En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

04.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

05.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 10 heures 59 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 14 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 16 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 17 heures 25 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 19 heures 38 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 19 heures 47 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 20 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 20 heures 40 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 21 heures 20 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 21 heures 45 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 12 heures 11 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 14 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 16 heures 59 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 19 heures 21 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 19 heures 44 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 19 heures 54 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 20 heures 29 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 21 heures 13 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 21 heures 23 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 21 heures 52 min
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
capacité de rebond

Crise : les pays dont l’économie va repartir (et vite) ne sont pas forcément ceux qu‘on attend

Publié le 06 juin 2020
Les prévisions de récession sont sanglantes pour 2020 mais ménagent deux surprises de poids. En Asie, c’est la Chine d’où est partie la pandémie qui limite les dégâts et s’en sort le mieux... L‘Europe est gravement touchée mais le Royaume-Uni devrait mieux rebondir grâce à sa sortie de l’Union européenne.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les prévisions de récession sont sanglantes pour 2020 mais ménagent deux surprises de poids. En Asie, c’est la Chine d’où est partie la pandémie qui limite les dégâts et s’en sort le mieux... L‘Europe est gravement touchée mais le Royaume-Uni devrait mieux rebondir grâce à sa sortie de l’Union européenne.

La crise sanitaire a frappé une bonne partie de la planète et mis l’activité à l’arrêt. Les prévisions de croissance pour 2020 n’ont jamais été aussi pessimistes en temps de paix. « Nous prévoyons maintenant que le PIB mondial chutera de 4,6 % en 2020, contre une baisse de 3,9 % prévue dans notre Global Economic Outlook de fin avril », a déclaré Brian Coulton, économiste en chef de Fitch Ratings. Les révisions à la baisse concernent la zone euro et le Royaume-Uni, mais aussi les marchés émergents, à l'exclusion de la Chine qui va réussir à s’en sortir.

Fitch Ratings est une agence de notation qui évalue la qualité des Etats ou entreprises en tant qu’emprunteur. C’est elle qui attribue les fameux triple A ou les notes moins bonnes. Pour cet exercice, elle établit aussi des prévisions de croissance sur les Etats.

Ses analyses rejoignent mais précisent les chiffres du FMI, de l’OCDE ou des banquiers centraux (Réserve fédérale et BCE).

Fitch Ratings a donc publié une revue des prévisions de croissance des différents pays pour 2020 et les chiffres révisés à la fin du mois de mai sont éloquents. Seuls certains pays asiatiques pourraient espérer échapper à la récession.

Chine +0,7%. C’est le seul pays à éviter un recul de son activité sur l‘année, même si les chiffres chinois sont toujours à prendre avec des pincettes. L’économie se maintiendrait essentiellement grâce à l’ampleur de son marché intérieur puisque ses débouchés extérieurs ont été largement hypothéqués. La majorité des commerces de la Chine continentale sont restés ouverts (sauf dans la province du Hubei) alors que les magasins occidentaux ont été fermés.

Corée du Sud -1,2% (la banque centrale de Corée du Sud prévoit un PIB de +0,1%). La Corée du Sud a évité l’effondrement en activant les mesures de protection très tôt, avec beaucoup de moyens et de technologie.

Japon -5%

Inde -5%

Russie -5%

USA -5,6%

Brésil -6%

Allemagne -6,6%

Royaume-Uni -7,8%

Zone euro -8,2%

France -9%. (Les chiffres donnés par Bruno Le Maire en début de semaine sont plus pessimistes encore et font état de -11%).

Italie -9,5%

Espagne -9,6%

Belgique -10,9%.

 

Par ailleurs, si on rapproche les chiffres de la croissance possible au taux de mortalité par rapport au coronavirus, on constate une corrélation inquiétante. En bref, les pays dont les économies ont été les plus touchées sur le plan économique sont aussi les pays où les taux de mortalité liés au Covid sont les plus graves. Alors c’est inquiétant parce que ça n’est pas le Covid qui a mis les économies dans le coma. Ce sont les gouvernements qui ont pris cette décision pour protéger des vies humaines. Le résultat n’est donc pas probant. Les taux de mortalité dans les pays qui ont sérieusement confinés restent parmi les plus élevés . Alors évidemment, on ne sait pas ce qu’il en aurait été si les gouvernements n‘avaient pas confiné. Sans doute les dégâts auraient-ils été beaucoup plus graves car les hôpitaux auraient été sursaturés.

En fait, le confinement n’avait qu’un objectif : étaler dans le temps les malades pour que les services hospitaliers puissent les traiter. Cette procédure a couté très cher au système économique.

Maintenant que l’on a appuyé sur le bouton de redémarrage dans la plupart des pays, que les sorties de confinement se sont organisées, les chances de voir repartir l’économie vite et bien sont très différentes selon les pays. Ça dépend de leur situation sanitaire et surtout de leur résilience. Les plans de soutien ou de relance sont importants certes, mais tout dépend surtout des situations structurelles, culturelles et démographiques.

La situation en Allemagne est la plus favorable, fruit de la résilience quasi-historique et culturelle. Plus surprenant, c’est la capacité des Etats-Unis à se redresser. Il y a des facteurs là encore culturels et démographiques. Les populations les plus touchées sont très clairement parmi les plus défavorisées socialement. Mais la plus grosse surprise et même assez incroyable provient de la Grande Bretagne. Le Royaume-Uni, qui a pourtant été très abimé par des réactions politiques incohérentes de Boris Johnson, pourrait au final se hisser dans le tiercé de tête mondial pour sa capacité à rebondir.

