En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

03.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

07.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 5 min 38 sec
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 26 min 52 sec
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 1 heure 35 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 15 heures 52 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 17 heures 56 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 18 heures 53 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 20 heures 37 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 21 heures 53 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 22 heures 52 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 23 heures 20 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 9 min 35 sec
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 47 min 11 sec
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 1 heure 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 16 heures 39 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 18 heures 28 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 20 heures 14 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 20 heures 50 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 22 heures 37 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 23 heures 9 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 23 heures 51 min
© Tristan Arlaud
© Tristan Arlaud
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

Publié le 09 août 2020
L'histoire de l'exploitation maraichère bio détruite intentionnellement à l'aide de pesticides au nord d'Aix-en-Provence vient de rebondir avec les résultats d'analyses du produit utilisé : il s'agit de glyphosate, très concentré, tel que seuls des agriculteurs peuvent s'en procurer.
Antoine Jeandey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri, pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Lancé en début d’année 2012, WikiAgri a pour philosophie de partager, avec les...
Voir la bio
WikiAgri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'histoire de l'exploitation maraichère bio détruite intentionnellement à l'aide de pesticides au nord d'Aix-en-Provence vient de rebondir avec les résultats d'analyses du produit utilisé : il s'agit de glyphosate, très concentré, tel que seuls des agriculteurs peuvent s'en procurer.

Cet article fait suite à celui-ci

Lorsque je vous présentais les faits ainsi que différentes hypothèses quant à ceux qui avaient pu les commettre (lire ici), je concluais l'article en ces termes : "Si l'hypothèse 2 [celle d'actes commis par d'autres agriculteurs jalousant la réussite du bio] devait être retenue, nous serions dans le cas où celui qui parvient à s'adapter serait la victime de celui qui n'y arrive pas. Deux échecs pour notre agriculture. Qu'il faudrait analyser d'urgence !" Malheureusement, nous y sommes. Les derniers éléments du dossier vont dans ce sens.

Du glyphosate très concentré, qui ne peut venir que d'un agriculteur

Rappelons rapidement ce dont il s'agit. Du côté de Le Puy Sainte-Réparade, à une quinzaine de kilomètres au nord d'Aix-en-Provence, 4000 mètres carrés de serres maraichères bio ont été saccagés, les serres cisaillées, puis les cultures à l'intérieur aspergées de pesticides. Les exploitants, Tristan Arlaud et sa compagne Oriane, ne se sont pas rendus compte de suite de l'aspersion par des phytosanitaires, et Tristan en particulier a continué de travailler pour essayer de sauver ce qui pouvait l'être les jours suivants. Rendu malade, il apprend que la cause est une exposition prolongée aux pesticides... Evidemment jamais utilisés dans cette serre bio !

Les faits nouveaux : le produit répandu a été analysé par un cabinet indépendant. Il s'avère qu'il s'agit de glyphosate. Mais pas de n'importe quel glyphosate : celui trouvé dans la serre de la ferme des jardins du paradis est 30 fois plus concentré que celui que l'on a le droit d'utiliser sur les cultures conventionnelles ! En d'autres termes, impossible à trouver dans le commerce par un particulier. Il ne peut s'agir que d'un usage professionnel sachant que l'agriculteur qui le reçoit a la consigne de le diluer avant usage. Conclusion : les faits ont vraisemblablement été commis par un agriculteur...

"On a voulu intenter à ma santé"

De fait, l'emplacement de la serre est déclassé, considéré comme pollué au glyphosate, impossible de la restaurer pour produire du bio. De fait aussi, l'acte intentionnel a été très loin. "J'ai fait appel à un avocat, précise Tristan Arlaud à WikiAgri. Non seulement nous sommes touchés économiquement, mais la dose est telle qu'il est clair qu'on a voulu intenter à ma santé, et peut-être même davantage. Si effectivement les faits viennent d'un agriculteur, il ne pouvait ignorer la dangerosité du produit à une telle dose, tout le monde dans la profession a eu l'obligation, au minimum, de suivre une formation sur la manipulation des phytosanitaires."

Rappelons que Tristan Arlaud a subi une intervention temporaire de travail de 8 jours (au sens pénal) pour empoisonnement. Aujourd'hui, des malaises persistent, "j'en ai pour plusieurs mois pour être totalement remis d'après les médecins", souffle-t-il.

Une ardoise supérieure à 50 000 € pour poursuivre l'activité

Economiquement, ce n'est pas mieux, loin s'en faut. L'ardoise est salée. Une part importante de la production perdue et improductive, impossibilité de vendre quoi que ce soit pendant plusieurs semaines... Rien que pour ça, le trou dans la trésorerie représente "près de 30 000 €", chiffre Tristan Arlaud. A cela, il faut ajouter le réinvestissement : reconstruire une serre (pas au même endroit, devenu pollué) et la mettre en production pour les légumes d'hiver, racheter des plants pour les fraises qu'ils aient le temps de pousser avant la prochaine saison, etc. Coût estimé : 20 à 25 000 €. Soit en tout une perte de 50 000 € !

Pour en récupérer la plus grosse partie, une cagnotte en ligne a été lancée sur Miimosa. Les clients, très demandeurs pour trouver des fruits et légumes bio de qualité, y participent volontiers. L'objectif est loin d'être atteint bien sûr, mais cette cagnotte avance.

Pour la première fois, des agriculteurs s'en prennent à d'autres agriculteurs

Revenons à la particularité de ce fait divers, qu'il ait vraisemblablement été commis par d'autres agriculteurs. Cela mérite que l'on s'y attarde, car cette situation reflète une nouvelle dimension dans la non acceptation des évolutions de notre agriculture, et même de notre société dans un sens plus large.

D'abord la parole à Tristan Arlaud : "Je me mets à leur place. Jusqu'à la Pac verte, mise en place il y a près de 5 ans, ils pouvaient bénéficier des aides européennes et vivre avec. Depuis ce changement dans les règles d'attribution, ils ont d'énormes problèmes de trésorerie, ça devient intenable... Évidemment, là où je ne peux plus cautionner, c'est dans cette réaction consistant à vouloir détruire celui qui à su s'adapter à ce système et qui réussit."

Car les attaques perpétuées envers Tristan Arlaud et sa ferme sont allées crescendo au fil du temps. Il y a eu tous ces sangliers qui se sont, "comme par hasard", retrouvés agglutinés en bordure immédiate des terres et qui ont nécessité de nouveaux investissements pour arrêter leurs dégâts devenus trop importants et trop fréquents. Egalement l'inondation programmée, évitée de justesse, d'une partie des cultures en plein champ suite à "une erreur de manipulation" des arrosants du canal... Jusqu'au paroxysme atteint avec l'attaque à l'arme chimique, le glyphosate concentré étant en l'occurrence utilisé comme tel.

Fait divers isolé, ou remise en cause générale à réfléchir ?

Ensuite, l'analyse. Il semble clair aujourd'hui que les faits commis n'ont pas qu'un seul coupable (ou groupe de coupables), l'absence d'accompagnement dans l'évolution des mesures concernant notre agriculture les poussent également à des actes de désespoir. Si les auteurs doivent évidemment être condamnés pour les faits commis, l'histoire ne doit pas s'arrêter là.

Ceux qui me connaissent savent que je suis de près différentes formes de mal-être agricole, qui peuvent mener jusqu'au suicide. En l'occurrence, l'expression du désespoir ressenti n'est pas la même. Mais l'on retrouve un aspect, l'obligatoire remise en cause de tous les acteurs agricoles ou para-agricoles dans l'accompagnement des paysans. Clairement, les normes évolutives, liées à un contexte sociétal qui les réclame, ne sont assumées que par eux. C'est lourd, si lourd que certains arrêtent toute production (le nombre de fermes ne cesse de baisser en France et de plus en plus vite), et que d'autres "craquent". Burn-out, violences conjugales, et désormais violences envers des confrères, tout cela est lié.

Il est grand temps – et sans doute pas seulement en agriculture – de réfléchir à toutes les conséquences de chacune de nos évolutions, de remettre l'être humain au centre de chaque décision, de vérifier les impacts humains, et si nécessaire d'instituer de réelles mesures d'accompagnement. Dans les faits, pas seulement dans les discours.

Article publié initialement sur Wikiagri

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
arvensis
- 13/08/2020 - 12:15
sujet grave à suivre.
L'hostilité de certains agriculteurs "conventionnels" envers l'agriculture biologique est bien réelle, bien répartie sur le territoire et ne date pas d'aujourd'hui. Quand on vous montre concrètement que l'on peut produire et vivre sans polluer, c'est rageant surtout pour celui qui a tout investit finances et crédibilité dans des productions sous perfusions chimiques.
J'espère que cet acte délictueux sera suivi par Mr Jeandey de WikiAgri et qu'Atlantico lui redonnera la parole. Merci.
Arvensis Agriculteur bio retraité
Hiris
- 09/08/2020 - 17:50
Louna
Pas indulgents les commentaire ,à charge ,car cette histoire sent l arnaque à 100 lieux . L énoncé des faits est beaucoup trop misérabiliste pour être crédible. Les agriculteurs ont des vies difficiles ,sans reconnaissance alors qu ils sont les greniers de la France,ce genre de fait divers brameux qui en plus les accuse directement alors que c est une micro exploitation en bio ,phénomène de mode qui ne repose sur aucun contrôle sérieux mais est vendu une blinde ,c est vouloir imposer l image du pauvre petit en bio contre les gros méchants en conventionnel . Cette attitude va porter tord aux deux .
Louna
- 09/08/2020 - 15:35
Commentaires "indulgents"
Quelque soit la concentration du produit ces actes ne sont pas des actes de désespoir, ce sont des actes de criminels.