En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

05.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

06.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

07.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 1 heure 6 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 2 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 4 heures 43 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 4 heures 55 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 5 heures 55 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 7 heures 1 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 8 heures 22 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 8 heures 44 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 8 heures 47 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 8 heures 47 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 1 heure 38 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 2 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 4 heures 47 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 5 heures 24 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 6 heures 37 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 7 heures 51 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 8 heures 29 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 8 heures 45 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 8 heures 47 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 8 heures 47 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico Business

Les prêts garantis aux entreprises alourdissent leur endettement alors que beaucoup n’en ont pas besoin…

Publié le 30 juillet 2020
110 milliards d’euros de prêts garantis par l’État ont été distribués par les banques depuis que la mesure a été mise en place en mars. Mais le dispositif entraîne un gonflement de la dette des entreprises françaises, qui étaient déjà plus endettées que leurs consœurs européennes.
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
110 milliards d’euros de prêts garantis par l’État ont été distribués par les banques depuis que la mesure a été mise en place en mars. Mais le dispositif entraîne un gonflement de la dette des entreprises françaises, qui étaient déjà plus endettées que leurs consœurs européennes.

Pendant la crise sanitaire, si l’État a fait ce qu’il fallait pour les ménages en leur garantissant un revenu malgré le manque d’activité et le confinement, les entreprises qui ont été aidées aussi, l’ont beaucoup été sous forme de prêts. Un prêt signifie donc qu’elles devront rembourser l’argent qui leur a été prêté (par les banques, dans le cas des prêts garantis par l’Etat). La garantie de l'État protège les banques en cas de difficultés des entreprises.  Le système est surtout destiné à sauvegarder la crédibilité du système bancaire.

Une enveloppe de 300 milliards d’euros garantis par l’État était donc mise à disposition des entreprises, de laquelle ont été distribués plus du tiers, 110 milliards d’euros à près de 500 000 entreprises. Avec une question aujourd’hui, en favorisant la dette, a-t-on fragilisé les entreprises françaises, déjà structurellement en manque de fonds propres ?

L’endettement des entreprises françaises est habituellement plus élevé que les autres pays européens et particulièrement dans les TPE-PME. Il n’a fait qu’augmenter depuis 2008 où il était déjà à 53% du PIB, selon des chiffres de la Banque de France.

Fin 2019 et donc avant-crise, l’endettement était déjà à son plus haut niveau avec un total de dettes des entreprises françaises représentant 73,5 % du PIB français, contre 63,7 % en Italie, 61,1 % en Espagne et même 41,5 % en Allemagne. Les 75% seront facilement dépassés en fin d’année, ce qui représente 2000 milliards d’euros d’encours de dettes.

Ce sont justement ces chiffres de dettes déjà élevés qui ont conduit des banques à refuser des prêts, même garantis par l’État, ces dernières semaines, par crainte d’insolvabilité, même si le risque crédit était limité de leur côté (de 70 à 90% du prêt garanti par l’État).

Quant à celles à qui le prêt a été accordé, il ne peut être qu’une solution de court terme et de financement de trésorerie, généralement pour payer des charges ou des salaires, voire disposer d’un matelas de cash, mais sûrement pas pour faire repartir un business model avec des investissements.

En clair, il ne peut pas aider à sortir du trou une entreprise qui allait déjà mal, et il peut fragiliser d’autres qui se retrouvent davantage endettées, les exposant davantage à l’insolvabilité.

Pour surmonter le fardeau de la dette et faire baisser le ratio endettement/capital, il y a deux solutions.  Soit on baisse le numérateur en remboursant des dettes (difficile en temps de crise). Soit on renforce le capital de l’entreprise, c’est-à-dire les fonds propres, apportés par les actionnaires.

La solution à la réindustrialisation du pays et à la relance de l’activité des entreprises de manière durable passerait donc par un meilleur accès aux fonds propres pour les entreprises cotées et non cotées, ce qui leur permet d’investir ensuite dans des projets long terme. Évidemment, ce n’est possible que si on rémunère l’argent qui est mis dans ces fonds propres, ce qui passe par le versement de dividendes à des taux de distribution normal, et non leur limitation. Tout ce qui limitera les dividendes limitera à long terme les fonds propres des entreprises.

Pendant les semaines de confinement et en prévision de la crise sociale, les ménages ont massivement épargné, portant le montant d'épargne supplémentaire en 2020 à 75 milliards, d’euros, et le chiffre pourrait même s'élever à près de 100 milliards d'euros d’ici la fin de l’année si la tendance persiste.

Ce qui est surprenant dans la situation actuelle et même paradoxal, c’est qu’il existe beaucoup d’argent disponible mais l’économie ne redémarre pas bien.

Pendant le confinement, on a mis tous le système sous perfusion. L’Etat a garanti le versement des salaires (avec l’allocation chômage partiel) et l’Etat a même garanti les banques pour qu’elles prêtent de l’argent aux entreprises.

Après la levée du confinement, l’État ou les services sociaux continuent de surveiller la casse sociale, en faisant tout pour limiter les licenciements massifs et les banques continuent la distribution des PGE.

Ce système ne fonctionne que parce que le gouvernement a cassé le plafond de verre du déficit budgétaire et s’endette massivement. Ce système ne fonctionne que parce qu’il y a une banque centrale qui distribue des masses de liquidités aux banques commerciale pour qu‘elles puissent répéter aux entreprises et à l’Etat. Tous les pays du monde jouent au même jeu mais reconnaissons que la France fait bien les choses.

Le paradoxe est qu’une telle thérapie ne produit que très peu d’effets. Le consommateur est bourré d’épargne de précaution qu’il n’utilise pas. Les entreprises se bourrent de dettes qu’elles n’utilisent pas. Résultat, si le consommateur ne consomme pas et si l'entreprise n’investit pas, l’économie tourne au ralenti.

Le seul facteur capable de tout faire repartir serait le retour de la confiance et la confiance ne sera rétablie que si et seulement si le virus venait à disparaître complètement ou si un vaccin mettait la population à l'abri de cette menace.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires