En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

07.

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 8 heures 41 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 9 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 10 heures 6 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 12 heures 16 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 13 heures 59 sec
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 14 heures 30 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 15 heures 2 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 16 heures 9 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 16 heures 33 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 17 heures 1 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 9 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 9 heures 51 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 10 heures 48 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 12 heures 48 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 14 heures 19 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 14 heures 31 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 16 heures 4 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 16 heures 20 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 16 heures 40 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 17 heures 7 min
© EMMANUEL DUNAND / AFP
Margrethe Vestager
© EMMANUEL DUNAND / AFP
Margrethe Vestager
Cour de justice européenne

Et Apple mit en lumière l’impasse absolue dans laquelle se trouve l’UE…

Publié le 16 juillet 2020
Le Tribunal de l'Union européenne a donné raison au géant américain en invalidant la décision de 2016 de la Commission européenne, condamnant Apple à rembourser 13 milliards d'impôts impayés à l'Irlande. Cette décision est un revers pour la Commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager. Un appel est possible devant la Cour de justice de l'UE.
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Vincent Vicard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Vicard est Économiste - Resp. programme Analyse du Commerce International - CEPII.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Tribunal de l'Union européenne a donné raison au géant américain en invalidant la décision de 2016 de la Commission européenne, condamnant Apple à rembourser 13 milliards d'impôts impayés à l'Irlande. Cette décision est un revers pour la Commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager. Un appel est possible devant la Cour de justice de l'UE.

Atlantico.fr : Que révèle la décision de la Cour de Justice Européenne sur le procès Apple sur les relations entre les différentes institutions européennes ? Quels blocages ont été mis en avant ?

Christophe Bouillaud : A ce stade la Commission européenne peut encore faire appel de ce jugement, qui lui est clairement défavorable.  En tout cas, nous sommes là dans un processus normal au sein de l’Union européenne, c’est en effet en dernier lieu à la Cour de justice de l’Union européenne de dire sur chaque cas litigieux quel est l’état du droit tel qu’il dérive des traités et de sa jurisprudence antérieure. 

Il semble que, dans le cas d’espèce, c’est la liberté de chaque Etat de fixer les règles de sa propre fiscalité, liberté inscrite dans les traités, où toute décision en la manière doit être prise à l’unanimité, qui soit rappelée par les juges européens à la Commission européenne. Celle-ci croyait avoir trouvé un biais pour décourager les excès évidents de la concurrence fiscale entre Etats qui profite à certains Etats et surtout à certaines grandes entreprises multinationales, comme Apple. Cela semble raté à ce stade. 

Vincent Vicard : Cette décision de la Cour de Justice de l'UE d'annuler l'amende infligée à l'Irlande et à Apple constitue d'abord un coup d'arrêt à la stratégie de la Commission européenne de lutter contre l'évitement fiscal des multinationales au sein de l'UE par le biais de la politique de la concurrence et des aides d’État illégales. Cette décision, qui intervient après deux autres jugements de la Cour de Justice sur des sujets semblables, dont l'un favorable à la Commission, ne remet pas nécessairement en cause le principe de l'approche des services chargés de la politique de la concurrence mais son application dans le cas précis, et pourra par ailleurs faire l'objet d'un appel. Elle soulève surtout la question des outils que peuvent mobiliser les États membres et la Commission pour lutter contre la concurrence fiscale de paradis fiscaux au sein de l'Union, les sujets fiscaux se décidant à l'unanimité, et relance le débat politique sur le sujet.

Ces blocages se limitent-ils au domaine fiscal ?

Christophe Bouillaud : Non, mais tout de même le domaine fiscal est totalement central dans le fonctionnement des Etats. On retrouve d’ailleurs la même question avec la discussion en cours du paquet européen de relance. En effet, des Etats « frugaux », comme les Pays-Bas, qui veulent en profiter pour mettre les Etats les plus aidés, comme l’Italie, la France  ou l’Espagne, sous leur tutelle, se font désormais vertement rappeler qu’ils sont aussi des paradis fiscaux qui vivent au détriment d’autrui. 

Le second domaine de blocage est celui de la défense et des affaires étrangères. On se promet d’agir de concert, mais cela reste pour le moins difficile d’être toujours sur la même longueur d’onde face aux grandes crises internationales, comme dans le cas libyen par exemple. 

Le troisième, c’est l’immigration. Les Européens sont toujours incapables de trouver une réforme des Règlements de Dublin sur les réfugiés qui satisferait tout le monde. 

En résumé, c’est surtout sur les domaines régaliens traditionnels que cela bloque le plus, alors qu’à l’inverse, sur les aspects de « marché unique », cela se passe plutôt bien. La crise du Covid-19 vient d’ailleurs de montrer la capacité de ce « marché unique » à continuer à fonctionner en dépit des difficultés sanitaires. 

Vincent Vicard : Cette décision ne doit pas forcément être rapprochée des débats actuels sur le plan de relance européen, les lignes de fractures ne se recoupant pas complètement. La situation de crise économique rend cependant la question de l'évitement fiscal d'autant plus prégnante, du fait de l'ampleur des pertes de recettes publiques en jeu - un cinquième des recettes d’impôt sur les sociétés pour la France selon certaines estimations.

Comment expliquer que ces blocages soient largement éludés des débats publics, notamment par Emmanuel Macron ?

Christophe Bouillaud : Tout d’abord, tout le récit d’Emmanuel Macron sur l’Europe depuis 2017 est qu’il est, lui personnellement, capable de faire avancer les choses. Il ne va donc pas insister sur les blocages, mais plutôt sur tout ce qui avance, selon lui, en Europe. La mise en valeur des blocages fait partie du discours de ses adversaires. 

Ensuite, au-delà de cet aspect de présentation de soi comme l’homme qui relance l’Europe, il faut dire que tous ces blocages témoignent du fait que les Européens sont arrivés au seuil du fédéralisme, mais qu’ils ont bien du mal à sauter l’obstacle. Ce saut reste de l’ordre de l’impensable, car les populations ne sont pas prêtes. De fait elles vivent encore toutes dans leur « bulle nationale ». C’est particulièrement vrai en France, où la prétention est d’avoir les avantages d’une Europe fédérale sans aucun des inconvénients liés à cette Europe fédérale. Les dirigeants français, comme Emmanuel Macron, ont bien du mal à articuler une vision rationnelle sur ce point, et craignent de ne pas être suivis par les électeurs français. Il faut dire qu’à force de ne pas parler d’Europe dans les grands médias audiovisuels – parce que cela n’intéresse pas les téléspectateurs – les Français ignorent largement qu’ils sont déjà dépendants d’un système politique quasi-fédéral. 

Vincent Vicard : En temps qu'économiste je ne suis pas le mieux placé pour répondre à cette question, mais il me semble que dans le cas de la taxe GAFA, qui faisait suite à une proposition de la Commission d'une taxe similaire au niveau européen, le blocage de certains pays dont l'Irlande avait été clairement pointé.

Les solutions pour permettre la levée de ces freins au fonctionnement optimal de l'UE se limitent-ils à un retrait organisé des pays mécontents ? Doit-on anticiper l'effondrement de l'UE ?

Christophe Bouillaud : Pour l’instant, il faut bien constater que le retrait du Royaume-Uni n’a pas fait beaucoup de volontaires pour suivre son exemple. Le retrait n’est pas une option, ou, du moins, ne le sera pas tant que le Royaume-Uni n’aura pas montré par ses résultats à moyen terme qu’il s’agissait de la bonne solution. Par contre, le combat politique mené de l’intérieur semble payant, comme le font la Hongrie ou la Pologne avec fracas, ou plus discrètement, un pays comme le Danemark. 

