En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 6 heures 48 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 7 heures 27 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 8 heures 53 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 9 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 11 heures 4 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 14 heures 51 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 14 heures 51 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 14 heures 53 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 14 heures 54 min
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 7 heures 15 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 8 heures 39 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 9 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 10 heures 57 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 13 heures 19 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 14 heures 49 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 14 heures 51 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 14 heures 52 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 14 heures 54 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 14 heures 55 min
© Thibault Camus / POOL / AFP
Liban Emmanuel Macron
© Thibault Camus / POOL / AFP
Liban Emmanuel Macron
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

Publié le 12 août 2020
Le président français Emmanuel Macron avait insisté, la semaine dernière lors de sa visite au Liban après la catastrophe à Beyrouth, sur la nécessité d'"unité" de la communauté internationale, malgré "les conditions géopolitiques" autour du Liban. Comment expliquer le double discours d’Emmanuel Macron sur le Hezbollah ? Quelle ligne politique la France devrait-elle adopter face au Hezbollah ?
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président français Emmanuel Macron avait insisté, la semaine dernière lors de sa visite au Liban après la catastrophe à Beyrouth, sur la nécessité d'"unité" de la communauté internationale, malgré "les conditions géopolitiques" autour du Liban. Comment expliquer le double discours d’Emmanuel Macron sur le Hezbollah ? Quelle ligne politique la France devrait-elle adopter face au Hezbollah ?

Atlantico.fr : Comment expliquer le double discours d’Emmanuel Macron sur le Hezbollah ?

Ardavan Amir-Aslani : Je crois que le président a choisi d'opter pour la realpolitik, au détriment d'un jusqu'au-boutisme diplomatique qui a pu coûter cher à la France par le passé. On se souvient notamment de l'échec de la stratégie française en Syrie. Premier pays à couper ses relations avec Damas et à fermer son ambassade, fermement opposé à Bachar El-Assad et lui imposant des sanctions, la France s'est rapidement retrouvée hors-jeu face à d'autres puissances plus pragmatiques dans la gestion de la guerre civile syrienne. Depuis le début de son mandat, Emmanuel Macron a d'ailleurs toujours prôné l'usage du réalisme et du pragmatisme face aux complexes enjeux géopolitiques du Moyen-Orient. Il ne souhaite visiblement pas répéter les erreurs de ces prédécesseurs, qui soutenaient trop ouvertement un camp face à un autre. 

Effectivement, si l'on compare son discours de la résidence des Pins, qui désigne la classe politique libanaise dans son ensemble, et le contenu des échanges qui auraient eu lieu entre le président français et son homologue américain vendredi dernier à propos du Hezbollah, on remarque un hiatus. Tout en désignant le Hezbollah – sans le nommer - au même titre que les autres partis de la scène politique libanaise, comme responsable de la faillite du Liban et de la corruption généralisée qui le gangrène, Emmanuel Macron a voulu convaincre le président américain que les sanctions qui impactent son financement par l'Iran sont contreproductives et que, loin de les affaiblir tous deux, elles les renforcent. C'est reconnaître que le Hezbollah, comme l'Iran d'ailleurs, est un partenaire que l'on ne peut écarter de la table des négociations. La population libanaise elle-même le sait et le dit non sans dépit : rien au Liban, aucune sortie de crise ni reconstruction, ne pourra se faire sans le Hezbollah. Ce n'est pas une puissance étrangère : c'est un mouvement politique, militaire et religieux représentant les chiites libanais, un parti de gouvernement élu démocratiquement par près d'un quart de la population libanaise, allié au parti chrétien du président libanais Michel Aoun, enfin considéré comme le mouvement qui a garanti l'intégrité du Liban face à l'avancée de Daech en 2014. Certes, le contentieux entre le Hezbollah et Israël est incontestable, mais on ne peut pas considérer la réalité du mouvement uniquement sous ce prisme-là. Aujourd'hui, c'est l'une des principales forces politiques du Liban, et Emmanuel Macron prend acte de cette réalité.

Quels sont les dangers de cet « en même temps » géopolitique ?

Par définition, ce « en même temps » si cher à Emmanuel Macron est un exercice d'équilibre ardu à tenir, et qui n'est pas exempt d'incohérences. Sur le dossier iranien par exemple, la France souhaite le maintien du Joint Comprehensive Plan of Action, et « en même temps », soutient les Etats-Unis lorsqu'ils veulent proroger l'embargo sur les armes imposé à l'Iran. Pour couper court aux accusations de paternalisme et d'ingérence au Liban, le président français martèle sans cesse qu'il se refuse à prendre parti et cherche à conserver une certaine neutralité. « En même temps », il appelle finalement à lever les sanctions contre le Hezbollah et à reprendre le dialogue avec Hassan Nasrallah. Qu'on le veuille ou non, c'est une façon d'intervenir en sa faveur.

Effectivement, dans un contexte aussi complexe que celui du Moyen-Orient, prendre parti pour un camp ou l'autre, sous-estimer l'assise locale d'un adversaire, est un pari hasardeux qui peut in fine vous disqualifier. Emmanuel Macron tente d'éviter cet écueil, manie l'implicite et la diplomatie, qui est l'art de ménager tout le monde, mais le danger d'une telle stratégie, qui peut apparaître illisible, indécise, et finalement impuissante, c'est au final de ne contenter personne. 

Quelle ligne politique la France devrait-elle adopter face au Hezbollah ?

Le choix du réalisme, donc du dialogue avec l'ensemble des acteurs concernés, semble la meilleure option possible. Depuis la fondation du Hezbollah en 1982, la France s'est toujours méfiée du mouvement et l'a finalement ménagé. Elle reste traumatisée par l'attentat-suicide du Drakkar à Beyrouth en octobre 1983. Traiter avec le Hezbollah est indispensable pour résoudre le chaos libanais, tout en restant conscient que le statu-quo l'arrange, au même titre que les autres partis... Mais nier le poids du Hezbollah sur l'échiquier politique libanais, ce serait non seulement nier la réalité du Liban d'aujourd'hui, mais aussi risquer d'y impliquer davantage l'Iran. 

Bien que le Hezbollah ait gagné sa « libanité » depuis la guerre contre Israël en 2006 et par la voie des urnes, « en même temps », il reste une émanation historique iranienne. Or, l'Iran est un acteur essentiel du contexte géopolitique du Moyen-Orient, il est impossible de le considérer comme quantité négligeable, surtout au Liban, où il est le principal allié du Hezbollah et des chiites libanais, longtemps considérés comme des citoyens de seconde zone, et pour la défense desquels il n'hésitera pas à intervenir. L'Iran a d'autant plus de poids aujourd'hui qu'il a donné la preuve de l'inefficacité des sanctions, qui renforcerait presque celui qui les subit. Malgré la « pression maximale » exercée par Donald Trump depuis deux ans, l'Iran est plus puissant que jamais en Irak, en Syrie, au Liban et au Yémen. Avec la signature du « Lion-Dragon Deal » de 25 ans avec Pékin, il a démontré qu'il existe des alternatives à la puissance occidentale. L'Iran dispose du soutien de la Chine et de la Russie jusqu'au sein du Conseil de Sécurité, où elles ont récemment déclaré vouloir opposer leur veto à la résolution américaine pour la prorogation de l'embargo sur les armes. Les Etats-Unis et les Européens n'ont plus le monopole de la résolution des conflits. Si la France veut retrouver un rôle de médiateur crédible, il faut qu'elle reconnaisse ce monde multipolaire et qu'elle fasse effectivement preuve de pragmatisme. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 12/08/2020 - 19:04
En campagne électorale pour 2022!
Comme le dit fort justement J'accuse,le roitelet instrumentalise le drame du Liban à son profit personnel,en espérant en retirer quelques bénéfices sur le plan international et redorer ainsi un blason bien terni qu'il aura du mal à redorer d'ici la présidentielle tellement il est plombé par les affaires et la crise sanitaire sociale et économique qui s'invite pour la rentrée.Alors,il fait la seule chose qu'il sache à peu près faire,de la com,il s'agite comme une éolienne en brassant du vent.Bref tout le monde l'aura compris,il est déjà en campagne électorale en vue d'une très improbable réélection en 2022.
lasenorita
- 12/08/2020 - 16:41
Il est trop tard!
Il est trop tard pour réagir maintenant! Je ne vois qu'une solution c'est de dire aux musulmans: ''la valise ou le cercueil''.. car ce sont bien les musulmans qui ont foutu la pagaille au Liban.. En effet, quand les Israéliens ont chassé 800.000 Palestiniens, de Palestine, ceux-ci se sont installés au Liban au lieu de se réfugier dans des pays musulmans tels la Syrie, l'Iran etc.. Le million de non-musulmans, qui ont été chassés d'Algérie, en 1962,eux,sont partis en France qui, à cette époque était en majorité chrétienne! Le Hezbollah est un parti terroriste qui, sous le prétexte que les Palestiniens ont été chassés de leur pays, en profite pour commettre des attentats dans le monde entier... comme si nous étions responsables de la guerre israélo-palestinienne! Est-ce que les Pieds-Noirs(non-musulmans) sont entrés en guerre contre tous les pays musulmans, après avoir été chassés de leur pays natal par les musulmans? Les chrétiens et les Juifs étaient en Palestine AVANT les musulmans puisque les musulmans n'y sont arrivés qu'au septième siècle, venant d'Arabie!.. mais les musulmans ont l'habitude de chasser les non-musulmans de leur pays et de dire que ce pays est le leur!.
ajm
- 12/08/2020 - 15:02
Romantisme diplomatique.
La France n'a aucun intérêt très significatif au Liban, pas plus qu'en Syrie. Le Liban, comme son voisin syrien, est un nid de vipères. C'est un nid de vipères largement francophones et partiellement chrétiennes, ce qui peut justifier une certaine sympathie et quelques aides, sans plus. Il faut arrêter de jongler avec des histoires d'autrefois, tirées de souvenirs de vieux diplomates ou militaires, avec les romans de l'entre deux guerres de P Benoît en sus. Le romantisme diplomatique n'est pas de mise.