En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

03.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

04.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

05.

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

06.

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

07.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

01.

Le prix des stéréotypes

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 36 min 17 sec
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 1 heure 44 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 2 heures 35 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 3 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 17 heures 25 min
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 18 heures 12 min
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 19 heures 40 min
pépites > Santé
Cour de justice de la République
Coronavirus : l'enquête judiciaire de la CJR contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn est ouverte
il y a 22 heures 11 min
décryptage > Environnement
Wiki Agri

Julien Denormandie : un proche d'Emmanuel Macron devient ministre de l'Agriculture

il y a 23 heures 48 min
décryptage > Environnement
Politique climatique

Le Pacte vert : le bon, la brute et le truand

il y a 1 jour 25 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 4 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 17 heures 37 min
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 18 heures 40 min
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 20 heures 30 min
pépite vidéo > Justice
Ministre de la Justice
Eric Dupond-Moretti : "Mon ministère sera celui de l’antiracisme et des droits de l’Homme"
il y a 22 heures 46 min
décryptage > Environnement
Bonne méthode

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

il y a 1 jour 5 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

L'impérialisme turc à l'assaut de la Libye

il y a 1 jour 46 min
© MARTIN BUREAU / AFP
© MARTIN BUREAU / AFP
Clef de la croissance

Capital humain : le (vieux) débat qui déchaîne les économistes

Publié le 01 juin 2020
Le capital humain, concept économique ancien, se retrouve sur le devant de la scène en ces temps de crise sanitaire et économique. Les partisans du "Monde d'après", quel qu'ils soient, utilisent ce concept pour soutenir leur idéologie.
Pierre Bentata
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Bentata, Fondateur de Rinzen, cabinet de conseil en économie, il enseigne également à l'ESC Troyes et intervient régulièrement dans la presse économique
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le capital humain, concept économique ancien, se retrouve sur le devant de la scène en ces temps de crise sanitaire et économique. Les partisans du "Monde d'après", quel qu'ils soient, utilisent ce concept pour soutenir leur idéologie.

Atlantico : Qu'est-ce que le capital humain ? Est-ce une notion récente ? 

Pierre Bentata : Le capital humain est une notion plutôt ancienne en économie. Théorisé et formalisé par Gary Becker en 1964 dans son ouvrage "Human Capital" - reprenant plusieurs articles de recherches qu'il avait publié entre 1960 et 1962 -, le capital humain regroupe les talents, les compétences, et l'expérience d'un individu. Il s'agit de l'ensemble des aptitudes, innées et acquises qui expliquent ses réactions, ses décisions mais aussi et surtout sa créativité et sa productivité. 

Gary Becker s'est servi de cette notion pour élargir le champ de l'analyse économique et l'étendre à tous les domaines de l'action humaine, expliquant par des raisonnements économiques les différences de stratégies individuelles, et démontrant la rationalité de certains comportements pourtant très éloignés de l'économie. Ce faisant, il ouvrit la voie à l'analyse économique du crime, du mariage ou encore de la production de lois.

Mais ce qui a le plus marqué la discipline économique est sans doute l'apport de la notion de capital humain aux théories de la croissance économique. Auparavant, la plupart des économistes pensaient que la croissance dépendait essentiellement de la quantité de capital et de travail dans une économie, ce qui impliquait deux hypothèses fortes: d'abord, le travail était considéré comme une masse homogène, chacun pouvant être remplacé par un autre; ensuite, les bonds économiques ne pouvaient s'expliquer que par l'introduction d'un progrès technique "exogène", c'est-à-dire extérieur à l'économie, et notamment des découvertes scientifiques inattendues par le monde économique. De telles hypothèses étaient guère satisfaisantes car elles ne permettaient pas de prédire les évolutions ni surtout d'expliquer les différences entre des pays ayant des dotations de capital et de travail similaires. 

