En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 3 heures 17 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 6 heures 19 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 7 heures 10 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 8 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 10 heures 27 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 11 heures 20 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 12 heures 37 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 13 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 13 heures 48 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 14 heures 21 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 3 heures 42 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 6 heures 44 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 8 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 10 heures 12 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 10 heures 45 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 12 heures 11 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 12 heures 47 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 13 heures 44 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 14 heures 40 min
© KARIM SAHIB / AFP
© KARIM SAHIB / AFP
Pandémie

Coronavirus : dans le Golfe, la protection des travailleurs à géométrie variable

Publié le 25 juin 2020
Le Qatar et les Emirats arabes unis, qui ont massivement recours aux travailleurs migrants en provenance d'Asie et d'Afrique, n'ont pas offert les mêmes garanties à leurs petites mains. Certaines d’entre-elles ont ainsi reproché à Doha de devoir mendier pour obtenir de la nourriture, tandis qu'Abou Dhabi les autorisait à trouver du travail à temps partiel.
Célia Kahouadji
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Célia Kahouadji est diplômée d’une double licence en droit et science politique, d’un Master en Relations et affaires internationales de l’Université Jean-Moulin Lyon III et l’Université Saint Joseph de Beyrouth (Liban) ainsi que d’un MBA en Risque,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Qatar et les Emirats arabes unis, qui ont massivement recours aux travailleurs migrants en provenance d'Asie et d'Afrique, n'ont pas offert les mêmes garanties à leurs petites mains. Certaines d’entre-elles ont ainsi reproché à Doha de devoir mendier pour obtenir de la nourriture, tandis qu'Abou Dhabi les autorisait à trouver du travail à temps partiel.

Lorsque la pandémie de coronavirus a éclaté, entre février et mars derniers, il est rapidement apparu qu'elle serait potentiellement désastreuse pour tout un pan de l'économie mondiale. Mise à l'arrêt des entreprises, populations confinées, baisse de la production et de la consommation : partout l'on promettait des récessions plus ou moins importantes. Et très vite, certains observateurs ont également braqué leurs projecteurs sur une catégorie de personnes en particulier, qui souffriraient à coup sûr de cette crise globale – à la fois de l'offre et de la demande – : les travailleurs, surtout les plus précaires, promis à de longs mois difficiles, où les inégalités, parfois déjà bien visibles, seraient renforcées.

Dès le mois d'avril, au Moyen-Orient, les organisations humanitaires s'alarment ainsi du traitement réservé aux travailleurs migrants, entassés dans des camps de travail, démis de leurs fonctions évidemment, et confrontés à des taux d'infection élevés. Selon Martin Chulov, le correspondant du Guardian dans la région, « des centaines de milliers de travailleurs migrants font [alors] les frais de la pandémie de coronavirus au Moyen-Orient », notamment dans la région du Golfe – la plus touchée –, « où la main-d'œuvre migrante représente la moitié ou plus de la population. » Les économies basées sur la production d'hydrocarbures (gaz et pétrole) ayant attiré depuis longtemps des millions de travailleurs peu qualifiés en provenance d'Asie du Sud et du Sud-Est, ainsi que d'Afrique.

Pour les groupes de défense des droits des travailleurs, la chose est entendue : face à la crise, il convient que les pays d'accueil offrent les mêmes protections que celles accordées à leurs citoyens. Car dans les dortoirs, par exemple, la situation est critique ; la distanciation sociale est délicate à mettre en place, et les organisations craignent que la forte densité de population – donc la proximité entre travailleurs – n'aggrave la situation sanitaire. Selon Martin Chulov, « dans les Etats du Golfe, les travailleurs migrants sont responsables d'une forte proportion des infections au Covid-19. » Problème, les réponses apportées par les autorités ne seront pas forcément à la hauteur des événements.

Au Qatar, par exemple, qui enregistre l'un des taux d'infection par habitant les plus élevés au monde (84 000 cas pour seulement 2,8 millions d'habitants), certains travailleurs migrants ont affirmé avoir été contraints de mendier de la nourriture après les retombées économiques désastreuses de la pandémie. Ces derniers, dans de nombreuses interviews, ont décrit un sentiment croissant de désespoir, de frustration, voire de peur ; au Guardian, ils ont ainsi affirmé n'avoir plus aucun moyen de gagner leur vie et être obligés de demander de la nourriture à leur employeur ou à des organisations caritatives. Mi-avril, le gouvernement permettait aux entreprises de mettre les travailleurs en congé sans solde ou de résilier tout simplement leur contrat...

Les Emirats arabes unis (40 000 cas pour 10 millions d'habitants), à l'inverse, ont cherché à s'assurer – dans la loi comme dans les faits – que les travailleurs les plus vulnérables continuent à recevoir de la nourriture et un logement pendant qu'ils ne travaillaient pas, et des mesures financières ont été prises pour soutenir l'ensemble des travailleurs et leurs familles. En cas de cessation d'activité, ces derniers pouvaient prétendre à un nouvel emploi temporaire ou signer un contrat de travail à temps partiel avec un nouvel employeur. Il leur suffisait de se rendre sur une plateforme Internet dédiée, où les offres d'emploi étaient régulièrement publiées, afin de postuler en ligne. Et les employeurs étaient tenus de remplir leurs obligations contractuelles envers leurs employés jusqu'à leur transfert – ce qui incluait la fourniture d'un logement, de repas, voire de traitements médicaux.

Les autorités émiraties sont restées particulièrement vigilantes en ce qui concerne les cas de virus dans les communautés de travailleurs migrants ; elles ont réagi rapidement et prévu le nettoyage et la désinfection de leurs lieux d'habitation afin de réduire la menace de propagation. Contrairement à beaucoup de pays, le gouvernement a également pris en charge les frais de santé d'un grand nombre de ces travailleurs étrangers, dont les revenus ne leur permettaient pas toujours d'être testés voire hospitalisés. Une fois qu'ils étaient testés positifs au coronavirus, les migrants et leurs colocataires étaient séparés, et les premiers mis en isolement dans un établissement approuvé par les autorités.

Certains n'ont pas hésité à souligner que si les Emirats arabes unis ont pu être pointés du doigt pour le traitement réservé à leurs travailleurs étrangers, tout comme le Qatar d'ailleurs, ils ont « profité » de la crise du coronavirus pour rééquilibrer la balance. Doha, en revanche, reste pointée du doigt, alors que le petit émirat doit accueillir la prochaine Coupe du monde de football, en 2022, et compte beaucoup sur « ses » travailleurs migrants pour ses chantiers.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 25/06/2020 - 12:35
Il faudrait envoyer là-bas nos
chers racisés qui pleurent entre deux paiements d'allocations familiales et autres aides sociales.