les cas, les chefs d’entreprise écopent d’une nouvelle obligation et d’une nouvelle contrainte qui pèse sur leur organisation interne. On comprend que cette obligation ne posera guère de problème dans les bureaux. En revanche, elle soulèvera de nombreuses difficultés dans les ateliers où le travail collectif est parfois intensif et soumis à des conditions plus rudes.

La CPME n’a d’ailleurs pas tardé à exprimer son inquiétude vis-à-vis du risque de règles complexes à mettre en place, comme l’administration aime en inventer. Cette complexité est un véritable casse-tête pour les entrepreneurs, qui s’exposent à un risque de faute inexcusable en cas de manquement, ce qui les mène tout droit devant les tribunaux.

Polémiques sur la reprise de l’épidémie

Cette décision intervient dans un contexte polémique où beaucoup contestent l’effectivité d’une reprise de l’épidémie. Certes, les cas recensés ces derniers jours montrent une augmentation de la circulation du virus. Pour le reste, les porteurs dépistés semblent majoritairement asymptomatiques et la mortalité du virus est tombée au plus bas.

L’urgence qu’il y a à imposer le port du masque dans les entreprises peut donc paraître contestable. Elle procède surtout d’un souci de prévenir une reprise rapide de l’épidémie à la rentrée de septembre, quand les salariés retrouveront leur poste de travail. Dès ce moment, le pire peut survenir.

Le pire est bien connu : c’est une hausse de la mortalité qui créerait une panique et obligerait à recommencer un confinement. Le gouvernement sait qu’une décision de ce genre constituerait non seulement un signal politique désastreux, mais sonnerait aussi l’hallali de l’économie française. Durement frappée par le premier confinement, celle-ci pourrait finir par s’effondrer lourdement.

L’angoisse d’une rupture économique définitive

La fébrilité avec laquelle le gouvernement a pris sa décision témoigne donc d’une véritable inquiétude sur l’état réel de notre économie. Dans une large mesure, le chômage partiel, expression impropre qui désigne la nationalisation des salaires depuis le mois de mars, masque aux yeux de la majorité des Français l’ampleur de la vague qui s’annonce. Certains pressentent bien le carnage social qui se préparé, mais il paraît encore loin, et difficile à mesurer.

Pour le gouvernement, en revanche, la rentrée de septembre est problématique dans la mesure où les plans sociaux devraient pleuvoir comme à Gravelotte. Dans certaines régions du pays, dans certaines zones ou certains quartiers, la situation pourrait se tendre très rapidement. Alors que de nombreuses banlieues échappent déjà au contrôle de la police et que des échauffourées liées au port du masque sont quotidiennes dans les rues et les transports en commun, une paupérisation du pays pourrait mettre le feu aux poudres.

C’est ce risque que Jean Castex essaie de conjurer désormais.

Étouffer le pays à force de le protéger ?

Reste que, dans cette mobilisation des énergies pour éviter le retour du confinement, le gouvernement n’a guère pesé de tout son poids pour installer les fonctionnaires dans une dynamique de solidarité avec le reste du pays. Si les soignants échappent à ce constat, les autres corporations restent très à l’abri de l’effort.

On jugera donc, à la complexité des règles qui devront s’appliquer aux entreprises, si l’administration est capable de prendre sa part d’effort et de bonne volonté, où si nos agents publics, qui ont échappé au chômage partiel et réclament désormais des augmentations de salaire, continuent à raisonner comme avant, comme du temps de notre splendeur et de la chicanerie réglementaire à tout bout de champ. Pour les entreprises, en effet, la protection forte dont bénéficient les fonctionnaires risque de devenir un sujet d’agacement… voire de rupture.

Il ne faudrait pas en effet qu’à force de vouloir protéger le pays, le remède administré ne devienne pire que le mal.

Cet article a été publié initialement sur le site Le Courrier des stratèges : cliquez ICI 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lémire
- 20/08/2020 - 14:04
La vie en entreprise
N'en déplaise à certains, la vie en entreprise est une affaire publique dans les domaines de la sécurité physique (sachant que c'est depuis longtemps la collectivité qui paie pour les fautes commises), le harcèlement, l'équilibre entre employeur et employés, l'égalité des sexes, etc. C'est quand on ne peut pas, d'expérience, faire confiance aux individus qu'on fait des lois.

Ce qui m'étonne, c'est que les syndicats patronaux se bornent à se plaindre de l'Etat, au lieu de proposer des dispositifs adaptés sur la base de travaux de leurs adhérents...
Mais c'est la France...
gerint
- 20/08/2020 - 09:01
Jasmin 84
La France a changé. Et c'est très facile de terroriser un peuple (il n'y a pas que la France mais en France est parmi les pires) à partir d'un problème de santé. Je trouve que de plus en plus de citoyens ne veulent plus raisonner face à la vie et à la mort, ni sur rien d'ailleurs. On ne peut pas dire que le niveau philosophique augmente. Si la vaccin anti-Covid devient obligatoire et peut-être même sans cela il est bien possible que la plupart des gens se fassent piquer sans s'interroger sur le rapport bénéfice-risque qui pourrait bien être fort négatif ou au moins complètement inconnu surtout si l'épidémie en terme de cas graves et de mortalité ne redémarre pas (pour moi plus n détecte de cas asymptomatiques ou avec presque pas de symptômes pratiquement sans cas graves comme maintenant (ceux-ci continuent de diminuer ou de rester extrêmement bas et de concerner des personnes déjà au pronostic sombre: par exemple à Marseille: 1 mort sur une personne en fin de vie sur les 1000 derniers positifs d'après les statistiques Raoult, qui a quand-même une des séries de suivi les plus importantes au monde), mieux c'est car cela signifie que l'immunité se crée ou se renforce à l'échelle géné
Jasmin84
- 19/08/2020 - 23:11
Les français seraient ils
Les français seraient ils tous devenus abrutis ou décérébrés.
Comment expliquer qu’ils obéissent sans broncher à ces contraintes délirantes sans même se poser de questions sur leur nécessité et leur proportionnalité.
Comment font ils pour ne percevoir que les contraintes se multiplient à mesure que l,épidémie régresse.
Pourquoi ne s’étonnent ils pas que plus personne n’annonce plus le nombre de mort quotidien.
Pourquoi ne s’étonnent ils pas qu’on les oblige à mettre un masque pour faire les cinq pas qui les séparent de leur table au restaurant.
Qui risque t on de contaminer en allant de l’entrée du restaurant à sa table sans masque.
Existe t il une explication médicale, scientifique?
Quand cessera t on de nous prendre pour des gogos.
Et surtout quand les français vont ils enfin se réveiller !