Le capital humain a permis de dépasser ces problèmes en mettant en évidence le rôle clé des savoirs et des compétences des individus dans le processus de croissance. Le moteur du développement devient alors l'éducation, ou plus précisément la capacité d'un système à transférer au plus grand nombre des savoirs fondamentaux, à encourager l'esprit critique et la capacité d'analyse et à favoriser l'innovation. Autrement dit, comme le montreront plusieurs économistes, dès 1986 - notamment Romer, Lucas et Barro -, la croissance est "endogène", elle s'auto-entretient et dépend fondamentalement de processus économiques au centre desquels se trouvent la promotion et le transfert de capital humain.

Pourquoi est-elle au centre des débats du monde économique et politique actuellement ? 

Pour les économistes, cette notion n'est pas neuve, et elle fait même l'objet d'un consensus assez large, ce qui est rare dans cette discipline. Pour le dire autrement, peu importe les désaccords théoriques ou les divergences idéologiques, les économistes considèrent presque tous aujourd'hui que l'éducation et le transfert des savoirs sont des éléments clés de la prospérité d'une nation. De même, presque tous s'accordent sur le fait que le transfert de capital humain requiert des interactions informelles et qu'il s'acquiert à tout moment et en tout lieu. Voilà pourquoi l'organisation d'une entreprise mais aussi les interactions entre les employés de différentes entreprises sont si importantes et font l'objet de tant de recherches académiques.

Dès lors comment expliquer que cette notion ancienne et consensuelle se retrouve au centre des débats? Paradoxalement, c'est une autre branche de l'économie qui permet de le comprendre, celle dite du "Public Choice" qui s'intéresse au fonctionnement du système politique et aux stratégies des politiciens et des bureaucrates. Selon cette école, les décideurs sont des êtres rationnels, motivés par leur intérêt particulier, qui agissent pour répondre à une demande politique, émanant des citoyens, dans un contexte de concurrence électorale.

En appliquant cette théorie, la réponse devient évidente. La crise actuelle a fait émerger un désir de changement dans la société, une demande populaire pour un programme qui proposerait un "monde d'après", différent de celui que nous connaissons. Et cela, dans un contexte fortement marqué par la question écologique. Il n'en fallait pas plus pour que la notion de capital humain soit récupérée par tous les acteurs désireux de se démarquer et de faire avancer leur programme idéologique. En effet, si le capital humain est le moteur de la prospérité, cela signifie qu'avec un stock de capital et de travail donné, il est possible de connaître une croissance infinie, car le capital humain est sans limite - toute connaissance transmise à un tiers l'enrichit sans réduire le stock de connaissance de celui qui la transmet. Aussi pour les écologistes comme les partisans d'une croissance verte, le capital humain devient la pierre angulaire de leur raisonnement. De même, pour les adeptes d'une mutation de la société influencée par les développements technologiques, le capital humain est la clé. Au fond, il s'agit d'un concept si puissant que chacun est tenté de le récupérer. 

Quels sont les enjeux liés à ces discussions ? 

Comme je viens de l'expliquer, l'enjeu principal, du moins pour un économiste, est d'éviter de dénaturer la notion de capital humain en le transformant en un nouveau serpent de mer, invoqué à tout bout de champ. Ce qui implique de rappeler sans cesse sa signification et de préciser ses contours.

Si cela n'est pas fait, le capital humain sera récupéré par tous les partis. Au-delà des écologistes et des partisans d'un progrès technique sans limite, toutes les idéologies pourraient être tentées de s'approprier cette notion, au point de la vider de son sens. Les opposants aux licenciements, et partisans de nationalisations forcées, pourraient par exemple expliquer qu'une fermeture d'entreprise implique une destruction nette de capital humain, qu'il faut combattre par tous les moyens. De même, les opposants à la globalisation pourraient adopter une définition tout aussi fallacieuse du capital humain pour expliquer que toute importation est aussi la perte d'un savoir-faire et donc une réduction du capital humain. Bref, si l'on n'y prend pas garde, le capital humain deviendra un élément de rhétorique politique et perdra sa capacité à orienter les décisions de politiques publiques, notamment en matière d'éducation et de formation. C'est contre cela qu'il faut lutter.

Pour une fois que les économistes parlent d'une même voix, écoutons-les et appliquons leurs recommandations avant qu'elles ne soient travesties par les discours politiques. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires