En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

04.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

07.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 6 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 7 heures 36 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 8 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 9 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 9 heures 26 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 10 heures 55 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 12 heures 14 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 12 heures 52 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 13 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 7 heures 21 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 8 heures 9 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 8 heures 53 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 9 heures 15 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 10 heures 40 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 11 heures 57 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 12 heures 31 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 13 heures 16 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 13 heures 38 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 14 heures 28 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Affaire Fillon

François Fillon : un traquenard politique, une rigueur judiciaire...

Publié le 30 juin 2020
Philippe Bilger revient sur le jugement rendu dans l'affaire Fillon. François Fillon a été condamné à cinq ans de prison, dont trois avec sursis, et à une peine d'inéligibilité de dix ans. Penelope Fillon a été condamnée à trois ans de prison avec sursis.
Philippe Bilger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger revient sur le jugement rendu dans l'affaire Fillon. François Fillon a été condamné à cinq ans de prison, dont trois avec sursis, et à une peine d'inéligibilité de dix ans. Penelope Fillon a été condamnée à trois ans de prison avec sursis.

Le jugement qui a été rendu le 29 juin par le tribunal correctionnel de Paris à l'encontre des époux Fillon est sévère - 5 ans dont 3 avec sursis, une lourde amende et 10 ans d'inéligibilité pour François, 3 ans avec sursis et une amende élevée pour Penelope - mais les infractions qui leur étaient reprochées, et considérées comme établies, étaient graves, surtout de la part d'un ancien Premier ministre.

Je ne veux pas faire preuve d'une trop facile lucidité rétrospective mais je n'ai pas douté un seul instant, dès l'ouverture de leur procès, que leur cause était entendue dans la mesure où leur argumentation en défense - François Fillon parlant avec fermeté et hauteur pour deux et son épouse s'abritant dans son ombre judiciaire - ne me semblait pas pouvoir battre en brèche le poids et la nature des accusations portées contre eux.

J'en avais déjà eu l'intuition, quand François Fillon, après un long silence, était venu s'expliquer, le 30 janvier à la télévision sur France 2 et qu'il avait dévoilé ce que serait leur stratégie judiciaire. Sans connaître le détail du dossier mais au regard de tout ce que j'avais lu et écouté et qui avait constitué cette procédure comme quasiment un objet de curiosité publique, j'avais craint le pire pour le couple Fillon tant une relaxe ultérieure aurait relevé du miracle, à considérer, sur la balance de la Justice, les charges semblant incontestables d'un côté et les dénégations fragiles de l'autre.

Il ne faut pas oublier non plus, sans mettre en cause l'impartialité du tribunal correctionnel dont la présidente a mené les débats avec maîtrise et qui a rendu un jugement de 168 pages, que François Fillon, et évidemment son épouse avec lui, n'est pas arrivé vierge devant la juridiction, qu'il portait déjà sur ses épaules et sur sa personne tant publique que privée, sans oublier son existence familiale, tout ce qui, depuis l'article du Canard enchaîné, les péripéties ultérieures et sa défaite au premier tour de l'élection présidentielle de 2017, avec une médiatisation qui ne le ménageait pas, faisait déjà de lui un coupable tout désigné et presque méprisé par certains.

Pour forcer le trait, devant la juridiction, sa cause était gangrenée par une présomption de culpabilité au sens banal et apparemment les débats ne sont pas parvenus à démontrer le contraire.

François Fillon, parfait républicain dans son rapport avec l'institution et assisté par deux avocats de talent et de loyauté désaccordés avec l'atmosphère générale et singulière de ce dossier hors de l'ordinaire, est apparu, dès le premier jour du procès, handicapé par ce que le grand avocat américain Alan Dershowitz a appelé "la culpabilité par accusation".

Difficile, dans ces conditions, de mettre à bas une telle chape sauf à refuser la thèse extrême de la totale innocence du couple Fillon pour plaider une sorte de périphérie : "ils sont coupables mais ils étaient nombreux à faire comme François Fillon et il convient de prendre en compte l'étrangeté précipitée d'un processus de destruction". Démarche guère brillante pour un homme fier et qui aurait sans doute abouti à une sanction moins rigoureuse.

L'erreur est de mettre ensemble deux moments radicalement différents du destin de François Fillon ; le moment politique et la phase judiciaire. Pour le premier, il est clair qu'il s'est agi d'un traquenard qui a détruit sa candidature présidentielle et relégué en troisième place le favori qu'il était avec un score non négligeable : on imagine alors son triomphe s'il n'avait pas été brisé net en y ajoutant quelques erreurs et maladresses de son fait (Sud Radio : Matinale du 30 juin).

On voudra bien se reporter à mes billets du 19 juin : "Houlette aurait dû mettre le holà" et du 21 juin : "Emmanuel Macron : j'y suis j'y reste", traitant de la saisine pour avis, par le président, du CSM. Au sujet de la procédure Fillon lui ayant facilité son "dégagisme", son principal concurrent ayant été écarté.

