En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

03.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

06.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

07.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 7 min 56 sec
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 1 heure 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 16 heures 25 sec
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 17 heures 49 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 19 heures 35 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 20 heures 11 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 21 heures 58 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 22 heures 30 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 23 heures 12 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 23 heures 57 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 55 min 49 sec
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 15 heures 13 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 17 heures 16 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 18 heures 14 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 19 heures 57 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 21 heures 14 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 22 heures 13 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 22 heures 41 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 23 heures 29 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 1 jour 14 min
© DAMIEN MEYER / AFP
© DAMIEN MEYER / AFP
Justice et âge

La justice serait-elle plus efficace et plus équilibrée en acceptant de recruter des magistrats plus âgés ?

Publié le 28 juin 2020
Ce jeudi, le défenseur des droits a appelé à la suppression des limites d'âge pour accéder à la magistrature : une décision qui interroge quant à savoir ce que la justice gagnerait à avoir des magistrats plus expérimentés.
Bertrand Mathieu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Mathieu est un professeur et juriste français, spécialiste de droit constitutionnel. Il est notamment professeur de droit à Paris-I, membre du Conseil de la magistrature et Président de l'Association française de droit constitutionnel. C&...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce jeudi, le défenseur des droits a appelé à la suppression des limites d'âge pour accéder à la magistrature : une décision qui interroge quant à savoir ce que la justice gagnerait à avoir des magistrats plus expérimentés.

Atlantico.fr : Quels sont les profils-types dans la magistrature aujourd’hui ? Que gagnerait-on à recruter des magistrats plus âgés ?

 

Bertrand Mathieu : Les magistrats du siège et du parquet sont, pour l’essentiel, recrutés parmi ceux qui ont suivi les enseignements de l’École nationale de la magistrature. Pour le premier concours d’entrée à l’École, destiné aux étudiants titulaires au moins d’un master 1 (4 ans après le bac), la limite d’âge est de 31 ans, pour les fonctionnaires en poste depuis au moins 4 ans, un second concours est organisé pour lequel la limite d’âge est de 48 ans, un troisième concours est ouvert aux personnes ayant au moins 8 ans d’activité dans le secteur privé et âgés au plus de 40 ans. Un recrutement hors concours est organisé pour des personnes justifiant d’activités juridiques ou titulaires du doctorat en droit, la limite d’âge est alors de 40 ans. Il existe également des possibilités de détachement et d’intégration directe dans les plus hauts grades, notamment la Cour de cassation, par exemple pour les professeurs de droit et, sous certaines conditions, les avocats. Cette présentation simplifiée des modes d’accès aux fonctions peut donner l’impression d’une grande diversité. En réalité ce n’est pas le cas. En 2018, 70% des auditeurs de justice sont issus du premier concours, seuls 1, 71% sont issus du troisième concours. incidemment on relèvera que 87% des auditeurs sont des femmes. L’âge moyen de la promotion, tous concours confondus, est de 28 ans. 

Ainsi, si les magistrats ainsi formés sont de grande qualité intellectuelle, ils sont, pour la très grande majorité d’entre eux, recrutés très jeunes et le corps judiciaire est donc très homogène. 

L’argument de la discrimination liée à l’âge, retenu par le Défenseur des droits, ne me semble pas essentiel. On a aujourd’hui tendance à faire produire au principe de non-discrimination des effets que l’on peut juger excessifs. Le critère lié à l’âge existe dans bien des situations. En réalité le problème c’est le manque de diversité dans les profils des magistrats et notamment le caractère très limité de l’intégration de juristes expérimentés et, plus largement, de personnes ayant une plus grande expérience sociale.  

 

Selon quel modèle la magistrature française fonctionne-t-elle ? Quelles modifications méritent d'être faites dans la carrière de magistrat ?

 

L’un des problèmes qui se pose tient au fait que des magistrats frais émoulus de l’École,  très jeunes et peu expérimentés, bardés de certitudes et souvent formés dans un moule idéologique univoque, occupent des fonctions essentielles, notamment en matière pénale, juges d’instruction, ou substituts du procureur. S’agissant de la carrière des magistrats, elle se déroule selon un avancement qui mêle une évolution à l’ancienneté et au choix. Si le choix est contrôlé par le Conseil supérieur de la magistrature composé d’une majorité (une voix) de non-magistrats, ce qui est une véritable garantie, et si les chefs de cours de tribunaux et de parquet sont choisis après une audition, les propositions relèvent d’une procédure où les commissions d’avancement largement contrôlées par les syndicats jouent un rôle essentiel. C’est ainsi le risque d’une reproduction endogène qui se manifeste. 

Indépendamment de ces questions délicates, car elles touchent à la nécessaire indépendance des magistrats, il conviendrait de réfléchir à une inversion partielle de la pyramide des carrières. Ainsi les fonctions où magistrats sont appelés à décider seuls (juge d’instruction, substituts..) correspondent au bas de l’échelle, alors que des fonctions collégiales (par exemple assesseur dans une cour d’appel) sont occupées par des magistrats plus expérimentés. On pourrait imaginer qu’au contraire, les jeunes magistrats se forment au début de leur carrière dans des fonctions collégiales, avant de gravir ensuite les échelons qui leur permettraient d’occuper des fonctions plus solitaires. Il suffirait pour cela de modifier la hiérarchie des carrières. 

