En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

03.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

07.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 6 min 12 sec
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 27 min 26 sec
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 1 heure 35 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 15 heures 53 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 17 heures 56 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 18 heures 54 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 20 heures 37 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 21 heures 54 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 22 heures 52 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 23 heures 20 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 10 min 9 sec
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 47 min 45 sec
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 1 heure 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 16 heures 40 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 18 heures 28 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 20 heures 14 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 20 heures 50 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 22 heures 37 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 23 heures 10 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 23 heures 52 min
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
masques coronavirus covid-19 masculinité violences
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
masques coronavirus covid-19 masculinité violences
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

Publié le 12 août 2020
Des études américaines ont montré que les hommes étaient nettement plus nombreux que les femmes à refuser absolument le port du masque. En cause ? La peur de ne plus pouvoir affirmer leur masculinité.
Jean-Paul Mialet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Mialet est psychiatre, ancien Chef de Clinique à l’Hôpital Sainte-Anne et Directeur d’enseignement à l’Université Paris V.Ses recherches portent essentiellement sur l'attention, la douleur, et dernièrement, la différence des sexes.Ses...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des études américaines ont montré que les hommes étaient nettement plus nombreux que les femmes à refuser absolument le port du masque. En cause ? La peur de ne plus pouvoir affirmer leur masculinité.

Atlantico.fr : Quel lien peut-on faire entre le refus du port du masque et la crise de masculinité que traversent les hommes en Occident ?

Jean-Paul Mialet : Un certain mouvement féministe, essentiellement universitaire, enclenché il y a une quarantaine d’années par les Queers américaines mais rapidement propagé à tous et toutes les intellectuel(les) occidentaux, a voulu faire de l’homme le responsable de tous les malheurs de la femme, comme plus largement du monde. Même les guerres étaient de son fait. Naturellement, les arguments ne manquent pas : les conduites violentes sont rarement le fait des femmes, et les viols sont dans la plupart des cas masculins. Dans bon nombre de sociétés, comme on sait, la suprématie masculine ne met pas de frein aux appétits masculins et le rôle de la femme se réduit à celui d’instrument pour le bon plaisir de l’homme ou son organisation domestique.  

Cette révolte a son utilité : elle conduit l’homme à s’interroger sur ce qui le fonde en tant qu’homme et à remettre en cause une idée de la virilité performative, fondée sur la force physique, la puissance et la prise de risques. L’ennui est que les positions extrêmes favorisent un retour de flamme. L’homme d’aujourd’hui ne sait plus ce qu’il est en droit de s’autoriser : il doit obéir aux normes féminines – tenues comme seules respectables – et n’a pas jusqu’à présent su exposer qu’il n’était pas une femme comme les autres.  Lui en a-t-on laissé les moyens ? Le sectarisme de la pensée contemporaine ne laisse pas grand place au débat. Et dans nos sociétés avancées, la suprématie masculine s’éloigne de plus en plus pour devenir un fait historique. A titre d’exemple, 70% des étudiants en médecine sont des étudiantes…

Quoiqu’il en soit, plus que jamais, la masculinité fragilisée risque de pousser à des positions de virilité caricaturale, à la manière de Donald Trump. Plus que jamais, certains hommes, pour se sentir homme, vont se montrer capable de toutes les audaces et briser toutes les règles. Le « porc émissaire », pour reprendre le beau titre de l’ouvrage d’Eugénie Bastié, pourrait bien, si l’on n’y prend pas garde, se métamorphoser en sanglier. Dans mon livre Sex Aequo, je rappelle qu’à l’origine, être homme, c’est quitter le giron de sa mère. Ce point de départ, à mon sens, formate l’homme : la masculinité se vit toujours comme un défi.

Pour en venir à votre question, plusieurs études aux Etats-Unis démontrent en effet que les hommes opposent au port des masques une résistance nettement plus grande que les femmes – ceci alors qu’ils se savent plus exposés aux risques du Coronavirus. Cela, disent-ils, leur semble une faiblesse. Et une faiblesse plus grande encore si elle leur est imposée : ils peuvent lors devenir violents. Si les crises, dans le domaine du vivant, se traitent toujours sur le mode du combat ou de la fuite (« fight or flight »), être un homme, pour ceux qui résistent, suppose de choisir le combat. Pourra-t-on les empêcher de donner la priorité à leur fierté individuelle sur l’intérêt collectif ? Ou bien faut-il s’attendre à ce qu’ils se rebellent contre des normes qui leur paraissent une atteinte supplémentaire à l’expression de leur masculinité ? Pour tenter d’apaiser les esprits, des sportifs célèbres s’affichent avec le masque et des marques telles que Nike réfléchissent à des masques « virilisés ».

Le refus port du masque semble avoir été à l'origine de nombreux épisodes de violences qui ont eu lieu en France au cours des dernières semaines. Cette crise de masculinité est-elle à l'origine des épisodes de violence qui gangrène la société française ?

