En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

06.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

07.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 10 min 10 sec
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 22 min 18 sec
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 1 heure 55 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 2 heures 10 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 2 heures 31 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 3 heures 12 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 4 heures 29 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 5 heures 23 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 5 heures 45 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 20 min 50 sec
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 52 min 53 sec
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 2 heures 1 sec
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 2 heures 23 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 2 heures 52 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 3 heures 2 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 3 heures 36 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 5 heures 3 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 5 heures 28 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 20 heures 49 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Dépression

Pouvoir d’achat : crise de 2008 + Covid-19 = 15 ans de perdus pour les Français

Publié le 20 juillet 2020
En 2024, le pouvoir d'achat des ménages en France pourrait bien être inférieur à celui de 2010. Il venait tout juste de retrouver ce niveau en 2019... avant le choc dû à l'épidémie de Covid-19.
Denis Ferrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Ferrand est Docteur en économie de l’Université Pierre Mendès-France de Grenoble, Directeur Général de Coe-Rexecode depuis décembre 2008. Il est l'auteur de perspectives économiques mondiales 2014-2015 de Coe-Rexecode. Il est également...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En 2024, le pouvoir d'achat des ménages en France pourrait bien être inférieur à celui de 2010. Il venait tout juste de retrouver ce niveau en 2019... avant le choc dû à l'épidémie de Covid-19.

Atlantico : Comment expliquer que le pouvoir d'achat du revenu par ménage en France en 2024 sera, selon vos prévisions, inférieur à celui de 2010 ? 

Denis Ferrand : Quand vous regardez la courbe du pouvoir d'achat, vous vous rendez compte qu'il y a un moment particulier où nous avons eu une très forte baisse du revenu disponible brut par ménage. Il s’agit de la période de 2010-2013, c’est à dire celle du choc fiscal. À l’automne 2010, il y a eu un tournant fiscal qui a été prolongé jusqu’en 2013 et qui s’est traduit par un recul du revenu des ménages pendant toute cette période.

Sur l’année 2008-2009, le PIB avait reculé mais le revenu avait été protégé et a continué de progresser pendant la crise. Il avait été protégé par l’intermédiaire d’interventions budgétaires très importantes qui avaient creusé les déficits. Comme il y avait eu les problèmes de finances publiques européennes en sortie de crise, il y a eu des corrections budgétaires qui se sont traduites par un choc fiscal très important. Ce choc fiscal n’a donc pas forcément permis de faire repartir la croissance : il a surtout eu pour effet d’arrêter la progression du revenu disponible brut réel des ménages et même de le faire reculer entre 2010 et 2013. Au total de 2010 à 2019, le pouvoir d’achat du revenu disponible brut de l’ensemble des ménages a progressé de 0,8 % par an en moyenne. Mais comme dans le même temps la progression du nombre de ménages a également été de 0,8% par an, vous avez un revenu par ménage qui a strictement stagné entre 2010 et 2019. Il a même reculé entre 2010 et 2013.

En 2019, le niveau du revenu réel par ménage de 2010 n’était même pas tout à fait retrouvé (-0,2 %). Le temps de digestion du choc fiscal a été extrêmement long. 

Tout ceci fait qu’en 2019, en moyenne, nous avons le même niveau de revenu réel que l’on avait en 2010. Mais ceci reste une moyenne par ménage. Or, il y a toujours une dispersion autour de la moyenne. Quand il est écrit « 0 » sur 10 ans, cela veut évidemment dire que tout le monde n’a pas fait 0 : certains ont gagné, d’autres ont perdu, et cela n’est pas surprenant.

Finalement, le ressenti de progression du revenu est une stagnation par ménage. Ce qui signifie que pour certains, il y a eu un recul du revenu réel qui est intervenu. Cette stabilité globale du revenu par ménage va se poursuivre à nos yeux d’ici 2024, quand bien même nous avons fait l’hypothèse que la progression du nombre de ménages sera désormais beaucoup plus faible. 

Ce qui apparaît de manière  sous-jacente dans cette courbe orange, c’est que le revenu disponible brut des ménages va continuer de progresser mais à un rythme moins rapide que celui que l’on a connu entre 2014 et 2019. 

Cette moindre progression du revenu réel va être atténuée en quelque sorte par une moindre progression du nombre de ménages. 

La population française a progressé de 0.4% par an sur les dix dernières années, le nombre de ménage a affiché une progression deux fois plus importante. 

D’ici 2024, la population française sera en hausse de 0.3% par an, et l’on imagine que le nombre de ménage progressera de 0.5%. Donc il y a toujours plus de ménages qu’il y aura de population, mais l’écart va être moindre. Nous avons surtout devant nous une économie qui risque d’avoir une croissance moins soutenue. Or, ce qui fait fondamentalement le pouvoir d’achat du revenu à moyen terme, c’est l’évolution de la croissance de l’activité, il n’y a pas de mystère. 

Quel a été l'impact du coronavirus sur ces prévisions ? 

C’est ce que nous avons en bleu sur notre courbe : l’effondrement du PIB puis la récupération qui intervient derrière. Il faut ainsi regarder l’impact du coronavirus : est-ce que cela a un impact sur la démographie ? Je ne sais pas. Mais en tout cas, cela risque d’avoir un impact sur notre capacité à produire de la croissance. Ce que l’on constate, c’est que le rythme tendanciel de la croissance s’affaiblit après chaque passage de récession en France. Nous avions une croissance tendancielle qui était de 1.1% en moyenne sur la période 2013-2019, mais nous ne serions pas surpris qu’elle tombe à 0,7% après la récession due au Covid. Moins de croissance du PIB fera moins de croissance du revenu ou au mieux, une stagnation du revenu réel par ménage. 

Quels mécanismes peut-on imaginer pour empêcher la baisse du pouvoir d'achat des ménages français ? 

Ce qui fait le pouvoir d’achat à long terme dans une situation équilibrée, c’est la croissance de l’économie. On peut avoir un discours prônant la décroissance, mais dans ce cas il faut accepter que la conséquence d’une décroissance du PIB soit la décroissance du revenu réel. Mais je doute fort que le corps social soit prêt à accepter les conséquences de ce que veut dire moins de croissance de l’activité économique. 

S'il y a moins d’activité économique, ce qui est le synonyme de la décroissance, il y aura moins de revenus, c’est automatique. On peut revendiquer la décroissance, mais lorsque nous sommes dans une zone qui a connu de la déprise économique, dans laquelle on a déjà connu un recul du pouvoir d’achat, une telle perspective est à même de ramener beaucoup de monde à brève échéance sur des rond-points. 

Quand on regarde le mouvement des Gilets jaunes, c’est un mouvement fondamentalement pro croissance, c’est un mouvement qui aspire à la progression du pouvoir d’achat. Il peut être en même temps sensible aux enjeux environnementaux mais souhaiter également une progression de son pouvoir d’achat. On a devant nous une très grande conflictualité qui se dessine. D’un côté, des aspirations à la décroissance, revendiquées de plus en plus par certains, souvent parmi les mieux dotés. Ceux-ci peuvent très bien imaginer un peu de décroissance, mais ne peuvent pas imaginer ce que veut dire la décroissance pour d’autres, qui eux ne peuvent pas accéder à un niveau de dépenses qui risque de s’avérer de plus en plus inatteignable si la croissance vient à se dérober durablement. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ginseng
- 20/07/2020 - 19:48
ah ces salauds de retraites
ah ces salauds de retraites qui ont bosse toute leur vie,et qui se la coulent douce,fusillez moi tout ça(je plaisante).
ajm
- 20/07/2020 - 16:51
Interprétations.
Deux observations par rapport aux deux derniers commentaires:
-l'article et une des courbes ( celle en bas qui est verte) font bien référence aux revenu brut disponible PAR ménage.
- l'histoire du revenu des retraités supérieur à celui des actifs est une manipulation reprise par les médias inféodés. Cette manipulation consiste en particulier ( mais pas uniquement) à prendre en compte des éléments de patrimoine, en particulier le fait que la majorité des retraités sont propriétaires de leur logement et ont le plus souvent remboursé leurs prêts, contrairement aux jeunes et à beaucoup d'actifs. La vérité en terme de revenu des retraités, c'est que la pension totale nette moyenne de droit direct par retraité est d'environ 1200-1300 euros/mois contre un salaire moyen qui est pratiquement le double. Si on raisonne en statistiques médianes l'écart est plus petit ( le niveau de dispersion des pensions est moins élevé que celui des salaires) mais l'écart reste très fort.
Il serait intéressant dans ces chiffres de revenus disponibles de tenir compte des facteurs régionaux en matière de coût de l'immobilier. La hausse très forte du prix de l'immobilier, en Ile de France par exemple.
Ganesha
- 20/07/2020 - 09:44
Winston Churchill
Vous devriez vraiment faire un effort, prendre la peine de lire cet article... et d'essaier de le comprendre.
Winston Churchill aurait dit qu'il ne croyait qu'aux statistiques qu'il avait lui-même trafiqué : cet article finit par reconnaître que la courbe qui nous est présentée, est une ARNAQUE grossière !
L'auteur, pris de remord, se résout à nous expliquer que le chiffre qui est utilisé, c'est celui du revenu global disponible pour l'ensemble des ménages, ce qui n'a aucun intérêt pratique.
Le nombre de ménages augmentant plus que le chiffre de la population (par effet de la fin du babyboom et du vieillissement ?), le revenu moyen PAR ménage baisse beaucoup plus que ce qu'essaie de nous faire croire ce graphique mensonger.