Surtout, il faut rappeler qu’il existe déjà des possibilités de faire jouer les clauses existantes des traités actuels pour résoudre certaines difficultés. A ce stade, rien n’empêcherait de se mettre d’accord pour mieux taxer les multinationales. Il suffit d’avoir un accord politique entre Etats membres. 

Par ailleurs, rien n’empêche non plus une révision des traités. Les nécessités de l’heure peuvent y amener. 

Enfin, anticiper l’effondrement de l’UE est peut-être actuellement sa meilleure défense. En effet, c’est largement ainsi, par la crainte du pire, qu’Angela Merkel s’efforce de faire passer auprès de l’opinion publique allemande l’idée d’un budget européen de relance beaucoup plus solidaire que les projets mis sur la table avant la crise du Covid-19. Plus profondément, il ne faut pas trop craindre – ou espérer - l’effondrement de l’UE, parce que, pour l’instant, tous les grands acteurs économiques du continent restent en sa faveur. Le cas britannique montre bien d’ailleurs le rôle de ces acteurs économiques : je ne suis pas sûr que la City soit prête à perdre son « passeport européen », malgré les rodomontades de Boris Johnson d’une négociation avec l’UE à sens unique en faveur du Royaume-Uni.

Vincent Vicard : Sur les sujets fiscaux, des discussions sont en cours sous l'égide de l'OCDE pour parvenir à un accord international sur la réforme de la taxation des multinationales, du secteur du numérique mais pas seulement. Même si les négociations ont été récemment repoussées par les États-Unis, on peut espérer des avancées de ce coté dans les mois qui viennent. Ce cadre de  négociations reflète cependant l'incapacité des européens à traiter le sujet au niveau de l'Union européenne, où la concurrence fiscale et la présence de paradis fiscaux constituent des menaces pour la soutenabilité des systèmes sociaux des pays membres et le fonctionnement du marché intérieur. Il faut espérer que cette décision force le débat politique européen sur le sujet et oblige les États à avancer sur les questions de concurrence fiscale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
philippe de commynes
- 17/07/2020 - 09:20
Et c'est la même cour de justice Européenne
qui défend l'Irlande qui ne cesse de fustiger la Hongrie et la Pologne parce qu'elles ne veulent pas des migrants...
J'accuse
- 16/07/2020 - 17:01
Jeux de pouvoir
Est-il vraiment question de traités et de droit européens dans ces décisions ? Il s'agit plutôt de luttes de pouvoir.
La Commission veut s'imposer en tant que gouvernement fédéral, la Cour de justice veut s'imposer en tant que Cour suprême, l'Irlande veut conserver sa législation fiscale quoi que disent les traités.
Quel est le premier obstacle majeur au fédéralisme, tellement haut qu'il est infranchissable ? Chaque pays refuse de se laisser gouverner par des étrangers, et c'est bien naturel. Surtout quand il est question d'argent...
Aux USA, le gouvernement de Washington n'est pas étranger au Texas et à la Californie; en Europe, la Commission est étrangère à tous les pays d'Europe. Et ça ne changera pas.
ajm
- 16/07/2020 - 13:13
Communication, politique et droit.
Les traités européens n'interdisent pas du tout la concurrence fiscale entre les états membres. Le moyen utilisé par la commission était qu'Apple aurait bénéficié de conditions particulières et spécialement avantageuses par l'Irlande qui constituaient un avantage financier condamnable au titre de la règle de la concurrence " non biaisée " entre les agents économiques. La cour de justice a jugé que la preuve de cette avantage particulier n'avait pas été apportée par la commission.
Les politiques font des coups médiatiques mais la réalité des traités et du droit ( approuvés et validés par eux au départ) les rattrapent.
On l'a vu aussi chez nous avec des initiatives de Bercy retoquées par la justice, plusieurs années plus tard après le coup médiatique initiale