 

Plus généralement, la magistrature a-t-elle besoin d'une meilleure diversification des profils ? Comment la rendre possible ?

 

L’une des solutions serait, comme c’est le cas, notamment dans les pays anglo-saxons, d’ouvrir plus largement la carrière de magistrats à des juristes expérimentés, par exemple à des avocats qui ont fait leur preuve dans l’exercice de leurs fonctions et choisis parmi les meilleurs, voir à des universitaires reconnus ou même à des fonctionnaires de police ou de gendarmerie de haut niveau.

L’autre possibilité serait de faire en sorte, qu’au-delà des stages qu’ils effectuent au cours de leur scolarité, les magistrats puissent être détachés dans des fonctions administratives (diplomatie, corps préfectoral) ou des fonctions au sein d’autres ordres juridictionnels (juridictions administratives) ou être mis en disponibilité pour exercer des fonctions privées, par exemple dans un cabinet d’avocats. Ces possibilités existent, pour partie, mais elles ne sont pas généralisées, et surtout les fonctions exercées à l’extérieur du corps judiciaire ne sont pas valorisées dans le déroulement de la carrière. Les juridictions administratives, et notamment le Conseil d’Etat, bénéficient incontestablement d’une plus grande ouverture de leurs membres au monde extérieur. 

L’homogénéité du corps judiciaire est souvent défendue au nom de l’indépendance des magistrats. C’est en effet une exigence fondamentale et des garde fous, visant à éviter qu’une trop grande diversification des profils n’y porte atteinte, doivent être prévus. Mais un repli du monde judiciaire sur lui-même peut donner l’apparence de l’indépendance, il n’implique pas l’impartialité. Est-on sûr que l’exercice de fonctions diversifiées, en dehors du corps judiciaire pendant une certaine période ou l’intégration de juristes expérimentés en plus grand nombre rendraient le corps judiciaire dépendant du pouvoir politique ? Le corporatisme d’un corps trop homogène peut aussi être une menace pour les justiciables. 

En conclusion ce n’est pas le principe de non-discrimination qui me semble être essentiellement en cause, mais celui de la protection du droit des justifiables à être jugé dans les meilleures conditions possibles.  

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 28/06/2020 - 23:53
Des magistrats plus âgés
Des magistrats plus âgés seraient probablement plus indépendants du pouvoir. Quand on n'a plus (trop) d'ambitions professionnelles, on a peut-être plus la possibilité se concentrer sur la défense de la Loi !
HERENUI
- 28/06/2020 - 16:26
En fait ce recrutement de
En fait ce recrutement de "profil mur " existait autrefois .....Je me souviens avoir candidaté ....J'en avais marre de mon job et j'avais passé un entretien ....La limite n'était pas quarante mais cinquante ....Il y avait des profs , des DRH etc , un avocat ...Je ne suis pas Docteur en droit mais diplôme de l'IEP et bien sur j avais une grande expériences professionnelle ....Curieusement cette voie a été supprimée après le scandale de l'affaire d'Outreau ....Pourtant ce n'était pas un "recruté latéral " comme je l'eusse été (j ai finalement renoncé )mais un jeune diplomé rempli de naïves certitudes qui était à l'origine du seisme
lasenorita
- 28/06/2020 - 14:20
Nos juges ''rouges''..
Le ''rouge'' prédomine dans la magistrature. La majorité de nos ''juges'' sont plus enclins à privilégier leurs convictions politiques qu'à juger! Notre ''Justice'' est complaisante envers la racaille, elle donne aux islamos-racailles, qui empoisonnent la vie des Français, des sanctions minables, des ''peines'' ridicules et non-dissuasives! Les Français ne sont plus en sécurité, chez eux, à cause de nos juges ''rouges'' !Ces musulmans, d'origine étrangère, doivent être EXPULSES de notre territoire...et BON DEBARRAS...eux, les musulmans ne se sont pas gênés pour chasser TOUS les non-musulmans de leur pays natal et ''nationaliser'' leurs biens! En 1962:nous étions 1 million de non-musulmans ''nés en Algérie'' et nous n'étions PAS TOUS des terroristes! Les musulmans ont voulu être ''indépendants'', maintenant qu'ils RESTENT dans ''leur'' pays et qu'ils nous foutent la paix! J'ai fui l'Algérie (mon pays natal) à cause de ces BARBARES de musulmans, mais les musulmans m'ont suivie, ici, en ''métropole'' au lieu de RESTER dans ''leur'' pays ...ces musulmans n'ont pas respecté les ''Accords d'Evian, ils ont enlevé 3.000 non-musulmans ''innocents'', saccagé nos cimetières, etc...