En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 5 heures 42 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 9 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 11 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 12 heures 8 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 14 heures 30 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 14 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 15 heures 22 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 16 heures 3 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 16 heures 27 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 6 heures 53 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 9 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 11 heures 41 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 14 heures 3 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 14 heures 26 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 14 heures 37 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 15 heures 11 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 15 heures 56 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 16 heures 5 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 16 heures 34 min
© Sebastien Bozon / POOL / AFP
Emmanuel Macron police faillites Etat statistiques délinquance insécurité coronavirus covid-19 données chiffres
© Sebastien Bozon / POOL / AFP
Emmanuel Macron police faillites Etat statistiques délinquance insécurité coronavirus covid-19 données chiffres
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

Publié le 13 août 2020
Au regard de l'insécurité, de la délinquance ou de la crise du Covid-19, les imprécisions statistiques peuvent être préjudiciables pour l'Etat. Quelles conséquences ces défaillances peuvent-elles avoir sur notre société, notamment sur les questions liées à l’insécurité ?
Alain Bauer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Bauer est professeur de criminologie au Conservatoire National des Arts et Métiers, New York et Shanghai. Dernier livre paru : Vivre au temps du coronavirus (Cerf) ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au regard de l'insécurité, de la délinquance ou de la crise du Covid-19, les imprécisions statistiques peuvent être préjudiciables pour l'Etat. Quelles conséquences ces défaillances peuvent-elles avoir sur notre société, notamment sur les questions liées à l’insécurité ?

Atlantico.fr : Comment les imprécisions statistiques peuvent-elles provoquer une faillite de l’Etat français?

Alain Bauer : Pendant longtemps on a cru que l’absence de statistiques constituait une défaillance majeure pour l’administration de l’Etat. Compter les recettes, les dépenses, recenser la population, les naissances, les malades, les morts et les blessés, les électeurs, permettaient de définir des politiques publiques, de répartir les impôts, de justifier des investissements, d’être comptable de l’usage du denier public ou de comparer des performances pour les travailleurs ou les investisseurs.

Le ministère du chiffre, devenu ministère des comptes, a peu à peu remplacé tous les autres étalons de mesure par celui de la dette ou du retour sur investissement. Les sondages d’opinion définissent pour leur part en grande partie les politiques publiques, le chiffre magique des 3% de déficit public, inventés sur un coin de table et au doigt mouillé, cornaquent la gestion des Etats, chacun ou chacune dispose de son outil de référence permettant d’affirmer sa compétence ou d’être jugé comme incapable par son opposition ou son opinion publique. Ainsi, l’appareil statistique a depuis longtemps cessé d’être un dispositif scientifique pour se transformer en outil politique.

Mark Twain disait qu’il existe trois sortes de mensonges : “Les mensonges, les sacrées mensonges et les statistiques”, les frères Goncourt ajoutaient que “la statistique est la première des sciences inexactes”.

Mais on ne pouvait s’en passer et on considérait généralement que disposer d’un outil fiable permettait de gouverner honorablement. Ainsi, en matière de criminalité, l’Etat s’était doté en 1539 d’un Etat Civil, puis en 1827 d’un compte général de l’administration de la justice criminelle,  enfin après 1972 d’un dispositif national dit “4001” de recueil des faits enregistrés par les services de police et de gendarmerie et depuis 2003 d’une enquête nationale de victimation régulière mise en place par l’ONDRP et l’INSEE.

L’outil administratif policier est resté, volontairement le plus souvent, partiel, parcellaire et partial. Il a surtout servi à définir une politique légitime du résultat, rapidement transformée en politique du chiffre en application de la mode comptable du moment,

Pourtant, grâce au dispositif de victimation, on a pu voir apparaitre des écarts de prise en compte de phénomènes majeurs (violences intrafamiliales, violences contre les femmes, les mineurs, des curiosités en termes d’ élucidation, de réponse publique, de confiance aux institutions, …).

Au fil du temps, en s’appuyant sur ces outils, lentement, progressivement, des évolutions importantes se sont dessinées. La statistique a trouvé son utilité de manière paradoxale. Elle a servi à la société pour imposer une évolution des politiques de l’Etat.

