En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 2 heures 34 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 3 heures 25 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 4 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 6 heures 43 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 7 heures 36 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 8 heures 52 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 9 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 10 heures 4 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 10 heures 37 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 11 heures 19 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 3 heures 26 sec
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 4 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 6 heures 28 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 7 heures 1 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 8 heures 27 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 9 heures 3 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 10 heures 18 sec
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 10 heures 33 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 10 heures 55 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 11 heures 30 min
© PATRICK HERTZOG / AFP
© PATRICK HERTZOG / AFP
Techno-commissaires politiques

Les entreprises, ces machines à produire des recettes fiscales et rien d’autre : le rapport sur la vision du monde des élèves de l’ENA qui fait froid dans le dos

Publié le 19 juillet 2020
La présidente du concours d'entrée à l'ENA a envoyé un rapport à Edouard Philippe dans lequel elle constate que les candidats considéraient les entreprises "exclusivement comme une source de financement de l'action de l'Etat par les recettes fiscales". A glacer le sang.
Pierre Bentata
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Bentata, Fondateur de Rinzen, cabinet de conseil en économie, il enseigne également à l'ESC Troyes et intervient régulièrement dans la presse économique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La présidente du concours d'entrée à l'ENA a envoyé un rapport à Edouard Philippe dans lequel elle constate que les candidats considéraient les entreprises "exclusivement comme une source de financement de l'action de l'Etat par les recettes fiscales". A glacer le sang.

Atlantico : La présidente du concours d'entrée à l'ENA aurait envoyé un rapport à l'ancien Premier ministre Edouard Philippe où elle constatait avec effroi que les candidats considéraient les entreprises "exclusivement comme une source de financement de l'action de l'Etat par les recettes fiscales". Comment expliquer cette vision de l'entreprise par de futurs hauts fonctionnaires d'État ?

Pierre Bentata : Le rapport en question date du 30 janvier dernier, et dès le lendemain, cette citation, parmi d'autres, avait fuité sur les réseaux sociaux. Pourtant, peu de gens en ont parlé, ce qui traduit deux choses: non seulement nous sommes habitués à ce genre de réflexions de la part des hauts fonctionnaires et des futurs dirigeants d'entreprises ou d'administrations publiques; mais une bonne partie de la population semble aussi partager cette approche de l'entreprise.

D'ailleurs, il a fallu que la présidente du concours soit une femme issue du monde de l'entreprise pour que l'attitude des futurs enarques pose question, ce qui démontre bien que, du point de vue des fonctionnaires et de l'ensemble de la classe politique, cette approche n'a rien d'anormale. 

Comment l'expliquer ? Il y a un ensemble de raisons à cela, au premier rang desquelles on trouve la formation, ou plutôt l'absence de formation, en économie. Il suffit pour s'en convaincre de lire les contenus et objectifs des programmes d'économie de seconde, première et terminale. A chaque fois, la même idéologie anti-marché est distillée, de façon assez fourbe d'ailleurs, puisque rien n'indique à l'élève que l'organisation du cours suit une démarche politique. Pourtant, c'est bien le cas. Exemple du cours de seconde : le premier chapitre économique qui s'intitule "comment crée-t-on des richesses et comment les mesure-t-on ?" se conclut par un objectif d'apprentissage qui est de "connaître les principales limites écologiques de la croissance". Dans le cours de première, c'est encore plus flagrant. Les trois premiers chapitres s'organisent ainsi : "comment un marché concurrentiel fonctionne-t-il ?" puis "comment les marchés imparfaitement concurrentiels fonctionnent-ils ?" et enfin "quelles sont les principales défaillances de marché ?" et l'objectif final : "être capable d'illustrer l'intervention des pouvoirs publics face à ces différentes défaillances."

Autrement dit, en France, dès le lycée, on enseigne aux élèves que le marché est inefficace et on fait l'apologie de l'interventionnisme. Inévitablement, la croyance se répand : l'entreprise déraille, l'Etat veille au grain ; mieux encore, l'entreprise ne produit rien, seul l'Etat crée de la richesse. D'où une préférence pour la planification et une incompréhension totale des mécanismes de marché qui, poussée à l'extrême, pose la question du rôle des entreprises. Puisque l'Etat sait mieux produire et mieux partager, puisqu'il organise l'activité et régule efficacement, à quoi sert une entreprise ? Pourquoi conserver une forme de décentralisation de l'activité ? Et la réponse qui s'impose, la seule possible pour celui qui ne comprend rien à l'économie de marché est la suivante : l'entreprise, tout comme le consommateur et plus largement le citoyen, sert à financer l'Etat.

Etrange raisonnement qui considère que si l'Etat est le seul producteur de richesses, il a tout de même besoin des richesses produites par les autres pour survivre ; mais passons, à un tel niveau d'inculture économique, ce genre d'incohérence ne compte plus.

Cette analyse vous surprend-elle ?

Croire en la supériorité de l'Etat et en l'inutilité de l'entreprise n'a rien de surprenant dans un pays qui inculque cette doctrine à la population dès le plus jeune âge. Les candidats à l'ENA sont simplement plus biaisés encore que le reste des Français, puisqu'ils espèrent devenir des hauts fonctionnaires et croient sincèrement pouvoir gérer des grandes entreprises sans jamais avoir été eux-mêmes des entrepreneurs.

Mais ils ne différent du reste des Français que par l'ampleur de leur illusion, non par leur croyance. La majorité des étudiants d'écoles de commerce a le même point de vue sur l'entreprise, et il serait étonnant qu'il en aille différemment des étudiants à l'université. La raison tient non seulement à l'éducation secondaire mais aussi aux processus de sélection et de nomination des professeurs dans le supérieur. Dans le secondaire, que ce soit en économie, en sociologie, ou en histoire, l'Etat est toujours présenté comme une entité supérieure, une instance régulatrice presque infaillible et le représentant du peuple, au point d'ailleurs que les cours d'histoire ne présente pratiquement rien de la vie des Français au cours des siècles mais se bornent à détailler la succession des souverains et dirigeants. L'Histoire de France, comme l'économie française, est enseignée seulement à travers le prisme étatique. Or, ceux qui composent les programmes sont aussi ceux qui siègent dans les différents comités scientifiques et universitaires et décident de qui a le droit ou non de devenir professeur.

Ainsi se crée une endogamie idéologique, favorable à la planification et à l'étatisme et farouchement opposée au marché et à l'entreprise.

Quelle vision de l'entreprise devrait être portée au sein des grandes écoles d'administration ?

Une vision plus réaliste serait la bienvenue, non pour des raisons idéologiques mais pour des raisons pratiques : à force de considérer les entreprises comme des vaches à lait, les hauts fonctionnaires et l'ensemble des représentants de nos partis politiques oublient que les véritables créateurs de richesses, les promoteurs d'innovations, et les vecteurs de croissance ne sont pas les administrateurs mais les entrepreneurs.

Oubliant ce fait essentiel, ils brident l'activité entrepreneuriale et provoquent eux-mêmes des crises et des récessions. S'ils avaient une meilleure connaissance de l'entreprise, ils comprendraient que l'Etat gagnerait à réduire les impôts de production par exemple ; qu'il serait bénéfique pour tout le monde de simplifier les règles de licenciement pour mieux promouvoir l'embauche ; et surtout qu'il est stupide de vouloir empêcher des faillites aujourd'hui en renflouant les entreprises en danger. Sur ce dernier point, il faut vraiment être ignorant du fonctionnement de l'entreprise pour croire que des reports de taxes, voire des exonérations fiscales sont équivalents à des flux de trésorerie.

Mais au fond, la question n'est peut-être pas là. Car celui qui veut devenir haut fonctionnaire est nécessairement illusionné : il ne peut que croire qu'en gérant un portefeuille public destiné à remplir des dizaines d'objectifs différents, il fera mieux que des milliers d'individus coopérant afin de satisfaire chacun un unique objectif. Le problème n'est donc pas la vision de l'entreprise portée par l'ENA ; c'est l'existence de l'ENA qui pose problème.
 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lémire
- 26/07/2020 - 17:35
Un tableau biaisé
a) Je ne suis pas sûr que "C'est l'Etat qui crée des richesses" soit ce qui est enseigné en France, même récemment ; dire que l'Etat est au-dessus des entreprise ne revient pas à dire que celle-ci sont inutiles. C'est le colbertisme, ou la manière de faire aux USA (le poids du financement du gouvernement est colossal) sans parler de la Chine

b) Le discours sur la start-up nation et les récentes baisses (encore insuffisantes) sur les taxes de production (qui a inventé un truc pareil ?) semble laisser penser que les énarques / banquiers d'affaires au pouvoir ne sont pas si hostiles que ça aux entreprises

c) L'ENA préfère organiser des stages en banlieue, au contact des "pauvres", plutôt que dans les entreprises, au contact des producteurs ; s'ils avaient vraiment l'ambition de préparer des dirigeants plutôt que des opportunismes malléables, c'est ce qu'ils devraient faire (et pas dans les services com ou marketing...)

d) Pour diriger une grande entreprise, il n'est pas nécessaire d'avoir été entrepreneur, mais il faut avoir compris de l'intérieur comment ça fonctionne. Les start-uppers recrutés dans (rachetés par) de grandes boites ne tiennent en général pas longtemps
Liberte5
- 20/07/2020 - 17:26
Depuis la prise du pouvoir par Giscard (un énarque)
La France est dirigée par la haute fonction publique. Depuis nous sommes entrés dans le déclin et la décadence. Les Français majoritairement ont soutenu ces différents pouvoirs qui leur assurent un forte redistribution. Jusqu'au jour où il n'y aura plus grand chose à distribuer. Nous n'en sommes pas là. La BCE va faire couler à flot les Milliards d'euros , et l'Europe va ouvrir les vannes. E. Macron se bat pour cela. Avec l'aide d'A. Markel , il a des chances de gagner , pour pouvoir encore plus dépenser.
Alain Proviste
- 20/07/2020 - 09:51
Des fonctionnaires
On en revient toujours à ça : un pays géré par des fonctionnaires pour les fonctionnaires. Dit autrement, on a les dirigeants qu'on mérite. A croire qu'on n'en sortira jamais.
L'argent public est toujours mieux perçu que l'argent privé. A la limite un euro versé en allocation à un clandestin délinquant multirécidiviste est plus légitime qu'un euro gagné par un travailleur du secteur marchand.
C'est de ça qu'on crève.