En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 6 heures 32 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 13 heures 37 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 13 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 14 heures 33 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 15 heures 4 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 16 heures 8 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 17 heures 24 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 17 heures 46 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 18 heures 2 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 12 heures 34 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 13 heures 49 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 14 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 14 heures 30 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 14 heures 45 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 15 heures 27 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 17 heures 13 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 17 heures 37 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 17 heures 55 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 18 heures 9 min
© . REUTERS/Charles Platiau
© . REUTERS/Charles Platiau
Bonnes feuilles

Le Conseil d’Etat : des juges au royaume de l’entre-soi ?

Publié le 19 juillet 2020
Yvan Stefanovitch publie "Petits arrangements" entre amis aux éditions Albin Michel. Qu'est-ce que le Conseil d'État ? Le plus influent des réseaux de pouvoir ? Le dernier protecteur des libertés publiques ? À travers son enquête, la première du genre, Yvan Stefanovitch nous fait découvrir la réalité de cette puissance invisible qui ne dit pas son nom. Extrait 2/2.
Yvan Stefanovitch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yvan Stefanovitch, journaliste, s’est spécialisé dans les enquêtes sur les gaspillages français. i l est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages, dont Aux frais de la princesse (2007), Le Sénat : Enquête sur les super-privilégiés de la République (2008), La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yvan Stefanovitch publie "Petits arrangements" entre amis aux éditions Albin Michel. Qu'est-ce que le Conseil d'État ? Le plus influent des réseaux de pouvoir ? Le dernier protecteur des libertés publiques ? À travers son enquête, la première du genre, Yvan Stefanovitch nous fait découvrir la réalité de cette puissance invisible qui ne dit pas son nom. Extrait 2/2.

Sous la lointaine tutelle à la fois du Premier ministre et du ministre de la Justice, le Conseil d’État s’autogère donc avec bonne conscience. Il administre aussi d’une main de fer ses 51 juridictions administratives subordonnées. À entendre les conseillers et maîtres des requêtes, cette gestion permet à ces juridictions d’être plus efficaces, notamment en matière de délai de jugement, que leurs homologues judiciaires. Une tartarinade ! Le ministère de la Justice a en charge, lui directement, le budget et l’organisation de l’ordre judiciaire, depuis les tribunaux de première instance jusqu’à la Cour de cassation.

Les sages du Palais-Royal n’ont pas de mal à coller à leur image d’Épinal  : la dernière charpente de l’État, à un moment où cet État se disloque. À les entendre, ces jésuites de la compagnie du droit ne sont pas des privilégiés mais de grands serviteurs de la République ployant courageusement sous le travail.

Pas de bureau, pas de voiture…

Au Palais-Royal, les pauvres pensionnaires vivent, paraît-il, dans l’austérité : ils n’ont pas de bureau, pas de notes de frais, pas de voiture de service, pas de restaurant (sauf la salle à manger privée du vice-président) ou de salle de réception pour recevoir les invités de marque ou tenir des colloques. Rien ! Ou presque. Aussi les vice-présidents successifs ont-ils souvent demandé d’accueillir leurs invités de marque dans les belles salles et les meilleures tables des restaurants du Sénat (où il y a toujours deux ou trois conseillers d’État en détachement) et du Conseil économique, social et environnemental (dont la secrétaire général a longtemps appartenu au Conseil).

Le petit personnel, lui, est obligé de déjeuner à la cantine du ministère de la Culture tout proche, alors que le budget du Conseil d’État a été consacré en partie à de dispendieuses rénovations, pas toujours très heureuses, des salles des sections administratives. L’une d’elles, celle de la section des finances, retapissée en rouge, avait toute l’apparence du salon d’accueil d’une maison close à la Belle Époque… Elle a été depuis retapissée en bleu.

Certes, leur traitement mensuel net est confortable, s’échelonnant à partir de 4  000  euros (auditeur), 10  000  euros (maître des requêtes), 12  000  euros (conseiller d’État), 14  000  euros (président de section) et plus de 16  000 pour le vice-président. Sauf que le reste est secret défense !

Ces salaires peuvent être augmentés de 3  000 à 4  000  euros net mensuels grâce à des revenus annexes provenant d’activités rémunérées dans des comités, conseils d’administration ou entreprises publiques et parapubliques. D’où une multiplication des conflits d’intérêts potentiels.

Les auditeurs, maîtres des requêtes et conseillers d’État fonctionnent à l’image d’un clan très resserré. Peu de chances de trouver parmi eux des contestataires, des empêcheurs de tourner en rond ou des râleurs. Presque aucun d’entre eux, pour la présente génération, n’a été forgé au feu des expériences individuelles dans l’entreprise privée, la guerre, la Résistance, ou la vie tout court…

Chaque année, 4  membres sont recrutés parmi les quinze premiers de chaque promotion de l’ENA. La suppression des grands corps de l’État, dont celui du Conseil d’État, était dans le programme du candidat Emmanuel Macron, attaché semble-t-il à une méritocratie où les clés d’un fantastique incubateur de carrière, garanti à vie, ne seraient plus données dès l’âge de vingt-cinq ans. Plus précisément, le président de la République a envisagé sérieusement de priver les grands corps de leurs jeunes recrues sélectionnées parmi les meilleurs élèves de l’école. Ainsi, le classement dans la « botte » ne permettrait plus aux meilleurs d’entre eux de rejoindre directement le Palais-Royal, la Cour des comptes ou l’Inspection des finances, mais d’être affectés sur le terrain (plan pauvreté, RSA, énergies renouvelables…), voire au-delà du périphérique parisien.

A lire aussi : Le Conseil d’Etat : l’arme fatale anti-justiciable ?

Extrait du livre d’Yvan Stefanovitch, "Petits arrangements entre amis" aux Editions Albin Michel, 2020

Lien vers la boutique : ICI et ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires