En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

03.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

06.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

07.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 5 heures 19 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 6 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 8 heures 56 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 9 heures 8 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 10 heures 8 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 11 heures 14 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 12 heures 35 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 12 heures 57 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 13 heures 36 sec
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 13 heures 36 sec
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 5 heures 51 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 6 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 8 heures 59 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 9 heures 37 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 10 heures 50 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 12 heures 4 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 12 heures 42 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 12 heures 57 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 13 heures 36 sec
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 13 heures 37 sec
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Surpoids

L’obésité chez les cinquantenaires augmente leur risque de développer des formes de démence sénile

Publié le 25 juin 2020
D'après une étude de l'University College London, les personnes atteintes d'obésité à cinquante ans ont 30% de chances de plus de développer une forme de démence par rapport aux personnes dont l'IMC (l'indice de masse corporelle) est normal (entre 18,5 et 24,9). Pourquoi l'obésité augmente-t-elle le risque de souffrir de démence chez les personnes de plus de 50 ans ?
Christophe de Jaeger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le docteur Christophe de Jaeger est chargé d’enseignement à la faculté de médecine de Paris, directeur de l’Institut de médecine et physiologie de la longévité (Paris), directeur de la Chaire de la longévité (John Naisbitt University – Belgrade), et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après une étude de l'University College London, les personnes atteintes d'obésité à cinquante ans ont 30% de chances de plus de développer une forme de démence par rapport aux personnes dont l'IMC (l'indice de masse corporelle) est normal (entre 18,5 et 24,9). Pourquoi l'obésité augmente-t-elle le risque de souffrir de démence chez les personnes de plus de 50 ans ?

Atlantico.fr : Selon une étude menée par des chercheurs de l'University College London, les personnes atteintes d'obésité à cinquante ans ont 30% de chances de plus de développer une forme de démence par rapport aux personnes dont l'IMC est normal (entre 18,5 et 24,9).

Pourquoi l'obésité augmente-t-elle le risque de souffrir de démence chez les personnes ayant atteint la cinquantaine ?

Christophe de Jaeger : Nous savions depuis longtemps que l’obésité augmente les risques de maladies cardio-vasculaires (infarctus, accident vasculaire cérébral…), de maladies métaboliques (diabète…), de maladies inflammatoires, de maladies articulaires, etc. Et paradoxalement, malgré l’augmentation majeure des risques pour les personnes en surpoids et toute la communication grand public autour de ces risques, le nombre de personnes en surpoids augmente.

Cela met très clairement en évidence la dissociation forte qui peut exister entre un fait scientifique et médical parfaitement identifié depuis des dizaines d’années et le comportement des gens.

Nous savons depuis quelques années maintenant que le cerveau est également une victime à part entière du surpoids. Cette belle étude le met encore en évidence. L’explication est simple. Le surpoids entraîne un risque accru de maladies artérielles et métaboliques. Le cerveau est irrigué à l’extrême par des artères. Dès que les artères s’abîment du fait des facteurs de risques liés au surpoids (hypercholestérolémie, hypertension artérielle, diabète), la vascularisation du cerveau se dégrade et les cellules cérébrales vont en payer le prix.

La sédentarité très souvent associée au surpoids est un élément aggravant cette souffrance cérébrale.

Les résultats, publiés dans l'International Journal of Epidemiology, suggèrent que la démence est la dernière d'une longue lignée de problèmes de santé liés à l'obésité (augmentation des taux de cancer, de diabète de type 2 et de maladies cardiaques). Quelles sont les autres origines de la démence ? En quoi le fait que l'obésité ait des effets directs sur la santé cognitive est nouveau et pose problème ?  

