En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

04.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

07.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 13 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 13 heures 27 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 14 heures 57 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 18 heures 51 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 19 heures 55 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 20 heures 13 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 20 heures 32 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 20 heures 58 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 21 heures 54 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 22 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 13 heures 15 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 14 heures 15 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 16 heures 2 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 19 heures 22 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 20 heures 49 sec
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 20 heures 30 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 20 heures 53 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 21 heures 37 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 22 heures 6 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 22 heures 40 min
© PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Nicolas Sarkozy Le temps des tempêtes entretien TF1
© PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Nicolas Sarkozy Le temps des tempêtes entretien TF1
"Le Temps des Tempêtes"

Nicolas Sarkozy, petites feintes et gros calculs

Publié le 28 juillet 2020
Nicolas Sarkozy était invité lundi soir sur le plateau du journal de TF1 à l'occasion de la sortie de son nouveau livre. L'ancien président de la République est revenu sur les premières années de son quinquennat et sur la vie politique française.
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Sarkozy était invité lundi soir sur le plateau du journal de TF1 à l'occasion de la sortie de son nouveau livre. L'ancien président de la République est revenu sur les premières années de son quinquennat et sur la vie politique française.

La politique est un éternel recommencement. La prestation de Nicolas Sarkozy ce lundi soir sur TF1 avait quelque chose de réjouissant et de perturbant. Revoir l’ancien président de la République (2007-2012) avec ses tics et ses intonations donnait l’impression de faire une plongée dans un passé pas si lointain, celui d’avant le nouveau monde d’Emmanuel Macron. Pourtant, hormis un net blanchissement des cheveux, rendu encore plus visible par le choix du costume noir, le personnage n’a guère changé, ni sur la forme ni sur le fond.

Comment analyser ce retour médiatique ? Sur le plan politique, Nicolas Sarkozy semble mort, et même doublement mort puisqu’il a subi deux défaites majeures : à l’élection présidentielle en 2012 où il a été battu par François Hollande, et lors de la primaire de la droite en 2016 où il a dû s’incliner face à François Fillon, l’outsider qui a surpris tout le monde.

Mais les hommes politiques ne meurent jamais. Nicolas Sarkozy en sait quelque chose, lui qui a connu sa traversée du désert après 1995. A-t-il à ce point mal vécu son échec humiliant face à son ancien premier ministre qu’il espère prendre sa revanche en 2022 ? Certes, il réfute cette hypothèse (« je ne prépare pas un retour ») mais on sait que ce genre d’affirmation a une portée limitée. A quoi bon en effet prendre la parole maintenant, à moins de deux ans de l’élection présidentielle, avec un discours savamment dosé d’autocongratulation et d’autocritique, si ce n’est pour se rappeler à l’existence des Français ?

La stratégie paraît trop calibrée pour ne pas avoir été pensée. D’un côté Nicolas Sarkozy adopte un statut surplombant, ce qui l’amène à adouber Emmanuel Macron (qu’il qualifie de « républicain ») et à condamner François Hollande (dont les partisans comme Laurent Joffrin travaillent actuellement à un éventuel retour) ; de l’autre il vante ses propres mérites en rappelant notamment qu’il a su gérer la crise économique de 2007-2008, qu’il présente comme plus difficile que celle du coronavirus, et insiste sur le fait qu’il a été le protecteur des épargnants. Au passage, il insiste sur les thématiques qu’il affectionne : l’autorité, la sécurité, l’identité. Curieusement, ce sont ces thématiques que l’actuel gouvernement vient de mettre à l’honneur en nommant Gérald Darmanin au ministère de l’intérieur, lui dont la ressemblance avec Nicolas Sarkozy est particulièrement frappante, que ce soit dans le comportement ou dans le discours, comme si Emmanuel Macron tentait d’occuper un espace politique que Nicolas Sarkozy pourrait être amené à investir.

