En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

03.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

07.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 3 min 2 sec
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 35 min 26 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 3 heures 12 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 3 heures 59 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 5 heures 32 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 6 heures 29 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 6 heures 49 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 6 heures 49 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 6 heures 50 min
décryptage > Economie
Différence de taille

Le match du plan de relance allemand et français

il y a 6 heures 51 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 19 min 25 sec
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 1 heure 12 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 3 heures 29 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 4 heures 25 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 5 heures 48 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 6 heures 36 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 6 heures 49 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 6 heures 49 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le français ?

il y a 6 heures 50 min
décryptage > Media
Economie des médias

Tuer les cookies pour sauver le journalisme ? Les très intéressantes leçons venues des Pays-Bas

il y a 6 heures 52 min
© JOHANNES EISELE / AFP
© JOHANNES EISELE / AFP
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

Publié le 08 juillet 2020
Des entreprises comme Tesla ou Uber voient leur valeur exploser alors que leur rentabilité est à désirer. La situation actuelle du marché se rapproche-t-elle de celle que l’on a connu au milieu des années 90 ? La situation actuelle peut-elle déboucher sur une crise comme celle de la bulle spéculative ?
Pascal de Lima
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal de Lima est un économiste de l'innovation, knowledge manager et enseignant à Sciences-po proche des milieux de cabinets de conseil en management. Essayiste et conférencier français  (conférences données à Rio, Los Angeles, Milan, Madrid,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des entreprises comme Tesla ou Uber voient leur valeur exploser alors que leur rentabilité est à désirer. La situation actuelle du marché se rapproche-t-elle de celle que l’on a connu au milieu des années 90 ? La situation actuelle peut-elle déboucher sur une crise comme celle de la bulle spéculative ?

Atlantico.fr : Des entreprises comme Tesla ou Uber voient leur valeur exploser alors que leur rentabilité est à désirer. La situation actuelle du marché se rapproche-t-elle de celle que l’on a connu au milieu des années 90 ? 

Pascal de Lima : On peut parler d’une déconnexion des marchés avec la réalité. On observe des niveaux impressionnants sur le Nasdaq, le CAC, le DAX, à des niveaux parfois historiques (pour le Nasdaq) alors que l’économie réelle est en période de récession. Cette déconnexion n’est pas nouvelle, elle a existé certes dans les années 90 mais aussi 2000. La règle générale est que lorsque les marchés vont bien, l'économie réelle n'en profite pas vraiment. En revanche lorsque les marchés se retournent, l'économie réelle en pâtit directement. Certes ce constat part d'une observation simple des courbes et pas vraiment d'une relation de causalité scientifiquement démontrée mais la répétition du phénomène interroge... Ainsi, on pourrait dire qu’aujourd’hui rien n'est encore gagné pour l’économie réelle, surtout si de mauvaises nouvelles du côté des institutionnels ou autres s’annoncent.

On peut aussi raisonner dans un autre sens : on dit par exemple que les traders ont raison, et qu’ils anticipent une reprise rapide ce qui par prophétie autoréalisatrice se réalisera.

Mais j’en doute même si j’espère avoir tort ! Je maintiens qu’il s’agit plutôt d’une déconnexion pernicieuse pour l’économie réelle.

Comment le marché s'est il détaché de la réalité ? 

Plusieurs choses peuvent être avancées ici. Le marché s’est détaché de la réalité en écoutant les mots des Etats, des banquiers centraux, et des indicateurs économiques bruts plutôt qu’en analysant les données économiques de long terme sous la forme de causalités. Ils agissent dans le court terme selon les principes de la rationalité mimétique.

Disons pour résumer que leurs décisions sont fondées sur une batterie considérable d’indicateurs économiques et de modèles statistiques reposant sur la production de variations autour d’un trend de fonds - d'une tendance, donc - mais observée quotidiennement, au mieux trimestriellement, plus rarement sur un an.

L’économie - cette étude de l’allocation des ressources rares d’un pays - se voit donc touchée par les décisions d’investissement des traders. C’est une forme "d’irrationalité" finalement puisque de meilleures décisions pourraient être prises en élargissant le spectre temporel, celui qui permettrait de découvrir les relations de causalité entre des phénomènes économiques.

Contre ceux qui ne croient pas aux fondements du mimétisme rationnel, on peut opposer le bon sens par l’observation des comportements d’un trader sur les marchés financiers. L’opérateur a beau croire en une appréciation de l’euro, il ne fait pas le poids lorsqu’il constate qu’un peu partout les positions des autres intervenants sur le marché des changes sont à la vente de l’euro. Par conséquent, même s’il estime que l’euro mérite d’être plus cher par rapport au dollar, il hésite toujours à acheter la devise européenne. En effet, s’il est le seul acheteur d’euros face à 50 intervenants vendeurs, il est sûr d’y laisser des plumes… Le trader ne fait donc pas forcement ce qu’il croit intimement, mais plutôt ce qu’il croit que fera globalement le marché qui in fine l’emportera. C’est une question de confiance. Le travail de l’opérateur est de tenter d’évaluer au plus juste le sentiment du marché des devises : voilà une illustration parfaite de la rationalité mimétique ! Malgré la conviction d’une sous-évaluation de la valeur d’un actif, ce trader joue à la baisse et c’est là un comportement parfaitement rationnel. Dans une telle perspective, chacun est identiquement rationnel, agissant en fonction d’une même croyance quant aux comportements des autres. Tout ceci est dangereux car de tels comportements dénaturent la bourse et en fait un casino illuminé par des scores non compris.

Ceci est d’autant plus accentué qu’aujourd’hui il s’agit plutôt de trading algorithmique qui se cherche encore que de simples traders. Je traite d'ailleurs si je puis me permettre de ces questions là dans mon dernier livre "Capitalisme et Technologie : les liaisons dangereuses" aux Editions Forbes

La situation telle qu'on la voit peut-elle déboucher sur une crise comme celle de la bulle spéculative ?  

C’est le point commun avec la crise de 2007-2008. Si la différence fondamentale des deux crises se trouve dans leur émergence :

1)   Les excès de la finance en 2007-2008 d’un côté plutôt dans le crédit immobilier plutôt aux Etats-Unis avec un effet domino mais relativement maîtrisé ici et là grâce aux amortisseurs sociaux et le poids des banques universelles mutualisant leurs activités

2)   La destruction de la biodiversité en 2020 d'un autre côté avec la destruction des habitats naturels et ses conséquences mondiales via une pandémie… 

Il n'en reste pas moins que le point commun en termes d'amplification de la crise économique est bien dans la fragilité de la courroie de transmission de la crise : endettement et bulle des actifs, donc clairement OUI !  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tatouzou
- 09/07/2020 - 15:41
Peu convaincant
Pourquoi nous parler de destruction de la biodiversité et des milieux naturels comme origine supposé de la pandémie?
Il s'agit semble-t-il plutôt d'un manque d'hygiène sur les marchés chinois d'animaux vivants, puis d'une épidémie aggravée par le verrouillage de l'information du Parti Communiste Chinois, puis par l'imprévoyance des gouvernements Européens.
Si ce monsieur est aussi vaseux sur l'origine de la pandémie, pourquoi serait-il plus crédible dans son analyse des marchés boursiers.
Evidemment, il a sans doute raison d'évoquer des comportements moutonniers, c'est ce qu'il fait lui-même en invoquant les mantras écologiques à propos des cours de bourse.