Il y a 72 étiologies répertoriées de démence. La démence est une atteinte des fonctions cognitives. Pour simplifier, c’est une atteinte des mémoires, des praxies, de la parole, etc qui va aboutir après quelques années d’évolution, à une perte d’autonomie. La personne démente devient totalement dépendante de son entourage avec un coût social et humain considérable. D’où l’absolue nécessité de lutter activement contre tous les facteurs de risque de démence. Le surpoids est maintenant clairement identifié comme tel. Et cette lutte doit débuter le plus tôt possible.

S’il existe 72 étiologies possibles de démence, certaines sont excessivement rares, d’autres très majoritaires. Une des première cause est représentée par les maladies neuro dégénératives et en particulier la maladie d’Alzheimer. Juste après nous avons les démences vasculaires, puis les carentielles, etc… Le fait est qu’à partir d’un certain âge les différentes étiologies peuvent s’associer (vasculaire et dégénératif) pour détruire le cerveau. Il existe aussi de nombreuses questions sur le rôle possible du vasculaire comme cause possible chez certaines personnes de processus dégénératifs.

Mais quoi qu’il en soit, l’obésité peut être un facteur à terme de démence du fait de son action péjorative sur le système artériel, d’où une raison majeure supplémentaire d’accentuer cette prise en charge du surpoids.

Les démences vont représenter dans l’avenir un sujet majeur de préoccupation pour nos sociétés modernes. À travers les coûts qu’elles représenteront (et qu’elles représentent déjà aujourd’hui). Les coûts humains avec les souffrances personnelles et familiales qu’elles impliquent, mais également les coûts économiques des soins et de la perte d’autonomie et des institutionnalisations qu’elles impliquent avec des décalages importants dans le temps (il peu y avoir 30 ans ou plus, entre le début d’une obésité et une perte d’autonomie).

Le professeur Andrew Steptoe, directeur de l'étude anglaise sur le vieillissement, a déclaré: « La démence est l'un des principaux défis sanitaires du 21e siècle qui pourrait menacer le vieillissement de la population. » Comment expliquer l'augmentation du nombre de personnes atteintes de démence et comment lutter contre ce phénomène ?

La vraie problématique pour moi est le décalage sidérant entre un fait médical et scientifique bien établi (le surpoids est hautement pathogène), bien vulgarisé et diffusé et l’augmentation continue du nombre de personnes en surpoids dans nos sociétés modernes. Comment expliquer ce gouffre ? La seule explication se trouve dans les comportements. Nos comportements sont le fruit de pulsions immédiates non contrôlées et qui rendent la valeur à long terme d’un risque (même important) une non-certitude. En d’autres termes, « j’ai faim maintenant et je mange ce qui me plaît », sachant que personne ne peut me garantir que dans 30 ans je serais dément : alors… Et honnêtement les problèmes de la société dans 30 ans, ne sont pas les miens aujourd’hui (ce que l’on peut appeler une « déresponsabilisation »).

La seule solution pour moi est une prise de conscience individuelle. Chacun doit comprendre qu’il a un « intérêt santé personnel » majeur. Ce que l’on peut aussi traduire par un Capital santé personnel, important ou pas, en fonction de ses gènes, de son environnement et de ses comportements. Il en est responsable et doit le faire fructifier, plutôt que de le dilapider. Il faut donc multiplier les consultations médicales « santé » sur le territoire. Ces consultations ne doivent pas être centrées sur le dépistage et le traitement des maladies, mais sur un diagnostic précis du Capital santé de la personne (où âge physiologique) permettant d’identifier scientifiquement les vrais points forts et les vrais points faibles d’une personne et de les corriger en fonction de la personne elle-même, c’est-à-dire en fonction de ses possibilités physiques et mentales.

J’insiste sur le fait que ceci ne peut se faire que par une prise de conscience individuelle forte, un bilan physiologique adapté et des prises en charge personnalisées. Vous retrouverez d’ailleurs les grandes lignes de ce qui peut être fait dans mon dernier livre « Bien vieillir sans médicaments » aux Editions du Cherche Midi qui vous montre, où que vous soyez, que vous pouvez agir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires