En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

03.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

07.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 32 min 48 sec
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 1 heure 5 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 3 heures 41 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 4 heures 29 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 6 heures 2 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 6 heures 59 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Economie
Différence de taille

Le match du plan de relance allemand et français

il y a 7 heures 21 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 49 min 11 sec
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 1 heure 42 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 3 heures 59 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 4 heures 55 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 6 heures 18 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 7 heures 5 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 7 heures 19 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le français ?

il y a 7 heures 20 min
décryptage > Media
Economie des médias

Tuer les cookies pour sauver le journalisme ? Les très intéressantes leçons venues des Pays-Bas

il y a 7 heures 21 min
© Sebastien RIEUSSEC / AFP
militaires français Mali opération serval
© Sebastien RIEUSSEC / AFP
militaires français Mali opération serval
Opération Serval

Depuis 2012, la menace terroriste a évolué dans sa nature et sa géographie mais n’a pas diminué en intensité

Publié le 15 juillet 2020
Troisième épisode d'une série de quatre articles sur la situation au Sahel et sur le rôle que joue la France dans le conflit.
Emmanuel Dupuy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Dupuy est président de l'IPSE (Institut Prospective et Sécurité en Europe). Spécialiste des questions de sécurité européenne et de relations internationales, il a notamment été conseiller politique auprès des forces françaises en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Troisième épisode d'une série de quatre articles sur la situation au Sahel et sur le rôle que joue la France dans le conflit.

Pour mieux comprendre l’impasse dans laquelle nos troupes semblent se trouver dans la bande sahélo-saharienne, il faut revenir au contexte initial ayant amené à un niveau d’engagement sans précédent des forces armées françaises au Mali et plus généralement dans la bande sahélo-saharienne.

Sur les 8000 militaires français actuellement projetés en opérations extérieures, 5100 le sont désormais dans la région, 2500 le sont, rien qu’au Mali, dans le cadre de l’Opération Barkhanesis sur cinq pays de la bande sahélienne-saharienne (Mauritanie, Mali, Burkina-Faso, Niger, Tchad).

Le président François Hollande avait décidé d’intervenir au Mali, en déclenchant l’Opération Serval, à partir du 11 janvier 2013, à la demande du président malien par interim de l’époque, Dioncounda Traoré, sur la base de la menace d’une déstabilisation du Mali, suite au délitement des Forces armées maliennes (FAMA). Ces dernières, fortement malmenées « militairement »  par les rebelles touaregs du Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA), les mouvements djihadistes et les organisations narco-criminelles qui étaient venus leur prêter main forte, l’étaient aussi « politiquement », eu égard aux conséquences du coup d’état mené par le Capitaine Amadou Haya Sanogo, en mars 2012, qui avait abouti à la démission du président Amadou Toumani Touré, en avril 2012 et abouti, in fine, à un effondrement presque total des FAMA. 

L’intervention militaire française intervient ainsi, dès le début, dans une première ambiguïté. 

La France intervient donc, dès le début, sur la base d’une menace de déstabilisation régionale estimée sérieuse, car impliquant des groupes armés terroristes, liés à Al Qaeda (notamment les mouvements Ansar Dine, Mouvement pour l’Unicité et le Djihad en Afrique de l’Ouest - MUJAO et Al Qaeda au Maghreb islamique - AQMI).  

Le Mali, considère, ainsi que le réel ennemi est avant tout l’irrédentisme résiduel touareg qui malmène l’intégrité territoriale et interroge le pacte social et politique malien, depuis 1963, année de la première rébellion dans le Septentrion malien. 

La demande « officielle » du président par intérim, Dioncounda Traoré, est d’abord formulée au niveau de la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) dès septembre 2012. Ce n’est qu’après que les 3000 hommes promis par l’organisation régionale ouest-africaine tardent à arriver, que le Mali appelle « littéralement » à l’aide Paris, par la voie d’une demande formulée, le 10 janvier 2013, à l’ONU.

Bamako avait ainsi sollicité l’aide militaire des Nations Unies, à laquelle répondra positivement la France, le lendemain. Il en résultera aussi, du reste, la résolution 2100 du 25 avril 2013 (renouvelée et renforcée, le 28 juin 2018, par la résolution 2423) créant la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), qui engage, sous chapitre VII, 13 000 personnes, en vue de la protection des civils, l’appui à la réconciliation nationale, le rétablissement de l’état de droit et la reconstruction du secteur de sécurité malien. 