Je me garderai bien d’apporter une réponse simple à votre question. Mais essayons d’y répondre d’une manière globale. L’expression violente naît quand il n’y a pas d’autres moyens de se faire entendre. Certes la violence est plutôt le fait des hommes que des femmes. Alors qu’un journaliste lui posait la question de savoir qui souffrait le plus dans les guerres, les femmes ou les hommes, le Général de Gaulle avait répondu sans hésiter : les femmes car elles sont du côté de la vie. Les temps ont changé, mais cette réponse me paraît toujours d’actualité. Donc oui, lorsque les hommes se révoltent, il faut s’attendre à de la violence. Mais la révolte ne naît pas du chromosome Y. Elle naît d’un contexte ressenti comme intolérable poussant à affronter la pression de l’ordre établi. En sommes-nous là ? 

La crise de l’autorité devenue illégitime tant au niveau de l’Etat qu’au niveau de l’éducation et de la famille ne permet pas de bien contenir la violence ordinaire, celle qui pousse chacun à exister plus que son voisin, et elle fait de nous une société fragile. Et l’absence de débat face à une pensée qui ne connaît plus que la doxa, et s’exprime d’une façon monolithique dans le discours officiel tout en se doublant d’un contre courant confus et incohérent dans les réseaux sociaux - cette absence de débat favorise, comme on vient de le dire, l’expression violente. Ajoutons le manque de visibilité pour l’avenir rend nerveux… La crise de la masculinité ne me paraît au milieu de tout cela qu’un facteur parmi bien d’autres – bien qu’il fasse sans doute la prendre au sérieux. Mais il me semblerait plus urgent de rétablir l’ouverture d’esprit que de réhabiliter la masculinité, ce qui ne peut pas se faire du jour au lendemain.

Cette crise de masculinité peut-elle se résorber ?

Ne rêvons pas. Les crises ne se résorbent que lentement, et souvent à travers des secousses. Mais, si l’on en juge par les jeunes néo-féministes, il me semble que le balancier de la critique masculine pourrait bientôt freiner son mouvement et s’ouvrir à un vrai débat avec les hommes. Jusqu’à présent, la parole des hommes a été confisquée par les femmes ; lorsqu’un universitaire, sociologue ou philosophe, intervient, c’est le plus souvent pour reprendre des propos convenus. Il est aujourd’hui indispensable d’être féministe pour faire carrière dans les grandes institutions, comme il le fut autrefois d’être communiste : la menace de sexisme, etc., pèse sur tout homme qui ne communie pas dans l’affliction et la compassion pour le statut victimaire de la femme. Je pense qu’il y aurait pourtant un grand avantage à laisser s’exprimer des hommes non inféodés à la pensée dominante.

A propos de la masculinité, par exemple, les asiatiques nous enseignent d’autres voies qu’une virilité performative écrasante et naïve. Cela a d’ailleurs joué un tour à un ami psychiatre, chercheur en neurobiologie à Harvard, que je ne peux m’empêcher de relater ici, pour l’anecdote mais aussi pour son caractère édifiant. Il s’était engagé dans une comparaison interculturelle sur les relations entre masculinité et téstosterone.  Pour évaluer la masculinité, il employait des échelles validées en Occident. Or ces échelles se montrèrent sans validité en Chine, car elles comportaient plusieurs  questions sur la prise de risques. L’exposition au risque, découvrit-il, n’est en rien tenue dans ce pays comme un critère de masculinité. C’est la maîtrise qui est valorisée et représente un indice masculin. Quant à la prise de risque, elle serait plutôt  une indication d’immaturité. 

Qui sait si, après nous avoir envoyé le Covid, nos collègues chinois ne vont pas nous aider à réviser nos positions masculines sans sombrer dans la violence ?  

Jean-Paul Mialet a publié Sex aequo: Le quiproquo des sexes aux éditions Albin Michel.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 13/08/2020 - 14:10
Un relent de masculinité ? Horreur !!!
Les États-uniennes auraient-elles oublié de dénoyauter ?? !!
Ganesha
- 13/08/2020 - 08:11
N 95
En Avril, il n'y avait aucun masque FFP2 disponible, même pas sur Amazon.
J'ai acheté 5 masques N95 sur ''Banggood'' pour 17€.
Deux mois plus tard, je les ai reçu par un simple petit colis postal : de type ''bec de canard'', repliés, ils sont compacts.
Après utilisation, je les laisse sècher pendant quelques jours.
Forbane
- 12/08/2020 - 19:03
Evguenie
Oui les hommes occidentaux à l’époque d’Omaha Beach étaient très courageux ( surtout les anglo-saxons d’ailleurs), mais ils n’existent plus, à part quelques uns comme Monsieur Beltrame ou le jeune Marin....