En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 13 heures 49 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 16 heures 20 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 18 heures 22 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 19 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 20 heures 6 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 20 heures 28 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 20 heures 45 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 20 heures 48 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 20 heures 49 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 20 heures 53 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 14 heures 16 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 18 heures 7 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 19 heures 42 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 20 heures 2 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 20 heures 14 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 20 heures 34 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 20 heures 47 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 20 heures 49 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 20 heures 49 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 20 heures 53 min
© CHARLES PLATIAU / POOL / AFP
Nicolas Sarkozy François Hollande
© CHARLES PLATIAU / POOL / AFP
Nicolas Sarkozy François Hollande
Ecoutes des avocats de Nicolas Sarkozy

François Hollande, le président normal qui avait généralisé la surveillance des Français

Publié le 27 juin 2020
Le Point a révélé que, en toute illégalité, le parquet financier créé par le président "normal" François Hollande après l’affaire Cahuzac avait espionné le vie privée d’avocats pénalistes de renom pendant plusieurs années, en dehors de toute procédure.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Point a révélé que, en toute illégalité, le parquet financier créé par le président "normal" François Hollande après l’affaire Cahuzac avait espionné le vie privée d’avocats pénalistes de renom pendant plusieurs années, en dehors de toute procédure.

Cette violation fondamentale des règles républicains dévoile le vrai visage de la « normalité » qu’incarnait si bien François Hollande et ses sbires : la mise sous surveillance des Français au-delà de tout cadre légal. Le Parquet financier en est un exemple parmi d’autres. 

Le parquet financier créé par François Hollande démontre, jour après jour, l’étendue des dégâts dans l’ordre de la politisation de la justice. Après l’affaire Houlette évoquant les pressions dont elle a fait l’objet dans l’affaire Fillon, après l’affaire Kohler, où Mediapart révèle qu’Emmanuel Macron a probablement protégé son secrétaire général contre des investigations gênantes, on découvre que le parquet s’est autorisé à violer les principes fondamentaux de la défense dans un pays démocratique en espionnant pendant plusieurs années des avocats pénalistes de renom. 

Manifestement, pour ce parquet fantoche qui prouve que la justice française est viscéralement partiale, aucune limite n’existe dans les tripatouillages et les interventions en tous genres au bénéfice du pouvoir en place. 

Le parquet financier et la dépendance politique

Rappelons que le Parquet financier est en principe chargé des « enquêtes pénales les plus complexes dans le domaine de la délinquance économique et financière« . Manifestement, cette mission doit être comprise au sens large, puisqu’elle englobe aussi la surveillance d’avocats pour savoir qui serait la taupe parmi les magistrats qui informerait les prévenus de l’état de leur dossier. On comprend bien la logique : on est au parquet, on a des missions d’investigations hors norme, donc on les utilise pour trouver des taupes, sujet qui ne relève pas de la délinquance économique et financière. Mais après tout, pourquoi se mettre à respecter des règles de procédure quand on peut faire sans ?

Cette violation de l’État de droit est probablement la plus emblématique de la dérive que le parquet financier incarne par ses nombreux manquements. Et on voit instantanément comment François Hollande, qui s’était fait élire sur l’indépendance de la justice, a réalisé l’exact inverse durant son quinquennat. 

On peut même dire que le Parquet financier incarne la dépendance de la justice vis-à-vis du pouvoir politique, la violation de l’impartialité à l’état pur. 

Moi président de la République, je ferai fonctionner la justice de manière indépendante, je ne nommerai pas les membres du parquet alors que l'avis du Conseil supérieur de la magistrature n'a pas été dans ce sens. François Hollande Tweet

Le parquet financier ouvre la voie à la surveillance généralisée des citoyens

On retiendra surtout l’extrême légèreté avec laquelle le parquet financier a violé les règles de droit. On cherche une taupe dans un service ? Hop, on espionne pendant cinq ans les plus grands avocats pénalistes de Paris, pour savoir qui les appelle et ce qu’ils disent. Les bras nous en tombent. Car on voit bien comment un prétexte en dehors de clous justifie le pire : la violation systématique des droits de la défense et de la vie privée comme en Allemagne de l’Est au meilleurs des années Stasi. 

Bien entendu, tout ce petit monde va nous expliquer, lors des prochaines élections, qu’il faut faire front contre Marine Le Pen, qui menace la démocratie. Eux, ils représentent le droit, et les autres la faute. Quelle mascarade !

Ce faisant, le parquet financier légitime au sein même de la magistrature la mobilisation de moyens totalitaires pour assurer la survivance du « système ». Et on ne voit pas très bien où la démocratie peut aller après ce genre d’écart.

Surveiller et punir en masse

J’entends ici les habituels timorés, les défenseurs d’un ordre bobo bien compris, qui vont minorer la gravité de cette violation flagrante de nos libertés en expliquant qu’après tout, elle ne concerne que quelques personnes. Toute la difficulté vient du fait que les tripatouillages du parquet financier créé par Hollande ne sont que la partie émergée d’un immense et profond iceberg qui conduit à modifier de façon significative le jeu démocratique et à mettre la population sous la menace permanente d’une déstabilisation judiciaire. Progressivement, plus aucun segment de la société n’échappe à ce contrôle. 

Ainsi, comme nous l’indiquions ce matin, l’inquisition fiscale permanente conduit à proscrire en dehors de tout cadre légal la détention d’argent liquide. Nous signalions le cas d’un sexagénaire dans les Vosges menacé de 6 mois de prison pour avoir détenu de l’argent liquide chez lui sans aucune fraude. On voit bien que du grand avocat parisien jusqu’au Français ordinaire dans les Vosges, la surveillance, l’inquisition, le soupçon, sont devenus des éléments essentiels de l’action de l’État, sans que plus aucun principe de liberté ne permette de nous protéger. 

L’instrumentalisation du COVID pour généraliser la surveillance

Dans ce contexte où l’État surveille sans limite, l’instrumentalisation du COVID 19 est un élément parmi d’autres, qui se détache aujourd’hui comme une préparation émotionnelle des Français à leur mise sous contrôle au quotidien. Pendant le confinement, il fallait une attestation expliquant le motif de sa sortie pour éviter une verbalisation. Aujourd’hui, il faut porter le masque et réduire les contacts sociaux. Une application numérique permet de tracer les Français de façon centralisée. 

Tous ces éléments relèvent de la même stratégie : banaliser, au nom de la protection, de la santé, un contrôle de la population. Rappelons-nous que, ceux-là même qui ont inventé l’attestation, sont aussi ceux qui expliquaient que les masques ne servaient à rien, et que l’hydroxychloroquine était dangereuse. 

Cette façon quotidienne d’attendrir le bois rugueux des Français pour leur rendre naturel l’exercice de prérogatives dictatoriales, voire totalitaires, correspond à une visée profonde : préserver un système ébranlé par les Gilets Jaunes, les grèves en tous genres, et maintenant la contestation des banlieues. 

Macron ne subsiste qu’en généralisant les flashs totalitaires

J’ai coutume d’évoquer régulièrement la survenue de flashs totalitaires dans la vie démocratique française pour faire basculer la situation d’un côté ou de l’autre. Dans ces moments, les institutions n’hésitent pas à franchir la ligne rouge du droit pour préserver un état de fait. 

L’usage répété du LBD pour réprimer le mouvement des Gilets Jaunes, par exemple, constitue une forme de flash totalitaire. Les investigations express contre François Fillon durant la campagne électorale, dont le contenu était systématiquement transmis à la presse, l’étaient aussi. 

Les raisons pour lesquelles cette situation dangereuse s’est mise en place sont bien connues. La gauche bobo qui tient les manettes dans les grandes administrations est prête à tout pour sauver ses privilèges face aux Gaulois réfractaires qui les menacent. Prête à tout signifie qu’elle entend étendre au pays tout entier son esprit de coterie et de politiquement correct où la moindre parole est surveillée et sanctionnée. 

On s’aperçoit désormais que notre vie « démocratique » ne tient plus qu’à ces fils toxiques, dangereux, que sont les flashs totalitaires dont le régime Macron fait un usage immodéré pour régner. Attention au retour de bâton.

D’ici là, préparons-nous collectivement à un grand basculement collectif, à un affrontement interne qui nous obligera à sauver pas mal de meubles. 

Cet article a été initialement publié sur le site Le Courrier des stratèges, cliquez ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 28/06/2020 - 16:28
a ceux qui croient encore
aux décodeurs....Decodez LimMonde

https://covidinfos.net/covid19/le-quotidien-le-monde-a-recu-plus-de-4-millions-de-dollars-de-la-fondation-de-bill-gates/984/
evgueniesokolof
- 28/06/2020 - 10:44
SEDONA
OUI......pour toi...
evgueniesokolof
- 28/06/2020 - 10:40
hors sujet mais
RT france ne censure pas aujourd'hui
Il est vrai que....pourquoi censurerait il ce post pour avoir violé sa politique ?
Pitagore rorry767bis Il y a 1 heures Si Vous remplacez l extremiste zemour goebels par un autre extremiste hainneux , il pourra facillement avoir des propos aussi acide avec les meme metodes d endoctrinement sans nuances bourre d amalgames , zemour est tellement fort dans la manipulation de la haine qu il na rien a envier dans sa perverssite malefique aux gourous de daech Répondre

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/france/76361-booba-priscillia-ludosky-unis-pour-bannir-zemmour-medias