Bref, le message de Nicolas Sarkozy est clair : j’ai fait le job, je suis disponible, j’ai de bonnes idées, je sais choisir les bonnes personnes (puisque le gouvernement actuel les reprend à son compte, comme Jean Castex, son ancien secrétaire général adjoint), donc je suis logiquement capable de faire mieux que l’actuel résident de l’Elysée.

Avec ce ballon d’essai, Nicolas Sarkozy joue habilement. Il n’a rien à perdre et tout à gagner. Au pire, il en restera un simple livre de souvenirs qui fournira aux générations futures sa version personnelle du quinquennat. Au mieux, sa candidature peut susciter l’intérêt de ceux qui doutent de la victoire d’Emmanuel Macron. On verra alors si les soutiens en sa faveur se multiplient dans les mois qui viennent en proportion inverse des chances de réussite d’Emmanuel Macron.

Dans ce jeu de positionnement tactique, la carte judiciaire occupe aussi une place importante. Le procès de Nicolas Sarkozy doit se tenir au printemps 2021. Les risques d’une condamnation ne sont pas négligeables : les juges n’ont-ils pas été impitoyables avec François Fillon ? Lors de son interview, Nicolas Sarkozy n’a pas manqué d’insister sur les connexions suspectes qui existent entre la justice et le pouvoir. Ce faisant, non seulement il place les magistrats sous la pression de l’opinion et des médias, mais il tente de jeter par avance un certain discrédit sur une éventuelle condamnation. Il laisse aussi entendre qu’il serait mal venu pour les juges de lui chercher des poux dans la tête : pourraient-ils prendre le risque de saborder pour la seconde fois une élection présidentielle ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 28/07/2020 - 16:39
Hum
ç a y est ,il bouge une demi oreille et crac le machin anti Sarkozy remet une pièce dans le Juke box .. il a sauvé banques, c 'est mal parait il..lol comme les banques ont nos sous .il aussi sauve notre niveau de vie, mais bon.. il y a des gens quis avent comment faire avec des citoyens ruinés et affamés; moi pas.. il a tout fait bien ?NON bien sûr ,le karcher est resté dans sa boite et quand il essayé de le ressortir tout le monde lui est tombé dessus ,y compris une grande partie de la droite dite classique devenue Pastèque à l'insu de son plein gré , pire il a écouté BHL et suivi et participé à l immense connerie du" printemps " des pays arabes avec cerise sur le gâteau l'élimination d e Khadafi , élimination qui a causé l'invasion des "réfugiés" toujours en cours et toujours intraitée en France et au niveau européen..la Droite est à Gauche et le lepenisme est anti capitaliste ..Devinez pourquoi l'abstention est si importante chez nous. rajoute z une couche de gauchisme écologiste plus une population originaire des ex colonies incohérente ,au point d être en France et non pas chez elle dans leurs paradis délivrés de notre .. oppression
hoche38
- 28/07/2020 - 14:44
C'est sa dernière chance!
L'iman caché, le sauveur, le dernier joker de la caste au pouvoir contre Marine Le Pen, ce pourrait donc être lui? Mais que pouvons nous attendre du héros du Traité de Lisbonne en 2007, imposé contre le résultat du referendum de 2005 ? Que pouvons-nous attendre encore du Kärcher asthmatique? Que pouvons-nous attendre encore du sauveur des banques en 2008 ?

Transformer un cheval de retour un peu cabossé en un nouveau Bonaparte n'est pas à la portée de tout le monde, mais avec quelques bataillons de communicants, d'experts, de journalistes, l'appui des services publics et subventionnés de l'information et un investissement de l'ordre de 400 millions d'euros sur deux ans, c'est encore faisable. Mais qui va payer, cette fois-ci?
evgueniesokolof
- 28/07/2020 - 13:15
Bon
Cela a au moins un mérite: il vous explique comment faire si vous voulez être cocu........et manifestement , parmi ceux qui vomissent les propos de Cofin, il en est plein qui ont vocation à l'être....