Hélas, cette mutation imposée de l’extérieur a rencontré des résistances féroces, à tel point que le seul outil à peu près fiable mis en place par Nicolas Sarkozy en 2003 va bientôt disparaitre (l’ONDRP) et que l’enquête de victimation semble condamnée…

Sans statistiques ou sans volonté  de les comprendre, l’Etat gouverne le plus souvent par compilation plutôt que par analyse. Situation répétitive en matière criminelle, terroriste, ou pour la gestion de la pandémie de Coronavirus... Soit l’Etat n’a rien et s’en sert d’excuse. Soit il est submergé et justifie son retard par la complexité supposée du problème.  Et quand miraculeusement le politique impose des outils fiables et efficaces, comme Xavier Bertrand ou Roselyne Bachelot en 2009/2010 contre le H1N1, ou Nicolas Sarkozy puis Manuel Valls, l’administration n’a de cesse de démanteler le dispositif…

Quelles conséquences ces défaillances peuvent-elles avoir sur notre société, en particulier sur les questions liées à l’insécurité ?

L’Etat passe le plus souvent du mode sceptique au mode panique. Il préfère gérer les évènements selon un triptyque abondamment utilisé au fil des décennies : Négation, minoration, Ejection. En français courant : Ce n’est pas vrai, ce n’est pas grave, ce n’est pas de ma faute...

Qu’il ne dispose pas d’outils fiables ou qu’il soit submergé par l’information, l’administration semble souvent parfaitement imperméable aux données qui ne correspondent pas à son positionnement initial.

La situation s’est largement dégradée avec les Infox et autres Fake, Trolls et agents de désinformation qui ont transformée internet et les réseaux sociaux en Far West débridé.

L’Etat, en situation de crise de confiance majeure, ne porte plus la parole publique et il n’y a plus d’operateur de confiance capable de dépasser la muraille du conspirationnisme ambiant.

Il n’y a plus de vérité mais seulement des opinions contradictoires. Or, en matière de sécurité, la dégradation est ancienne, particulièrement en matière de violences physiques et homicides. En 1998, j’écrivis dans Le Monde un article sur le retour des « Oranges Mécaniques ».

Faute d’outils, de compréhension des outils, depuis un quart de siècle, les agressions subies ou déclarées progressent inéluctablement en France. Contre les institutions certes, mais surtout contre des victimes « ordinaires » qui un jour se révolteront aussi contre l’Etat. Pour enfin disposer de la protection qu’il leur promet.

Quelles solutions peuvent être imaginées face à ces défaillances de l’Etat?

Gouverner c’est prévoir, gouverner c’est choisir. Entre Pierre Mendes France et Michel Rocard, la liste des options possibles reste large. Si l’on préfère Clémenceau ou encore le Général de Gaulle, la pratique d’un « Ordre juste », sous contrôle citoyen, disposant d’outils modernes et indépendants, est parfaitement à la portée de l’Etat Central français, construit sur sa promesse régalienne.

Il lui faudrait donc rétablir l’outil (statistique de déclaration indépendant du dépôt de plainte et automatique, contrôlée par une autorité indépendante ; maintien et développement de l’enquête de victimation ; conférence citoyenne Police/Justice de résultats et d’action après chaque retour d’enquête nationale, … sont autant de pistes a à suivre.

Le ministère de l’intérieur a la chance d’avoir, à la tête de ses principales institutions (Cabinet, DGPN, DGGN, PP, …) de responsables intègres et compétents, volontaires, capables sans doute de procéder a un mouvement de modernisation dont ils seront aussi les bénéficiaires.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ex abrupto
- 14/08/2020 - 11:05
Les frères goncourt..
.. avaient peut-être une culture scientifique en général et statistique en particulier insuffisantes
zelectron
- 13/08/2020 - 21:26
une classe politique dévoyée !
Nous sommes gouvernés par des menteurs, hypocrites, politicards de bas étage et autres petites cervelles, dont le seul but de s'enrichir le plus discrètement possible est la seule raison de leurs mandatures !
tubixray
- 13/08/2020 - 19:26
@JBL
Merci de nous avoir signalé l'éditorial de P. Bilger paru hier sur Bd Voltaire.
Une analyse de la violence à laquelle nous sommes tous exposés et la désignation de leurs auteurs rarement entendus sur les médias "mainstream" (comprendre ceux de la pensée unique).