Mais ce traquenard politique - le PNF ayant retenu sa compétence même à discuter - n'a pas eu une incidence directe sur la phase judiciaire qui lui a succédé avec une lenteur, l'élection passée, tranchant avec l'urgence dévastatrice de l'origine. Processus judiciaire distinct du piège partisan.

Il y avait des infractions - caractérisées ou non - reprochées au couple Fillon et leur élucidation ne devenait pas inutile, parce que le candidat Fillon avait été "coulé", à la suite d'une information ouverte et de mises en examen à bride abattue puis avec un cours ayant retrouvé un rythme judiciaire habituel aboutissant à un renvoi devant le tribunal correctionnel de Paris.

On pourrait faire une sorte de "justice-fiction" et se demander ce qui se serait passé si face à un PNF soumis à un pouvoir politique de gauche largement entendu, François Fillon avait suivi le conseil que Me Dupond-Moretti lui aurait donné et qui est rapporté par Tugdual Denis dans son excellent livre "la Vérité sur le mystère Fillon" : ne pas se rendre aux convocations et manifester donc son opposition à cette procédure "politique".

Il se serait engagé alors dans une autre forme de défense qui lui aurait fait gagner du temps et qui probablement l'aurait sauvé sur le plan présidentiel. En différant, après son ou ses mandats, le jugement sur les faits que le Canard enchaîné avait vicieusement révélés après sa victoire éclatante à la primaire de la droite et du centre.

Me Antonin Lévy a annoncé que le premier mot de François Fillon, après la décision les ayant condamnés, avait été "appel" et l'avocat, après l'avoir qualifiée d'injuste, a fait preuve à mon sens d'un optimisme exagéré pour la suite. Il est risqué et d'une certaine manière indécent de faire des pronostics dans cette matière. Mais si j'imagine une possible atténuation des peines avec plus de considération pour le couple Fillon, je ne serais pas surpris si le principe des condamnations était maintenu.

Certes les conseils du couple, même si ce n'est pas leur genre, tenteront de "casser la baraque" en intégrant dans leur défense tout ce qu'ils n'avaient pas pu invoquer en première instance et qui a été révélé par Eliane Houlette et, probablement aussi, des comparaisons avec la gestion paresseuse de certains autres dossiers comme celui par exemple de Richard Ferrand.

Ce ne sera pas inutile.

Mais, si le traquenard politique a brisé le candidat, la rigueur judiciaire n'épargnera pas forcément le couple Fillon.

Même en appel.

Cet article a été initialement publié sur le site de Philippe Bilger, cliquez ICI 

A lire aussi : Fillon : une condamnation pour l’exemple, mais une justice loin d’être exemplaire

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 01/07/2020 - 13:24
@G
Oui et non . Le traquenard aurait pu être mis en action avant la candidature, car au dernier moment, il prouve qu'il n'était pas désintéressé, fait par la même engeance ( si ce n'est toi c'est donc ton frère ) ;La vénalité médiocre est en effet méprisable, hélas elle mène ce monde . Que faire? Pour qu'il existe un De Gaulle,il faut qu'il y ait une guerre, et il n'y aura plus de guerre, nucléaire oblige, à moins que ce ne soit une guerre civile et dans ce cas les dirigeants sont impuissants ...Triste époque .
GP13
- 01/07/2020 - 11:09
Un traquenard bienvenu
Fillon a reconnu publiquement les accusations portées contre lui et a présenté ses excuses aux français!! C'est par manque de caractère qu'il a glissé dans une vénalité médiocre. Il avait dit qu'il dirigeait un pays en faillite. Désavoué par l'Elysée, il n'a pas démissionné....
Et il a géré, au fil de l'eau une politique qu'il n'approuvait pas. Il a préféré son intérêt à celui du pays. Il avait dit qu'en cas de mise en examen il retirerait sa candidature ce qu'il n'a pas fait. Ce sont ses soutiens qui auraient du le démissionner de force et le bannir à la mode des anciens. Imaginons qu'il ait été élu : quel déshonneur pour le pays et sa fonction quand ses faiblesses auraient été révélées !
Aurait-il pu se maintenir face aux gilets jaunes ? Le traquenard était, hélas, mérité, et il aurait du être bienvenu pour que les adhérents de l'UMP cessent d'être des naufrageurs suicidaires.
Sedona
- 30/06/2020 - 19:07
Fillon c'est comme Balkani
ils sont défendus par des superstars qui les mènent droit dans le mur. Soulez Larriviere avait écrit un bouquin pour expliquer que plus l'avocat était renommé et plus les juges tapaient fort. Ils auraient dû prendre un blaireau plaidant l'indulgence et ça se serait très bien passé ! Le mec qui vous dit "mes coui..." sur le billot que j'obtiens votre relaxe est un baltringue