En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

07.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 10 heures 14 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 11 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 11 heures 39 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 13 heures 49 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 14 heures 33 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 16 heures 3 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 16 heures 35 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 17 heures 42 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 18 heures 6 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 18 heures 34 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 10 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 11 heures 24 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 12 heures 21 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 14 heures 21 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 15 heures 52 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 16 heures 4 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 17 heures 37 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 17 heures 53 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 18 heures 13 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 18 heures 40 min
© DAMIEN MEYER / AFP
© DAMIEN MEYER / AFP
Atlantico Business

Google, Amazon, Facebook et Apple sur le banc des accusés : ils se considèrent comme le seul espoir de l’économie américaine. Et si c’était vrai ?

Publié le 01 août 2020
La tech américaine gouverne le monde, car sinon ce serait la Chine qui le gouvernerait. C’est peu ou prou le message des quatre plus grands patrons américains du moment. Ils se considèrent être la réponse à la guerre commerciale et le seul moyen de préserver la puissance économique.
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La tech américaine gouverne le monde, car sinon ce serait la Chine qui le gouvernerait. C’est peu ou prou le message des quatre plus grands patrons américains du moment. Ils se considèrent être la réponse à la guerre commerciale et le seul moyen de préserver la puissance économique.

« Si vous tuez les Gafa, vous ferez le jeu des Chinois. Si vous nous empêchez de travailler et de protéger les valeurs de liberté qui ont fait la grandeur et la prospérité de l’Occident, nous serons envahis par les cultures asiatiques et nous tomberont sous le joug du pouvoir autoritaire de Pékin, qui n’a que faire de nos ambitions de liberté et de démocratie ». C’est en l’occurrence ce que disent les dirigeants des grandes entreprises du digital, mais jusqu'alors, ils ne l’exprimaient pas publiquement.

On avait déjà eu l’occasion de les entendre séparément, mais cette fois, les parlementaires américains ont voulu frapper fort et les ont convoqués tous les 4 : Mark Zuckerberg pour Facebook, Sundar Pichai pour Google, Tim Cook pour Apple et Jeff Bezos pour Amazon, pour qui cette audition était une première.

Les Big Four de la tech se sont retrouvés par visioconférence, mercredi, comme sur le banc d’accusés, devant répondre de leurs méfaits : dominer toujours un peu plus la tech américaine. Il leur fallait se défendre. On les a vus sortir de leurs réserves et de leurs gonds pour, non seulement se défendre, mais pour dire au pouvoir politique : « on fait le boulot que vous n’êtes pas toujours capable de faire. On travaille pour le peuple, pour les populations sans distinction de races ou de religions, pourvu que les valeurs fondamentales qui sont les nôtres soient respectées. »

Concrètement, ce qui est leur est reproché par la Commission du Congrès, présidée par un démocrate et qui enquête depuis plus d’un an, c’est autant leur grande taille sur leurs marchés, du moteur de recherche à la plateforme e-commerce, en passant par les réseaux sociaux, taille acquise notamment par le rachat de tout concurrent potentiel (Instagram et Whatsapp par Facebook, Waze pour Google) ; que leur cannibalisme à aller empiéter sur de nouveaux secteurs (comme l’incursion d’Amazon dans le marché alimentaire bio avec Whole Foods). En outre, des résultats financiers toujours plus forts : Amazon et Facebook viennent quasiment de doubler leur bénéfice pour le 2ème trimestre.

La ligne de défense employés par les 4 patrons, qui s’étaient sûrement concertés en amont, n’est pas dénuée de sens.

D’abord, les GAFA sont l’image de la souveraineté technologique américaine. Chaque patron a cherché à montrer son attachement à l’Amérique et son modèle, avec un story-telling à l’américaine: du rêve américain de Jeff Bezos, fils d’immigré mexicain et qui lance sa librairie en ligne dans son garage ou de l’arrivée de Sundar Pichai à l’université de Stanford après une enfance en Inde. Racines qui en feraient des entreprises patriotes, « fièrement américaines », dont la puissance servirait surtout le leadership américain.

Et la confrontation interminable avec la Chine dans laquelle Donald Trump s’est embarquée leur donne plutôt raison. Certaines mesures ou interdictions prises par le président américain ont eu comme conséquences que la Chine développe ses propres outils (pour remplacer le système d’exploitation Android par exemple…). Ce sont donc de nouveaux concurrents (Huawei, Alibaba, Tiktok) qui ont gagné en puissance et qui trouvent leurs débouchés à l’international. Facebook ou Google n’ont pas hésité à rappeler que leur succès n’était pas garanti éternellement et qu’un nouveau produit pourrait les remplacer à tout moment.

Voilà leur principale carte jouée : l'argument selon lequel la réglementation serait inutile et nuisible à l'avenir de l'innovation américaine. Qui de mieux placés qu’eux pour mener la course avec la Chine, dans la mère des batailles, celle de la technologie qui impactera forcément tous les secteurs – des transports à la santé et tant d’autres et surtout la vie quotidienne de milliards d’utilisateurs? Pour Mark Zuckerberg par exemple, un concurrent comme Tiktok, fondé par un Chinois et donc aux mains de la Chine autoritaire, pourrait être ô combien plus dangereux que le réseau social américain qui cherche à tout prix à se structurer pour éviter un nouveau scandale de manipulation de données.

Ensuite, ils ont réussi à prouver que le consommateur ou le travailleur américain étaient gagnants. En profitant d’innovations régulières qui améliorent le pouvoir d’achat d’une part (les smartphones et leurs fonctionnalités dignes d’un ordinateur, l’enceinte connectée Echo d’Amazon ou de Google à prix cassé). Les GAFA ont les ressources financières et matérielles pour lancer de nouveaux produits et y intégrer les technologies les plus abouties, comme l’intelligence artificielle. Et de jouer sur le volume avec un prix de vente plutôt bas.

D’autre part, sur leur action sur l’économie en créant des emplois dans le pays. Tim Cook a rappelé la création de 1,9 million d’emplois grâce à la plateforme Appstore, Sundar Pichai a évoqué les formations gratuites à destination de petites entreprises, alors qu’Amazon est le deuxième plus grand employeur américain.

« Au bout du compte c’est le client qui décide » se justifie Jeff Bezos quand un député lui reproche les prix pratiqués sur Amazon ou alors le fait que le système d’intelligence Alexa, favorise les produits Amazon.

C’est aussi grâce à ces entreprises que pendant le confinement, le télétravail, la consommation ont pu continuer, tout en laissant la place à de nouveaux acteurs (et l’arrivée triomphante de Zoom dans la visioconférence).

Enfin, la dernière critique à laquelle ils ont répondu concerne le risque d’entrave à la démocratie. Les patrons se sont montrés plutôt ouverts, en reconnaissant leur tort ou leurs incertitudes. Ils le savent, l’enjeu n’est pas seulement économique, il est aussi politique et social. Car avec les données collectées, ces entreprises en savent trop sur leurs clients. Mieux vaut pour eux éviter de nouveaux scandales.

Mark Zuckerberg n’a de cesse d’encourager une plus grande réglementation, comme la RGPD – réglementation européenne sur les données - qu’il contourne pour l’instant aux Etats-Unis. Mais il le sait, un consensus mondial sur le sujet est plus que lointain. Ce qui laisse encore beaucoup de temps au statu quo.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires