En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 11 heures 5 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 11 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 14 heures 42 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 14 heures 53 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 15 heures 54 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 17 heures 20 sec
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 18 heures 20 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 18 heures 43 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 18 heures 46 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 18 heures 46 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 11 heures 37 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 12 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 14 heures 45 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 15 heures 22 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 16 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 17 heures 50 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 18 heures 28 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 18 heures 43 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 18 heures 46 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 18 heures 46 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Bonnes feuilles

Viry-Châtillon : un drame qui a durablement marqué les forces de l’ordre et à l’origine du mouvement de colère des policiers

Publié le 28 juin 2020
Jean-Louis Arajol publie "Police en péril" (Cherche Midi). Manque de moyens, politique du chiffre, échec des politiques publiques mais aussi intensification des violences au sein de notre société... : les causes du malaise sont multiples. Extrait 2/2.
Jean-Louis Arajol
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Louis Arajol est major de police à la retraite, aujourd’hui consultant. Après avoir exercé dix ans à la préfecture de Police, il devient secrétaire général du Syndicat général de la police et de la Fédération autonome des syndicats de police. Il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Louis Arajol publie "Police en péril" (Cherche Midi). Manque de moyens, politique du chiffre, échec des politiques publiques mais aussi intensification des violences au sein de notre société... : les causes du malaise sont multiples. Extrait 2/2.

8 octobre 2016, quartier de la Grande-Borne, Viry-Châtillon : quatre policiers ont pour mission de surveiller une caméra de surveillance installée au carrefour dit du Fournil, nom de la boulangerie voisine, pour surveiller les trafics de stupéfiants récurrents dans cette fameuse cité de la Grande-Borne, sur la commune de Viry-Châtillon. 

15 heures, une dizaine d’individus cagoulés lancent des cocktails Molotov en direction de leur véhicule. Plusieurs cocktails atterrissent à l’intérieur du véhicule, embrasant les fonctionnaires. Les agresseurs vont jusqu’à bloquer les portières du véhicule afin d’empêcher nos collègues de s’extirper. Très rapidement et vu l’ampleur dramatique des faits, un équipage arrive en renfort. Il est également pris pour cible par des engins incendiaires. Les collègues finissent par sortir des véhicules, se roulent par terre afin de ne pas brûler vivants. Plutôt que de recevoir de l’aide, ils essuient à nouveau une pluie de projectiles divers et variés. À terre, alors qu’ils sont en feu, des jeunes leur assènent des coups de pied. Les policiers sont d’urgence transportés dans les hôpitaux parisiens. Parmi eux, l’un est brûlé à plus de 30 %. 

Une sécurisation sans précédente du secteur est mise en place. Aucune interpellation n’est opérée. Les policiers sur place s’accordent pour dire qu’ils n’ont jamais connu une telle barbarie. 

Ces violences sont survenues dans la cité de la Grande-Borne, à un feu rouge qui a été longtemps été le théâtre de vols à la portière avec violence. Depuis plus d’un an, la mairie tente de reprendre le territoire aux agresseurs. Elle a dans ce but installé une caméra de vidéosurveillance, que les policiers attaqués étaient chargés de surveiller. S’ils doivent désormais faire des gardes statiques devant les caméras pour les protéger, il va falloir en recruter, des effectifs ! 

Le traumatisme est si important dans la tête de tous les policiers, et pour ceux de l’Essonne en particulier, qu’éclate alors une colère, une révolte sans précédent dans le corps des policiers de terrain. De cette colère historique naît le Mouvement des policiers en colère (MPC), devenu ensuite une association. 

Pendant plusieurs semaines, des fonctionnaires de police manifestent leur mécontentement, défiant même l’administration qui n’autorise pas ces rassemblements. Rassemblements effectués, parfois, en tenue civile, dans des véhicules de fonction et cortèges allant jusqu’à défiler sur les Champs-Élysées. 

Ce mouvement très médiatisé échappe totalement aux partenaires sociaux et prend rapidement de l’ampleur ; des dizaines puis des centaines de policiers rejoignent ces rassemblements. Une nuit, Jean-Marc Falcone, alors DGPN (Directeur général de la Police nationale), vient à l’hôtel de police d’Évry rencontrer M. Mazoyer, DDSP (Directeur départemental de la sécurité publique). Après six heures passées en réunion à Évry, lorsque le DGPN repart, une centaine de collègues l’attendent à la sortie du commissariat. Alors qu’il est copieusement sifflé, les policiers présents tentent de coller des affichettes et des slogans sur sa voiture. Ils l’invitent à démissionner. Un collègue se couche même devant sa voiture, l’empêchant ainsi d’avancer. C’est le DTSP qui viendra finalement extraire le fonctionnaire pour qu’il puisse repartir. Bon nombre de journalistes présents au moment des faits prennent de nombreuses photos, dont un cliché montrant M. Falcone apeuré à l’arrière de son véhicule. La situation est très tendue. 

Guillaume, major, fait partie du mouvement : « On est sur un département sensible et l’association s’est créée en réaction avec le ras-le-bol que l’on ressent. Beaucoup d’entre nous sont syndiqués et moi, perso, je ne critique pas les syndicats. Les jeunes sont un peu plus réfractaires. Ils ne sont syndiqués que pour leur avancement ou leur mutation. Mais bon, faut bien reconnaître que si tu n’es pas syndiqué dans la boîte… Cependant, les syndicats semblent ne servir qu’à ça aujourd’hui. Ou alors ils se battent, mais qu’est-ce qu’ils obtiennent de concret par rapport à ce que l’on subit tous les jours ? Depuis la manif place Vendôme sous les fenêtres de Taubira, qu’est ce qui a changé ? Non seulement nos conditions de travail se dégradent de plus en plus, mais on n’est pas respectés. S’il y a un dérapage, on déguste. Et si on ne fait pas le boulot parce qu’on est en incapacité de le faire, on déguste aussi. OK, on sait que, lorsqu’on fait ce job, on prend des risques. Mais ce serait bien qu’on puisse faire notre vrai boulot, que la justice suive, et que l’on se sente vraiment soutenus. C’est loin d’être le cas. Les flics municipaux ont plus de moyens que nous et lorsqu’ils interviennent et que ça se gâte, qui est-ce qu’on appelle ? Faut comprendre que l’on est toujours sous pression avec leur p… de politique du chiffre. On est à cran. Faut croire que c’est voulu pour qu’on pète les plombs. Nous les anciens, on a la pratique, l’expérience, mais on a la trouille. T’imagines un jeune qui débarque ? Pas loin de la Grande-Borne, il y a “Flic City”, sur Viry-Châtillon. Il y a, je crois, 520 familles de flics là-bas. Tu crois qu’ils sont tranquilles lorsqu’ils rentrent chez eux ? Lorsqu’ils bossent, ils ont peur pour leur famille. Et puis, franchement, c’est notre boulot de surveiller les caméras ? » 

Le drame de Viry-Châtillon est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. 

Moi-même, je suis en Afrique au moment des faits. Lorsque je regarde les infos, je ne vois presque plus que des leaders associatifs s’exprimer sur les chaînes d’information continue. Au fond de moi, je suis furieux. Je m’interroge. Que font les syndicats ? Je prends contact avec quelques amis journalistes spécialisés. Leur analyse est simple, cruelle pour le syndicaliste que je suis encore. Par les réseaux sociaux, je suis en contact avec un militant syndical de terrain qui s’est également engagé au sein du mouvement associatif. La double appartenance : un choix désormais courant. Ce militant, Raynald, renforce par ses propos ce que disent les journalistes : « Le syndicalisme n’est plus ce qu’il était, les délégués de brigade ou de service qui partagent le quotidien des collègues, il n’y en a presque plus. Il n’y a que des permanents. Les mecs s’engagent au syndicat uniquement pour les mutations ou les avancements. Et s’ils n’ont pas satisfaction, ils changent de crèmerie. » 

Toujours est-il que le mouvement social, nécessaire contre-pouvoir, se morcelle, s’affaiblit. 

Un permanent syndical me livre : « Une ou deux associations font de l’anti-syndicalisme primaire. Je connais certains de leurs dirigeants qui en veulent aux syndicats parce qu’ils n’ont pas eu de poste de permanent chez nous. Et puis, qui finance ? Qui est derrière tout ça ? Lorsqu’on les voit s’afficher avec certains politiques, ça craint quand même… On a l’impression qu’ils se vendraient pour des pourboires. Et qu’ont-ils obtenu ? En fait, s’ils étaient à la tête de syndicats, ces syndicalistes éconduits feraient sans doute pire. Ce qu’il y a d’encombrant dans la morale, c’est que c’est toujours la morale des autres. »

A lire aussi : Les forces de l’ordre à l’épreuve du mouvement des Gilets jaunes : les racines du malaise policier sous la présidence d’Emmanuel Macron

Jean-Louis Arajol a publié "Police en péril, la grande maison brûle", aux éditions du Cherche Midi. 

Lien vers la boutique : ICI et ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 28/06/2020 - 17:14
C'est la chienlit!
Des''jeunes'' ont envahi l'esplanade des Invalides et ils ont caillassé les forces de l'ordre venues leur faire remarquer qu'il y avait un risque de contagion du coronavirus et que cette manifestation n'était pas ''autorisée''...De ''mon temps'':nous respections ''la police'' et nous n'aurions pas fait une ''fête'' sans en avoir ''l'autorisation''..La ''gauche'' a détruit la famille et elle a également détruit le ''respect'' que nous avions aux forces de l'ordre,à notre armée,etc..
assougoudrel
- 28/06/2020 - 14:14
Pour moi, ces policiers sont
des cons; à quoi servent leurs armes? Ils auraient dû tirer dans le tas, cas de légitime défense et les fumiers, lâches comme ils le sont, réfléchiraient à deux fois, avant de recommencer et ils (les policiers) auraient tous les vrais français derrière eux. Si c'était Macron ou les autres couilles de crabes qui étaient en danger, ils feraient feu; seulement, ils écoutent bêtement leur hiérarchie, qui leur demande de ne rien faire, sauf pour les Gilets Jaunes. Je ne les plains pas; j'ai été militaire et nous faisons feu.