En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

02.

Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1

03.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

04.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

05.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

06.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

07.

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
light > Media
Accident industriel
Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1
il y a 13 heures 48 min
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 15 heures 14 min
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 15 heures 46 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 18 heures 23 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 19 heures 11 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 20 heures 43 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 21 heures 41 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 22 heures 57 sec
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 22 heures 1 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 22 heures 1 min
pépites > International
Drame
Niger : six touristes français et leurs deux guides tués par des hommes armés
il y a 14 heures 1 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 15 heures 30 min
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 16 heures 23 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 18 heures 41 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 19 heures 37 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 21 heures 20 sec
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 21 heures 47 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 22 heures 1 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 22 heures 1 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le français ?

il y a 22 heures 2 min
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Transactions immobilières

Hausse ou baisse : quel impact redouter de la crise du coronavirus sur l’immobilier ?

Publié le 06 juillet 2020
Les transactions immobilières ont redémarré suite au déconfinement. Quelle est la réaction du marché ? Quelles sont les perspectives dans le domaine de l'immobilier avec la crise économique suite à la pandémie de coronavirus ? Les villes vont-elles être désertées au profit des campagnes ?
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les transactions immobilières ont redémarré suite au déconfinement. Quelle est la réaction du marché ? Quelles sont les perspectives dans le domaine de l'immobilier avec la crise économique suite à la pandémie de coronavirus ? Les villes vont-elles être désertées au profit des campagnes ?

Atlantico.fr : Le déconfinement sonne la reprise des transactions immobilières. Comment réagit le marché de l'immobilier en France ? Les ventes et achats baissent-ils ? 

Philippe Crevel : Après un arrêt sur image qui a duré près de deux mois, le marché de l’immobilier a vite redémarré. Les notaires des grandes villes font l’objet de nombreuses demandes de cessions. Les acheteurs comme les vendeurs veulent au plus vite conclure les opérations engagées bien souvent avant le confinement. Il y a un évident effet rattrapage qui ne devrait pas néanmoins compenser l’arrêt des ventes constaté entre mars et mai. La crainte d’une hausse des taux d’intérêt ou du resserrement du crédit incitent les ménages à accélérer leur projet d’achat. La pierre, en outre, joue toujours son rôle de valeur refuge. En étant resté bloqué deux mois dans leur logement, certains peuvent estimer qu’il est plus temps d’en changer. Dans un tel contexte, le marché n’est pas baissier. Les résultats du premier trimestre 2020 qui incluent le début de confinement indiquent clairement que les prix restaient orientés à la hausse. Les prix ont continué à augmenter. Par rapport au trimestre précédent, la hausse est de 1 %. Sur un an, la hausse des prix des logements s’accentue avec une progression de 4,9 %. Dans le détail, les prix des logements anciens croissent de +1,2 % (après +0,2 % au trimestre précédent). En revanche, ceux des logements neufs diminuent de 0,2 % (après +1,1 % au trimestre précédent). Sur un an, les prix des logements anciens s'accroissent plus vite (+5,0 % sur un an) que ceux des logements neufs (+3,9 %). Pour les ventes actuellement réalisées, entre les prix demandés et les prix de vente réellement enregistrés par les notaires, il peut y avoir des écarts. Si les acheteurs sont nombreux, les vendeurs souhaitent également rapidement vendre par crainte d’avoir à subir une baisse des prix à l’automne. Ce comportement peut justement autoréaliser la baisse.

Quelle sera la situation du marché avec la crise économique à venir ?

Il convient de souligner qu’il n’y a pas un marché immobilier mais une multitude de marchés immobiliers. Les marchés sur lesquels investissaient des étrangers comme dans le cœur de Paris ou sur la Cote d’Azur risquent d’être touchés par les restrictions de circulation et la fermeture des frontières. Les villes frappées de plein fouet par la crise comme Toulouse pourraient connaitre des évolutions différentes de celles qui continueront à accueillir des habitants.

Le resserrement du crédit devrait limiter les capacités de financement, en particulier des primo-accédants. Les banques, face au risque de défaut de paiement, devraient, en effet, être plus exigeantes. Sous la pression de la Banque centrale européenne, elles avaient déjà, en début d’année, décidé d’appliquer un taux maximum de 33 % des revenus pour les crédits. Elles avaient également réduit le nombre de prêts de très longue durée. Si le chômage s’accroît dans de forte proportion d’ici la fin de l’année, le nombre d’acheteurs devrait se réduire. Si par malheur, une deuxième vague survenait, cela aurait un effet délétère peu favorable au marché immobilier.

Par suite du confinement, de nombreuses personnes ont pu goûter aux joies de la campagne. Allons-nous assister à une désertion des villes pour la campagne ?  

Avec le confinement, des centaines de milliers d’urbains auraient goûté aux charmes de la nature, de la campagne. Certains imaginent certains pourraient réaliser un retour à la terre. Ce phénomène sera marginal du moins dans sa forme extrême. Les Français ont, ces dernières années, opté pour les grandes villes car elles concentrent non seulement les emplois mais aussi les services, santé, éducation, loisirs, sports, etc. Pour des familles ayant des enfants d’âge scolaire, l’installation en milieu rural n’est pas aisée. Par ailleurs, la multiplication des déplacements pour le travail est une source de coûts et de fatigue. Le télétravail se développe mais suppose néanmoins des retours réguliers au bureau. En revanche, et cette tendance était déjà constatée avant la crise sanitaire, des ménages pourraient chercher à partir des grandes métropoles et privilégier des villes à taille humaine où il est possible d’avoir une maison tout en ayant accès à des services de qualité. Des villes comme Angers, Tours, Orléans, Reims, Avignon, Aix, Ajaccio pourraient continuer à attirer des habitants. Pour être viable, l’exfiltration des grandes métropoles suppose que le lieu d’implantation, en plus des services, soit bien desservi par les transports. Cela suppose au minimum une liaison ferroviaire à grande vitesse et un ou plusieurs axes autoroutiers. Des communes touristiques bien équipées en services de proximité et bien reliées à une grande ville pourrait également être attractive. Dans tous les cas, ce sera un marché de niche.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tubixray
- 06/07/2020 - 14:30
j'allais les oublier
Les écologistes par souci de laïcité et de diversité (ben oui) ne manqueront pas de préempter des terrains constructibles pour la seule religion de paix et d'amour qu'ils tolèrent.
C'est au moins inscrit dans le programme de la mairesse (ouf) de Marseille.
tubixray
- 06/07/2020 - 14:28
immobilier crise toujours
Pour les français moyens (ils étaient "aisés" avant les années 2000), le manque de biens immobiliers à vendre est toujours critique alors les vendeurs peuvent faire monter les enchères.
Gageons que les écologistes dans les mairies vont encore alourdir les contraintes liées à la construction et que la crise de l'immobilier sera pire encore.
Le moindre terrain disponible va être transformé en "puits de Co2" ou "jardin inclusif" et autres délires de toxicomanes.