L’intervention militaire française décidée, courageusement, par François Hollande, ne devait ainsi se limiter dans le temps et dans ses modalités d’opération, qu'à des frappes aériennes et à un recours limité aux forces au sol. Le recours aux forces spéciales, qui s’en suivit, visait initialement à stopper la progression des rebelles - djihadistes touaregs, sur la base d’une menace réelle ou supposée de chute imminente de Bamako et de facto, le risque de déstabilisation des pays avoisinants, dans la foulée. 

Ainsi, sept années plus tard, la perception biaisée quant à la nature de l’adversaire n’a pas fondamentalement changée.

La situation sécuritaire sur le terrain, s’est élargie d’une menace cantonnée au Nord du fleuve Niger, à une « migration » des groupes armés terroristes (GAT) en direction de la région centrale du Mali, autour d’une vaste zone allant de Mopti, à Tombouctou, Gao, de part et d’autre de la boucle marquée par le fleuve Niger, dans la région du Liptako-Gourma, à la commissure entre le Mali, le Burkina-Faso et le Niger, englobant également la zone devenue refuge des insurgés entre Ansango et Menaka, plus à l'est. 

Par ailleurs, la deuxième ambiguïté réside dans l’évolution géographique du théâtre d’opération.

L’opération Serval (11 janvier 2013 au 1er août 2014) était initialement pensée comme une opération principalement à vocation de contre-terrorisme, caractérisée par une offensive militaire française pensée par le Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO) et le Commandement des opérations spéciales (COS) comme devant être fulgurante et décisive. Elle le fut, indéniablement sur le plan militaire : la ville de Gao est libérée, le 25 janvier ; Tombouctou, le 27 janvier ; Kidal, le 30 janvier. François Hollande et Dioncounda Traoré peuvent, à juste titre, se féliciter de la parfaite réussite de la première phase de la mission, 21 jours après le déclenchement de l’Opération Serval, le 2 février 2013, dans une Tombouctou libérée du joug djihadiste, sous laquelle elle était tombée en avril 2012. 

Il en a résulté, la traque concomitante d'organisations terroristes désormais clairsemées dans la partie nord et nord-est d'un pays vaste (1,2 millions de Km2) loin de Bamako (pour rappel, il faut 26 heures en voiture pour relier les 1534 km entre Bamako et Kidal !) suite aux premières frappes menées par les forces françaises dans les premiers jours du déclenchement des opérations. Il s’agissait alors de « chasser » et « traquer » les GAT « enkystés »  dans des zones difficiles d’accès, à l’instar de la vallée de l’Amatettaï dans l’Adrar des Ifoghas, dans la région de Kidal-Tessalit, sur une zone vaste de 250 000 Km2.

Déjà, la question du partenariat recherché des forces françaises était posée. L’apport des forces tchadiennes à l’été, en 2013, déterminante dans les victoires obtenues contre les GAT.

Un théâtre d’opération élargi à l’Afrique de l’Ouest et les pays riverains du Golfe de Guinée

S’en suit, avec l’évolution dans ses capacités, son rayon d’action, ses objectifs autant cinétiques que de l’accent accentué mis sur une « approche globale »  de l’opération Barkhane, depuis août 2014, une autre «  guerre » :  celle de  l’adaptation à la « volatilité » et à la « transnationalité » de la menace, qui implique autant de « rusticité » que d’adaptabilité de nos matériels militaires, soumis aux rudes aléas climatiques, aptes à mener avant tout une guerre adaptée aux terrains désertiques, montagneux et rocailleux (Grand Fezzan du sud libyen, massifs-plateau de l’Aïr et désert du Ténéré nigérien, Tibesti tchadien…) ainsi, que désormais dans la steppe et zones côtières et grandes agglomérations commerçantes et touristiques du littoral du Golfe de Guinée (Lagos, Lomé, Accra, Cotonou, Abidjan…). 

L’on évoque ainsi désormais plus ouvertement une forme « d’élasticité » du concept du G5 Sahel, qui pourrait, dans les prochaines semaines ou mois, s’élargir à la Côte d’Ivoire, voire au Sénégal, ou à certains pays riverains du Golfe de Guinée (Togo, Ghana, Bénin). La récente attaque contre des forces armées ivoiriennes, à Kafolo, dans le nord-est du pays, à la frontière avec le Burkina-Faso, ayant couté la vie à une dizaine d’entre eux, vient conforter, en effet, cette « migration » des groupes terroristes vers le sud des groupes armés terroristes.

Car, la menace sécuritaire semble, en effet, ainsi inexorablement se déplacer vers le sud, eu égard à une série d’attentats qui a frappé la Côte d’Ivoire, en mars 2016 à Grand-Bassam ; mais aussi le Burkina-Faso, dont Ouagadougou, à plusieurs reprises, dont les plus meurtrières causèrent la mort de 30 personnes en janvier 2016, 8 personnes en mars 2018, sans oublier la zone dite des « trois frontières », la plus durement touchée.

Le projet de compilation d’informations sur les conflits, Armed Confict Location & Event Data Project (ACLED) estime que près de 2000 personnes (dont la moitié étaient des civils et un tiers des femmes et des enfants) sont mortes depuis 2015 au Burkina-Faso ; tandis que 800 000 personnes ont fui leurs foyers, 2000 écoles ont dû fermer et que 300 000 élèves sont dans l’incapacité d’aller à l’école dans le Nord et Nord-est du Burkina-Faso.

A bien des égards d’ailleurs, le risque de déstabilisation qui pèse désormais sur Ouagadougou, où il se murmure que près de 25% du territoire échapperait à l’autorité du pouvoir central, ressemble à la menace qui pesait en 2012-2013 sur Bamako. Certains n’hésitent plus à insister sur une approche ouest-africaine du phénomène djihadiste, englobant désormais, autant les pays maghrébins riverains de la Méditerranée que ceux riverains du Golfe de Guinée, à l’instar du Ghana, du Togo, du Bénin, et surtout la Côte d’Ivoire. Abidjan, comme Dakar ne cesse d’intercéder pour un élargissement du G5-Sahel

C’est, du reste, dans le parc du Pendjari, au Nord-Ouest du Bénin, que s’est déroulé la plus récente des prises d’otages de ressortissants occidentaux, dont deux français, finalement libérés en mai 2019. Il en fut question, du reste, à l'occasion de la dernière édition du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité, qui s'est déroulé, mi-novembre. L’on évoque ainsi l’initiative dite d’Accra, qui viendrait ainsi répondre à une promesse faite à l’occasion du dernier Sommet de la CEDEAO à Ouagadougou, en septembre dernier, visant à renforcer par des forces ouest-africaines, notamment sénégalaises et ivoiriennes, le G5-Sahel (entre la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Tchad et le Burkina-Faso, créé en février 2014), notamment sa Force conjointe, mise sur « pied » ou plutôt hélas que sur « plan » depuis juillet 2017. 

Ainsi, les forces françaises, bien seules sur le terrain, ne peuvent s’appuyer, concrètement, aujourd’hui, comme en 2013, que sur peu de capacités offensives sur le théâtre d’opération.

A lire aussi : De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

A lire aussi : La France peut-elle faire face seule ou en coordination avec nos partenaires et alliés ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pjwunder
- 15/07/2020 - 13:30
Nos militaires sont des
Nos militaires sont des capitaines qui gagnent des batailles mais perdent des guerres (Lartéguy).
Les batailles sont gagnées grâce à l'entrainement, le commandement, l'expérience et le matériel de loin supérieurs à ce que ces bandes de criminels pourraient même espérer.
Malheureusement les guerres sont perdues dans des sommets politiques inutiles dans lequels la guerre est faite sur Excel et sur des cartes sans tenir en compte de la réalité sur le terrain.
Il est triste de voir ce scénario se répéter depuis les guerres de décolonisation, en passant par le Viet-Nam, la première guerre de Yougoslavie jusqu'à l'Afghanistan. Nos dirigeants n'apprennent que peu et nous nous enlisons de plus en plus avec des discussions sur l'écriture inclusive, Traoré, la PMA, les gilets jaunes ou autres qui font s'effriter de plus en plus l'édifice français.
Bon courage à notre armée et ses personnels présent dans la zone.