Le détail du tiercé gagnant :

1er - L’Allemagne qui se démarque donc en Europe, avec une prévision de récession la plus faible. C’est surtout elle qui a les moyens de repartir le plus vite. D’abord, les moyens financiers, puisque le gouvernement d’Angela Merkel n’a pas lésiné sur les moyens, avec un plan de 2130 milliards d’euros ou l’équivalent de 60% de son PIB en 2019.

C’est vrai, l’Allemagne part de moins loin car elle était en bonne santé financière. Elle avait des réserves pour se permettre des plans de relance d’envergure, mais elle s’est aussi permise d’emprunter sur les marchés pour financer cette relance.

L’autre avantage compétitif de l’Allemagne, c’est la structure de son économie, avec une présence toujours importante de l’industrie sur son territoire. Les plans de relance de la plupart des pays vont soutenir des secteurs comme l’automobile avec des mesures fortes de soutien à la consommation (primes à l’achat). Ces mesures visent évidemment à venir en aide aux constructeurs qui ont des stocks d’automobiles à écouler, mais elles auront un effet sur l’emploi et l’activité en général. Sauf que peu de pays en produisent et l’Allemagne domine la production (à elle seule 44,5% de la production automobile européenne, comparativement à la France, 6ème avec 6,7% fin 2019).

2e- Les Etats-Unis n’en sont sûrement pas au bout de leurs peines, mais l’économie y est moins verrouillée. La consommation reste pour l’instant incertaine, alors que c’est un moteur de l’économie.

Il n’y aura pas d’effet retardateur sur les licenciements comme en Europe puisque les vagues de licenciements ont déjà eu lieu. Les prestations de chômage ont été versées à près de 25 millions de personnes début mai, après l’explosion des inscriptions en avril (habituellement on est à 1,7 million de bénéficiaires).

Au final, on apprend que le taux de chômage a déjà commencé sa décrue en mai alors que les employés licenciés commencent à retrouver un emploi grâce aux réouvertures d'entreprises et de magasins.

Les aides sociales versées ont soutenu le revenu des ménages qui n’ont, comme en Europe, pas dépensé, mais qui ont une propension à consommer plus importante qu’en Europe quand les magasins pourront rouvrir. Le premier signal d’embellie de l’économie tombe au même moment que ces émeutes dans beaucoup de villes américaines et dont la gestion et l’issue rajoutent de l’incertitude.

3e-Le Royaume-Uni était, crise ou pas crise, dans une situation où il lui fallait tout remettre à plat dans ses relations avec les autres pays, si le pays veut enclencher le Brexit à la fin de l’année. Même si la Grande Bretagne a subi la crise de manière plus violente, la Banque d’Angleterre prévoit un chiffre bien plus sévère que celui de Fitch avec une perte de PIB de 14% de prévision de récession pour cette année, mais un rebond de 15% en 2021.

Malgré ce facteur inattendu, la crise, le volontarisme politique et économique de Boris Johnson pour mettre en œuvre le Brexit aura un impact important sur la reprise. On peut s’attendre à ce qu’il aille encore plus loin dans des mesures de dérégulation ou d’attractivité fiscale, sous couvert de combattre la crise économique et sociale. Le seul moyen de s’en sortir, pour Boris Johnson, c’est d’installer le Royaume-Uni dans le statut de de paradis fiscal avec un système social capable de servir de valeur d’ajustement.

La Grande Bretagne ne va pas échapper à la transition digitale de tous les pays développés, mais pour les observateurs et beaucoup de chefs d’entreprise, le moyen de sortir du piège de la crise est d’organiser une transition radicale vers le libéralisme économique. Le modèle des Britanniques au pouvoir, c’est Singapour.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 07/06/2020 - 17:58
En France, les coiffeurs ont doublé leur prix
les restaurateurs parlent d'en faire autant, ainsi que d'autres corps de métiers; c'est le meilleur moyen de couler leur boutique et faire flamber le chômage. En Italie, les prix n'ont pas augmenté d'un centime, ni pendant le confinement, ni après, au contraire, c'est les soldes avant les soldes. L'Europe veut contrer le GAFA. Une boite comme Amazon fait travailler les entreprises; en Italie, il y a Amazon Italia qui ne vend que des produits italiens; Cdiscount qui est français et qui vend sur quatre continents n'a rien à envier à Amazon. Tout est fait pour couler les boutiques françaises. La France sera encore derrière comme les couilles d'un verrat.
salamander
- 07/06/2020 - 16:04
l' Allemagne est à 100 morts par Million d 'habitants
Allemagne , Suisse, Suède, Autriche etc... ts ces pays traversent la crise avec un pib en baisse de l'ordre de 6% contre 11% en France dont le gvt a clairement paniqué.
C une catastrophe. A cela se rajoutent les effets d'aubaine du confinement/déconfinement pour certains...
evgueniesokolof
- 07/06/2020 - 15:37
Les commentaires de JMS
rappellent de plus en plus ceux de l'arrivée du tiercé par Léon Zitrone...
"La situation en Allemagne est la plus favorable, fruit de la résilience quasi-historique et culturelle." : la , la phrase est admirable!!!! ce doit être Roképine ( ? )
mais la meilleure est celle la:
" Mais la plus grosse surprise et même assez incroyable provient de la Grande Bretagne. Le Royaume-Uni, qui a pourtant été très abimé par des réactions politiques incohérentes de Boris Johnson, pourrait au final se hisser dans le tiercé de tête mondial pour sa capacité à rebondir."
Et ce.....en dépit du Brexit qui devait plonger Albion au fond des chiottes pour son arrogance...
Mais voila....Léon avait des jumelles et distinguait la couleur des casques et des toques.....JMS a des lorgnons et son masque lui permet seul de ne pas avoir été reconnu par Ferjou comme toqué!!! Heureusement on est la!